Démon de Compagnie
Démon de Compagnie
Author: Lakhita
Chapitre 1

Ezequiel, je t'ai cherché partout. »

Le jeune homme se tourna vers la voix familière avant de reprendre sa position initiale. Le dos droit, les doigts croisés, la tête haute. Il laissa son regard se perdre dans la vue resplendissante de la Terre. Zolan sourit avant de s'asseoir à côté d'Ezequiel. Il se tut et admira à son tour la merveille qui s'étendait sous leurs pieds. Zolan finit par prendre une profonde inspiration.

« Quand je viens ici, je comprends pourquoi certains d'entre nous décident de rester et d'y vivre comme des humains ordinaires.

-C'est merveilleux.

-Beaucoup mieux que la vue de la chambre claire. Chaque fois que j’y vais j'ai envie de tousser rien que de voir toute cette fumée. »

Zolan se tourna vers son ami

« J'ai été surpris quand j'ai appris la nouvelle. »

Il attendit quelques instants au cas où Ezequiel aurait quelque chose à ajouter mais comme toujours il ne le fit pas. Alors il continua :

« Après tout, tu as toujours trouvé les terrestres intéressants. Tu as passé de nombreuses nuits la tête dans les livres à étudier leur histoire. »

Ezequiel hocha la tête.

« Mais tu n’es pas l'un des Explorateurs ou des Presseurs ou même des Transmetteurs. Je ne comprends pas quelle mission ils ont pu te confier. »

Ezequiel ne répondit pas.

« Que vas-tu faire sur Terre l'année prochaine ?

-Je ne le sais pas.

-Tu as passé deux heures à discuter avec le Grand Prizak. Ne me dis pas qu'il n'a pas parlé une seule fois de ta mission. »

Ezequiel secoua la tête.

« De quoi avez-vous parlé pendant si longtemps alors ?

-Nous avons discuté des détails de mon séjour.

-Mais pas de la mission ?

-Mais pas de la mission.

-Qui d'autre descendra avec toi ?

-Personne.

-Personne ?

-Je suis le seul capable de remplir la mission. Si j'avais besoin d'aide concernant la vie humaine, je n'aurais qu'à me tourner vers nos collègues locaux. Mais pour que je n'en ai pas besoin j'aurai droit à une formation accélérée en ce qui concerne les bases dont j'aurai besoin.

- Tu sais à quoi ça me fait penser ? »

Zolan n'attendit pas la réponse cette fois.

« Kieran. Ou je ne sais pas comment il s'appelle là-bas. »

Ezequiel sourit.

« Ça se sent que tu es l’un des Déteneurs. »

Zolan sourit en retour.

« Je ne vis que pour mon rôle, désolé. J'en rêve même. Je n'ai pas une seconde de paix.

-Ton esprit doit être inquiétant.

-Tu ne peux même pas imaginer. »

Ils sourirent.

« Mais quand même. Ma colère est compréhensible. Ce démon est si fort qu'il a même réussi à s'échapper des Quatre Montagnes. Quand je pense qu'il mène une belle vie sur Terre, je... »

Il émit un râle avant de soupirer.

« Si tu le croise par hasard, tue-le pour moi. »

Ezequiel hocha la tête.

« Croit-il vraiment que s'il reste caché pendant des siècles, il sera pardonné pour son comportement ? Ces démons sont vraiment insupportables.

-Je ne pense pas me tromper si je dis que Kieran n'est pas vraiment un démon. Il était l'un des nôtres dans le passé. »

Zolan fit claquer sa langue.

« Cette époque est révolue. A mes yeux, il n'a plus rien pour le distinguer d'un vulgaire démon.

-Est-il vraiment si difficile à attraper ? Nous entendons parler de ses bizarreries chaque semaine. Si vous savez où il est, pourquoi ne faites-vous rien ? »

Zolan sourit.

« Ma théorie est qu'il est moins gênant sur Terre. Il peut s'amuser autant qu'il veut avec les terrestres, c'est moins énervant que s'il éclatait sa colère ici. C'est probablement pour ça qu'on ne va pas le chercher. Il doit se moquer de nous en pensant qu'il a gagné. Ça me révolte. Tu n'as aucune idée de ce qu'il fait là-bas. Il donne mille fois plus de travail aux Presseurs. Comme s'ils n'en avaient pas assez... Ces terrestres prennent des photos et des vidéos de tous ces jours-ci Avant, c'était beaucoup plus facile. »

Ezequiel se contenta d’hocher la tête. Il ne savait pas grand-chose du travail d'un Presseur et des avancées technologiques qui pouvaient compliquer ce travail. Il avait passé de nombreuses heures de son temps libre dans la bibliothèque à regarder des photos de paysages prises sur Terre et à se renseigner sur l'histoire des habitants. La Terre était loin d'être la seule planète habitée, mais pour une raison quelconque, c'était celle qui l'intéressait le plus. Peu importe à quel point il était dégoûté par la méchanceté des Hommes et leur actes barbares, il trouvait quelque chose de satisfaisant à en savoir plus sur eux. Il se demandait comment ils pouvaient s'entretuer alors qu'ils vivaient sur une planète aussi belle et intéressante. Malheureusement, il ne s'était jamais vraiment soucié de ses habitants ou de ce leurs quotidien. Ezequiel s'en tenait aux livres d'histoire. Il a donc été obligé de suivre une formation accélérée afin de pouvoir vivre de manière autonome une fois en bas. Zolan s'est reconcentré sur Ezequiel.

« Pour en revenir à ta mission, qui vas-tu être là-bas ?

- Je garderai mon nom et je serai étudiant dans une Université en France. »

Zolan hocha la tête.

« Que vas-tu étudier ? »

Ezequiel réfléchit un instant.

« De la sociologie. »

Zolan hocha la tête.

« Cela te permettra d'avoir une meilleure compréhension des terrestres, c'est une bonne idée. »

Ezequiel a accepté même s'il aurait préféré étudier l'histoire.

« Je me demande pourquoi toi parmi tant d'autres... Quelle mission es-tu le seul à pouvoir accomplir... murmura Zolan à haute voix. »

Ezequiel ne répondit pas, ne sachant que dire.

« C'est peut-être parce que tu es le plus discret d'entre nous. Tu parles très peu et tu n'as pas de cicatrices apparentes. Une fois de retour, les gens sur terre oublieront immédiatement ton existence. Tu n'auras même pas besoin de Presseurs. »

Ezequiel haussa les épaules tandis que Zolan souriait fier de son hypothèse.

« Ne t'inquiète pas, je m'occuperai de tout en ton absence. En plus de mon rôle je m'occuperai du tien. Je vais le faire si bien que personne ne remarquera que tu es parti tu verras.

-Merci.

- Au fait... qu'est-ce que tu fais exactement ? »

Ezequiel sourit avant de se tourner vers Zolan.

« Ce n'est pas compliqué. Edène se fera un plaisir de t’aider si jamais tu as des questions. Elle t’expliquera tout. »

Zolan hocha la tête avant de se lever.

« D'accord, je vais devoir te quitter. Le travail m'appelle. Tu passeras avant de partir ? »

Ezequiel hocha la tête avec conviction. Sur ce, Zolan partit et Ezequiel resta de nouveau seul avec le paysage et le silence. Il soupira et réussit presque à sentir la forêt qu'il voyait. Ou du moins ce qu'il imaginait être l'odeur de la forêt. Même s'il n'avait jamais rêvé de descendre sur Terre maintenant qu'il en avait la possibilité, il était heureux et curieux. Il avait hâte de voir cette planète de plus près. Il était conscient qu'il descendait pour accomplir une mission et non pour des vacances, mais il avait quand même l'intention de profiter un peu de l'endroit. La mission avant tout, mais en même temps il voulait aller dans une forêt tempérée, gravir une montagne, écouter la mer...

L'Université où il allait être envoyé en France n'était malheureusement pas près de la mer donc il n'allait pas pouvoir voir cette dernière mais il allait sûrement pouvoir traverser une forêt pour se rendre à l'Université ou sur son chemin de retour. Ezequiel sourit. La nature avait toujours tant à dire. Il ne pensait qu'à la nature et pas une seconde aux terrestres mêmes.

D'après ce qu'il avait lu, ces derniers ne vivaient que pour l'argent et le pouvoir et n'avaient pas peur de tuer des personnes de leur propre famille, au contraire. Ils étaient très inventifs en ce qui concerne les différentes manières de tuer ou de torturer. Les terrestres étaient imprévisibles et en même temps agissaient toujours de la même manière. Ils ne se rendaient même pas compte qu'ils étaient dans une boucle et que l'histoire ne cessait de se répéter. Ils n'ont pas appris de leurs erreurs et n'ont donc pas eu le privilège de connaître l'existence d'autres vies dans l'Univers.

Ezequiel allait devoir faire attention et ne faire confiance à personne. Mais une infime partie de lui était aussi curieuse. Les terrestres étaient aussi capables d'aimer après tout. Tout n'était pas perdu. Il y avait un grand nombre d'espèces qui ne vivaient que par instinct de survie et afin de permettre à l'espèce de survivre en fournissant une descendance fiable et fertile. Cependant, en dehors de l'instinct de survie, certaines espèces telles que les humains terrestres ressentaient l'amour et étaient gouvernées par celui-ci. Il y avait toujours des exceptions et des individus plus solitaires, mais le peuple terrestre avait besoin d'être entouré. Ils vivaient pour les relations et ce sentiment d'amour. C'était pour cette capacité d'aimer et de réaliser que les gens terrestres étaient respectés et tolérés.

Enfin, à en juger par Zolan, c'était surtout pour leur curiosité, certes lente mais infatigable. Ils ne savaient pas trop où regarder même si tout était sous leur nez et ils y ont mis les pieds plusieurs fois mais vu les outils qu'ils avaient ils s'en sortaient miraculeusement. Les terrestres étaient donc un équilibre entre le bien et le mal comme toute société. C'est précisément parce que cet équilibre était si bien caché et si dynamique que de nombreux démons y sont descendus ainsi que de nombreux anges afin de rétablir l'équilibre. Ezequiel était loin de se douter en quoi son arrivée sur Terre jouerait un rôle dans cet équilibre.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status