Jamais Moi Sans Toi
Jamais Moi Sans Toi
Author: Richy Plume-RAM
Le Début D'une Nouvelle Aventure Avec Richy Plume-RAM

Dieu créa l'homme et vit qu'il ne peut rester seul. Il créa ensuite la Femme Pourqu'elle tienne compagnie à L'Homme. Il mit entre ces deux êtres humains désormais inséparables un amour inconditionnel; un amour qui n'a pas de prix; un amour précieux; un amour digne de son nom; un amour dont nos parents connaissent l'essence c'est-à-dire son sens brut , sans modification, un amour .... Oui, un VRAI AMOUR. 

La vie n'est pas toujours rose pour les êtres humains. D'aucuns s'acharnent sur le peu qu'ils ont pour survivre tandis que d'autres en ont le matériel nécessaire et ce, abondamment. Cela nous revient à faire face à deux classes sociales , lesquelles sont : La classes des bourgeois (Riches) et celle des prolétaires(Pauvres). Cette différence de classe n'a jamais été équivaut à une minimisation à l'égard des prolétaires. Nous sommes tous les mêmes. 

Nous constatons malheureusement que cet AMOUR VRAI s'est intronisé et a fini son règne à l'époque de nos parents. IL A DISPARU . Aujourd'hui L'amour se définit comme la possession du matériel à exposant fiable. L'amour est l'argent, la richesse, le luxe, etc.... Ainsi, il n'est plus si simple D'AIMER si l'amoureux n'est pas orné jusqu'aux dents. Les pauvres....Imaginez aisément ! PAUVRES ! Ceux-là savent qu'ils sont immédiatement classés dans le rang inférieur. La chance ne leur sourit jamais. Ils n'en possèdent pas le <<Beau>>.

La partie affreuse est le support du mal de la part de nos parents d'aujourd'hui. La fille qui présente un pauvre type à sa famille en tant que petit ami est humilié , ignoré voire chassé de la concession ainsi que le garçon. L'AMOUR VRAI A DISPARU. Le matériel est loin d'être une preuve d'amour et la valeur de l'amour lui-même est inégalée. La femme qui est réellement amoureuse d'un pauvre homme et sait que ce sentiment est parfaitement réciproque doit savoir à partir de cet instant qu'elle pourra manger dans des assiettes en Or plus tard peu importe la durée de la réalisation de ce fait. 

L'argent et la cupidité ne peuvent s'introniser dans le palais de l'amour VRAI.  

La beauté extérieure d'une femme ne suffit pas pour faire d'elle son épouse légitime. Voyez son intérieur ! Analysez ses comportements ! Écoutez votre CŒUR et questionnez à plusieurs reprises votre RAISON ! L'AMOUR VRAI S'ÉTEINT À PETIT FEU. 

Dans le but d'exposer la valeur inestimable de l'Amour, j'ai eu l'immense envie de faire face aux Muses en leur comptant fleurette de la manière la plus sidérante . Elles se sont laissés faire et ma plume, vive et audacieuse se plongea dans cet encre intarissable pour ainsi écrire une histoire D'AMOUR VRAI intitulée : JAMAIS MOI SANS TOI. 

Lydia est une fille très brillante dont les parents avaient au moins le nécessaire pour subvenir à leurs besoins. Depuis la classe de Seconde elle s'était mise en couple avec Johny, un jeune garçon étincelant aimé par tous ses professeurs au collège. Johny était vraiment amoureux de Lydia et cette dernière aussi l'aimait de tout son coeur. Ils s'entraidaient dans tous les exercices jusqu'à ce qu'ils obtiennent leur Baccalauréat. La situation des parents de Johnny était pire que celle des parents de Lydia. Le père de Johnny était un mécanicien et sa mère une revendeuse. Contrairement aux parents de Lydia dont le père était un professeur certifié et la mère une couturière. 

Après l'obtention de leur Baccalauréat, Lydia décida de venir en aide à son petit ami pour qu'il se rende à l'Université. Johny eut l'idée de siéger définitivement dans une Zone proche de l'Université mais Lydia ne voulait pas qu'il s'éloigne d'elle. 

Elle paya alors la première tranche de l'école choisie et assurait aussi son déplacement. Ainsi, Lydia pourrait à tout moment voir son Johny vue qu'il ira à l'École privée tout comme elle. Tout était comme sur des roulettes. Johny faisait des cours de maison pour satisfaire ses besoins et évite de trop tendre la main à Lydia grâce à ce petit Job. Il réussit à payer la suite de la somme de l'école choisie malgré que Lydia avait promis de l'aider.  Lydia s'était inscrite en Sciences Juridique et Johny en comptabilité et gestion. Ils étaient heureux dans leur relation. Malgré que les copines de Lydia lui conseillaient d'abandonner le pauvre Johny, elle faisait la sourde oreille et se collait à son amour.

Les années passèrent et chacun d'eux avait eu leur licence. Ils étaient vraiment contents et voulaient continuer leur études lorsque le père de Lydia vint tout embrouiller. Ce dernier décida que sa fille épouse un de ses amis riches. Mais Lydia s'est toujours opposée à cette décision. 

Elle s'était catégoriquement opposé et ses parents la renvoyèrent de la maison. Lydia fut obligé de s'installer auprès de Johny pour ainsi avoir ne serait-ce qu'un Abri. 

      DÉBUT DE MON HISTOIRE

Lydia réside dans la maison de Johny, ses parents l'avaient laissé partir de la maison pas pour l'abandonner mais pour l'obliger à changer d'avis. Tout juste parce que les parents de Johny sont des pauvres, alors pour eux, Lydia changera d'avis lorsqu'elle commencera à vivre la misère chez ces derniers. 

Mais ils s'étaient trompé, Lydia est bien à l'aise dans la petite maison dans laquelle sont les parents de Johny. Elle aide la mère de Johny dans toutes ses tâches et elle avait même décrété d'aller vendre au marché avec la mère de Johny. Mais la mère de Johnny, ne l'avait pas accordée cela. Lydia avait pris toutes ses économies pour aider la famille de Johny.

Lydia est aimé par tous les membres de la famille de Johny, surtout les sœurs de Johny qui n'aiment pas s'éloigner d'elle pendant une seconde. Lydia restait à la maison en  compagnie des soeurs de Johnny comme c'était les vacances et ces dernières étaient à la maison. 

Elle est à l'aise et s'adapte au condition des parents de Johnny. Johny quant à lui, à part les cours de maison qu'il fait, ce dernier décide de chercher autre travail. Il ne veut pas que Lydia manque de quelques chose. Mais malgré toutes ses efforts, Johny n'arrive pas à trouver un autre travail. 

 

Il fut jour, Johny s'était réveillé très tôt le matin. Il était au dehors, assit et pensait à comment il allait faire pour subvenir aux besoins de sa famille et aussi de Lydia qui est sous sa garde.

Il était là, tout seul lorsque Lydia était sortie de la chambre, Elle s'était approché de Johny et lui demanda ce qui ne va pas.  

—Lydia : Bonjour Johny, comment vas tu ce matin ?  

—Johny : Je vais bien Lydia et toi, comment vas tu? As-tu bien dormi ? 

—Lydia : Oui, mais dis moi…

—Johny : Quoi princesse? Demanda Johny.

—Lydia : Quelque chose ne va pas avec toi?  

—Johny : Non rien, tout va bien. Pourquoi tu demandes ça ?  

—Lydia : Johny, je sais très bien que tu ne dis pas la vérité. Parce que tu es devenu très soucieux ces derniers temps. C'est difficilement que tu manges. Je ne comprends plus rien, ou bien c'est à cause de ma présence ici? Si c'est le cas, dit moi ça pour que je cherche une solution. Je peux toute fois vivre chez ma tante dans l'autre quartier.  

—Johny : Lydia es-tu sûre de ce que tu dis ? Comment peux-tu imaginer que ta présence ici...Oh mon Dieu, Lydia tu sais très bien que tu es vraiment précieuse pour moi. Mon souhait est de toujours te voir à mes côtés. Je vais très bien et ta présence ici ne pose aucun problème. Donc s'il te plaît, ne prononce plus cette phrase. Je t'aime Lydia et sans toi ma vie ne pourra pas avoir un sens. Mais…

—Lydia : Mais quoi?  

—Johny : Non oublie ma chérie, ne t'inquiète pas.  

—Lydia : Johny, tu m'aimes et je t'aime aussi. Je ne peux pas vivre ma vie sans toi. J'aime pas te voir souffrir, je sais que tu as un souci 

et je veux bien que tu me mets au parfum. S'il te plaît pour l'amour de Dieu. 

—Johny : Lydia, je comprends ce que tu ressens, mais sache que j'ai rien de grave. Tout va bien. Ce qui me dérange un peu est que, c'est à cause de moi que toutes ses choses t'arrivent. C'est aussi à cause de moi que tu as choisi, que tes parents t'ont renvoyé de la maison. Tu penses que je suis la personne qui souffre, mais non. Tu es celle qui souffre plus. Parce que ta relation avec tes parents est brisée à cause d'un homme qui n'arrive même pas à satisfaire tes besoins. Toutes tes économies sont parti en fumé, tout ça à cause de moi. 

Johny avait laissé échapper de ses yeux quelques perles de larmes toujours en parlant.

—Johny : Et même avec ce que je vois, tu ne sauras plus en mesure de continuer tes études. Je me demande même des fois, si c'est une bonne décision tu as prise pour être avec moi. Car j'ignore quand tout ceci finira.  

—Lydia : Johny, mon chéri, pourquoi pleures-tu ? S'il te plaît j'aime pas te voir comme ça. Veux-tu que je commence aussi par pleurer ? Johny, je t'aime et rien ne peut changer cela, Je te veux dans ma vie, Je suis fière de t'avoir choisi, fière d'être avec toi. Tu m'as beaucoup 

donné que tu ne peux imaginer. Ce que tu m'as donné et tu continues de me donner, a plus de la valeur que tout ce qui existe sur cette terre. Ton amour me suffit, Je sais que tu n'es pas un paresseux, ni un vaut rien comme certaines pensent. Ne te fais plus de souci pour ça, Je sais que tout finira par s'arranger et tous nos rêves deviendront des réalités. Faut avoir confiance en Dieu et crois en tes  capacités. Garde toujours dans ta tête que je serai toujours avec toi, toujours à tes côtés s'il pleut ou neige. Il n'aura jamais MOI SANS TOI , NI TOI SANS MOI. Je t'aime Johny et je sais que, j'ai fait un bon choix en te choisissant à tant que l'homme de ma vie. Alors ne te fait plus de souci.

—Johny :  OK mon amour, j'ai compris et sache que je t'aime plus que tout au monde. Tu es et resteras la femme de ma vie, la mère de 

mes futurs enfants. Je te promet que je serai toujours à tes côtés, quel qu'en soit ce qui arrivera. Tu es la seule que mon coeur réclame. Je t'aime Lydia. 

—Lydia : Je t'aime aussi mon chéri. Dit moi , tu veux aller quelque part dans l'après midi ?  

—Johnny : Oui ma princesse je pense rendre visite à Pierre mon ami. Je lui ai demandé de me trouver un job là où il travail. Donc il m'a appelé hier soir pour me dire de passer chez lui aujourd'hui dans l'après midi. 

—Lydia : OK je vois.

—Johny : Pourquoi as-tu demandée cela? Il y a quelque chose ?  

—Lydia : Non chéri, je voulais juste te demander de m'accompagner chez ma copine Catherine. Mais c'est pas grave, j'irai seule. 

—Johny : Oh désolé, peut-être une autre fois.  

—Lydia : D'accord chéri, bon je vais te fausser compagnie. Je dois faire les travaux de maison.  

—Johny : OK ma princesse.  

Lydia avait commencé par faire les travaux de maison et Johny avait décidé de l'aider un 

Cpeu avant de quitter la maison. 

Il sonnait déjà 13h, Johny n'était plus à la maison. Lydia aussi était partie chez sa copine Catherine. La mère de Johny était du retour du 

marché et elle était entrain de travailler lorsque le propriétaire de la maison dans laquelle ils sont était venu la voir.

—Propriétaire :  Bonsoir madame MARCOS. 

—Mère de Johnny : Bonsoir propriétaire, comment vous allez ?  

—Propriétaire : Je vais pas du tout bien, tout d'abord où est ton mari?  

—Mère de Johny :  Mon mari ? Il est parti au travail. 

—Propriétaire : OK, il m'a laissé mon argent ?  

—Mère de Johny :  Non propriétaire, mais...

  

—Propriétaire : Non c'est bon, donc il ne m'a pas laissé mon argent ? Dans ce cas, je veux juste que vous quittez ma maison dans deux jours. Je ne veux plus l'argent, mais dans deux jours, je viendrai pas vous voir ici.  

La mère de Johny avait commencé par supplier le propriétaire, mais ce dernier avait refusé de l'écouter et lui faussa compagnie en quittant la maison. La mère de Johnny avait commencé par pleurer.

                                                                                      

›››CHEZ CATHERINE

Lydia est chez sa copine et discute avec cette dernière. Catherine est l'une des copines de Lydia qui avait une tante dans la maison des parents de Lydia. Comme Catherine rend temps en temps visite à sa tante, Lydia profitait pour demander d'après ses parents.

—Lydia : Catherine, comment va ma mère et mon père ? J'espère qu'ils vont bien?  

—Catherine : Oui Lydia ils vont très bien, même la fois dernière quand j'étais parti voir ma tante, en voulant rentrer chez moi, ta mère m'avait appelée pour demander d'après toi. Et je lui ai dit que tu vas très bien et elle avait commencé par couler des larmes et je l'ai faussé compagnie. 

—Lydia : Catherine, tu es sûre que tu lui as dit que je vais très bien ?  

—Catherine : Mais ma copine que penses-tu que j'allais dire?  

—Lydia : Je te connais très bien et je sais que tu ne peux jamais dire ça. Car tu n'as pas approuvée le fait que je réside avec Johny et sa famille.  

—Catherine : Ma chérie, tu sais, sans te mentir je ne sais pas ce que tu as trouvée chez ce garçon. C'est vrai que c'est pas ce que j'ai dit à ta mère et que je t'ai menti. Mais ouvres tes yeux, regarde l'état dans lequel tu es. Toi qui est belle et séduisante, regarde ton corp, ton teint, tu noircis de jour en jour. Vraiment Lydia écoute, tes parents souhaitent le meilleur pour toi, Ils veulent pour toi un homme qui prendra soins de toi, un homme qui sera prêt à tout pour toi, Un homme de bonne classe. Mais je ne sais pas ce qui tourne pas rond dans ta tête. Ou bien ce garçon t'a fait quelque chose ? Sinon celui que tes parents veulent pour toi est un homme d'affaire, riche, élégant et beau. Aucune fille de ce quartier ne laissera jamais passer cette opportunité. Mais toi, tu es collée à quelqu'un qui ne peux rien faire pour toi, un pauvre homme dont les parents aussi sont pauvre. Ma copine s'il te plaît, penses bien à ce que je te dis et à ce que tes parents te disent,  Sinon ce sera trop tard de retourner en arrière. Johny ne peux rien faire pour toi, la seule chose qu'il peut faire est de ruiner ta vie et te laisser. Toi la plus belle fille du quartier, regarde comment tu es devenue... 

—Lydia : Catherine, tu sais quoi, je ne sais pas ce que vous avez tous contre Johny. Johny ne m'a rien fait et rien ne changera l'amour que j'ai pour lui. Ce que vous ne comprenez pas et que vous n'aimeriez pas comprendre est que l'amour est plus important que toutes les richesses de cette terre. Moi je ne veux pas un homme riche, ni un homme qui possède tous les biens matériels de ce monde. Mais un homme qui sait m'aimer, un homme qui m'accorde son attention, qui me donne la joie de vivre, la paix du cœur et j'en ai déjà trouvée. 

Cet homme est Johny, Si mes parents veulent vraiment que monsieur Styves soit leur beau fils, qu'ils l'épousent à ma grande soeur Stéphanie. Mais pas à moi, l'amour, le vrai amour c'est le coeur et non la richesse. Ce que mon père oublie est qu'il n'est pas riche avant de marier ma mère et ma mère non plus ne l'avait pas épousée à cause de la Richesse ou des biens matériels. J'aime Johny et je ne rêverai jamais de le quitter, S'il mange du sable je vais manger, mais heureusement que les enfants de Dieu ne sont pas fait pour 

manger du sable. Je suis à l'aise comme ça Catherine et si chaque fois tu me diras ces genres de chose, je vais plus venir te rendre visite.  

 

—Catherine :  À bon? Tu vas plus me rendre visite, parce que je te dis la vérité ? OK c'est pas grave, mais j'ai une nouvelle pour toi.

  

—Lydia : Quelle nouvelle ?  

—Catherine : Je vais me marier dans quelques mois. 

— Lydia : Quoi? Te marier ?  

— Catherine : Oui, mais ne penses pas que c'est avec un pauvre homme que je veux me marier hein. Mais avec un homme très riches de la ville. Il est venu demander ma main à mes parents et mes parents aussi ont acceptés.  

—Lydia : Je ne crois pas que toi aussi tu as acceptée cela. Catherine tu t'entends dire? Ça sonne vraiment dans tes oreilles ? Donc tu veux laisser tes études ? Et nos rêves ?  

—Catherine :  Bien sûre que j'ai acceptée, tu parles de quels rêves ? Tu sais très bien qu'avec Johny le tient est déjà tombé à l'eau. Alors ne  prononce plus ça, je vais me marier avec Alexandre il est vraiment riche, beau, mignon , romantique. Oh mon Dieu, il me rend folle.  

—Lydia : Ma copine je vais te fausser compagnie, mais saches que tu es juste aveuglée par la richesse ainsi que les parents et rien d'autre. Je ne souhaite même pas ça pour toi. Un homme que tu n'as pas étudiée, un homme qui ignore ce que tu aimes ou ce que tu détestes. Pareil pour toi aussi et tu penses être en harmonie avec ce dernier ? Au moins moi je connais Johnny depuis les cours secondaires. 

Lydia parlait à sa copine Catherine lorsque la mère de cette dernière était venue les  interrompre en commençant par jeter les insultes sur Lydia. 

 

—Mère de Catherine : Lydia tu racontes quoi à ma fille ? Ne met pas les idées étranges dans la tête de ma fille. Car elle sait bien ce qui est bon pour elle et elle n'est pas comme toi qui ne   comprend rien à rien. Reste là dans ton ignorance. 

—Lydia : Mais maman j'ai rien dit de.... 

—Mère de Catherine : Je ne veux rien écouter, Catherine je te veux dans la cuisine.

  

—Catherine :  D'accord maman je viens. 

La mère de Catherine était entrée dans la chambre et Catherine s'était levée. 

—Catherine :  Lydia j'ai du travail donc nous allons nous voir après. Mais n'oublie pas de penser à tout ce que je viens de te dire. Car ces genre de chance ne se présente pas deux fois.

 

—Lydia : Bon après midi Catherine et si possible salue moi ma mère une fois que tu seras chez eux.  

—Catherine : OK oooh!!!! 

Lydia avait prise la route pour retourner chez Johny. 

Johny était déjà à la maison, car ce dernier avait absenté son ami pierre. Il consolait sa mère, comme cette dernière chouinait. 

-Johnny : Mère arrêtez de pleurer il y a un Dieu pour nous les pauvres.  

-Mère de Johnny : Mon garçon, je sais bien mais c'est vraiment compliqué. Tu sais très bien que nous n'avons pas d'argent pour payer le propriétaire et il nous a juste donné deux jours pour quitter sa maison. Où irons-nous ?

  

Johnny était dépassé et se plongea à nouveau dans de souci. Ils étaient là lorsque Lydia avait fait son entrée dans la maison. Lorsqu'elle avait vue la mère de Johny avec des larmes aux yeux, elle avait courue vers elle. 

-Lydia : Maman vous avez quoi?  Qu'est-ce qui ne va pas maman ? 

La mère de Johny faisait que pleurer et n'arrivait à répondre aux questions de Lydia. 

-Lydia : Johny qu'est-ce qui ne va pas ici? Pourquoi maman pleure ? Où sont passé Anicette et Monique ?  

-Johny :  Elles sont sortis Lydia. 

-Lydia : Et c'est quoi? Papa a quelque chose ?  

-Johny : Non Lydia. 

-Lydia : Mais dis moi alors ce qui ne va pas non. Maman arrêtez de pleurer s'il vous plaît. 

Johnny, avec difficulté avait mis Lydia au parfum de ce qui se passait. Lydia avait décidé d'aller voir ses parents et Johny avait refusé. Elle décréta alors d'aller demander de l'aide à sa tante. Mais la mère de Johnny l'avait dit de ne pas se gêner. 

Lydia s'était fondue en larmes, elle ne savait plus quoi faire pour aider les parents de son amoureux, car ces derniers avaient tout refusé. 

Le soir lorsque le père de Johnny était revenu d u boulot, après avoir entendu ce qui n'allait pas, il avait décidé qu'ils iront rester au village. 

Lydia n'était pas là lorsque le père de Johnny avait prise cette décision. Elle était partie acheter en compagnie des deux soeurs de Johnny. Johnny n'avait pas approuvé la décision de son père. Il avait commencé à se demander ce qu'il allait faire, car Lydia était avec eux. Il se demandait si Lydia acceptera de le suivre au village...

Lydia était sur le chemin avec les soeurs de Johnny, les sœurs de Johny la taquinaient et elles rigolaient. Tout à coup, elle vit la voiture de mari de sa tante maternelle au s'était garée devant elles et elle avait courue vers la voiture. 

Une fois proche de la voiture, elle vit sa tante et son mari à l'intérieur.  

-Lydia : Bonsoir tonton, bonsoir ma tante. 

Bonsoir répondirent-ils et la tante de Lydia  avait pris la parole. 

-Tante de Lydia : Ma fille tu vas où comme ça ?   

-Lydia : Je vais à la maison ma tante. 

-Tante de Lydia : À la maison où ? Car je viens de quitter chez tes parents maintenant et j'ai appris ce qui s'était passé. Mais ma fille, pourquoi tout ça ? On dirait que tu ne connais plus chez moi ou tu n'as plus mon numéro. Je n'arrive pas à comprendre ce que ta mère vient  de me raconter. 

-Lydia : Ma tante je suis désolée de ne pas venir vous voir. Et aussi papa avait pris le portable chez moi avant que j'ai quittée  la maison.  

-Tante de Lydia : OK mais dit moi, tu réside où maintenant et qui sont ces filles?  

-Lydia : Ma tante, ce sont les soeurs de mon petit ami et je vis chez eux.  

-Tante de Lydia : Oh ma fille, regarde comment tu es devenue. Mais c'est pas grave je veux que tu viennes chez moi demain matin, Vers 10h comme ça.

-Lydia : D'accord ma tante, je pensais même venir vous voir pour vous parlez de quelque chose.  

-Tante de Lydia : Sa tombe à pic alors, demain lorsque tu viendras à la maison, nous allons en discuter. Je te connais et je sais que tu ne fais rien sans raison. C'est pour ça que malgré tout ce que tes parents m'ont raconté tu restes et resteras ma fille adorée. 

-Lydia : Merci beaucoup ma tante, comment vont Natacha et David?

 -Tante de Lydia : Oui tes frères et soeur vont très bien et ils demandent même d'après toi. Ils seront content de te voir demain. 

-Lydia : Ok ma tante, je viendrai demain. 

 -Tante de Lydia : OK bonne soirée à Toi ma fille et soit prudente.  

-Lydia : D'accord ma tante.

Lydia voulait les fausser compagnie lorsque sa tante l'avait rappelé et elle était retourné les voir. 

-Tante de Lydia : Lydia prend cet argent, au moins tu vas prendre ça pour prendre taxi avec.  

-Lydia : Non ma tante, 5000f ? C'est trop je ne peux pas.  

-Tante de Lydia : Arrête avec ça ma chérie et prends l'argent. Si possible demain en venant viens avec ton petit ami. Je veux voir cet homme chanceux de mes propres yeux.

 

-Lydia : OK ma tante, je viendrai avec lui alors. Merci beaucoup ma tante pour l'argent, merci infiniment. 

-Tante de Lydia : Arrête ma chérie, ça va s'arranger OK ?  

-Lydia : Ok ma tante.  

Le mari de la tante de Lydia avait démarré

la voiture et Lydia aussi avait pris le chemin avec les soeurs de Johny. La tante de Lydia faisait que se plaindre pour Lydia. Elle n'arrivait pas à comprendre la raison pour laquelle sa soeur et son mari ont décidé de renvoyer leur fille de la maison. Juste parce que cette dernière ne voulait pas épouser quelqu'un qu'elle n'aimait pas?

Les parents de Lydia étaient au salon lorsque Styve était venu les rendre visite. Les parents de Lydia l'avaient bien accueilli et il avait pris siège.

-Styve : Mes beaux parents, je suis venu vous voir pour avoir les nouvelles de Lydia. Sinon ça fait déjà des semaines que je viens ici et je la trouve pas. Mais ce qui me donne un peu de souci est que j'ai appris qu'elle est avec un autre homme. Alors que c'est pas ce que vous m'avez dit. 

Le père de Lydia ne savait plus quoi répondre. Il baissa la tête et la mère de Lydia était obligée de prendre la parole enfin de tout expliquer à Styve. Ce dernier après avoir écouté ce que la mère de Lydia l'avait dit, il  énervé et décida de rentrer chez lui. Il se précipitait pour quitter la maison des parents de Lydia lorsque ses yeux étaient tombé sur Stéphanie, la grande soeur de Lydia.  Il avait observé cette dernière d'une façon qu'on dirait qu'il voulait lui dire quelque chose et sans avoir adressé la parole à Stéphanie il monta dans sa voiture et prit la route.

 

Lydia était enfin à la maison avec les soeurs de Johny. Les soeurs de Johny, étaient partis remettre ce qu'elles avaient achetées à leur mère et Lydia était parti rejoindre Johny sur la terrasse.

Johny était assis sur la natte et était plongé dans ses pensées. Lydia, une fois près de lui, lui dit qu'elle avait vu sa tante et ce que cette dernière l'avait dit. Elle voulait même remettre à Johny les 5000f que sa tante l'avait donnée. Mais Johny avait refusé de prendre. Elle avait réalisé que Johny s'était encore plongé dans ses soucis et décida de lui parler. 

-Lydia : Mon chéri je sais que tu es soucieux et je te comprends. Mais nous allons trouver une solution à ça t'inquiète pas. Une fois que nous irons chez ma tante je suis sûre qu'elle va nous aider.  

-Johny : Lydia, tu sais ce que mon père viens de dire?  

-Lydia : Non, papa a dit quoi?  

-Johny : Il a dit que nous irons rester au village.

-Lydia : À bon il a dit cela ? Et il a quoi de mal à ça ? Si c'est la décision de papa c'est rien non. Nous irons au village ou bien toi tu veux pas? Car en voyant tes yeux tu veux pas.

-Johny : Mais Lydia je ne comprends pas, je te parles au sérieux et tu penses que je blague ?  

-Lydia : Comment je pense que tu blagues? Si c'est au village nous irons, moi je suis prête à te suivre partout où tu iras. Tu es à moi et je suis à toi, je sais que tes parents n'accepteront jamais que ma tante les aide. Donc si elle peut nous aider, toi et moi, nous verrons quoi faire. Mais dans le cas contraire j'accepte d'aller rester au village avec toi. 

-Johny : Lydia, es-tu sérieuse de ce que tu dis? Et si tes parents refusent ? 

-Lydia : Oui, bien sûre que Oui, tu penses que je vais te laisser partir seul ? Mais non il n'y a pas toi sans moi, ni moi sans toi. Je t'aime Johny et mon amour pour toi n'est pas un amour falsifié. Concernant mes parents ne t'inquiète pas, ils vont rien dire et s'ils décident de faire quelque chose je suis là pour parler. Tu m'as pas kidnappé, donc il n'y a rien de grave là. Je t'aime vraiment mon amour et je ferai tout pour te rendre heureux. 

-Johny : Lydia, mon amour je ne sais même pas ce que je vais te dire. Viens dans mes bras ma chérie.

-Lydia :  Chéri tu as oublié que papa et maman sont au dehors ?  

-Johny : Ah OK je vois..

Lydia se mettait à rire...

Styve, l'homme qui voulait épouser Lydia était enfin chez lui. Ce dernier faisait que penser à Stéphanie, la grande soeur de Lydia.

-Styve : Vraiment sans blague, cette fille Stéphanie est vraiment belle que sa soeur Lydia. Ou bien que je cesse de courir derrière cette pétasse de Lydia pour tourner carrément vers sa grande soeur? 

Le lendemain…. 

Lydia et Johnny étaient chez la tante de Lydia. Cette dernière les avait bien accueilli et ils commencèrent à discuter. Après leurs discussions, la tante de Lydia avait acceptée d'héberger Lydia et Johnny. Elle avait même acceptée de les aider concernant leurs études. Ils étaient là lorsque Natacha, la fille aînée de la tante de Lydia, fit son entré dans la maison. Une fois au salon, cette dernière les avait salué  et monta dans sa  chambre. 

Lydia et Johny étaient déjà du retour et les parents de Johny étaient déjà prêts pour se rendre au village comme prévu. La mère de Johny ne voulait pas du tout que son seul garçon reste loin d'elle. Elle regarda son fils et Lydia et décida de les dire quelques mots avant de monter dans le taxi qui allait les amener.

-Mère de Johny : Mes enfants, je vous aime de tout mon coeur. Vous savez bien que mon intention n'est pas de vous laisser seuls ici. Mais j'ai pas le choix, car c'est votre avenir qui est en jeux. Donc je suis obligée d'accepter votre décision. Mais j'ai quelques chose à vous dire et je veux que vous les gardez très précieusement dans votre tête et esprit.  

(La mère de Johny en pleure)

Johny mon fils, tu es le seul garçon que j'ai. Ma prière depuis que tu as eu tes 18ans est que tu deviens un grand homme et que le bon Dieu te donne une femme qui t'aimera de tout son coeur. Car tu es très précieux pour moi, c'est toi qui m'a enlevé la honte dans ce quartier. Sinon pour certaines personnes je suis une femme stérile, mais tu es venu au monde et tu as eu la chance d'avoir encore deux petites soeurs. Depuis que je te vois avec Lydia, j'ai réalisée que le bon Dieu a exaucé l'une de mes prières. Parce que Lydia est une bonne fille, et elle sera une bonne femme de classe et de valeur. Johny, Lydia t'aime et l'amour qu'elle a pour toi, est un amour recherché dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui. Elle est prête à tout pour toi et je suis fière de vous deux. Je prierai toujours Dieu qu'il vous unisse d'avantage et qu'il vous protège pour moi. Johny tu es l'homme donc tu dois tout faire pour veiller sur elle, protège la et ne rêve jamais de la trahir ou de la faire du mal. Sinon le jour où tu feras ça, le bon Dieu ne va jamais te pardonner. Parce que la femme est sacrée et le plus dangereux est lorsque cette dernière s'est donnée complètement à toi, t'a donnée tout ton amour et tu decides de la blesser. Une femme comme Lydia est une perle rare et aussi une richesse qui doit être protégé et gardé jalousement.

À suivre...

RICHY PLUME-RAM

GOD'S INSPIRATION

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status