LOUISA.
LOUISA.
Author: Zagzahzlau
Chap. 1

Vous voudrez peut-être lire Épouser une strip-teaseuse BB1 ​​avant de lire ceci.

Red Dahlia : strictement professionnelle.

Dans le silence de la salle illuminée, on ne prêtait attention qu'à une seule chose ; le claquement de ses talons. Elle savait avec certitude qu'elle dégageait une ambiance. Une ambiance que peu de gens ont appréciée - en fait, aucune du tout. Elle a capturé la prise de conscience, a desséché la frénésie, a arrosé le travail acharné et a froncé les sourcils face à l'incompétence, tout cela simplement hérité.

Louisa pouvait sentir leur tension, apercevoir leurs gouttes de sueur, sentir leurs frissons, goûter leur dégoût et entendre leurs cris de se perdre.

Suis-je si intense ? Une question qu'elle se posait depuis des années.

Ce n'était qu'une question de secondes avant que la pièce ne revienne sur le marché, comme c'était le cas auparavant, car son corps s'est enfoncé dans l'élévateur.

« Mlle Woods ? » Elle a simplement hoché la tête à son associé, Nerry, qui s'est présenté une fois qu'elle était dans le confort de l'étreinte de son bureau.

La jolie femme mariée heureuse qu'elle a apparemment vécu pour envier. Même si elle n'a pas personnellement interagi avec ses travailleurs, elle en savait plus qu'elle n'avait besoin d'en savoir sur eux ; Louisa savait qu'elle avait un mari charmant qui venait la chercher après les heures de travail, un joli garçon de trois ans et un chat dodu et docile.

Celle qui tient le bouquet est la prochaine à se marier.

L'énorme mensonges que les gens semblaient se consoler. Cela faisait quatre ans et neuf mois pour être exact, depuis qu'elle avait attrapé le bouquet de sa belle-sœur, mais rien de positif ne semblait proche de l'environnement de mariage de sa vie.

"M. Pol souhaite vous voir."

Eh bien, Peut-être qu'ils l'ont fait.

"Je ne suis pas disponible."

Mais Louisa ne voulait s'intéresser à aucun d'entre eux. Elle ne voulait pas aussi bien être leur genre de délit de fuite ; Gianna était bien plus que suffisant. Après tout, des événements inévitables pourraient conduire à des rendements indésirables ; Comme dans son cas.

Une autre pensée pertinente.

Celui qui a dit que tous les hommes n'étaient pas les mêmes avait totalement raison ; il y avait les mauvais, les pires, et certainement les pires des pires. Jamais le bien. À commencer par Conrad, qui avait totalement zoné de son existence depuis son enfance comme s'il n'avait jamais été le donneur de sperme. Ses pensées dérivèrent vers Mason, qui l'avait encore utilisée, n'ayant jamais rendu un pouce de son amour jusqu'à sa disparition. Comme elle était malade rien qu'en pensant à lui. Eux. Tous les hommes.

Mason.

Si la vie l'avait un peu... juste un peu favorisée, elle n'aurait pas traversé tout le bazar en faisant semblant d'aller bien ; voir des couples mariés heureux et ne pas se sentir mal à ce sujet, avoir changé de vie, sortir avec des rendez-vous juste pour voir si son cœur pourrait appartenir à nouveau, faire de faux sourires, faire semblant de profiter des baisers, des attouchements et du sexe, devoir esquivez certains visages après une aventure d'une nuit à cause de leur horreur au lit.

« Mlle Woods ? » Nerry réapparut dans l'embrasure de la porte et pour une fois dans sa vie, elle se réjouit d'avoir été interrompue, "Nous avons un client en ligne depuis Hawaï. Il souhaite vous parler. Préféreriez-vous que je vous connecte ?"

"Non. Je ne travaille pas hors du continent et tu le sais. Alors prends soin de lui et dis-lui que je ne suis pas accessible."

Louisa ne savait pas comment Nerry n'avait pas deviné son humeur au cours de ses deux années d'expérience en tant qu'assistante. Pour l'amour du ciel, il n'y avait rien de joyeux dans sa tenue et moins dans son maquillage, pas comme il n'y en avait jamais eu en premier lieu, mais aujourd'hui, c'était bien différent.

"Mais mademoiselle, je l'aurais probablement fait moi-même s'il n'avait pas mentionné qu'il était un vieil ami de feu Mme Anthonia,"

S'il y avait une chose que Louisa méprisait concernant les affaires, c'était bien d'utiliser quelqu'un qui lui était cher pour l'atteindre. Qu'il soit vivant ou mort.

Son visage s'est dégelé. « A-t-il mentionné son nom? »

"Oui, Daniel Rudolph."

Le nom était assez familier. Si elle ne me trompait pas, il était autrefois le client de confiance de sa défunte mère. Sa femme, Relindiss, est devenue la meilleure camarade de sa mère, et leurs enfants, Adrian et Norton, étaient des scélérats qu'elle ne souhaitait jamais voir, surtout pendant les goûters du dimanche. C'est drôle comme la vie s'est avérée.

« Connectez-moi. »

Même si Adrian était l'incarnation d'un dieu de la séduction, Norton n'était pas mal du tout. Au moins, il avait le charme et la chevalerie que toutes les femmes réclamaient contrairement à Adrian.

À vrai dire, Louisa avait toujours un point faible et dérangeant pour Adrian même si elle savait très bien que des charges similaires étaient repoussées.

"Mlle Woods a l'appareil ," cracha-t-elle finalement après avoir réfléchi à la manière exacte de s'adresser à elle-même. "Je vais bien, M. Rudolph."

Louisa était heureuse d'abord qu'il navigue avec elle en gardant la discussion professionnelle alors qu'il allait droit au but. Après un quart d'heure de oui et de non, elle ordonna à Nerry d'entrer.

"Préparez l'équipe. Nous partirons pour Hawaï la semaine prochaine. Veuillez informer Doug d'effacer son emploi du temps au plus tard jeudi pour être précis. C'est un voyage de six jours au maximum et aussi, informez Gab de reporter Dr. Stall Rendez-vous de décrochage, "

"Oui m'dame,"

Elle plongea dans son ordinateur, tripota son clavier pendant ce qui lui sembla être une trentaine de minutes avant que son téléphone ne rompe la relation qu'elle avait commencé à apprécier entre le clavier et ses doigts.

Le numéro, en regardant l'écran de son téléphone, s'est avéré inconnu et l'a gardée à l'esprit en train de débattre sur lequel de ses prétendus prétendants le possédait. L'écran est passé au noir et elle a immédiatement remercié les divinités, mais a été de courte durée lorsqu'il s'est de nouveau allumé.

Melissa, sa meilleure amie, l'avait prévenue mais elle avait honnêtement du mal à les bloquer pour une raison encore à comprendre. Il y a près de sept mois, elle recevait des appels interminables de prétendants au point d'obtenir un nouveau numéro avec lequel elle avait renversé la vieille attitude de le donner à deux ou trois hommes magnifiques à couper le souffle.

Ou est-ce quatre ou cinq ? Rejetez-le simplement.

En un clin d'œil, son doigt délicat contredit son esprit alors qu'il balayait l'écran vers la droite.

Cela pourrait probablement être Marley.

Dernièrement, son frère a mis sa vie sur écoute en obtenant des conseils sur la façon de comprendre qu'une femme enceinte traverse à nouveau des difficultés émotionnelles. Il attendait le bébé numéro trois et ne savait pas comment s'y prendre. Quel idiot !

"Chérie,"

Une voix qui avait réussi ces derniers mois à étouffer mon cœur d'une douce amertume résonnait de l'autre côté. C'était la voix d'un homme qu'elle ne pouvait oublier même si elle s'efforçait de le faire, un homme pour qui elle n'était pas censée développer une ressemblance cardiaque, un homme dont elle devrait s'échapper par tous les moyens possibles.

« Adrien ? »

La mention de son nom fit secouer un courant de haute intensité dans tout son corps.

Dieu savait que même si elle faisait ce que Melissa avait prévenu, une situation en tant que telle ne pourrait jamais être inévitable compte tenu du fait qu'elle venait d'accepter un contrat de six jours avec sa famille à Honolulu.

Six jours!

"M'a manqué?"

Elle se mordit la lèvre inférieure tout en plissant les yeux comme si elle se demandait si elle lui manquait précisément ou non, mais les coups entre ses jambes atténuèrent le stress mental.

"Comment as-tu eu ce numéro ?" Elle est chaude. Elle n'avait certainement pas de mémoire collective pour ne pas savoir qu'il était la principale raison pour laquelle elle avait changé de numéro et qu'elle avait volontairement rejeté ses appels après avoir maîtrisé les quatre derniers chiffres de son numéro.

Adrien gloussa.

"Tu ne penses pas pouvoir te débarrasser de moi si facilement,"

Louisa inspira et expira doucement en essayant de contrôler son tempérament, "ce n'est pas la réponse à laquelle je m'attendais."

"J'ai mes manières,"

"Que veux-tu?" Elle a tiré.

"Je veux te voir,"

Louisa roula des yeux et reconnaissante du fait qu'il ne pouvait pas voir très loin dans sa tête ses pupilles avaient voyagé. Elle doit admettre qu'Adrian était le seul homme, parmi les nombreux avec qui elle a été, elle le désirait toujours. Non pas que la façon dont il l'avait touchée la faisait ressentir profondément pour lui, c'était juste mieux que les contacts qu'elle avait rencontrés au fil des ans.

Maintenant, elle pensait qu'elle pouvait le rejeter comme elle l'avait fait pour les autres, mais il s'est avéré qu'une aventure d'un soir égalisait ses amis avec des avantages, du moins c'est ce qu'elle pensait.

"Je suis Indisponible,"

"Oui, tu l'es," insista-t-il.

« À quel point êtes-vous ignorant ? Ne pouvez-vous pas comprendre le langage corporel d'une femme ? »

"Nous savons tous les deux que vous n'en avez pas quand il s'agit de moi. Eh bien, c'est si vous ne considérez pas la version chambre."

Elle imagina son regard fumant. « Adrian, écoute bien. Je ne veux pas de ça. On doit s'arrêter, d'accord ?"

« Vous ne pouvez confirmer que vous ne pouvez pas réaliser quelque chose lorsque vous l'avez essayé une ou deux fois. »

"Je ne veux pas," elle mordit plus fort sur sa lèvre inférieure cette fois-ci qu'elle sentit le sang.

« Pourquoi pas ? Est-ce que tu développes par hasard des sentiments, Louisa ? Je sais qu'il y a autre chose entre nous que le sexe, c'est pourquoi tu as probablement évité mes appels, n'est-ce pas ?

Intermédiaire.

C'était absolument pourquoi elle avait évité toute rencontre avec Adrian en premier lieu car elle savait qu'elle ne pourrait plus lui résister s'ils commençaient quelque chose.

Adrian n'était pas l'homme d'une seule femme, un flirt gigantesque et elle l'était aussi. Il n'a jamais été stable en tant que prochain héritier d'une compagnie pétrolière et elle aussi. Il a radié le mariage de sa liste de choses à faire contrairement à elle. C'était juste pour nommer les quelques raisons sur mille pour lesquelles ils n'étaient pas presque compatibles.

"Je suis en ville. Je me demandais si nous pourrions sortir un jour, sinon ce soir", a-t-il poursuivi.

"Non."

Il gloussa, poussant Louisa à lever ses sourcils tatoués comme s'il pouvait la voir.

Un léger coup traversa l'extrémité du combiné, suivi d'une porte qui s'ouvrit en grinçant. "Je veux que tu y réfléchisses, Louisa," sa voix s'affaissa. « Il pourrait y avoir… » Il traîna devant ce qui semblait être l'audibilité d'un baiser. "... un 'nous' un jour," l'entendit-elle gémir suivi du gloussement d'une fille.

"Tu es tellement dégoûtant !" Louisa siffla alors qu'elle raccrochait l'appel, entendant son faible "à bientôt à Hawaï", et son rire obsédant s'estompa.

Elle soupira et enfouit son visage dans ses paumes. Six jours allaient être un enfer sur terre.

Elle fouilla dans son sac à main car elle sentit que son rouge à lèvres n'était pas à sa place après s'être mordu la lèvre beaucoup trop de fois. Lorsque son téléphone sonna à nouveau, elle hésita à le choisir et continua à regarder le numéro étranger.

Ça pourrait être Adrian, mais alors, qu'avait-il à dire de plus avec un somptueux goûter en sa présence. Ça pourrait être Derrick, mais encore une fois, il a arrêté d'appeler il y a six mois. Il en va de même pour Morris et Silva.

Ses sourcils se sont croisés lorsque l'appelant a insisté pour la troisième fois. Ses mains la démangeaient de picorer alors que sa tête commençait à chercher des tonnes de mots pas si agréables.

L'enfer se déchaîne si c'est toi, Adrian.

En un claquement de doigt, le gadget enferma son oreille garnie de diamants.

Louisa ne parlait pas. Elle attendit que son interlocuteur attaque en premier.

"Où diable étais tu?"

Sa poitrine se serra au son de la voix de son frère. "Lou, j'ai besoin de ton aide," cria-t-il.

« Elle a encore cassé ton téléphone, n'est-ce pas ?"

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status