Share

Chapitre 3

Léo faisait défiler les films sur l'écran. Soudain je sautais sur la télécommande et appuyais sur les boutons. Je n'avais pas arraché la télécommande à Léo et il n'avait pas retiré ses mains alors j'avais mes mains sur les siennes. Elles étaient chaudes et beaucoup plus grandes que mes petites mains gelées.

"Tu es froide...

-J'ai toujours les mains froides ne t'inquiète pas."

J'avais dit cela comme par réflexe. On avait sûrement dû me faire de nombreuses remarques sur la température de mes mains par le passé. Léo alla me chercher une deuxième couverture qu'il étala sur moi. En l'attendant j'avais choisi un film. Je l'avais pris parce que j'adorais les histoires d'amour (je m'en souvenais) et l'image me disait quelque chose. Comme si j'avais déjà regardé ce film plusieurs fois.

"Oh non tes sérieuse? On va pas regarder ça!

-Pourquoi pas?

-C'est d'la merde voilà pourquoi.

-Tu l'as déjà vu?

-J'ai une tête à regarder des films à l'eau de rose? me demanda Léo blasé."

Je pris un air pensif.

"Maintenant que tu demande..."

Léo haussa les sourcils ce qui le fit rire.

"Bien-sûr que je ne suis pas du genre à regarder ça.

-Voilà! Comment peux tu dire que t'aime pas si t'as pas vu?

-Parce que je me connais.

-Allez s'il te plaiiiiiiiit!"

Léo se moqua de ma bouille et s'assit à côté de moi sur le canapé.

"Bon, Okay."

Je lançais le film et effectivement c'était génial. J'étais submergée par l'histoire et j'étais tombée amoureuse des personnages principaux. J'entendis Léo rigoler.

"Quoi?

-Regarde toi sérieux."

Il explosa de rire devant mon visage perdu.

"Qu'est-ce qu'il y a de si drôle?

-Tes yeux brillent quand tu regarde l'écran. On dirait que tu vas te lever et applaudir.

-Et alors? Ce film est un chef d'oeuvre. Il mériterait d'être applaudit."

Léo rit de plus belle. Je le regardais blasée.

"Quoi encore?

-Tu t'emporte un peu trop ce n'est qu'un film tu sais.

-Qu'un film? Mais tu t'entends parler? Mariane ne voit pas que l'amour de sa vie qu'elle attend tant est sous ses yeux!"

Il n'arrivait pas à s'arrêter de rire. Je lui mis une petite tape sur l'épaule pour qu'il arrête mais rien n'y faisait. Il se moquait ouvertement de moi. Je me mis donc à bouder. Je remettais le film et essayais de l'ignorer. Il s'arrêta au bout de quelques minutes et me tira les joues comme une grand-mère.

"Tu boudes?

-Non."

Il me fit des guilis et je me décrispais d'un coup. J'étais très très chatouilleuse. Je lui fis des guilis en retour et nous tombâmes du canapé morts de rire. Une fois l'euphorie passée je me rendis compte que j'étais étendue sur Léo. Ce dernier me retenait par la taille et nos sourires étaient séparés que de quelques centimètres.

Dès que nos rires se furent calmés Léo devint froid et sérieux d'un coup. Quant à moi je n'étais pas à l'aise du tout. Nous nous relevâmes rapidement et nous finîmes par reprendre le film malgré les protestations de Léo. Quelque chose avait changé. Nous nous étions assis plus loin l'un de l'autre et n'osions plus nous regarder. Pourquoi me comportais-je ainsi? Pourquoi est ce que je me sentais tant en danger avec lui? Le connaissais-je d'avant? Je n'eus pas l'occasion de lui poser la question. Très vite je fus de nouveau plongée dans le film. A la fin je me suis mise à pleurer. Quand Léo le vit il ouvrit de grands yeux. Il avait l'air complètement perdu face à ma réaction.

"Pourquoi tu pleure? C'est une fin heureuse.

-Justement! C'est trop beau! Mariane l'a épousé... Je les aime. C'est l'amour de ma vie..."

Léo rit et m'attira vers lui. Je me collais contre son torse et cachais ma tête dans ce dernier.

"Beurk tu vas détruire mon pull.

-Je m'en fiche..."

Léo rit et me serra encore plus contre lui. Il ne me lâcha pas quand j'eus fini de pleurer. Il garda son bras autour de mes épaules et je restais plaquée contre lui. Léo prit la télécommande et demanda:

"Je peux choisir le prochain film?

-Oui vas-y."

Mais je vis un autre film qui avait l'air bien et mis de nouveau mes mains sur celles de Léo qui rit en secouant la tête.

"J'aurais dû le deviner..."

Je ris et tirais les couvertures vers nous. La chaleur corporelle de Léo était très confortable.

"J'ai enfin les mains chaudes."

Léo eut un demi sourire.

"Ouais t'as raison profite."

Ce ne fut que peu après la moitié du film que je réalisais la position dans laquelle nous nous trouvions. Moi qui il y a quelques minutes me sentais en danger près de Léo me retrouvais plaquée contre lui la tête au niveau de son cœur. Cette position était tellement confortable que j'étais à deux doigts de m'endormir. Cependant le claquement de la porte m'en empêcha.

Léo se redressa d'un coup et s'éloigna de moi comme s'il venait de se rendre compte lui aussi de la position dans laquelle nous étions. Je grognais irritée de ne plus être si bien installée quand Arthur fit son entrée dans le salon. Il portait un short de basket ainsi que des chaussures montantes. Ses cheveux étaient collés à cause de la sueur et il laissa tomber un gros sac de son épaule.

Me voyant réveillée il sourit.

"Tout va bien Chloé? Tu as pu te reposer?

-Oui merci beaucoup.

-Tu n'as pas à nous remercier toutes les trois secondes. J'espère que Léo ne t'a pas trop embêtée."

Je souris.

"Pas le moins du monde. Il était adorable. J'ai même réussi à lui faire regarder un film romantique et quoi qu'il dise je suis sûre qu'il a aimé."

Léo se leva du canapé et partit du salon. Arthur ne fit pas plus attention que cela à son frère. Il se contenta de rire. Quant à moi j'accompagnais Léo du regard. Qu'avais-je dis de mal?

"Je veux bien regarder la fin du film avec toi si tu veux, Chloé. Laisse moi juste le temps de prendre une douche.

-Ça marche."

Arthur ramassa son sac et monta les escaliers vers la douche. Je l'attendais perdue dans mes pensées. J'avais eu de la chance. Une chance incroyable d'avoir été accueillie par les garçons. J'avais toqué à leur porte ce n'était pas pour rien.

Je fermais les yeux. Je ne voulais pas me souvenir de tout. Pas vraiment. Je voulais tout recommencer. Cependant il y avait des choses que je ne voulais pas oublier. Mes parents, l'époque où j'étais souriante, ma meilleure amie... Ma mémoire s'était légèrement débloquée dès que j'avais parlé à mes parents. Peut être qu'en quelques jours j'allais me souvenir de tout. Je me fis une promesse. J'étais curieuse de savoir ce qu'il m'était arrivé tout en ayant peur de le découvrir. Je me promis que quoi que je découvre dans le futur, j'allais être celle que je souhaitais être.

J'allais mener mon enquête. J'allais savoir ce qui m'avait attaquée. Cependant je n'allais pas le faire immédiatement. J'avais besoin de me reposer. Je le sentais.

"C'est bon je ne pus plus!"

L'arrivée d'Arthur me fit sursauter. J'étais tellement perdue dans mes pensées que je ne l'avais pas entendu arriver. Me voyant prendre peur, Arthur rit.

"Pardon je ne voulais pas te faire peur.

-Non c'est moi qui suis désolée je ne t'avais pas entendu arriver.

-Chloé il faut vraiment que tu arrête de tout le temps t'excuser ou de me remercier sans cesse. C'est exactement ce que tu faisais avant.

-Avant?

-Oui. En seconde et première. Tu n'arrêtais pas de t'excuser et de remercier tout le monde pour tout et n'importe quoi. C'était drôle."

Je souris. Visiblement il restait du bon en moi. J'étais heureuse que mes anciennes habitudes reviennent.

"On n'arrêtait pas de te dire d'arrêter mais tu ne faisais que t'excuser encore plus."

Arthur s'assit à côté de moi tout sourire en se remémorant le passé. Il resta silencieux quelques instants avant de me regarder dans les yeux.

"Avec mes potes on avait peur que quelqu'un utilise ta gentillesse contre toi.

-Est ce déjà arrivé auparavant?"

Je me mordais la lèvre. Visiblement c'était plus fort que moi. J'avais beau avoir décidé de mener mon enquête plus tard j'étais trop curieuse pour attendre.

"Oui..."

Arthur me regarda peiné. Il était tellement gentil avec moi et avait l'air vraiment inquiet et désolé... J'en avais mal au cœur. Comment avais-je pu devenir froide avec lui?

"Est ce que on s'est déjà disputés toi et moi? demandais-je.

-Non jamais. Ce n'est pas moi qui ai utilisé ta gentillesse non plus. Je ne sais pas exactement qui l'a fait mais tu commençais à te confier à moi en première. Tu m'as simplement révélé que tu avais été vexée et trahie par de nombreuses personnes au collège mais que tu avais tourné la page. Puis quelqu'un d'autre t'a rendue triste en première mais tu n'en as jamais vraiment parlé. Je voyais juste que tu n'étais plus toi même.

-Et tu pense que j'étais plus moi même à cause de quelqu'un qui m'aurait fait du mal?

-Oui. Pour quoi d'autre? Ta vie était parfaite Chloé. Tu avais tout. Les bonnes notes, une famille aimante, des amis protecteurs... Je ne vois pas ce qui aurait pu se passer d'autre."

Je détournais le regard.

"Peut être que ma vie n'était pas si parfaite mais que je ne le montrais pas..."

Arthur souffla.

"Peut être..."

Je lui souris et remis le film en marche. Je devais arrêter de me torturer pour le moment. Arthur ne savait rien. Mon passé était décidément de plus en plus intéressant. Personne ne savait pourquoi j'avais changé. Apparemment ma vie était tellement parfaite que j'ai dû changer à cause de quelqu'un qui m'a fait mal. J'allais devoir poser des questions à mes parents la prochaine fois que j'allais les appeler.

Mon téléphone vibra.

Vana: Chloé! Tu vas bien? Je viens d'avoir ta mère au téléphone elle m'a dit pour ton accident. J'espère que tu vas bien.

Je souris ce qui attira l'attention d'Arthur.

"Qui est ce? demanda-t-il.

-Ma meilleure amie. Elle veut savoir comment je vais."

Moi: Ne t'en fais pas tout va bien. J'ai eu de la chance de tomber sur Arthur et son frère.

Vana: Arthur qui est dans ta classe depuis la seconde? Je suis tellement soulagée. Dis leur merci mille fois de ma part.

Je souris. J'allais aussi devoir parler avec Vana. Visiblement elle était au courant de toute ma vie. Elle devrait le savoir si quelqu'un m'avait fait du mal n'est-ce pas? Quoi que j'étais restée la même avec elle. Je n'avais pas changé. Peut être lui cachais-je des choses.

Moi: Je ne peux pas le remercier sinon il va m'en vouloir. D'après lui je dis trop souvent merci. Mais je leur dirai que tu es reconnaissante.

Vana: Ça marche. Du coup tu habite chez eux?

Moi: Oui. Ils m'ont proposée de rester comme il n'y a pas leur parents.

Vana: Tant mieux tu ne dois pas rester seule. Tu veux que je passe?

Moi: C'est gentil. Ne t'inquiète pas pour moi pas besoin. Mais je veux bien te voir un de ces jours pour discuter. Ce serait bien de se voir.

Vana: Totalement! Ça fait trop longtemps.

Moi: J'ai hâte.

Vana: Moi aussi. Bisous

Je souris. J'avais certes perdu ma mémoire mais je me souvenais que j'étais proche de Vana. C'était bizarre comme sentiment. Elle était à la fois comme une inconnue et comme un membre de ma famille. Je ne pouvais pas l'expliquer. J'avais envie de lui parler. Pas que pour avoir des informations sur ma vie mais seulement pour la voir aussi.

"J'aimerais voir ma meilleure amie un de ces jours. Elle dit que ça fait longtemps. Et puis elle sait sûrement beaucoup de choses sur moi."

Arthur me sourit compréhensif. Je me sentais obligée de lui dire tout cela. Il m'hébergeait après tout. Je me sentais redevable et je voulais le tenir au courant de tout ce qu'il m'arrivait. D'après le peu de souvenirs que j'avais il était mon seul ami avec Vana.

"C'est une bonne idée. Invite la à passer si tu veux.

-Merci."

Je secouais la tête.

"Désolée je dis trop merci."

Arthur haussa un sourcil. Je ris.

"Désolée."

Arthur secoua la tête amusé.

"Et si tu invitais ton amie à manger demain?

-Ça ne vous dérange pas?

-Pas le moins du monde."

Je me contentais de sourire pour ne pas remercier Arthur encore une fois.

Je ne vis plus Léo de la soirée. Il s'était enfermé dans sa chambre et n'en était pas sorti. Je n'arrivais pas à le cerner.

Nous avions fini le film avec Arthur puis nous avions mangé ensemble avant de nous préparer pour aller nous coucher. Arthur avait proposé qu'on passe chez moi pour me ramener des vêtements mais aucun de nous deux ne savait où j'habitais et je ne voulais pas demander à mes parents pour ne pas les inquiéter. Arthur me passa donc un short et un de ses t-shirts pour que j'en fasse mon pyjama.

Avant que j'aille me coucher j'appelais mes parents et leur parlais pendant une demi heure. Puis je pris ma douche et Arthur alla chercher le kit de premier secours pour me refaire mes bandages. Il grimaça en voyant mes plaies.

"Qu'est ce qu'il y a? demandais-je.

-Rien, tout va bien."

Je voyais bien qu'il mentait mais je ne dis rien. La chambre dans laquelle je m'étais réveillée était enfaite celle des parents des garçons et ils me dirent que je pouvais rester dans cette chambre tant que j'étais chez eux. J'allais donc dans la belle chambre orange et éteignais les lumières pour dormir. Alors que je commençais à sombrer dans le sommeil, j'entendis des pas se rapprocher de ma porte puis cette dernière s'entreouvrit discrètement. J'attendais perdue. J'entendis d'autres pas s'approcher et Arthur se mit à chuchoter.

"Ce n'est pas très beau. Il faudrait qu'elle aille voir un médecin. Ses plaies pourraient s'infecter."

Un long silence s'écoula avant que Léo réponde.

"On verra demain."

Sur ce ma porte se referma et les garçons partirent. Peu après je m'endormis.

DMCA.com Protection Status