Share

Pansement au coeur.
Pansement au coeur.
Author: irrealite

Prologue : Ma doctoresse. Mon urgentiste.

La matinée était longue, très longue, trop longue. Alex avait pris son service à six heure, et il était presque onze heure, et rien ne c'était passé. Elle s'ennuyait à mourir, assise derrière le comptoir, elle avait rempli quelques documents mais rien de très intéressants ni médical. Elle ne demandait pas des presque morts et un énorme accident, juste une petite suture lui aurait suffit, mais quelque chose. Être aux urgences, sans urgence, ça devient vite inintéressant. Elle allait finir par mourir d'ennui, alors qu'elle voulait sauver des vies, c'était un peu contradictoire au final. Surtout qu'elle avait rendez vous ce soir avec le chef de la chirurgie, en tant que chef des urgences, Alex devait surveiller tout le personnel, gérer les vas et viens, mais aussi rencontrer tout les résidents et titulaires pour savoir qui était qui et appeler en cas de besoin. Et depuis le matin même il y avait un nouveau chirurgien. Ou plutôt chirurgienne, en orthopédie, elle était donc là pour tout ce qui avait un rapport au os. C'et tout ce que savait la blonde, elle n'avait aucune idée de son nom, de son âge, de sa tête, de son parcours, rien, seulement qu'elle était excellente et qu'elle devait la rencontrer le soir même. Elle soupira une fois de plus en faisant tapoter ses doigts sur le meuble, avant d'entendre la sonnerie du téléphone. Elle décrocha et après une minute, l'appel finit, elle se leva.

-Ambulance! Appela-t-elle. Un couple! J'ai besoin de trois personnes! Hurla-t-elle.

En quelques secondes l'équipe était prête, en tenue, et quand l'ambulance arriva tout se fit rapidement. Des médecins prirent l'homme en charge, l'emmenant dans un box de trauma, et Alex ainsi qu'une interne, prirent en charge la femme, avec l'aide des infirmières, ils se mirent à faire une analyse des blessures et à guérir les premières possibles.

-Biper l'ortho, on a besoin d'aide! Cria Alex en voyant la jambe en mauvais état de sa patiente.

Alors qu'elle était entrain de suturer une plaie, la chirurgienne entra par la porte dans son dos.

-Je suis là, un topo? Demanda la femme entrant, laissant ses talons claquer, alors qu'elle s'habillait.

-Femme de trente cinq ans. Commença la blonde sans la regarder. Elle a eu un accident de voiture avec son mari, on ne sait pas ce qui s'est passé exactement. Quelques blessures superficielles, mais la jambe droite est brisée à première vue, je vous laisse faire. Enchaina-t-elle.

Elle se re-concentra sur sa suture, ne voulant pas faire de bêtise, et elle ne faisait pas la suture la plus simple, la plaie était longue et profonde. Une interne en face d'elle, soignait les blessures, alors que un résident de neuro était en train de faire les tests s'assurant que le cerveau de la patiente allait bien, et la blonde devait garder un oeil sur tout le monde.

-Avez vous fini vos sutures docteur..? Demanda l'ortho.

-Wilson. Termina Alex. Docteur Wilson. Et oui, à l'instant. Acquiesça-t-elle.

-Alex? S'étonna la doctoresse.

La blonde se tourna, et découvrit la dernière personne qu'elle s'attendait à voir. Grande, brune, élégante, le visage parfait, les lèvres pulpeuses rouges, le regard brun transperçant.

-Charlotte? S'étonna-t-elle. Mais qu'est que tu fous là?

-Toujours un aussi beau langage. Provoqua la brune en levant les yeux au ciel. Et pour te répondre, je suis le nouveau titulaire en orthopédie. Fit-elle. Si vous avez fini, je vais remettre la jambe de la patiente en place. Faites en sorte qu'elle ne bouge pas.

Alex donna des ordres à son interne pour qu'elle tienne le patient, avec elle. Et Charlotte pu faire son travail, palpant la jambe lentement, doucement, avant de la remettre en place. La blonde la regarda faire, impressionner par cette femme, ce qu'elle était devenue, et la force qui l'habitait, force de caractère aussi. Charlotte était toujours aussi belle, plus encore peut-être. Alex l'avait aimée au premier coup d'oeil. Rencontrée sur les bancs de la fac huit ans auparavant, elles l'avaient autant aimé qu'elle en tombait amoureuse maintenant dans cette salle des urgences.

-Plâtre à faire. Argua Charlotte en regardant son interne qui la suivait depuis son arrivée. Vous savez faire? Le jeune homme hocha la tête. Alors je vous laisse. Docteur Wilson, j'ai quelques minutes de pause, qu'en est il pour vous? J'aimerais vous parlez.

-Je dois vérifier le travail de mon équipe avec le mari de madame et je suis à vous. Expliqua Alex.

La brune hocha la tête et quitta la salle, indiquant qu'elle allait dans les vestiaires, se changer. Alex alla rapidement voir que tout était sous contrôle, elle fut rassurée de voir que c'était le cas, et quitta les urgences, donnant la main à un des résidents présents. Elle fila alors dans les vestiaires, et entra précipitamment, fermant la porte derrière elle. Charlotte était la seule dans la pièce, changée, sa blouse sur sa robe, devant elle, elle était merveilleuse. Ses cheveux bruns frôlant ses épaules, avec quelques mèches attachés pour dégager son visage. Sa robe rouge moulant son corps s'arrêtant sous ses genoux, laissait voir ses mollets toniques, perchée sur des talons. Et puis ce visage, toujours aussi parfait. Alex se sentait faible. Elle l'avait toujours été, même quand elle est avait vingt deux ans, à l'époque elle était incapable de lui résister. Incapable de résister encore aujourd'hui, elle lui fonça dessus, percutant son corps, elle passa un bras autour de ses épaules, l'autre autour de sa taille, et la serra contre elle, son visage enfoui dans son cou. Charlotte haleta, surprise de ce revirement de situation. Elle s'était attendu à tout sauf à ça. Six ans et sept mois qu'elles ne s'étaient pas vues, et elles avaient su gérer le manque rapidement, mais se revoir rappelait tout, trop de choses peut-être, mais il y avait ce bonheur et cet amour immense dans le creux de leurs ventres. Alors Charlotte osa envelopper ses bras autour d'Alex, glissant une main dans ses cheveux blonds, espérant qu'elle aimait toujours autant être bercée ainsi.

-J'en reviens pas que tu sois là. Marmonna Alex dans ses bras.

-Je ne savais pas quand j'ai accepté ce travail que tu serais ici. Souffla Charlotte, la serrant, câlinant sa tête.

-Si tu avais su ça aurait changé quelque chose? Demanda la blonde.

-Non. Répondit la brune, avant de laisser quelques minutes. Si en fait. J'aurais été stressée mais plus heureuse encore de venir ici. Reconnu-t-elle.

-Tu m'as manqué. Murmura Alex, presque honteusement, ne sachant pas si elle avait le droit de ressentir ça, et encore moins si elle pouvait le dire à haute voix.

-Toi aussi. Rétorqua tendrement Charlotte. Allez viens, je t'offre un café, que tu me parles de toi. Proposa-t-elle en se détachant lentement d'elle.

Alex accepta, et sans dire un mot, elles quittèrent les vestiaires, pour aller vers la cafétéria. Dans celle ci, elles se prirent deux cafés et allèrent s'installer autour de la table.

-Alors, que deviens tu? Questionna la brune.

-Je suis la chef des urgences, et je vis seule. Enfin seule avec...Alex se tut, mordant l'intérieur de sa joue.

-Avec? Tu es mariée? Ou juste en couple? Petite amie sérieuse? Questionna Charlotte.

-Non, ni l'un ni l'autre, j'ai toujours été seule, enfin depuis six ans et sept mois. Confia timidement la blonde.

-Moi aussi, j'ai jamais trouvé quelqu'un à la hauteur. Souffla la brune.

Alex lâcha un immense sourire, n'en revenant pas, si elle n'avait jamais réussi à remplacé la brune, à trouver mieux, elle était persuadée que ce n'était pas le cas de Charlotte, alors découvrir cela la rendait folle de joie.

-Ouais, tu m'as vraiment manqué. Soupira Alex, comme si elle le réalisait.

-Toi aussi. Sourit tendrement la brune. Alors avec qui vis tu?

-Mon fils. Lâcha la blonde.

-Tu...tu...tu...Bégaya Charlotte. Tu as un...un fils? Marmonna-t-elle.

-Oui. Il a huit ans. Sourit Alex.

-Il y a huit ans, on se rencontrait. Remarqua la brune, les sourcils froncés. Et j'ai couché avec toi, embrassé tout ton corps et je t'ai pelotée assez de fois pendant presque un an et demi, pour savoir que tu n'étais pas enceinte. Alors explique moi. Argua-t-elle.

Alex gloussa. Oh oui, Charlotte l'avait souvent vue nue, et souvent touchée. Très souvent. Elles s'étaient rencontrées quand elles avaient vingt deux ans, elles étaient en fac de médecine, et avaient quelques cours en commun. Elles avaient alors commencé à se voir en salle de pause, elles avaient dès le début commencer à coucher ensemble, et puis les discussions avaient suivi, et elles étaient tombées raides dingues amoureuses. Elles avaient mis à peine deux mois à l'avouer, et étaient sorties ensemble un an et cinq mois jusqu'au drame. Du jour au lendemain, Charlotte avait eu la possibilité de faire son internat dans un hôpital très huppé mais à l'autre bout du pays, et la blonde avait décidé elle de le faire à Seattle, alors la brune était partie loin et seule. La relation à distance avait été envisagée, mais interne et relation était déjà complexe, alors le pays entier les séparant, leur relation n'avait pas d'avenir. Elles s'étaient quittées le jour du départ de Charlotte, après une nuit d'amour folle, et des mots tendres sans s'arrêter. Elle avait partagé un baiser très long, juste avant que la brune ne parte. Elle avait insisté pour qu'Alex reste nue, dans le lit, parce que c'était l'image la plus angélique qu'elle connaisse, et elle voulait que se soit la dernière image. Alex se rendait compte maintenant, qu'elle n'avait jamais cessé de l'aimer et ne cesserait probablement jamais, et elle avait envie de lui sauter dessus maintenant. Cependant elle comprenait aussi le besoin d'explication de la jeune femme.

-Tu te souviens, quand on était ensemble déjà, je passais du temps dans l'orphelinat avec les enfants. Rappela Alex. La brune acquiesça d'un signe de tête. Il y a cinq ans, j'ai rencontré, un petit garçon, Léonard, qui avait trois ans, il adore les livres, les superhéros, les films d'actions, la magie, il est génial. J'ai craqué pour lui dès les premiers jours, et ils étaient toujours dans son coin. Alors je lui ai parlé souvent, et il restait cramponné à moi quand je partais, j'ai finis par demander si il serait partant pour vivre avec moi. J'ai eu énormément de mal pour réussir, mais pour lui j'ai rien lâché, et j'ai réussi. Je l'ai officiellement adopté il y a quatre ans, et il vit avec moi depuis quatre ans et demi, alors c'est mon fils, je l'aime comme tel. Il était petit quand je l'ai adopté alors il est persuadé que je suis sa maman, mais je lui dirais la vérité quand il sera assez grand. Sourit Alex. Il est merveilleux.

-Tu as une photo? Sourit doucement Charlotte.

-Oui bien sur! Acquiesça Alex en sortant son téléphone. Il est tellement beau et adorable que je passe ma vie à le prendre en photo et en vidéo. Gloussa-t-elle en cherchant. Tiens regarde. Fit-elle en lui tendant le téléphone.

Charlotte le prit et sourit devant la bouille de l'enfant, son petit visage encadré par des cheveux bruns, et de beaux yeux marrons clairs. Elle osa passez la photo d'après et vit le petit dans les bras d'Alex, accroché à son cou lui faisant des bisous. Puis elle passa encore, et lança la vidéo. Léonard était assis sur les jambes de la blonde face au téléphone.

« Léo, regarde comme t'es beau. » Lançait Alex. « T'es la plus belle maman. » Rétorquait le petit. « Non c'est ton mon chaton. » « Non toi » La bataille durait un peu avant qu'Alex face plein de bisous à son fils qui rit à gorge déployé. Et Charlotte gloussa devant tant d'amour.

-T'as vu il est parfait? Questionna fièrement la blonde en reprenant son téléphone.

-Oui, il est magnifique. Sourit Charlotte. Tu as toujours aimé les enfants, je suis heureuse que tu es réussi à en avoir un.

-Il est tout mon monde. Murmura Alex avec un grand sourire. Charlotte lui rendit son sourire. Bref, du coup j'ai carrément pas l'envie de trainer dans des bars ou a des rencards où rien ne conclu, quand sa bouille d'ange m'attend à la maison.

-Je te comprends, j'adorerais avoir quelqu'un qui m'attend à la maison. Sourit doucement la brune.

-Tu n'as personne? Souffla la blonde.

-Non, pas depuis toi. Enfin des coups d'un soir mais c'est tout. Expliqua Charlotte. Tu ne l'as jamais compris, parce que tu avais réussi à te persuader que tu ne me méritais pas, mais j'étais complètement folle de toi. Je suis partie pour mes études, ma carrière, mais pas parce que je voulais te quitter. Au fond de moi je ne l'ai jamais voulu, et j'ai toujours l'impression d'être comme reliée à toi.

-On l'est peut-être au fond. Sourit Alex. Alors dis moi, que deviens tu madame la titulaire? S'amusa-t-elle doucement.

-Je- Elle se coupa quand son biper sonna, et elle l'attrapa pour regarder. Je dois vraiment y aller, vraiment, vraiment, vraiment.

-Bien sûr je comprends. Accepta la blonde, un peu déçue de la voir partir. Mais je veux savoir qui tu es devenue, alors on se reprendra un café.

-Ou on se voit ce soir autour d'un repas. Proposa Charlotte, debout.

-Désolée, mais j'ai promis à mon bébé de faire avec lui un diner crêpes, et je finis à dix sept heure, alors je vais passer la soirée avec lui. Répondit Alex dans une grimace.

-Bien sur, une au-

-Ou tu viens ce soir. Coupa la blonde en se levant d'un coup pour l'entrainer vers les couloirs.

-Vraiment? Questionna la brune.

-Je te connais, et je te décrypte, toujours comme avant, alors je sais que tu meurs d'envie de me voir autant que moi. Et moi je te vois pas si tu rencontres pas mon fils. Il doit t'approuver. Alors viens ce soir. Il va t'adorer. Sourit Alex.

-D'accord. Accepta tout bas la brune. Ton adresse?

-J'ai pas déménager, je te laisse te souvenir. Souffla la blonde en se penchant pour embrasser sa joue, avant de tourner les talons, et de partir vers les urgences.

Charlotte resta à se mordiller la lèvre, rêveuse. Elle partit rapidement ayant hâte de finir sa journée, pour retrouver la blonde. Elle avait hâte d'être chez elle. Bien sur qu'elle n'avait pas oublié cette adresse où elle avait passé autant de temps.

Alex avait prévenu le chef qu'elle avait rencontré la nouvelle chirurgienne, et donc elle avait pu faire sa fin de journée sans la voir, pas qu'elle veuille l'éviter, mais elle se refusait de lui sauter dessus tout de suite, et près d'elle c'était compliqué. Alors, ce soir se serait mieux, ce soir avec son fils près d'elle, elle saurait se tenir. 

Dix huit heure trente sonnait, et Alex était rentrée chez elle. Après des câlins à son fils, elle l'avait entrainé pour qu'il prenne un bain, et l'avait habillé de son pyjama rouge, un dessin de dragon sur la poitrine, et un motif de boule de feu sur le pantalon, son préféré. Il était maintenant dans la cuisine, cuisinant en riant pour faire les crêpes. Alors qu'ils touillaient la pâte, on frappa à la porte.

-C'est qui maman? Demanda Léo.

-Une personne importante pour moi, que je veux que tu connaisses. Sourit la blonde. Touille, je vais ouvrir. Ajouta-t-elle en embrassant son front.

Elle essuya ses mains, contourna le comptoir qui faisait face à l'entrée et alla à la porte. Elle portait un pantalon coloré, et un chemisier fleuri, elle avait fait attention à sa tenue, mais était pied nu. Elle soupira grandement, tourna la tête, son fils dans la cuisine, le salon propre à côté, la séparation qu'elle avait fait construire, cachait son lit, elle avait penser à la fermer pour une fois. Tout était au mieux, elle voulait plaire à Charlotte. Elle ouvrit la porte, avec un doux sourire.

-Alors tu t'es souvenue. Constata de suite Alex.

-J'ai passé assez de temps ici pour que l'adresse soi gravée dans mon esprit. Souffla Charlotte. Tu es jolie.

-Et tu l'es aussi. Sourit la blonde en regardant la robe noire moulante et les hauts talons. Viens rentre.

Charlotte la suivit à l'intérieur et regarda l'appartement, la déco avait un peu changé, Alex avait fait refaire la cuisine, mais rien n'avait entièrement changé. La salle de bain était toujours derrière la porte -qui était ouverte- à gauche de la pièce centrale où se trouvait cuisine et salon.

-J'ai toujours adoré ton appartement. Sourit Charlotte.

-J'ai fais quelques changements. Souffla la blonde. Mais surtout ma chambre, est devenue celle de Léo. Fit-elle en montrant la porte qui était sur le coté. Et puis, mon salon est divisé, pour rajouter ma chambre. Présenta-t-elle avant de se tourner, pour aller à la cuisine, mais elle tomba face à face avec son fils. La pâte est prête monsieur?

-Peut-être, je sais pas. Marmonna Léo. Mais je veux voir la dame.

-Évidemment. Gloussa Alex, en passant un bras autour de lui pour faire face à la brune. Chéri, je te présente Charlotte, une amie de quand j'étais jeune. Présenta-t-elle. Elle est géniale. Ajouta-t-elle en soufflant dans l'oreille du petit. Charlotte, voici mon fils, Léonard.

-Je suis ravie de te rencontrer. Ta maman est fan de toi. Sourit Charlotte.

-Elle a dit que tu étais importante, alors je crois qu'elle est fan de toi aussi. S'amusa l’enfant. Et je suis Léo, pas Léonard. Rectifia-t-il.

-Mais qu'elle balance cet enfant. Je te préférais quand tu étais petit. Grogna Alex. Ramène tes fesses, on a des crêpes à faire, et Charlotte adore ça, enfin normalement. Sourit-elle en allant près de la gazinière.

-J'adore ça. Acquiesça Charlotte en entendant la question sous entendue.

-Parfait alors. Léo chéri sort les poêles, la grande et la moyenne, on va cuire nos crêpes. Réclama la blonde. Gina, j'ai servi deux verres de vin, installe toi, tu es l'invité tu ne fais rien. Ajouta-t-elle en montrant la place au comptoir.

-Tu l'as appelé Gina, maman. Remarqua Léo en lui donnant les poêles.

-Quelle question se cache sous cette remarque petit chenapan? Interrogea Alex, un sourcil arqué, en lançant la cuisson.

-Je peux parler avec elle maman? Demanda le jeune garçon, faisant sourire Charlotte qui était assise au comptoir.

-Mais bien sur mon coeur. Elle est là parce que je veux que tu la connaisses, alors si tu veux parler, vas y. Sourit la blonde, mais avant que son fils s'éloigne elle le rattrapa. J'ai le droit à un bisou quand même?

Léo embrassa longuement la joue de sa mère, avant de monter sur le tabouret face à Charlotte, le comptoir les séparant. Ils restèrent à se regarder dans les yeux sans rien dire, la brune affichant un sourire alors qu'Alex faisait les crêpes, retenant son rire. Elle connaissait son fils par coeur, et il faisait ça à chaque fois qu'il rencontrait quelqu'un.

-Pourquoi ma maman elle t'appelle Gina? Demanda-t-il.

-Parce que je la connais depuis très très longtemps, et que l'on était très proches, alors elle m'a toujours appelée comme ça. Répondit sincèrement Charlotte, sans prendre le risque d'en dire trop.

-Si t'aime beaucoup ma maman et qu'elle aussi, pourquoi tu es jamais venu nous voir avant? Continua Léo.

-Parce que je vivais très loin. Je vivais ici, mais quand tu étais tout petit, j'ai du partir pour mon travail, alors j'ai laissé ta maman ici. Informa la brune. Mais je suis revenue il y a une semaine.

-Est ce que t'étais l'amoureuse de ma maman? Demanda-t-il de but en blanc. Il vit les yeux de la brune s'arrondirent. Elle m'a dit qu'elle avait déjà été avec un homme, mais elle préfère les dames. Mais elle a jamais d'amoureuse. Elle m'aime très fort, je sais, mais elle est jamais amoureuse, et j'aimerais bien qu'elle le soit. Mais elle veut pas parce qu'elle dit que son coeur est déjà pris. Est ce que c'est par toi?

-Je ne sais pas si ta maman m'aime encore. Reprit Charlotte sincère. Mais oui j'ai été l'amoureuse de ta maman. Reconnu-t-elle.

-Je savais! S'exclama-t-il.

-Tu veux voir une photo de ta maman avant qu'elle ne t'ai? Proposa la brune avec un sourire.

-Oh oui je veux! S'enthousiasma Léo, en s'allongeant sur le comptoir pour regarder le téléphone que Charlotte avait sortit. Elle chercha, et lui montra alors. Oh maman t'étais trop belle!

-C'est qu'elle photo? Demanda la blonde en se tournant vers eux. Charlotte tourna le téléphone, montrant la première photo d'elle deux, assises en amphithéâtre, côte à côte, un peu plus jeunes, souriantes, les cheveux bruns plus long, les cheveux blonds plus courts. Ouais, j'ai bien vieilli quand même. Soupira-t-elle.

-Non, tu es toujours très belle. Sourit Charlotte.

-Tu l'aimes toujours ma maman? Demanda Léonard, toujours allongé sur le comptoir, la blonde retournant la crêpe.

-Oh je...je...je ne sais pas, ça fait très longtemps que je l'ai pas vue ta maman. Marmonna la brune, très mal à l'aise, absolument pas aidée par la blonde.

-Pourquoi tu l'aimes plus, elle est trop bien ma maman? Elle est jolie et gentille, c'est la meilleure. Sourit le jeune homme.

-Léo. Soupira sa mère en se tournant l'attrapant, pour le tirer, le faisant s'asseoir face à elle sur le comptoir. Tu sais que je t'aime? Léo hocha la tête fièrement. T'es mon petit amour et je t'aime follement, mais tu arrêtes d'être comme ça avec Charlotte.

-Mais pourquoi maman? Tu l'aimes bien, ça pourrait être ton amoureuse. Remarqua Léonard.

-Chéri, les choses ne sont jamais aussi simple. Souffla Alex, en tenant ses mains. J'ai aimé Charlotte aussi fort que je le pouvais, presque autant que je t'aime toi, mais je ne l'ai pas vu pendant plus de six ans. Les gens changent, et les choses aussi Léo, et tu es ma priorité.

-Je sais maman, mais tu peux l'aimer, et m'aimer. Moi j'aimerais bien que tu sois amoureuse. Et j'aime bien Charlotte. Argua le jeune garçon.

-Je sais que tu l'aimes bien. Et si tu m'aimes aussi, tu arrêtes avec toutes ces questions. Sourit la blonde, en embrassant son front. Et tu vas te laver les mains parce qu'on va bientôt manger. Réclama-t-elle. Léo acquiesça et partit. Alex retourna la crêpe, avant de sortir assiette et couverts, qu'elle posa sur le comptoir. Je suis désolée, je pensais pas qu'il voudrait me caser.

-Il est adorable Alex. Je comprends que tu es craquer pour sa bouille. Sourit Charlotte.

-Si tu savais comme je l'aime Gina. Marmonna Alex en plaçant la vaisselle pour le diner.

-Je suis bien placée pour savoir que tu es capable de plus d'amour que la plupart des gens. Argua tendrement la brune avec un sourire amoureux.

-Et j'ai découvert avec Léo, que je pouvais aimer encore plus. Comme si le coeur était extensible. Sourit Alex en sortant beurre et confiture. Mon chaton, beurre de cacahuète?

-Oh oui maman! Cria Léonard en arrivant en courant. Et du chocolat à tartiner j'ai le droit?

-Oui mon chéri. Sourit Alex en le sortant.

-Et j'ai le droit de manger à côté de Gina? Ajouta le jeune homme.

-Oui chaton. Accepta la blonde alors que Charlotte se mettait à sourire grandement. Je vous donne une crêpe maintenant, commencez à manger. Incita-t-elle en les servant. Tu veux de l'aide Léo, pour tartiner ta crêpe?

-Non c'est bon maman, je suis grand. Assura Léo.

-Et je suis là si besoin, t'inquiètes pas. Promit Charlotte.

Ils se mirent à manger ensemble, Alex continuant de faire les crêpes alors qu'elle en mangeait quelques unes. Les deux femmes parlaient, le petit garçon participant à peine, mangeant beaucoup.

-Gina, tu sais maman c'est un docteur. Sourit Léo. Tu fais quoi toi? Demanda-t-il.

-Je suis chirurgienne. Docteur presque comme maman. Informa Charlotte. Je soigne les os cassés. Résuma-t-elle.

-Waouh! C'est trop cool! S'exclama le jeune garçon. Maman est sauve la vie des gens qui sont très blessé. Je l'ai vu faire une fois. Argua-t-il.

-Je l'ai emmené au travail avec moi une fois, pour deux petites heures, parce que j'avais pas la nounou. Alors une amie devait venir le prendre après. Du coup il est resté dans un coin avec ses dessins, et il y a une urgence qui est arrivé, accident de voiture, une famille, alors j'ai travaillé devant lui. Il a adoré, j'ai détesté. Marmonna Alex, avant de prendre une bouchée de crêpe. Délicieuses tes crêpes, chaton, t'es un petit chef.

-T'as fais avec moi. Sourit Léo.

-Je t'ai un peu aidé. Souffla la blonde. Mais tu restes le meilleur. D'accord avec moi Gina?

-Tout à fait. Sourit la brune.

Ils mangèrent jusqu'à avoir le ventre plein, même si il restait une belle pile de crêpe. Le repas fini, l'heure étant tardive, Alex demanda à son fils d'aller se mettre au lit. Elle servit deux verres de vin et invita la brune dans le canapé. Elle lui demanda deux minutes, et se glissa dans la chambre de son fils. Charlotte se faufila à la porte, cachée elle les regarda avec un sourire.

-Maman tu l'aimes Charlotte? Demanda Léo, couché alors que sa mère embrassait son front.

-Chuut. Souffla Alex.

-Je suis désolé de t'avoir gênée devant elle. Marmonna-t-il. Mais elle est super cool.

-Je sais. Sourit la blonde en caressant sa tête. Je l'aime encore tu sais, je l'ai toujours aimé, mais c'est un secret entre toi et moi d'accord? Léo hocha la tête, et ils se tapèrent dans la main, avant d'enchainer quelques mouvements pour sceller leurs accord. Je t'aime. Souffla-t-elle ensuite pour embrasser sa tête.

Charlotte la vit se relever, elle ne pouvait pas retenir son sourire et son coeur battant, et elle fila s'asseoir pour pas se faire surprendre. Elle ne savait pas si c'était une bonne idée, mais elle voulait absolument retrouver Alex, elle n'avait jamais su être sans elle. Elle ferait les choses bien, cette fois tout irait bien, et puis il y avait Léo, il ne fallait rien faire échouer, pour le protéger. Alex sortit de la chambre crocheta la porte, et vint dans le canapé avec elle, prenant son verre.

-Bon, à nous, que deviens tu? Sourit-elle de suite.

-Rien Alex, je n'ai personne, je suis toujours aussi attirée par les femmes, je vis pour mon travail car je n'ai pas d'autres raisons de vivre. Argua Charlotte. Ma vie n'a rien de fou depuis six ans et sept mois.

-Je n'arrive pas à croire qu'aucune imbécile n'est réussi à voir à quel point tu es parfaite. Murmura Alex.

-Je n'ai pas dis que je n'avais pas de propositions, j'ai dis que je n'avais personne, parce que je n'ai accepté aucune proposition. Quoi que tu puisses dire ou penser tu es la seule femme que j'ai rencontré qui a su me faire sentir vivante. Et après j'ai plus jamais réussi à me sentir bien, vraiment bien avec une femme. Souffla la brune. Tu n'as jamais su te rendre compte, que tu étais une femme splendide sous tout les sens du terme.

-J'ai Léo maintenant, je ne dis pas que je ne veux rien avec toi, au contraire, mais je veux rien de rapide, je veux rien qui ne marche pas. Je dois le protéger, tu comprends? Marmonna Alex, émue.

-Je comprends. Sourit tendrement la brune. Et si on regardait un film?

-Avec plaisir. Mais comme Léo est à côté, j'écoute toujours avec des écouteurs. J'ai fais super bien isoler, il entend pas, mais je veux pas prendre de risque. Expliqua-t-elle en connectant les écouteurs à la télé.

Charlotte souriait devant le protectionniste de la blonde, et ensemble elles choisirent un film.

La brune partit après le film, mais revint pour de nombreuses soirées avec les deux, pour passer du temps avec la blonde et son fils. Léo adorait toujours plus Charlotte, et réclamait même qu'elle vienne plus souvent. À l'hôpital Alex assurait ses gardes, sans aucun problème comme toujours, et prenait toutes ses pauses avec la brune. Cette dernière avait pris ses marques, elle était reconnue maintenant dans l'hôpital, et faisait peur à peu près tout le monde en dehors d'Alex et...et juste d'Alex, même le chef était apeuré. Elle avait cette prestance, cette assurance, sa froideur d'extérieur, son professionnalisme puissant, qui faisait penser qu'elle se fichait de tout en dehors du travail. Elle assurait, elle était la meilleure, les patients l'adoraient, mais les médecins étaient terrorisés à l'idée de faire une bêtise et donc de s'attirer les foudres de la brune. Si elle était seulement titulaire et chef du service d'orthopédie, elle avait quand même un contrôle fou sur tout le service de chirurgie, elle avait les yeux partout et même aux urgence grâce à Alex. Seulement cette dernière l'adorait et lui disait tout mais ne lui laissait pas prendre le contrôle de son espace de travail à elle, et Charlotte n'essayait pas, elle la respectait trop. Non, en fait, elle l'aimait follement, elle avait redécouvert Alex, la Alex assumée, maman, adulte, parfaite, et elle l'aimait encore plus que la jeune Alex frivole et insouciante. Elle n'avait rien dit, pourtant cela faisait deux mois qu'elle l'avait retrouvée, et elle en était toujours plus dingue. La blonde de son côté, l'aimait, pourtant la brune avait bien changé en apparence, mais au fond c'était toujours la même femme, un peu stressée et désireuse de trouver la famille qu'elle voulait. Alex pensait l'avoir surement trouvé pour elle, puisque Léonard la voulait comme maman, et elle comme femme. Mais la blonde ne trouvait pas le courage de lui dire, elle avait peur de la voir partir encore, elle avait peur qu'elle lui échappe une seconde fois. Et maintenant qu'elle l'avait de nouveau dans sa vie, elle ne voulait surtout pas la voir sortir de sa vie. Alors elle se taisait, les deux se taisaient, et continuaient de s'adorer, de s'inviter et de passer du temps ensemble.

Il était seize heure passé, Charlotte était dans l'hôpital depuis trois mois, et la blonde avait pris l'habitude de la voir débarqué à chacune de ses pauses. Seulement cette fois ci quand la brune arriva, elle trouva une Alex survoltée, débordée, qui donnait des ordres à tout le monde, au vu d'une grosse urgence, tout en travaillant sur un cas compliqué.

-Biper n'importe qu'elle médecin, j'ai besoin d'aide! Cria Alex.

-Je suis là. Intervint la brune.

-Oh tu vas me sauver viens. Réclama la blonde en l'entrainant dans une petite salle des urgences. Garçon de sept ans, chute en forêt, un piquet à traverser ses entrailles. Informa-t-elle, rapidement.

Charlotte vit alors la situation avec horreur, un petit brun accidenté, gravement blessé, était là, des médecins autour. Et puis tout s'enchaina très vite, rapidement elle atterrirent dans une salle d'opération, Alex, Charlotte et deux autres médecins autour d'une jeune garçon. Durant plus de deux heures, elles tentèrent tout pour le sauver, et puis finalement, la ligne du coeur sur le moniteur devint plate et régulière.

-Heure du décès, marmonna Alex la gorge nouée, dix huit heures vingt six.

Elle lâcha ses ustensiles, arracha son masque en partant. Elle jeta ses gants, et son calot avec et quitta la salle. Elle se précipita dans le couloir, retenant ses larmes, le corps tendu. Elle trouva alors le vestiaire entra, et fut ravie de voir qu'il n'y avait personne. Elle ferma la porte derrière elle, et alla s'installer dans le canapé, les coudes sur ses genoux, elle tenta de se retenir et finalement les larmes roulèrent en avalanche sur ses joues. Elle se sentait détruite, elle savait que ça ne durerait pas, cette situation n'était ni une première ni une dernière. Elle cacha son visage dans ses mains quand elle entendit la porte s'ouvrir.

-Alex..

La concernée reconnu la voix chaude mais ne bougea pas. Quelques secondes après, un corps chaud se collait à elle, et deux bras l'entouraient, une main caressant sa tête, l'autre son dos et son flanc. Alex se laissa aller contre elle, logeant sa tête dans son cou, cherchant sa chaleur et du réconfort.

-Gina, il est mort. Marmonna la blonde. Sept ans, et il ressemble comme deux gouttes d'eau à mon fils. Ressemblait. Bredouilla-t-elle.

-Je sais, je sais. Acquiesça la brune, en la berçant doucement. Allez calme toi, chut, ça va aller. Elle la fit se redresser et effaça ses larmes. Je te promets, ça va aller. Et ton fils va parfaitement bien. Murmura-t-elle en déposant un baiser sur son front.

Elle ne pu retenir son envie, son désir, elle avait tellement envie de se coller à Alex depuis des semaines, que là l'avoir dans ses bras, l'empêchait de penser correctement. Alors elle déposait un baiser sur ses tempes, puis sur la pommette gauche et la droite, puis le nez, au dessus des lèvres, chaque joues, le menton, la mâchoire, et puis elle redressa un peu la tête. Elle la fixa dans les yeux, comme si elle cherchait une interdiction, mais se fut le contraire.

-Charlotte. Susurra la blonde.

Alors la brune posa ses lèvres sur les siennes, dans un baiser volant, un effleurement doux, comme une plume. Elle était là, elle lui offrait la tendresse et la douceur dont elle avait besoin.

-Je suis là Alex, j'irais plus jamais nul part, je partirais plus. Souffla-t-elle. Elle l'embrassa une seconde fois, un bras fermement enrouler autour de son dos et ses hanches, son autre main sur sa joue. Je t'aime.

Alex éclata en sanglot, alors qu'elle la serrait dans ses bras, venant chercher un baiser un peu plus fougueux. Charlotte lui rendit bien volontiers. Enlacées, les larmes de la blonde se calmèrent, et elle finit par la regarder dans les yeux.

-Si tu pars six ans une autre fois je te tue. Si tu pars tout court je te tue, tu m'entends? Assura-t-elle.

-Je vais pas bouger, Alex. Je veux plus jamais te perdre. Souffla Charlotte en caressant sa joue puis sa tête.

-Alors je t'aime aussi. Sourit la blonde.

-Tu m'as tant manqué. Murmura la brune en caressant ses joues. Je vais plus jamais te quitter, ni toi ni ton merveilleux fils.

Alex sourit, serrant ses bras autour d'elle, elle grimpa sur ses cuisses, à califourchon pour l'embrasser un peu plus, complètement presser contre elle. Les mains de Charlotte avait dévié dans son dos, sous sa blouse pour la tenir contre elle. Alors qu'elles se perdaient dans les baisers, le téléphone d'Alex sonna.

-Fait chier. Grogna la blonde en continuant de l'embrasser.

-Réponds. Marmonna la brune. Mais ne voyant pas la jeune femme le faire, elle reprit. Ça pourrait être Léo.

À contre coeur, Alex cessa de l'embrasser, et sortit son téléphone qu'elle porta à son oreille.

*Allo?* Répondit-elle.

*Bonjour Alex, c'est la babysitter. Rentrez vous bientôt?* Demanda la jeune femme. *C'est qu'il sera bientôt dix neuf heure, et je dois y aller bientôt je suis désolée.*

*Pardon. Je...J'arrive* Assura Alex, avant de raccrocher et de se lever. Elle fit un pas avant de se tourner vers la brune. Toi tu viens avec moi. Obligea-t-elle en tendant la main à la jeune femme.

-Tu veux que je vienne? S'étonna Charlotte en se levant.

-Je te veux. Et Léo va finir par m'en vouloir de pas t'avoir ramener depuis un moment. Sourit Alex. Prends tes affaires faut qu'on file. T'as finis au moins? Réalisa-t-elle.

Charlotte acquiesça et rapidement elles récupérèrent leurs affaires et partirent avec la voiture d'Alex. Cette dernière conduisait, alors que la brune la dévorait du regard. Elle l'avait retrouvée, et vraiment, elle n'allait plus la quitter maintenant. Alex se gara devant son immeuble, et sortit avec son sac, suivit de la brune, dont elle prit la main, pour l'entrainer vers l'ascenseur. Dans celui ci, la blonde ne pu se retenir, et vint l'embrasser.

-J'ai l'impression d'avoir une vingtaine d'années. C'est comme avant. Sourit Alex contre ses lèvres.

-T'embrasse toujours aussi bien. Souffla Charlotte. Je suis de nouveau accro à toi.

-Tu avais cessé de l'être? Questionna la blonde alors qu'elle arrivait dans son couloir.

-Non jamais je crois. Gloussa la brune en la regardant ouvrir la porte.

Alex sourit et entra dans l'appartement, Léo se précipita dans ses bras puis dans ceux de la brune. Quand il les lâcha, Alex salua la babysitter, la laissant partir. La porte refermée, Alex se tourna et vit le grand sourire de son fils. Elle s'approcha de Charlotte passa un bras autour d'elle, reçu un regard surpris et déposa un baiser sur ses lèvres, qui entraina un hurlement de Léo.

-Vous êtes amoureuses?! Cria-t-il.

-Oui chaton. Sourit Alex. Ça te va?

-Oui! Oui! Oui! Je suis trop content! S'exclama le jeune garçon en courant dans les bras de sa mère. On peut manger des pizzas devant un film tout les trois?

-Ok, je commande, toi tu vas à la douche, d'accord? Proposa la blonde.

Léo fila sans discuter, et Alex attrapa le téléphone et le porta à son oreille, avant de regarde la jeune femme.

-Toujours aussi fan de la pizza qui porte ton nom? Demanda-t-elle. Charlotte hocha la tête. *Bonjour, deux Charlotte et une chèvre miel.* Elle donna son adresse et raccrocha.

-Lequel de vous deux mange une Charlotte? Questionna la brune, avec un sourire.

-Nous deux. Avec Léo on commande deux pizza qu'on aime et on partage. Sourit Alex. Peut-être que la prochaine fois, on partagera à trois.

-Ça me ferait très plaisir. Accepta Charlotte avec un sourire.

Alex la regarda, un mètre les séparant.

-Tu restes ici ce soir? Pour dormir je veux dire. Proposa-t-elle.

-Ça aussi ça me ferait très plaisir. Sourit la brune.

-Alors quelques règles, reprit Alex surprenant la femme, je t'aime, mais j'aime Léo, et tu dois pas en être jalouse.

-Jamais. Assura Charlotte.

-La chambre de Léo est isoler, et la séparation que j'ai fait faire pour ma chambre, est isoler aussi, normalement il entend rien, n'empêche que faudra que tu sois plus discrète qu'à l'époque quand je te ferais j-

-J'ai compris. Coupa Charlotte. Et t'auras qu'à me faire taire, si ça te va pas.

-Parfait. Sourit Alex. Quand aux signes de tendresse pour moi ou Léo ne te retiens plus, et souviens toi, je te connais par coeur. Tu peux rien me cacher. Rappela-t-elle en s'approchant d'elle, pour l'enlacer. Rien du tout. Et nous on t'aime, alors sois juste toi même, d'accord?

-Je vous aime aussi. Sourit Charlotte en enlaçant ses épaules pour l'embrasser.

-Maman! Cria Léo depuis la salle de bain.

-T'as oublié ton pyjama? Questionna fortement Alex, qui le connaissait par coeur.

-Et mon caleçon! Répondit le jeune garçon toujours en criant.

-Je te l'apporte! Assura la blonde. Il oublie toujours. Gloussa-t-elle vers la brune avant de l'embrasser rapidement. Tu nous sers un verre de blanc? Proposa-t-elle en allant vers la chambre de son fils.

Alex s'occupa du petit pendant que la brune servait les verres et sortait couverts et assiettes. Quand les deux Wilson revinrent au salon et virent la table basse dressée ils ne purent s'empêcher de rire.

-Quoi? Qu'est ce qu'il y a? J'ai fais quelques choses de mal? Demanda Charlotte perdue.

-Non, tu es géniale. Rassura Alex. Seulement... Elle hésita se mordillant la lèvre, ne voulant pas la vexer.

-On mange les pizza à la main dans les cartons. Et tu dois faire comme nous. Décida Léo, qui n'avait pas les mêmes préoccupations que sa mère.

-Choisi un film chaton. Fit la blonde en répétant la vaisselle. Puis elle fit signe à Charlotte de la suivre, et elles se retrouvèrent dans la cuisine, enlacées, gardant un oeil sur Léo. On se moquait pas je te le promets. C'est juste une question d'habitude, et c'est sa manière de te dire qu'il considère que tu fais parti de la famille.

-Je vous adore les Wilson. Vous êtes surprenants à chaque fois. Sourit Charlotte, passant ses bras autour des épaules de la blonde. Je t'aime, je suis heureuse de t'avoir retrouvée.

-Moi aussi. Souffla Alex avec un sourire en l'embrassant. Et je vais t'avoir dans mon lit. Tes jolies fesses m'ont manquées. Sourit-elle provocatrice.

Charlotte vint chercher un long baiser, avant qu'elles ne rejoignent Léonard, les pizzas arrivèrent quelques secondes après, et ils s'installèrent confortablement. Les deux femmes assises dans le canapé, Léo au sol entre elles deux, ils mangèrent tous à la manière Wilson, en regardant le film. Ce dernier se terminant, le jeune garçon fit des bisous à Charlotte avant d'être emmené dans sa chambre par la blonde qui resta quelques minutes avec lui à l'embrasser partout sur le visage, avant un câlin. Puis finalement elle quitta la chambre, et le laissa seul. Elle vit Charlotte assise dans le canapé, et lui tendit la main. La brune la prit, et la suivit. Alex éteignit la lumière et la tira dans sa chambre, qu'elle ferma, allumant la guirlande au dessus du lit.

-Je t'avais offert cette guirlande, à notre premier mois ensemble. Sourit la brune.

-Ouais, elle marche toujours. Et je l'adore. Sourit Alex. Attends, faut que je te montre un truc. Elle se pencha et tira une grosse valise de sous son lit. Elle l'ouvrit lentement pour laisser voir des objets et des photos. J'ai tout gardé.

-Mon dieu... Soupira Charlotte en s'accroupissant pour regarder les objets. C'est quoi ça? Demanda-t-elle en prenant une petite clé.

-Ta clé d'appart' de l'époque. J'ai rien jeté, j'arrivais pas à te supprimer de ma vie. Alors j'ai tout mis la dedans. Expliqua la blonde. Tu me prends pour une folle hein? Grimaça-t-elle.

-Non, je t'aime plus si c'est possible. Sourit Charlotte en caressant sa joue. J'ai un carton plein de souvenirs chez moi. Confia-t-elle.

-Je crois qu'on est faite pour être ensemble. Murmura Alex. Je crois que je l'ai toujours su. Sourit-elle en venant caresser la joue de la brune, pour venir l'embrasser.

Charlotte poussa la valise, et se redressa en entrainant la blonde, ses lèvres contre les siennes. Debout, elle retira le haut d'Alex, et lâcha les lèvres de la jeune femme pour la regarder.

-Alex..Tu es encore plus belle qu'avant, plus sexy, comment c'est possible? Marmonna la brune, en l'admirant posant ses mains sur ses abdominaux de son urgentiste adorée.

Alex sourit, heureuse de lui plaire, et déboutonna son chemisier pour lui retirer.

-Putain de merde, t'es toujours aussi magnifique. Souffla-t-elle n'en revenant pas. Et tu as pris des seins en plus.

-Idiote. Gloussa la brune.

D'un coup de pied rapide et discret Alex poussa plus la valise sous le lit, et attrapa les hanches de la brune pour la tirer vers elle. La blonde avait remarqué avant que la fermeture de la jupe de la jeune femme, était derrière, alors elle la défit rapidement et le vêtement tomba, laissant apparaitre un porte jarretelle.

-Tu as toujours été sexy, mais en plus maintenant tu es classe, et putain ça me rend folle. Marmonna Alex en se penchant pour embrasser le dessus de son sein, avant de la faire tomber sur le lit. Elle s'allongea sur elle en embrassant sa gorge, pour venir embrasser ses lèvres ensuite. Je crois que je me lasserais jamais de toi.

-Alex.. Mon Alex.. Que tu m'as manqué. Souffla Charlotte en tenant son visage dans ses mains. Personne ne sait me faire sentir bien. Je t'aime tellement si tu savais.

Les baisers reprirent, les vêtements sautèrent un à un, et sans trop de bruit elles se retrouvèrent de la manière la plus intime possible, se reconnectant entièrement. Elles s'étaient attendues des années, avec l'espoir immense de se retrouver un jour. Et ce soir, elles étaient là, ensemble, nue dans les bras l'une de l'autre. 

Deux heures du matin sonnait, Alex tenait la brune serrée dans ses bras, leurs corps totalement entremêlés.

-Tu dors? Demanda la brune.

-Non, mais je suis bien. Souffla la blonde.

-Moi aussi. Sourit Charlotte en relevant la tête pour la regarder par en dessous. Alex, je veux être avec toi toute ma vie.

-Moi aussi. Murmura Alex avec un doux sourire.

-Et si tu envisageais de vivre avec moi, de m'épouser, de me laisser t'aider à élever Léo. Je te connais par coeur, je t'aime entièrement, tes défauts tout comme tes qualités, j'acceptent chaque petites parties de toi. Et Léo, mon dieu Alex, cet enfant est un ange, je l'aime tellement, il est tellement génial, intelligent et adorable. J'ai tellement envie que vous soyez ma famille. Souffla la brune en restant accrochée à elle.

-Mais on est ta famille. Sourit Alex en caressant sa joue. Et Léo comme moi t'aimons. Mais j'ai un peu de mal à comprendre ce que tu me proposes.

-Je te propose de plus attendre, de plus vivre au jour le jour notre relation, de ne plus perdre le temps. Expliqua Charlotte. Je te propose qu'on vive ensemble, et je te propose aussi de t'épouser. T'épouser toi avec Léo.

-M'épouser? Sourit la blonde en caressant sont visage. Ça semble idyllique.

-Tu es d'accord alors? S'assura la brune avec un sourire.

-Bien sur, on en parlera avec Léo au petite déjeuner. Dors pour l'instant mon amour.

Alex embrassa son front et soupira de bonheur. Elle n'avait pas dormit avec Charlotte depuis tant de temps, que le bonheur en cet instant était infini.

Comments (1)
goodnovel comment avatar
Miss Emma
J’ai adoré l’histoire ...️ Mais une suite serai la bienvenue ... ...
VIEW ALL COMMENTS

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status