Les Arcanes d'Hemera Tome 3
Les Arcanes d'Hemera Tome 3
Author: Elyna E.C.
Prologue
21 août 2001

Aurora Ignac avançait d’un pas déterminé, ses longs cheveux blonds ondulant dans son dos tels une traîne royale. Elle ne connaissait pas très bien les lieux, si bien qu’elle se laissait guider par l’essence toxique que Clarissa Vanael avait laissée derrière elle. Si elle ne s’occupait pas rapidement de son cas, l’Ange Noir serait bientôt capable d’étendre sa nocivité sur le monde terrestre ; et cela, il en était hors de question.

Aurora parvint enfin au bout de cet interminable couloir blanc. La porte qui lui faisait face laissait échapper, par ses interstices, une faible lumière couleur lilas – preuve que le confinement angélique faisait encore effet. Bien, elle n’était pas arrivée trop tard.

La porte s’ouvrit sur un homme d’une quarantaine d’années qui se présenta sous le nom de Josias Marvan. Son air grave et maladif en disait long sur ce qu’il pensait de la situation. Faible mortel.

— Vous pouvez sortir si la situation vous est trop insupportable, monsieur Marvan. Votre présence n’est pas indispensable.

— Aurora, lança Loïc Fortin qui patientait au fond de la salle. Nous attendions Curtis.

Le rouquin jetait à intervalles réguliers des coups d’œil à la silhouette immobile qui se tenait au centre de la pièce. Si Josias paraissait nauséeux, le directeur adjoint, lui, semblait plutôt effrayé par l’ampleur des événements.

— Mon frère n’était pas en mesure de se libérer aussi vite que moi. Quand j’ai appris l’identité de l’Ange Noir qui s’était introduit dans votre Organisation, j’ai jugé que nous ne pouvions pas nous permettre d’attendre que Curtis soit disponible.

Son regard s’orienta vers l’objet de leurs préoccupations : un homme d’une vingtaine d’années, immobilisé sur sa chaise grâce à des chaînes lumineuses. Son visage dirigé vers le bas lui donnait l’air endormi, pourtant il ne faisait aucun doute que Clarissa restait attentive à tout ce qui se déroulait autour d’elle. L’aura mauve qui la maintenait prisonnière ne montrait aucun signe de faiblesse malgré ses récentes tentatives d’évasion. Encore une fois, Aurora félicita intérieurement son frère d’avoir fait preuve d’autant de prévenance en laissant aux mains de cet incapable de Loïc de quoi se défendre en cas de possessions.

— A-t-elle eu le temps de blesser quelqu’un ?

— L’équipière de Declan est à l’infirmerie, l’informa Josias. Mais elle s’en sortira.

— Declan ?

— Declan Capodicasa. Le Singulier à qui appartient initialement ce corps.

— Ah oui, bien sûr. C’est tragique.

Mais Aurora paraissait aussi concernée par l’âme de ce pauvre Singulier que par le malaise qui s’affichait sur le visage de Josias.

— Sommes-nous obligés d’en arriver à de telles extrémités ? gémit ce dernier. Je veux dire, ne pourrions-nous pas simplement renvoyer cet Ange Noir d’où il vient et laisser à Declan l’opportunité de récupérer son corps ?

Aurora leva un sourcil.

— Voyons, Josias, nous en avons déjà parlé. Ce n’est pas possible et tu le sais très bien ! s’écria Fortin.

— Votre Singulier est certainement mort à l’heure actuelle, déclara Aurora. Si nous renvoyons Clarissa Vanael d’où elle vient, vous pouvez être certains qu’elle renouvellera l’expérience jusqu’à atteindre son but et anéantir votre monde de l’intérieur. Croyez-moi, elle gagne à disparaître.

— Mais…

L’Ange interrompit Josias d’un signe de la main.

— Suffit, nous avons assez attendu.

Aurora s’approcha de Clarissa afin de susurrer à son oreille des propos que ni Fortin ni Josias ne comprirent. L’Ange Noir releva alors la tête pour affronter son regard flamboyant.

— Je te croyais plus intelligente, Clarissa. Tu aurais dû savoir que ton voyage sur Terre se résumerait à une courte escale de luxe avant que l’un de nous choisisse d’envoyer ton âme dans les Tréfonds.

Attentive au moindre geste de sa prisonnière, Aurora contracta sa main droite suite à la brûlure qui germait à l’intérieur de son poignet. Bientôt sa meilleure alliée apparut entre ses doigts, lui prodiguant un aspect plus menaçant encore que ce qu’elle affichait jusque-là.

Pour une raison qui échappa aux deux mortels, Clarissa laissa échapper un rire tonitruant.

— Tu veux me tuer ? Vraiment ?

Le visage machiavélique de Declan détailla Aurora avec condescendance tandis qu’un reflet rouge embrasait ses yeux noirs.

— Tu ne m’en crois pas capable ?

— Je ne te savais pas aussi désespérée. Mais je t’en prie, fais-toi plaisir. Je suis persuadée que Curtis sera ravi d’apprendre que sa sœur a commis l’irréparable. Je serai même enchantée de rejoindre les Tréfonds en sachant que j’ai contribué à votre malheur.

— Tu y as déjà contribué en tournant le dos à ta famille, ne l’oublie pas.

Clarissa ne répondit rien, se contentant d’afficher un sourire narquois sur le visage de Declan.

— Mon seul regret sera de ne pas pouvoir informer Lucius du mal que je vous ai causé en venant jusqu’ici. Lyam et Curtis seront dévastés… Ils tiennent tellement à toi.

Aurora l’ignora avec aplomb : son choix ne regardait qu’elle et aucun des propos de Clarissa ne parviendrait à la faire changer d’avis. Elle brandit alors son arme au-dessus de la tête de l’Ange Noir qui ne fit pas mine d’être effrayé par la situation.

— Sois maudite, Aurora. Dis bonjour à mon frère de ma part.

Josias détourna le regard à temps pour éviter de voir l’épée s’abattre avec force sur le crâne de Declan.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status