TRIO
TRIO
Author: blabla car
TRIO

LES FILLES DE L’HEURE.

                    Partie 1.

— ALINE: La rumeur court que le propriétaire de cette maison va aménager aujourd’hui.

— ORNELLA : Waouh! Moi je peux déjà imaginer comment il est.

— ALINE: Comment ça?

— ORNELLA :  Tu ne vois pas sa maison? C’est la plus belle et la plus grande du quartier. C’est un homme riche, avec un charisme élevé. Il doit posséder au moins dix voitures. Il doit avoir plusieurs enfants, vu la grandeur de sa demeure. Sa femme doit être tellement jolie et classe. 

— ALINE: Chapeau, tu comprends? Chapeau! Même les gens qui nous arnaquent souvent ici dehors avec leurs histoires de voyance ne font pas comme toi. Tu as déjà tout dit sur quelqu’un que tu n’as jamais vu, jusqu’à dire le nombre de voitures qu’il a. Tu es forte!

     Aline et Ornella étaient de très bonnes amies qui s’étaient rencontrées en classe de sixième et plus tard, les parents d’Aline se sont installés dans le quartier où vivaient Ornella et ses parents.

Elles faisaient tout ensemble et elles se disaient tout.

Ces deux jeunes filles de dix-sept ans étaient connues dans le tout le quartier et ce de manière positive. Elles ne dérangeaient pas, elles étaient plutôt gentilles et serviables, bien qu’elles aimaient faire le commérage comme par exemple ce jour-là où elles parlaient de cet homme ou plutôt de cette famille qu’elles ne connaissaient pas.

— ORNELLA : Tu verras non? T’inquiète! J’ai seulement hâte de les voir…

— ALINE : La fille ci hein, pardon, il faut que je rentre faire les devoirs de maths. Le tuyau que le professeur fouette souvent ceux qui n’ont pas fait les devoirs me fait peur.

— ORNELLA : Peureuse!

— ALINE : J’assume oh!

     Chacune est rentrée de son côté.

C’était dimanche et il fallait qu’elles se préparent pour le lendemain.

     Le premier cours était celui des mathématiques, la bête noire des deux filles et de la majorité des élèves.

Ce jour-là, le professeur n’a fouetté personne puisque tout le monde a fait ses devoirs.

Pendant la pause, Aline est allée voir son gars qui faisait la terminale C, contrairement à elle qui faisait la A, série littéraire.

Elle l’a trouvé en train de causer avec ses amis sur le balcon.

— ALINE : Jordan, Jordan…

— JORDAN : Princesse, ça va?

     Ils se sont fait la bise. Les élèves ont commencé à crier. En Afrique, c’est un peu mal vu d’embrasser son partenaire dans un milieu public contrairement aux autres continents comme l’Europe ou l’Amérique par exemple.

— JORDAN : Criez même jusqu’à toucher le ciel, on va seulement faire notre bise.

— ALINE : Haha, toi ci hein! Mais dis, pourquoi tu n’es pas venu me chercher? Je n’aime pas ça hein!

— JORDAN : Me voici non? Pourquoi les filles aiment compliquer les choses comme ça?

— ALINE : Pardon ça va! Tu m’as gardé mon chocolat j’espère?

— JORDAN : Ma présence n’est-elle pas un cadeau? Ou bien elle ne te suffit pas?

     Aline a froissé le visage en le toisant.

— JORDAN : Je rigole! Ton chocolat est dans le sac comme d’habitude!

     Elle a souri puis, elle a sorti une tablette de chocolat dans le sac de son copain.

Il avait l’habitude de lui en garder une tous les jours. Elle aimait bien cela d’ailleurs, c’est elle qui lui avait demandé de le faire.

     Ils s’étaient rencontrés l’année précédente lors de la kermesse.

Jordan était venu accompagner ses amis qui fréquentaient l'école en question et il est tombé sur Aline. Au départ, ils étaient amis et avec le temps, ils se sont rapprochés. 

Quand ils se sont mis en couple, Jordan a décidé de changer d’école pour venir dans celle de sa bien aimée pour qu’ils soient proches.

C’était un garçon simple, qui n’avait rien à envier aux autres. Ils n’était pas richissime non, mais, il avait de quoi satisfaire ses besoins tout simplement sans pour autant exagérer.

Aline quant-à elle était financièrement un peu plus faible que lui.

Son père était professeur à l’université et sa mère était aide soignante dans une petite clinique en ville.

     Ornella quant-à elle avait bien vu que son amie était occupée. Pour ne pas les déranger, elle est allée à la cantine s’acheter un bon pain haricots avec du piment.

     Ornella était une fille un peu bavarde et très curieuse. Elle n’était pas forte à l’école comme son amie mais, elle se battait pour réussir.

Son père travaillait dans une ferme et sa mère

dans un institut de beauté en ville, ce qui expliquait sa maîtrise sur le maquillage et sur tout ce qui rapporte aux soins de beauté.

Contrairement à son amie, elle venait de sortir d’une relation assez douloureuse donc, elle était désormais célibataire.

     Un mois est passé après la rumeur du nouveau locataire qui n’avait toujours pas aménagé.

— ORNELLA : Le quartier ci et le commérage! Moi j’étais déjà fière. Je suis fatiguée de voir les mêmes têtes tous les jours.

— ALINE : Même moi?

— ORNELLA : Non ékié, comment? Toi tu es ma meilleure amie. Je peux te voir h24 sans être fatiguée.

— ALINE : sinon ça dit quoi? Tu as prévu quoi pour le week-end?

— ORNELLA : Si tu veux bien, en rentrant des cours on passe à l’institut où ma mère travaille pour l’aider un peu. Et on en profite pour se maquiller.

— ALINE : Tu as raison.

     La deuxième pause est terminée et les filles sont retournées en cours.

Trois heures plus tard, c’était la fin.

Aline a dit à Jordan qu’elle irait plutôt avec son amie.

— JORDAN : D’accord! Bon retour et faîtes attention sur le chemin d’accord?

— ALINE : D’accord. 

— ORNELLA : À la prochaine, mon beau!

— ALINE : À lundi…

     Elles ont pris la route pour l’institut qui était quand même loin de l’école à pieds, raison pour laquelle elles ont pris la moto.

— ORNELLA : Motoman, il y a un challenge ici dehors où les gens font des bisous sur vos têtes. Je peux faire ma part? 

     Aline et le motoman ont éclaté de rire.

— ALINE : En plus c’est vrai! Après je passe au milieu pour faire ma part, pardon seulement!

— MOTOMAN : Okey, ça marche!

     Elles ont fait leur challenge et elles l’ont filmé.

C’était ça le quotidien de ces deux filles.

Elles profitaient à fond de leur jeunesse. Elles n’avalent pas honte d’exprimer leur côté un peu immature. Et puis, elles n’avaient que dix-sept ans à l’époque...

     Après avoir fait ce qu'elles avaient à faire à l’institut, elles sont rentrées ensemble avec la mère d’Ornella. Il devait être 19h30.

Les maisons des deux filles étaient côte à côte.

Quand elles sont arrivées à destination, elles ont vu plusieurs camions devant cette maison inoccupée qui était complètement finie et qui attendait son propriétaire ou plutôt ses propriétaires.

     Elles se sont arrêtées pour contempler la scène. Plusieurs hommes faisaient des allers et retours dans la villa avec des cartons.

— Vous ne rentrez plus?

— ORNELLA : Non maman, on veut voir. Tu peux t'avancer hein.

— Tu vas t’expliquer à ton père. Aline, merci beaucoup pour ton aide d’accord?

— ALINE : De rien tata, c’est normal! Bonne nuit.

— Bonne nuit. Ornella, fais vite, tu viens à la maison. On doit faire à manger avant que ton père ne commence avec le bavardage.

— ORNELLA : D’accord maman.

     Elle est partie et les deux filles sont restées. Elles avaient tellement attendu ce moment.

— ORNELLA : Enfin, deux ans après avoir entamé les travaux, les propriétaires aménagent.

— ALINE : Je te dis!

     Subitement, une grosse voiture blanche est arrivée et s’est garée près de la maison.

— ALINE : C’est sûrement le propriétaire!

— ORNELLA : Sûrement? C’est lui eh!

     Un homme est sorti de la voiture. Il est allé de l’autre côté ouvrir la portière et une jeune fille est sortie.

L’homme était grand et noir, avec une longue barbe blanche. Ça se voyait tout de suite qu’il était riche.

Il avait une veste noire qui lui allait bien et qui laissait voir ses épaules assez larges. Il devait être dans la quarantaine. Ça se voyait qu’il prenait soin de lui, en faisant du sport par exemple.

     La fille quant-à elle était mince, avec des pieds arquées et ses jambes étaient assez longues. Elle était habillée de manière sexy et avait un maquillage qui lui allait parfaitement.

Les lampadaires qui étaient présents ont permi aux deux filles de bien voir les choses.

— ORNELLA : Mince, Dieu a créé!

— ALINE : Regarde le charisme du Monsieur, je n’en reviens pas! La fille est d’abord classe! Ça se voit qu’elle prend bien soin d’elle.

— ORNELLA : D’ici quelques jours elle sera notre amie. Je ne discute même pas!

— ALINE : Moi je suis avec toi! Pardon, rentons, il se fait tard.

     Les deux filles sont rentrées chacune chez elle.

     Le lendemain matin, les deux filles qui détestaient le sport ont décidé d’aller courir sur le long de la route, question d’espionner leurs nouveaux voisins.

Elles ont commencé à courir et à un moment donné, la jeune fille de la veille est sortie se placer devant la véranda et ce en tenue de sport.

Elle faisait de la gym, sur une petite natte.

— ORNELLA : On part la saluer?

— ALINE : Tu es courageuse hein? On attend d’abord un peu.

— ORNELLA : Okey, continuons alors notre sport.

     Pendant ce temps, la nouvelle voisine s’étirait toujours et quand elle a fini, elle a plié la natte et elle est rentrée avec la l’intérieur.

Puis, elle est ressortie avec des tennis aux pieds. Elle aussi avait envie de courir.

Ella a commencé son sport en allant au sens inverse des filles.

— ORNELLA : Ralentissons, comme ça en venant elle va nous croiser.

— ALINE : Tu as raison.

     Quand les filles se sont croisées, Ornella n’a pas hésité à parler.

— ORNELLA : Bonjour voisine!

     Elle s’est arrêtée en enlevant ses écouteurs.

— Euh, pardon?

— ALINA : Bonjour et bienvenue dans le quartier!

— Bah merci, c’est gentil! Vous êtes?

— ORNELLA : Moi c’est Ornella, je vis ici (en montrant sa maison).

— ALINE : Moi c’est Aline (en montrant la sienne).

— Moi c’est Kiara! Merci encore et bonne journée!

     Elle a mis ses écouteurs et elle a continué son footing.

     Plusieurs jours sont passés. Ornella et Aline ont commencé à faire du sport, juste pour attirer l’attention de Kiara.

     Kiara avait dix-sept ans aussi et elle était en terminale. Elle fréquentait une école réputée pour être l’école la plus chère du pays.

Avant d'emménager dans ce nouveau quartier, elle vivait dans un autre mais après la mort de sa mère, son père a décidé de construire une autre maison dans un autre quartier, question de faire un nouveau départ.

Il a donc vendu l’ancienne avant d’aménager dans la nouvelle.

Kiara était l’enfant unique de ses parents. Elle n’avait que des cousins et cousines qu’elle voyait de temps en temps.

Le sport était sa passion, et elle aimait danser comme Chris Brown.

Ce que les autres filles ne savaient pas, c’est que Kiara les avait aussi repérées.

Elle avait envie de les aborder mais, elle ne savait pas trop comment s’y prendre puisqu’elle ne savait rien d’elles, à part leurs prénoms et leurs maisons.

     Un jour, Kiara était en train de s’apprêter pour aller au concert d’un ami : @KS Bloom.

Avant de sortir de chez elle, elle l’a appelé.

— KIARA : Hey Ks, ça va?

— @KS Bloom : Oui merci et toi? Tu es en route j’espère?

— KIARA : Bien sûr!

— @KS Bloom : Okey, je t’attends!

— KIARA : D’accord!

     Elle a raccroché et elle a pris sa petite voiture que son père lui avait offerte.

Quand elles est sortie du portail, elle a vu Ornella et Aline en plein milieu de la route en train de marcher puis, elle a clacsonné: « Pim Pim ».

Les deux meilleures amies ont sursauté en se retournant pour voir qui avait clacsonné.

— ORNELLA : Ah, c’est Kiara, pardon quittons!

     Elle s’est approchée des deux filles et elle a baissé la vitre de sa voiture.

— KIARA : Les filles, ce n’est pas prudent de marcher au milieu de la route.

— ALINE : C’est vrai, nous sommes désolées.

— ORNELLA : Tu as raison Kiara. Bonne route!

— KIARA : Où allez-vous? Je peux vous déposer...

     Les deux filles n’en croyaient pas leurs yeux.

Elles étaient tellement contentes qu’elles ont secoué la tête pour dire oui, tout en souriant.

— ORNELLA : On part au Carrefour.

— KIARA : Okey, entrez!

     Elle a appuyé sur un bouton pour déverrouiller les portières et les deux filles sont entrées.

La voiture était toute mignonne, on sentait que c’était pour une jeune fille. Elle sentait tellement bon, il y avait une petite décoration féminine à l’intérieur.

— ALINE : Merci beaucoup!

— KIARA : De rien, c’est normal d’aider son prochain.

     Ornella et Aline n’en croyaient pas! Elles pensaient que Kiara était une fille sévère de part son charisme, or elle était gentille au fond au point de les porter dans sa voiture.

Ornella a chuchoté dans les oreilles d’Aline:

— ORNELLA : Je confirme que l’apparence trompe! Elle a un charisme de ouf, pourtant elle est gentille.

    Aline a griffé son amie pour qu’elle reste tranquille car Kiara observait tout à travers le petit miroir qui était au-dessus de sa tête; Ce miroir qui lui permettait de voir l’intérieur de toute la voiture.

— KIARA : Toi, la noire, c’est toi Aline ou Ornella?

— ORNELLA : C’est moi Ornella!

— KIARA : Tu as raison, l’apparence trompe beaucoup.

     Ornella a regardé Aline avec un air surpris.

— ORNELLA : Oulaaaaaa!

— KIARA : Ouais, j’ai entendu. C’est bien de se nettoyer les oreilles tu sais? Ça te permet d’entendre même les bruits d’une mouche.

— ALINE : Nous sommes désolées. C’est juste que…

     Elles étaient déjà au carrefour.

— KIARA : Vous descendez ici c’est ça?

— ALINE : Oui c’est ça.

— KIARA : Ok.

     Elle a garé la voiture et les filles sont descendues après avoir dit merci.

     Kiara est allée au concert de @KS Bloom.

Elle est allée le retrouver directement dans les loges pour l’encourager avant le début de ses prestations.

Il était avec d’autres proches à lui.

— @KS Bloom : Ah, tu es là, merci d’être venue!

— KIARA : C’est normal, tu es mon ami.

— @KS Bloom : Tu es arrivée au moment de la prière.

— KIARA : D’accord, 

     Ils ont prié pour préparer le concert.

Quelques minutes plus tard, c’était l’heure.

Tout le monde est allé rejoindre le public, sauf la star qui a attendu qu’on l’appelle pour gagner la scène, chose qui a été faite.

     Il y avait beaucoup de personnes, les filles étaient deux fois plus nombreuses que les hommes. Elles criaient pendant qu’il chantait. On se posait même la question de savoir si elles le faisaient par amour pour Dieu ou par amour pour lui.

Certaines étaient venues spécialement pour le voir. C’était un bel homme, elles voulaient à tout prix l’avoir. C’est vrai qu’il était beau, charisme et avait des moyens financiers, ça faisait donc en sorte que les gens soient dépassés et étonnés car pour eux, les hommes beaux et les belles femmes ne sont  pas faits pour adorer Dieu. Quelle mentalité!

     Après son concert, ses fans ont pris des photos avec lui. Certaines personnes ont carrément refusé de rentrer sans avoir son numéro.

Il a fallu que ses gardes le fassent sortir par la porte de derrière pour qu’il arrive au moins chez lui pour se reposer car il était épuisé.

    Kiara a pris sa petite voiture et elle l’a suivi.

     Une fois chez lui, ils ont fait le bilan du concert.

Après cela, certains sont rentrés chez eux, sauf Kiara.

Autour d’un bon dîner, elle a pris la parole.

— KIARA : @KS Bloom?

— @KS BLOOM : Oui?

— KIARA : Mon nouveau quartier est nase, je t’assure. 

— @KS BLOOM : C’est nase parce que tu as décidé de le voir comme ça. Dieu ne peut pas permettre que tu ailles dans un endroit pour rien.

— KIARA : Comment ça?

— @KS BLOOM : Je ne sais pas, est-ce que tu as des potes là-bas? 

— KIARA : Euh, pas vraiment. Il y a juste des salutations avec certaines personnes, notamment deux filles que j’ai remarquées.

— @KS BLOOM : Voilà, tu peux te lier d’amitié avec elles et faire des choses, je ne sais pas. Dis, ton père va bien?

— KIARA : Oui oui. 

— @KS BLOOM : Et nos amis en commun? Je t’assure que depuis que j’ai changé de côté, plusieurs se sont éloignés de moi.

— KIARA : Ah, ils vont bien. Ils se sont éloignés parce qu’ils ne comprennent pas encore tu vois…

— @KS BLOOM : Ouais…

     Quand ils ont fini, Kiara est rentrée chez elle.

     Les examens du Bac approchaient déjà.

Chaque fille a décidé de ne plus sortir pour se concentrer sur les révisions.

Elles voulaient à tout prix avoir leur examen et quitter le lycée dont elles en avaient déjà marre.

     Les jours de l’examen sont arrivés.

Les filles ont plutôt bien composé, sauf en mathématiques.

     Les filles après avoir composé, ont repris leurs vieilles habitudes. Elles sortaient comme d’habitude, Aline voyait son copain de temps en temps, Kiara faisait son sport et Ornella apprenait davantage à faire le make up.

     Ornella et Aline avaient déjà décidé d’aller forcer l’amitié avec Kiara. 

Kiara de son côté avait aussi décidé de le faire mais, tout en gardant son charisme car trop de familiarité engendre de mépris comme on dit souvent.

C’était le jour des résultats du bac. Elle a pris sa voiture pour le collège. Sur la liste, était marqué son nom, et d’autres. Elle était très contente qu’elle appela son père immédiatement.

Aline et Ornella de leur côté firent de même. Elles allèrent  au lycée et elles virent leurs noms sur la liste.

— ORNELLA : Enfin, les bancs et moi c’est terminé, même les tenues!

— ALINE : Parce qu’à l’université on s’assoit sur les canapés c’est ça? Tu jubiles que tu ne vas plus mettre la tenue. Okey, mais tu vas trouver l’argent où pour t’acheter des vêtements?

— ORNELLA : Qui achètent souvent mes vêtements?

— ALINE : En tout cas. Moi je réfléchis déjà sur un petit job que je vais faire pour pouvoir compléter et aider mes parents à payer mes études.

— ORNELLA : Tu as raison! Mais laissons d’abord ça et jubilons.

— ALINE : Je te dis! Voilà même Jordan qui arrive…

     Elle a sauté sur lui.

— ALINE : Tu as eu, tu as eu!

     Il a jubilé comme un fou et ils sont allés dans un restaurant à Yopougon, dans la ville d'Abidjan pour manger du porc braisé.

Le porc était à la mode. Certains ivoiriens quittaient leur ville juste pour s’y rendre, afin d’en manger avec des inconnus, et de papoter entre eux.

     C’est vers 16h qu’ils se sont séparés.

     

     De son côté, Kiara était aussi avec ses potes et elle s’apprêtait à rentrer. Elle a pris sa voiture et quand elle est arrivée au carrefour de son nouveau quartier, elle a croisé les filles en train de marcher à pied pour rentrer.

Elles avaient l’air si joyeuse que Kiara a essayé de deviner la raison.

Elle a claksonné et elle a fait un signe aux filles d’entrer dans la voiture, chose qui a été faite.

— ORNELLA : Bonsoir Kiara, merci beaucoup.

— KIARA : Si vous faîtes Terminale, c’est que vous avez eu le bac (en souriant).

— ALINE : Exactement! Comment le sais-tu?

— KIARA : Vous êtes joyeuses, comme tous ceux et celles qui l’ont eu. Regardez mon sourire par exemple…

— ORNELLA : Donc toi aussi, félicitations!

— KIARA : Merci, c’est gentil!

— ALINE : Vive le bac, vive l’université!

     Les trois filles se sont mises à répéter cette phrase à haute voix. Les passants étaient contents pour eux.

Elles sont arrivées dans leur quartier…

— KIARA : Vos parents sont déjà là?

— ORNELLA : Non, ils ne rentrent pas à cette heure.

— ALINE : Les miens aussi!

— KIARA : C’est pareil avec mon père. Alors, ça vous dit de faire un tour chez moi pour fêter ça?

     Les deux filles n’en croyaient pas. Elles avaient tellement rêvé de ce moment. Elle ont accepté sans hésiter.

— ORNELLA : On part s’apprêter et on vient.

— KIARA : Ça marche!

     Elles sont allées s’apprêter puis, l’une est allée chez l’autre.

— ORNELLA : Aline, toi tu sais coiffer. Pardon arrange vite mes cheveux.

— ALINE : Okey, dès que je finis tu me maquilles puisque c’est ton domaine.

— ORNELLA : Ça marche!

— ALINE : Maintenant tu parles comme elle hein? Haha je suis très contente je t’assure…

— ORNELLA : Je te dis! Une nouvelle amie. J’espère qu’on fera un trio hein…

— ALINE : Yes!

     Elles ont fini de s’apprêter et elles sont parties chez Kiara.

     Ornella et Aline n’avaient jamais vu une maison comme celle de Kiara.

C’était une maison aussi belle à l’extérieur qu’à l’intérieur.

— ORNELLA : Waouh, quelle belle maison!

— KIARA : Merci meuf!

— ALINE : Et tes photos sont partout! Je suppose que ceux qui sont sur cette photo de mariage c’est tes parents. Mais dis, je vois souvent ton père passer, mais pas ta mère…

     C’était un sujet sensible pour Kiara. Elle n’aimait pas trop parler de la mort de sa mère, c’était douloureux pour elle.

— KIARA : Ma mère n’est plus de ce monde (en affichant un air triste).

— ALINE : Nous sommes vraiment navrées Kiara, nos condoléances!

— ORNELLA : Allez, viens!

     Les deux filles ont enlacé Kiara en la réconfortant. La scène a duré au moins trois minutes.

— KIARA : Bon, je vous fais visiter le reste de la maison…

      Elles ont visité toute la maison. Elles étaient vraiment épatées par cette beauté incroyable qu’elles ont cru qu’elles étaient en Amérique, à l’intérieur de la Maison Blanche.

— ORNELLA : Yes, Life is beautiful girls! 

     Elles ont éclaté en lui demandant si elle était déjà américaine.

     Après cela, Kiara a proposé qu’elles aillent préparer un plat à la cuisine.

Il y avait tellement de choses. Elles ont préféré faire un poulet rôti avec des pommes.

Pendant ce temps, Kiara était au salon, en train d’apprêter la table où elles allaient manger.

Quand elle a fini, elle a sélectionné une liste de chansons pour la soirée.

     En moins d’une heure et trente minutes de temps, tout était prêt.

Elles se sont assises autour de la salle à manger.

— KIARA : C’est beau à voir! Bonne dégustation à vous les filles.

     « Une bouche pleine ne parle pas » comme on dit souvent mais ce n’était pas le cas cette soirée-là puisque les filles avaient décidé de faire de plus en plus connaissance.

— KIARA : Et si chacune parlait un peu d’elle?

— ALINE : Qui commence?

— ORNELLA : Toi, puisque ton prénom commence par « A ».

— ALINE : Bah moi c’est Aline Ngobo, j’ai 18 ans déjà et je suis en couple avec Jordan depuis plus d’un an. Je m’en sors plutôt bien à l’école et ma matière préférée c’est le français. Je compte m’inscrire dans une université qui comporte un internat en même temps mais j’hésite encore. Je vais causer avec mes parents par rapport. Et vous?

— KIARA : Waouh! Bon, moi c’est Kiara, j’ai déjà 18 ans aussi et je vais à l’université, en première année. Je suis célibataire actuellement même comme je suis en kiff sur quelqu’un. J’aime le sport, la danse du style Chris Brown et la mode. Je vis ici avec mon père et il y a des gens qui viennent travailler ici de temps en temps.

— ORNELLA : Ah ouais… Moi c’est Ornella, j’ai 18 ans comme vous les filles. J’aime le maquillage, puisque ma mère travaille dans un institut de beauté en ville. Je suis célibataire, je peux être en couple si je veux mais je ne veux pas puisque ma dernière relation des très mal terminée. Je ne suis pas très brave à l’école mais je fais de mon mieux pour m’en sortir. Pour ce qui est de l’université, je n’ai pas encore choisi.

     Toutes ont applaudi.

      Elles avaient déjà fini de manger, elles ont débarrassé la table. C’était désormais l’heure de danser, tout en buvant une autre bouteille de vin.

Chacune d’elle a sorti ses dernières piches. Il faut avouer que Kiara était la meilleure.

     Elles étaient tellement à fond dans ce qu’elles faisaient qu’elles n’ont pas vu le temps passer.

C’est la sonnerie qui a retenti qui les a alertées.

— KIARA : Les filles, ça doit être mon père! Du calme, respirez…

     Le temps d’aller ouvrir la porte, son père l’avait déjà fait puisqu’il avait sa part de clé.

Ornella a arrêté la musique immédiatement quand elle a vu ce monsieur charismatique à la barbe blanche entrer. Son costume rouge allait tellement bien avec la nouvelle couleur de ses cheveux.

— KIARA : Bonsoir papa. Euh en faite…

— Oh, bonsoir les filles! Je vous dérange?

     Il avait une voix tendre, douce et on y sentait de la maturité.

— KIARA : Euh non papa!

— D’accord, rangez-moi tout ça et allez dans la chambre parce que j’ai invité quelqu’un.

— KIARA : D’accord papa.

      Elles ont tout nettoyé. Ornella et Aline avalent un peu peur, raison pour laquelle elles tremblaient un peu.

Quand elles ont fini, elles sont allées dans la chambre de Kiara.

— ORNELLA : Waouh, ta chambre à la taille du salon de ma maison!

— ALINE : Elle est très belle!

— KIARA : Merci les filles! En passant, n’ayez pas peur de mon père, il est gentil. Bon, c’est vrai que des fois il est dur mais ne vous inquiétez pas!

— ORNELLA : D’accord merci!

— ALINE : Tu sais qui est son invité?

— ORNELLA : Mon petit doigt me dit que c’est ta future belle-mère Kiara.

— KIARA : Hors de question! Il ne peut remplacer la mère en si peu de temps, sinon je vais péter un câble!

     Elle ne voulait pas que son père se remette avec une autre en si peu de temps car pour elle, ce serait comme une trahison à l’encontre de sa mère, et une manière de dire à cette dernière qu’il ne l’a jamais aimée au point de la remplacer en si peu de temps.

Elles ont mis le meilleur film camerounais de tous les temps sur Netflix pour regarder : Le Fils du Gouverneur d’une certaine Brenda Seigning, dont la page F******k est « @Les Écrits d’une Inconnue.

— ALINE : Aïe, Arie,  il est tellement beau! Vous ne trouvez pas?

— ORNELLA : Pardon, tais-toi et concentre-toi sur ton Jordan. C’est à Kiara et moi de le contempler puisque nous sommes célibataires!

— KIARA : Hum, Jordan! Ornella, qu’est-ce s’est passé pour que tu rompes avec ton ex?

— ORNELLA : Il m’a trompée avec une ancienne amie et quand j’ai découvert la vérité, il a nié. J’ai insisté et il m’a battue.

     Kiara a sursauté.

— KIARA : Tu es sérieuse là?

— ORNELLA : Elle dit la vérité!

— KIARA : Ô les hommes! En tout cas, moi je suis amoureuse d’un ami mais ce n’est pas réciproque…

     Ornella et Aline n’en croyaient pas. Elles se demandaient comment un homme censé pouvait faire pour ne pas aimer une fille aussi belle et charismatique comme Kiara.

— ALINE : Mince!

— ORNELLA : Je ne te crois pas!

— KIARA : Attendez que je vous montre ses photos.

     Elle est descendue du lit pour aller prendre son téléphone qu’elle avait laissé sur le canapé de sa chambre puis, elle a rejoint ses nouvelles amies.

— KIARA : Laissez-moi chercher ses photos… Ah oui, c’est lui ici!

     Ce visage a interpellé Aline.

— ALINE : Attends, ce n’est pas @KS machin la? Un voyou ici en Côte d’Ivoire.

— KIARA : Bon, avant c’était un voyou mais je peux t’assurer qu’il a changé.

— ORNELLA : Hum, chan quoi? Tu as déjà vu un homme changer? En tout cas!

     Subitement, la sonnerie a sonné.

— KIARA : Ça doit être l’invité de mon père. Bon les filles, il se fait un peu tard, il faut que je vous accompagne!

     Elles se sont levées. Ornella et Aline ont pris les pop-corn qu’elles toutes avaient fait entre temps avant de commencer le film et elles sont sorties de la chambre.

— ORNELLA : Je laisse mes pop-corn que je suis folle? Je vais seulement tout manger.

— ALINE : Haha!

— KIARA : Attention sur les escaliers les filles, si les pop corn se versent c’est que mon père va râler.

     Elles sont descendues et elles ont vu une jeune dame ou plutôt une jeune fille au salon, qui devait avoir entre 21 et 24 ans.

La fille était brune et très bien habillée. Elle avait un sac signé Dolce Gabana et ses vêtements étaient de la même marque. Ses formes et son ventre plat laissaient voir qu’elle prenait bien soin d’elle. Par contre ses ongles super longs poussaient à se questionner sur comment elle faisait pour travailler. 

Elle était assise près du pére de Kiara, les pieds croisés. Sa robe super courte montraient ses cuisses lisses, douces et belles.

     Les filles lui ont dit bonsoir, avec une voix pâle.

— Bonsoir à vous!

— Bon Kiara, il se fait tard, va accompagner tes amies!

— KIARA : C’est ce que je voulais faire papa.

     Elles sont sorties de la maison et en quelques secondes, elles étaient hors du portail aussi.

— ORNELLA : Waouh!

— ALINE : Ornella pardon ne dis rien, tu vois bien comment Kiara est mal.

     En effet, Kiara qui était si joyeuse à cause de son bac et aussi à cause de ses nouvelles amies avait changé de mine.

C’est la première fois qu’elle voyait cette dame et elle avait un mauvais pressentiment.

— KIARA : En tout cas, je vais aller découvrir ce qui se passe. Merci pour cette journée les filles et encore, mes félicitations pour votre bac!

     Chacune a fait la bise sur la joue de l’autre et Kiara est partie.

Ornella et Aline sont restées, question de faire un bilan sur leur journée.

— ORNELLA : Une journée incroyable! Tu t’en rends compte?

— ALINE : Ah oui, c’est notre amie maintenant! Mais tu sais, la tête qu’elle a fait avant de partir me dérange. La pauvre!

— ORNELLA : Tu as raison, en tout cas on n’en saura plus aussi et on verra comment l’aider.

— ALINE : Ça marche! Bon, à demain seulement non?

— ORNELLA : Yes, à demain!

     Chacune est rentrée chez elle.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status