Share

Amnésie
Amnésie
Author: Lakhita

Chapitre 1

J'ouvrais doucement les yeux. J'avais bien dormi et j'étais de bonne humeur. J'avais l'impression d'avoir dormi très longtemps et j'étais en pleine forme. C'était agréable. Comme si cela faisait un bout de temps que je n'avais pas dormi assez. Il devait être vers midi parce que toute la chambre était éclairée par la lumière qui filtrait à travers la fenêtre. Je me redressais d'un coup. Mauvaise idée. J'avais horriblement mal à la tête et je retombais lourdement sur le matelas. Je ne connaissais pas cet endroit. Ce n'était pas ma chambre. C'était une pièce spacieuse peinte en orange claire avec des meubles beiges et un immense lit deux places très confortable qui trônait au centre. Ma chambre elle était plus... Plus... Je...

Je fronçais les sourcils perdue. Je ne me souvenais plus à quoi ressemblait ma chambre... Je fermais les yeux et tentais de me souvenir aussi fort que je le pouvais mais rien. Aucune image ne me vint. Aucune couleur, aucun meuble, même pas mon adresse! J'ouvrais les yeux et m'assis tant bien que mal. Je commençais à paniquer.

"Concentre toi."

Ma voix était rauque. Pas le rauque sexy non. Le rauque genre je viens de me réveiller de 100 ans de sommeil donnez moi un verre d'eau.

"J'habite... Ma chambre ressemble à..."

J'enfouis ma tête dans mes mains. J'étais de plus en plus frustrée.

"Je m'appelle..."

Même ça je ne m'en souvenais pas! Je tapais dans un des coussins pour me détendre un peu. Je devais me calmer et réfléchir. Je ne me souvenais pas comment j'avais atterrit ici. Après tout peut être que c'était ma chambre... Je ne me souvenais pas ce que j'avais fait la veille. Je ne me souvenais pas de mon anniversaire. En fait j'avais l'impression de me souvenir de rien. Mon effroyable mal de crâne devint tout de suite plus compréhensif. Avais-je la gueule de bois?

"T'es conne l'alcool ça rend amnésique certes mais pas à ce point."

C'était ce que j'étais après tout. Amnésique. Ce mot me fit froid dans le dos... Je ne savais pas qui j'étais... C'était horrible comme sentiment. Je me sentais faible, vide, inutile, inexistante. Mon moi avait disparu quelque part dans...

"Okay je suis chiante."

Je ris pour me calmer. Un rire nerveux qui me frustra encore plus.

"Je ne me souviens de rien... Je suis pas saoule. Non je crois pas. Je me sens très bien à part mon mal de crâne."

Oui je parlais toute seule mais ça me calmait. J'avais besoin de mettre de l'ordre dans mes pensées.

"Visiblement je suis du genre qui aime l'ordre."

Quand la pièce arrêta de tanguer je me mis debout.

"Qu'est-ce qui m'est arrivé? Je ne suis pas à l'hôpital... C'est pas là-bas que j'aurais dû me réveiller avec une amnésie et un tel mal de crâne?"

J'avais beau me souvenir de rien je sentais que je n'étais pas chez moi. Comment? Je ne saurais l'expliquer. C'était comme si même mon ancienne moi qui était cachée quelque part dans mon cerveau était perdue.

J'entendis du bruit et je décidais de sortir de mon terrier. Je marchais lentement. Chaque pas me faisait affreusement mal. Ma tête menaçait de s'envoler à chaque mouvement mais je me rendis compte que ce n'était pas mon seul point douloureux. J'avais une douleur atroce dans le flan ainsi qu'une douleur moins sérieuse à la cheville droite. Quand je dis moins sérieuse... J'avais quand même mon pieds raide comme un piquet et violet. M'étais-je faite battre? Si jamais le connard qui m'a fait ça se retrouve devant moi je vais le...

Je suivais les voix. Deux voix. Les deux graves et masculines. Cependant une semblait plus vielle que l'autre. Je descendis des escaliers. Je me retrouvais dans un petit salon très accueillant dans les tons rouge. Dès que je fus arrivée en bas les voix se turent. Deux hommes me dévisageaient de la cuisine qui ouvrait sur le salon.

Ils étaient tous les deux blonds aux yeux marrons. Ils étaient sûrement frères vu leur grande ressemblance. Ils étaient tous les deux très grands avec des épaules imposantes. Néanmoins l'un des deux était légèrement plus petit. Le plus jeune me dévisageait inquiet. Ses yeux brillaient et je le trouvais tout de suite gentil. Le plus grand quant à lui avait les lèvres pincés. Comme s'il était énervé que je sois là. C'étaient qui eux?

Le moment de surprise passé, ils s'approchèrent de moi doucement. Comme s'ils avaient peur que le courant d'air qu'ils causaient m'emporte.

"Tu as bien dormi?me demanda le plus jeune presque en chuchotant.

-Ouais..."

Je ne savais pas trop quoi dire. J'étais gênée de la manière dont ils me regardaient. Celui qui venait de parler s'approcha encore d'un pas. J'étais entrain de tenir ma tête alors il avait sûrement compris que quelque chose n'allait pas. J'avais l'impression qu'il était prêt à m'attraper si jamais je tombais. L'autre lui s'arrêta à distance largement raisonnable et croisa les bras nonchalant. Quand nos regards se croisèrent il sembla surpris.

"Tu es sûr que ça va?demanda le même garçon.

-Je... Argh je pourrais avoir un comprimer contre les mal de tête s'ils vous plaît?"

Le plus jeune alla jusqu'à la cuisine presque en courant. Pendant ce temps je sentais le plus grand m'observer. Comme s'il s'attendait à ce que je lui dise quelque chose. Je ne dis rien et je ne pus m'empêcher de remarquer un demi sourire malicieux apparaître sur ses lèvres. Je n'aimais pas du tout sa manière de sourire. Ça ne me disait rien de bon... Le plus jeune revint avec un comprimer et un verre d'eau. Je l'avalais sans plus attendre.

"Merci beaucoup..."

Boire avait de nouveau fait tourner le monde autour de moi et je tombais sur le canapé qui se trouvait derrière moi. Le garçon qui m'avait prit le comprimer s'assit à côté de moi et me prit la main. Il s'inquiétait vraiment pour moi. Ça me touchait.

"Ça va Chloé?

-Donc je m'appelle Chloé..."

Je venais d'apprendre quelque chose à mon sujet. Je tournais le prénom dans ma tête. Je le savourais. Je n'avais rien contre mais il ne m'était pas familier. Il me semblait froid et sans identité. Comme moi.

"T... Tu... Tu ne te souviens pas de ton prénoms?demanda le jeune.

-Non...

-Tu te souviens de quoi?

-De rien."

Il se leva d'un coup comme pour digérer mes propos. Le deuxième souriait de plus en plus. Il aurait au moins pu se donner la peine de faire semblant.

"Qui êtes vous?demandais-je curieuse."

Celui qui s'inquiétait pour moi se rassit à mes côtés et se présenta:

"Je m'appelle Arthur. Nous étions dans la même classe.

-Oh... Je. Désolée mais je ne me souviens pas de toi...

-C'est pas grave..."

Arthur tenta de me sourire pour me réconforter mais je sentais qu'il était entrain de paniquer. Il désigna l'autre du doigts.

"Voici mon frère Léo.

-J'avais deviné que vous étiez frères. Ça se voit."

Avoir eu raison me fit du bien. C'était débile mais c'était comme si j'avais eu une petite victoire dans ce monde inconnu que j'avais oublié. Le fameux Léo me sourit. Un sourire moqueur.

"Comment est-ce que j'ai atterrit ici?demandais-je.

-Eh bien... Tu..."

Arthur fit une pause comme s'il cherchait à ne pas me choquer.

"Tu étais dans un salle était... Tu as tapé à la porte comme une hystérique et quand j'ai ouvert tu t'es évanouie dans mes bras. Je t'ai emmenée en haut et voilà.

-Donc tu ne sais pas ce qui m'est arrivé?

-Non désolé..."

Je me levais d'un bond. J'étais en colère et effrayée. Je n'en voulais pas à Arthur mais à ma mémoire. Si j'ai mal partout, si j'ai tout oublié, si j'ai tapé comme une hystérique... Je devais avoir peur. Quelqu'un me voulait sûrement du mal et j'avais réussi à lui échapper de peu. Il fallait que je me souvienne pour mon bien! Mon appui soudain sur ma jambe me fit crier et je retombais dans le canapé.

"Qu'est-ce qui se passe?demanda Arthur effrayé lui aussi.

-Je... Aie. J'ai mal à la cheville..."

Je serrais les dents comme je le pouvais. J'avais trop brusqué et ça me faisait souffrir plus que ma tête. Arthur regarda son frère suppliant.

"On devrait l'emmener à l'hôpital!

-Il en est hors de question!

-Mais elle a mal! C'est peut être grave!se défendit son frère."

Léo souffla et s'agenouilla devant moi. Il m'attrapa la jambe sans ménagement et inspecta ma cheville.

"Il fait des études en médecine...me souffla Arthur."

Léo était concentré et ne releva les yeux vers moi qu'une bonne minute d'inspection après.

"C'est normal qu'elle ait mal. C'est un sacré coups qu'elle a dû se prendre. Ramène moi mon sac. Je vais lui faire un bandage."

Arthur monta à l'étage en quatrième vitesse et me laissa seule avec Léo pour la deuxième fois. Je n'étais pas trop en confiance... Léo appuya à plusieurs endroits pour voir si j'avais mal. J'avais l'impression qu'il devait se faire violence pour être doux. Soudain il toucha un point sensible. Je mordais ma lèvre pour ne pas crier et dû me faire violence pour ne pas lui retirer ma jambe. Une larme coula sur ma joue. Comme je restais silencieuse Léo releva la tête vers mon visage. Quand il vit que je pleurais il se figea surpris. J'étais de plus en plus mal à l'aise.

"Désolée... Mais ça fait mal..."

J'eus un autre rire nerveux. Léo se radoucit d'un coups comme s'il s'en voulait de m'avoir fait pleurer.

"Désolé...

-Non t'inquiète. Vous m'avez peut être sauvé la vie alors merci pour tout..."

J'étais très sentimentale d'un coup. Normal après ce que j'avais vécu non? Léo était de plus en plus déstabilisé. Je me mis à pleurer à chaudes larmes sans pouvoir me retenir. Léo fit un mouvement vers moi mais c'est là que son frère revint. Il s'éloigna d'un coups comme si nous avions été surpris entrain de faire quelque chose d'interdit.

"Qu'est-ce que t'as fait?s'écria Arthur en me voyant pleurer.

-I-il a rien fait...hoquetais-je. Je... Je suis désolée mais j'arrive pas à retenir mes larmes..."

C'était comme si j'avais retenu ces larmes depuis des années. Ça faisait horriblement de bien.

"J-je lui disais merci... Je ne sais pas qui m'a fait ça mais vous m'avez pas laissée dans la rue alors merci... Je vous dois beaucoup.

-Tu rigole c'est normal!dit Arthur en s'approchant.

-Non... Je ne suis qu'un problème en plus sur vos bras.

-En aucun cas tu es un problème tu m'entends?"

Arthur était très doux. Il replaça une mèche de mes cheveux rebelles derrière mon oreille et me caressa la joue. Léo avait rétablit de la distance entre nous mais m'observait du coin de l'œil.

"Tu devrais prendre une douche avant que je te fasses ton bandage.

-Je pues c'est ça?demandais-je en riant."

Je parvins à arracher un sourire à Léo mais il se rattrapa vite. Arthur me porta telle une princesse jusqu'à la salle de bain et me passa des vêtements à lui. Je me déshabillais et pris un temps pour m'observer dans le miroir.

"Ouah ça se voit que je viens de me lever!"

J'avais des cheveux châtains qui tiraient vers le roux. Ils n'étaient pas trop longs, légèrement bouclés et étaient surtout dans tous les sens. Ils n'étaient visiblement pas d'accord avec mon réveille... J'avais la peau blanche comme la neige et les lèvres naturellement rouges. Putain je ressemblais à Blanche Neige! Mes yeux étaient bleu claires. Un bleu presque déstabilisant. C'était limite pas naturel. Comme si la blancheur de ma peau avait affecté mes yeux. Je me trouvais assez belle. Je n'étais pas non plus une bombe mais je m'acceptais telle que j'étais.

La sensation de l'eau brûlante sur ma peau me fit un bien fou. J'avais l'impression de renaître. Malheureusement rien ne peut être parfait alors je me mis à crier de douleur quand l'eau rentra en contact avec mon flanc droit. J'éteignis l'eau en vitesse et regardais mon côté intriguée. C'était pas trop moche mais pas jolie à voir non plus. J'avais un immense bleu de dix centimètres ou plus au niveau de mes côtes. L'eau m'avait piquée parce que j'avais en plus de ça une plaie qui saignait.

"Putain..."

Pardon pour les gros mots mais sur le coup je n'avais rien d'autre à dire. J'avais peur d'avoir quelque chose de grave. Avais-je des côtes cassées? Je me tapotais doucement. Résultat. Ma blessure me faisait souffrir mais ce n'était que superficiel. Heureusement. Je la rinçais doucement à l'eau tiède pour pas qu'elle s'infecte puis je sortais pour me sécher. J'enfilais par la suite les vêtements qu'Arthur m'avaient donné. Je gardais mon soutient gorge et mis le grand t-shirt qu'il m'avait donné et un de ses caleçons. Il avait visiblement oublié de me donner un pantalon. Je flottais dans le t-shirt qui était légèrement trop long et me fit comme une robe. Le caleçon était donc caché mais pas trop non plus. Je me séchais vite fait les cheveux mais les laissais légèrement mouillés pour pas qu'ils soient en pétard comme à mon réveil.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status