Chapitre 2

Les deux heures finirent par prendre fin et Lucas et moi prenions le train pour aller manger chez lui. Ses parents étaient au travail alors nous avions la maison rien que pour nous tous les mercredi. Nous aurions aussi pu aller chez moi mais il ne restait pas grand chose à manger.

Nous fîmes chauffer des pâtes puis les mangions devant la télé. Une fois rassasiés nous fîmes la vaisselle puis sortîmes tous les ingrédients nécessaires pour faire deux pizzas. Nous mîmes dessus toutes sortes de fromages puis la découpâmes une fois qu'elle était prête et mîmes les parts dans différentes boîtes. Nous laissâmes quatre parts pour les parents de Lucas puis prîmes le train de nouveau pour aller à la station de police où travaillait l'aîné de mes frères. Il lui arrivait d'oublier de prendre avec lui le repas que lui préparait sa copine. Nous avions pris l'habitude de lui apporter un petit quelque chose les mercredis pour lui faire plaisir.

Les employés nous connaissaient à présent et ils nous saluèrent en nous voyant. Nous leur sourîmes en retour puis nous dirigions vers le bureau de Mathieu. Ce dernier était assis devant un ordinateur et parcourait des dossiers. Deux personnes partageaient le bureau avec lui mais ils n'étaient pas là.

Mathieu leva la tête en entendant ma voix l'interpeller et il sourit.

«Bonjour les enfants. Comment se sont passés les cours?»

Lucas sourit fière de lui.

«J'ai géré en français alors que je n'avais même pas lu le texte en entier.»

Mathieu secoua la tête amusé.

«Tu devrais vraiment commencer à faire tes devoirs, Lucas.

-Il devrait surtout commencer à les noter.»

Lucas me fit une grimace alors je lui tirais la langue. Je posais ensuite les parts de pizza devant mon frère tout sourire.

«Vous n'étiez pas obligés. Camille m'a fait penser à prendre mon déjeuner.

-Oui mais on voulait te faire plaisir.

-Eh bien vous avez réussi merci beaucoup.»

Mathieu nous regarda chacun notre tour avec un regard bienveillant.

«Que ferais-je sans vous?

-Tu mangerais moins.»

Mathieu rit suite à ma remarque.

«C'est pas faux. Merci encore.»

Il croqua dans une part.

«Hum c'est super bon bravo.

-Merci! dis-je fière.

-C'est totalement grâce à moi! Cette fille est plus maladroite qu'un hippocampe hors de l'eau.

-C'est pas vrai! Je suis d'une aide précieuse.

-Pfff précieuse c'est ça.»

Mathieu nous écoutait nous chamailler tout en mangeant. Il profita d'une seconde de silence pour demander:

«Au fait Mal, il n'y a pas une Emma dans votre classe?

-Si pourquoi?

-Elle était absente aujourd'hui n'est-ce pas?

-Oui. Tout va bien?

-Ses parents assurent qu'ils l'ont déposée devant l'établissement. Elle n'est pas non plus rentrée après votre dernière heure et ne répond pas à son téléphone.

-Mince... J'espère que tout va bien...

-Tu la connais bien? Ça lui ressemble de faire ce genre de chose?

-Eh bien, je n'en sais pas plus que toi... Nous n'avons jamais parlé.

-Dommage. Et elle n'avait pas l'air différente ces derniers temps?

-Pas vraiment... dis-je.

-Si tu veux mon avis, Emma c'est le genre de meuf à faire une fugue parce que son papounet chérie ne lui a pas acheté le dernier Iphone.

-Très bien merci quand même. Bon je vais devoir me remettre au travail les enfants.

-Tu travailles sur quoi? demanda Lucas curieux.

-Rien de bien glorieux.»

Lucas n'était pas satisfait d'une telle réponse mais je le tirais hors du bureau pour éviter qu'il questionne Mathieu plus longtemps.

«Quoi? Ça m'intéresse moi.»

Mon frère travaillait jour et nuit. Il répondait de temps en temps aux questions de Lucas qui était passionné par les crimes. Cependant il refusait catégoriquement de donner des détails sur les meurtres ou les autres crimes plus grave. Lucas en était très irrité mais je comprenais Mathieu. Il voulait nous préserver. Heureusement Lucas n'était pas non plus du genre à trop forcer. De plus il en fallait beaucoup pour que Mathieu perde son sang froid.

«Allez viens.»

Nous sortîmes de la station de police et prîmes le chemin du studio de Manoé. À cette heure il devait être en pleine pose. Je ne pus m'empêcher d'avoir un pincement au cœur quand nous nous retrouvâmes à l'accueil. La dame de l'accueil était nouvelle. Je ne l'avais jamais vue. Elle était très gentille et souriante et prévint immédiatement Manoé de notre présence. Il descendit en quelques minutes et nous demanda pourquoi nous restions en bas et ne montions pas un peu dans le studio.

«Non, c'est gentil mais on veut pas déranger.

-Tu rigole? Vous dérangez pas allez venez.»

Je me résignais à suivre mon frère vers l'ascenseur et priais intérieurement pour que Théo ne soit pas là.

«Je comprends pas pourquoi tu veux jamais monter, Mal. Tu es ma sœur tu peux venir dans le studio quand tu veux.

-Je sais mais je ne veux pas déranger.

-Tu ne dérange pas enfin.»

Je souris. L'ascenseur s'arrêta et nous suivîmes Manoé jusqu'au studio. Mon sang se glaça quand je vis que tout le monde était présent. Le groupe était au complet avec Chris le bassiste, Baptiste le batteur et Théo le guitariste. Ce dernier eut un sourire narquois en me voyant tandis que les autres sourirent visiblement heureux de nous voir avec Lucas.

Je saluais tout le monde faisant mine d'être à l'aise. Les garçons nous remercirent pour les pizzas et se jetèrent littéralement dessus. Théo rit en voyant la scène.

«Vous êtes vraiment des morfalles. Vous allez en mettre partout. Je ferais mieux d'aller chercher des serviettes. Tu m'accompagne Mal?»

Mon sang ne fit qu'un tour. Je ne voulais pas me retrouver seule avec lui. Je devais à tout prix éviter cela. Heureusement Manoé vola à mon secours sans vraiment savoir ce que je ressentais.

«Je vais aller en chercher Théo t'inquiète. Et appelle ma sœur Malinda si tu veux bien.»

Mon frère me sourit avant de sortir. Je lui rendis son sourire soulagée au plus haut point. Théo s'assit le regard sombre et mangea une part de pizza sans me lâcher des yeux. Je me ratatinais sur place et Lucas semblait comprendre que quelque chose n'allait pas.

Manoé revint assez vite et peu après son retour nous partîmes avec Lucas. Je lançais aux garçons de continuer à écrire de bonnes chansons puis me dirigeais vers l'ascenseur presque en courant. Lucas me suivit tant bien que mal et une fois dans l'ascenseur m'interrogea du regard perdu.

«Quoi? lui demandais-je.

-Tout va bien?

-Oui parfaitement bien.

-Tu es sûre?

-Mais oui.

-Okay...»

Dès que nous fûmes sortis de l'ascenseur tout redevint normal. Lucas et moi rentrions chez nous faire nos devoirs en attendant que nos familles respectives rentrent. De son côté la soirée se passa dans le calme tandis que chez moi la soirée avait été un peu plus mouvementée.

Comme nous avions des trains de vie différents et étions pressés le matin nous avions pris l'habitude de passer le plus de soirées possible ensemble dans le salon avec mes frères. La plupart du temps nous mangions en discutant puis nous nous posions et faisions des activités diverses en étant les uns avec les autres.

Ceux qui avaient des devoirs travaillaient ensemble et les autres jouaient à un jeu de société, aux cartes ou à des jeux vidéo. Lucas se joignait certains soirs à cette coutume.

Ce soir comme la plupart des soirs, Mathis s'était assis légèrement à part sur le canapé pour travailler. Nous lui avions dit qu'il pouvait se mettre dans une autre pièce s'il avait besoin de silence mais il disait qu'on ne le dérangeait pas. Mathis passait tout son temps à réviser depuis qu'il était entré en prépa. Les soirées avec nous étaient comme une pause pour lui même s'il continuait à réviser.

Tandis que Mathis révisait, les autres allumèrent la Ps4 et proposèrent un tournoi de jeux vidéos. Le perdant devait évidemment faire la vaisselle seul pendant une semaine. Je décidais de prendre part à la compétition et sans surprise je battais tout le monde haut la main. Les garçons râlèrent beaucoup. Ils m'accusèrent de tricherie et Maxime m'immobilisa même les bras à un moment pour m'empêcher de jouer.

Je me demandais comment pouvait travailler Mathis dans toute cette agitation. Malgré les triches répétitives de mes frères j'arrivais deuxième après Mathieu et le perdant fut Marcus. Ce dernier fidèle au mauvais joueur qu'il était s'enferma dans sa chambre le reste de la soirée.

Nous finîmes par rejoindre nos chambre aussi pour ne pas rater trop d'heures de sommeil.

Le lendemain mon réveil me réveilla en plein milieu d'un rêve très agréable. Cela m'irrita au plus haut point mais je devais me lever pour ne pas être en retard. Je me dépêchais donc d'allumer la lumière et m'habillais avant de descendre manger. Il n'y avait plus de céréales alors je me contentais d'un yaourt pour mon petit déjeuner. J'essayais de profiter du silence mais encore une fois j'en eu vite marre et je pris mon téléphone pour mettre de la musique.

Je finis vite de manger et nettoyais ma petite cuillère puis remontais pour me brosser les dents. Je poussais la porte sans penser à toquer. Comme j'étais en avance par rapport à d'habitude je me disais qu'il n'y aurait personne. Je me trompais. La porte ne s'ouvrit pas et j'entendis Maxence crier à travers la porte:

«Dégage!

-Maxenceuh! Je veux me brosser les dents!

-Tu pus de l'haleine naturellement! Te brosser les dents n'y changera rien!»

Je tapais la porte du pieds irritée puis décidais de préparer mon sac en attendant de pouvoir accéder à la salle de bain. Une fois fin prête je retournerais à la salle de bain. Je poussais la porte mais cette dernière était de nouveau occupée.

«Maxence!

-Raté!»

J'attendais que Manoé sorte ennuyée. Cela faisait deux minutes que j'attendais alors je décidais d'aller réveiller Marcus en attendant. Cela me faisait toujours bien rire et me donnait un peu d'énergie supplémentaire pour la journée. Encore une fois Marcus ne réagit pas à mon arrivée bruyante. Je reculais de quelques pas pour prendre mon élan et sautais sur lui puis m'étalais sur son dos de tout mon poids tout en m'accrochant pour ne pas tomber. Marcus sursauta et se mit à gigoter tout en grognant jusqu'à ce que je me retrouve par terre.

«Aïe...»

Marcus me regarda du haut de son lit avec un demi sourire amusé ainsi que la marque de son oreiller.

«Bien fait.

-C'est toi qui m'a demandée de te réveiller les matins.

-Ouais mais je t'ai pas dit de me sauter dessus comme une sauvage.»

Je me levais en roulant des yeux et en frottant mes fesses puis je retournais à la salle de bain qui était toujours occupée.

«Occupé!»

Je cru que j'allais hurler.

«Manoé! Tu mets des heures c'est pas possible!

-Une star comme moi a besoin de temps pour être prêt.

-Là ça devient inquiétant! Qu'est ce qui te prend si longtemps?

-Excuse moi de faire attention à ma peau.

-Ne me dis pas que tu fais un masque!

-Tu connais un autre moyen pour avoir une peau de bébé?

-Je m'en fiche de ta peau! Je veux me brosser les dents!

-Vas dans les toilettes du bas!

-Elles sont en travaux! Et puis ma brosse à dents est ici!

-Eh t'es soulante à la fin! Tu vas attendre que j'ai fini en silence.

-Rah!»

J'inspirais un grand coup pour essayer de me calmer puis décidais de descendre à la cuisine en attendant. Je me retournais cependant d'un coup en me souvenant de quelque chose.

«Au fait Manoé. Une fille de ma classe est une très grande fane de toi. Elle voulait que je lui ramène un autographe.»

La porte s'ouvrit sur un Manoé portant un masque ridicule. J'étouffais un rire et profitais de l'occasion pour entrer dans la salle de bain et prendre ma brosse à dents

«Roh j'avais presque fini... se plaigna Manoé. Du coup c'est faux t'as pas d'amie fane de moi?»

Je répondais tout en me brossant les dents faisant de mon mieux pour articuler.

«Chi. Elle ch'est retrouvée à côté de moi en maths.»

Manoé quitta la salle de bain puis revint quelques secondes après avec une photo dédicacée qu'il me tendit. Je me séchais les mains avant de la prendre.

«Merci.»

Enfin fin prête je rejoignais Marcus dans la cuisine qui pour une fois m'attendait. Il me désigna sa montre exaspéré.

«On va être en retard à cause de toi.

-En général on est en retard à cause de qui?»

Marcus roula des yeux avant de me faire signe de le suivre. Je me tournais vers la table à manger où Maxime accaparait l'attention des autres.

«Bisous tout le monde!»

Ils ne m'entendirent pas la première fois alors je dus répéter plus fort.

«Bisous tout le monde!

-Bisous Mal!

-Passe une bonne journée!

-Ne fais rien que l'on ne ferait pas!»

Je souris avant de rejoindre Marcus qui me fusillait du regard. Pour une fois que c'était lui qui était à l'heure il abusait.

Lucas nous fit de nouveau remarquer notre retard évidemment.

«Je vais vous acheter un réveil les gars. Vous pouvez pas arriver une fois à l'heure?

-J'étais à l'heure. C'est pas ma faute si Mal a piqué une crise.

-Moi piquer une crise? Je voulais simplement me brosser les dents. C'est pas un crime.

-Ah si. J'ai lu qu'ils donnaient cinq ans de prison pour ça.»

Je tirais la langue à Lucas. Ce dernier me répondit en me faisant une grimace. Nous rimes. Une fois arrivées devant le lycée nous remerciâmes Marcus puis sautâmes de la voiture et nous mîmes à courir vers les salles de TP.

Nous nous fîmes sermonner et la prof faillit ne pas nous accepter mais finalement elle nous dit d'entrer. Visiblement ma coéquipière avait profité de l'absence d'Emma pour changer de partenaire. Je balayais la salle des yeux. Il restait une place à côté de la nouvelle. Je m'assis à côté d'elle hésitante. Iris se tourna vers moi et me sourit amusée.

«Encore en retard?»

Son sourire était communicatif. Je rougis légèrement par la même occasion. Quelque chose en Iris était imposant. Ou peut être était ce juste moi. Je n'étais pas à l'aise avec des inconnus en règle générale. Encore moins avec des filles. Iris avait l'air très gentille. Mais en même temps quand elle ne souriait pas son visage était tellement froid que j'en avais des frissons.

«Pour une fois c'était ma faute. En générale c'est celle de mon frère. Quoi que c'est à cause d'un de mes autres frères si j'ai été en retard.»

Iris me sourit de manière chaleureuse.

«Tu as combien de frères?

-Six.»

La nouvelle me dévisagea prise de court.

«Six?

-Oui je sais c'est beaucoup...

-À ce niveau là c'est même pas une famille c'est un élevage.»

Nous fûmes prises d'un fou rire ce qui nous valut les foudres de la prof. Lucas me regarda surpris. C'était la première fois que je riais avec une autre personne que lui. J'étais moi même surprise. Iris était agréable et la conversation venait seule avec elle.

Suite à la remarque de la prof nous nous tûmes et écoutâmes les instructions mais très vite je sentis Iris me dévisager. Je me tournais donc vers elle.

«Ça doit être super dure d'élever sept enfants.

-J'imagine...»

Iris sentit que c'était un sujet problématique alors elle ne continua pas. Je l'en remerciais intérieurement.

La prof nous laissa commencer les TP alors Iris et moi nous concentrâmes sur ce que nous avions à faire. Nous finîmes relativement vite et fûmes même félicitées par la prof. Iris me fit un clin d'oeil fière de nous. Je lui souris puis me mis à ranger la paillasse. Iris m'aida mais maladroite comme je suis je renversais notre solution sur elle. Je me couvrais la bouche paniquée et m'excusais des centaines de fois. Iris quant à elle n'avait pas du tout l'air d'avoir peur. Elle me dévisagea surprise puis sur ordre de la prof retira simplement sa blouse.

La prof se contenta d'essuyer avec une serpillière le sol et me dit que je pouvais me calmer. Qu'il ne s'était rien passé de grave. Je me tournais vers Iris et m'excusais une dernière fois rouge pivoine.

«Je suis désolée...»

J'entendais Lucas rire au loin tandis qu'Iris me regardait les sourcils froncés. Sans son sourire elle avait de suite l'air plus menaçante. J'avais envie de me terrer au fond d'un trou.

«Pourquoi est ce que tu as l'air tellement désolée? me demanda Iris.»

Je la regardais quelques instants ne sachant quoi répondre.

«Eh bien... C'est ma faute alors... Je suis désolée. J'ai pas fait exprès...»

Iris fronça les sourcils encore plus.

«Mais tu n'as rien fait de grave. Pourquoi est ce que tu t'inquiète tant? On est même pas amies.

-Eh bien...»

J'étais de plus en plus mal à l'aise. Je tordais ma blouse entre mes mains. Je me ratatinais devant le regard perçant d'Iris. Elle avait raison nous n'étions pas amies. Pourquoi est ce que je me sentais si mal? Je devais arrêter d'en faire trop. Je devais apprendre à relativiser dans la vie.

Comme Iris continuait à me fixer je compris qu'elle attendait vraiment une réponse. Mais que voulait-elle que je dise exactement?

«Je suis désolée. J'ai l'habitude d'en faire des caisses pour rien... Je suis une stressée de la vie. Tu as raison on n'est pas amies. Désolée. Je voulais pas te blesser en disant ce que j'ai dit. J'ai juste eu peur qu'il t'arrive quelque chose par ma faute.»

Iris me regarda avec de gros yeux. Qu'avais-je dis encore?

«Tu ne veux pas qu'on devienne amies? demanda Iris.

-Si si! Enfin ce n'est pas ce que j'ai dit.

-Donc tu veux devenir mon amie?

-Euh oui pourquoi pas?

-Très bien avec plaisir.»

Sur ce Iris finit de ranger ses affaires. Quant à moi je la regardais faire perdue. Venais-je de me faire une amie? Cette conversation m'avait complètement perdue mais en y repensant cela s'était assez bien passé.

Lucas me rejoignit dès qu'il avait fini de nettoyer à son tour. Il me regarda avec un air moqueur.

«Alors madame se dévergonde. Elle discute puis elle renverse la solution sur sa partenaire. Tu sais quand on t'a dit d'être toi même pour te faire des amis, on s'est peut être pas rendus comptes de ce que ça voulait vraiment dire...»

Je tirais la langue à Lucas.

«Je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé. Une seconde la fiole était dans ma main. L'autre elle était renversée sur Iris. Cette dernière me regardait avec un air meurtrier à un moment puis le moment d'après elle me propose qu'on soit amies.»

Lucas fronça les sourcils à son tour.

«Elle t'a proposée d'être amies?

-Oui...

-Bah c'est archi cool! Mal faut que tu me donne des cours de faisage d'amies.»

Je levais les yeux au ciel amusée.

«Si jamais je savais comment j'ai fait...»

En TP de SVT j'étais avec Lucas. Ce dernier détestait la SVT contrairement à moi. Il passa son heure à s'ennuyer et à dormir en me laissant tout le travail.

À midi Lucas et moi décidâmes de manger dehors comme il faisait beau. J'aurais pensé qu'Iris se serait jointe à nous comme elle ne connaissait personne mais il n'y avait aucune trace d'elle dans les alentours.

Le reste de la journée passa très vite. La fille à mes côtés avait les yeux qui brillaient quand elle regardait l'autographe que je lui avais ramené. Elle m'avait remerciée chaleureusement puis je ne l'avais plus entendue pendant le reste de l'heure.

Nous finissions tôt les jeudi alors Lucas passa à la maison. Il ne resta cependant pas trop longtemps et cette fois ci nous passâmes la soirée à jouer au uno avec mes frères. Je me fis battre lamentablement sur la plupart des parties même si j'en avais gagnée une. Marcus faisait la vaisselle pendant que nous jouions et il ne manquait aucune occasion pour se plaindre. À chaque plainte Mathis faisait exprès de se prendre un verre propre et de boire quelque chose avant de poser son verre à présent salle dans le lavabo. Marcus finit par en avoir marre et une dispute éclata entre les deux. Maxence criait à Mathis d'en finir avec Marcus mais très vite Mathieu sépara les deux. Les spectateurs soufflèrent déçus.

«Vous êtes vraiment incorrigibles... dit Mathieu.

-C'est lui qui n'arrête pas de me donner du travail en plus! Je suis pas sa boniche quand même!

-J'y peux rien si j'ai soif! Étudier ça déshydrate.

-Mon cul ouais!»

Mathieu souffla exaspéré.

«Bon il est tard il est temps d'aller dormir.»

Les garçons protestèrent mais finirent par faire ce que Mathieu avait dit. Je fus la dernière à partir. Avant d'aller me coucher je prenais mon frère aîné dans mes bras et lui souhaitais bonne nuit. Mathieu me rendit mon étreinte et m'embrassa sur le front avec douceur.

«Bonne nuit princesse.»

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status