Sélection Moderne
Sélection Moderne
Author: Lakhita
Chapitre 1

Ma chère Isabelle,

Tant de choses se sont passés ces dernières années et j'aurais préféré qu'on puisse se voir plus souvent mais savoir que tu es heureuse suffit à me rendre heureuse en retour. Ma vie va changer. Elle a déjà beaucoup changé en quelques mois et cela à cause d'une simple petite Sélection. Ça a beau s'être passé il y a deux ans je me souviens de tous les petits détails. Tu vas peut être dire que je suis trop sentimentale mais j'avais envie de me remémorer ces beaux souvenirs avec toi avant de t'annoncer une grande nouvelle.

Tout a donc commencé il y a deux ans. J'avais vingt cinq ans alors que toi tu n'en avais que vingt quatre à cause de ton anniversaire qui se passait en fin d'année. Nous étions toutes les deux dans la même université à Orsay et nos études allaient bientôt prendre fin. A côté de ces dernières, je travaillais en tant que journaliste pour un magasine de la région assez connu.

Je n'avais pas plus envie que ça de quitter mon nid mais mes parents m'avaient dit que cela me ferait le plus grand bien. J'étais donc en colocation avec Eliott, Aaron et Charlotte. Quant à toi, tu avais ton propre appartement et j'y passais peut être plus de nuits que dans le miens. J'avais une chienne, un carlin du nom de Phobos, et cette dernière avait élu domicile chez toi.Un jeune homme du nom de Antoine Dachelle apparaissait de plus en plus dans les journaux. Il n'était autre que le prince de la Suisse. Il ne gouvernait pas évidemment, les suisses avaient déjà un président mais il était membre de la famille royale comme celle d'Angleterre et il revenait d'un long séjour au Japon. Tu l'appréciais beaucoup parce que de une il était mignon, de deux il avait notre âge et de trois il participait à beaucoup de programmes qui venaient en aide aux personnes dans le besoin. Je dois avouer que sa dévotion me plaisait beaucoup à moi aussi surtout qu'une année auparavant toi et moi étions parties en Inde aider les enfants à avoir accès à l'éducation.

Quand les parents du prince avaient annoncé qu'une Sélection allait être organisée pour leur fils on a rigolé comme des folles. J'étais dans ton salon à ce moment et nous avions l'impression de rêver. Je t'ai tout de suite dit de t'inscrire et il m'a fallut une bonne heure pour te convaincre de le faire. Par la suite, il fallut cinq bonnes minutes pour que tu envoies ta candidature. Tu aimais bien le prince mais tu y allais surtout parce que ça ressemblait à ton livre préféré: "La Sélection" et que tu voulais vivre dans un château. Au départ tu avais peur d'y aller seule mais je t'avais promis de t'écrire tous les jours et de garder ton appart.

Les trente filles qui allaient être retenues pour la Sélection allaient être annoncées un mois après. Toutes les jeunes femmes entre vingt et trente ans pouvaient s'inscrire et les heureuses gagnantes allaient habiter dans le château du cousin du prince qui se trouvait non loin de Versailles le temps de la compétition. Parce que oui. La Sélection était bel et bien une compétition avec comme premier prix le cœur du prince.

Une semaine plus tard je recevais une lettre comme quoi j'avais été tirée au sort sur deux cent jeunes femmes pour participer à cette Sélection. Je m'étais figée de stupeur en pleine rue. J'ai appelé ma mère et je lui ai dit qu'il était hors de question que j'accepte. Le luxe du château m'appelait certes mais je n'avais nullement envie de me battre pour le cœur d'un homme que je ne connaissais pas ni de passer à la télé ou que les réseaux sociaux parlent de moi comme d'une meuf de télé réalité. Cependant ma mère insista pour que je prenne rendez vous pour parler de ma candidature avec une des personnes responsables des inscriptions. Ce que je fis.

Je suis donc allée au rendez vous accompagnée par toi bien sûr. La dame qui nous reçu était très gentille et je m'excusais de faire ma difficile. Je me sentais très mal à l'aise. Je lui annonçais mon envie de refuser ma place. Elle m'expliqua alors que deux cents jeunes filles avaient été choisies dans toutes la France et que trois avaient été tirées au sort et le fait que j'en fasse partit était une grande chance. Je la remerciais mille fois et demandais si je ne pouvais pas échanger mon billet avec toi encore plus mal à l'aise. Mais tu déclaras que tu n'irais nul part sans moi.

Je m'attendais à ce que la dame soit agacée et nous vire toutes les deux mais elle nous sourit chaleureusement et me proposa de participer à la Sélection en tant que journaliste. Elle avait étudié mon dossier et savait que je travaillais pour un magazine français. Elle a ajouté que tu pouvais participer à la Sélection aussi si j'acceptais. Le fait que nous avions aidé des enfants l'année d'avant en Inde jouait en notre faveur. Je ne savais plus du tout quoi faire. L'affaire était trop tentante et si j'acceptais tu pouvais participer à cette Sélection qui était si importante pour toi... J'ai donc acceptée.

C'est ainsi que trois semaines plus tard, valises en main, nous avions dit au revoir à nos familles et à nos amis et nous sommes montées dans une limousine noire qui nous emmena directement au château.

J'étais tombée amoureuse du château au premier regard. Il était juste féerique. Le genre de château que tu voies dans les films. Imposant avec des pierres blanches propres comme la lumière de la Lune. Des fenêtres gigantesques, des balcons et des décorations faites avec de l'or. Le parc était trois fois aussi grand que le château avec une pelouse parfaitement verte et quelques coins envahis par des arbres. Il y avait même un grand lac assez propre pour se baigner dedans et un chemin de terre qui faisait le tour de toute la propriété. J'entendais même des fontaines au loin.

Des hommes habillés en costume nous ouvrirent et prirent nos valises qu'ils emmenèrent je ne sais où. Une dame en robe bleu clair fit son apparition à son tour. Elle était assez jeunes et avait des cheveux courts blonds bouclés. Elle était toute souriante et avait une voix qui portait loin. Elle nous accueillit avec un grand sourire et en nous faisant un câlin. Puis elle se présenta en tant que Cécile, l'organisatrice de cette compétition.

"Tu dois être Isabelle et toi Juliette! Je suis si heureuse que vous soyez enfin arrivées! Vous êtes toutes belles!

-Merci. Nous sommes très contentes aussi d'être là."

Elle nous fit entrer dans le château qui était tout aussi envoûtant de l'intérieur. Un lustre en cristal, un sol en marbre blanc et pourtant si chaleureux... Je fus surprise de voir qu'il n'y avait rien de trop. En fin de compte le moment de surprise passé, si tu observais mieux les environs tu te rendais compte que le château était assez simple. Pas de choses kitch ou en trop. Pas d'or sur tous les meubles. Pas de statues et seulement une ou deux peintures pas si effrayantes que celles que l'ont voit dans les musés. Nous étions toutes les deux médusées par la beauté des lieux.

Cécile nous montra rapidement les salles les plus importantes de la demeure:

"Au deuxième étage se trouvent les appartements de la famille royale. Vous avez interdiction d'y aller. La Sélection se passera surtout aux deux premiers étages. Vos chambres sont au premier étage ainsi que le salon et le boudoir. La salle à manger se trouve à côté de la salle de bal au rez de chaussé. Se trouvent aussi en bas à part le hall d'entrée, les chambres du personnel.

-Avons-nous le droit de nous promener dans le jardin?demandas-tu.

-Évidemment mais il y a des règles à respecter. Vous trouverez dans vos chambres un dossier avec l'étiquette du château. Tâchez de l'apprendre très rapidement. Vous rencontrerez le prince dès demain. De plus, aucun retard ne sera toléré. Vous devez être à l'heure aux repas sinon vous mangerez seules dans vos chambres.

-D'accord."

Elle nous fit monter à l'étage et désigna deux portes qui étaient nos chambres. A côté heureusement. Nous avions le reste de la journée pour découvrir les lieux mais nous devions éviter de trop traîner dans les couloirs pour ne pas être dans les pattes du personnel. Le soir nous allions dîner dans nos chambres et rien de bien grand. Cécile nous dit qu'elle allait nous envoyer nos dames de chambre dans un instant. Elle allait partir mais je m'exclamais:

"Excusez moi! Vous êtes sûr que je peux dormir dans une chambre de sélectionnée? On m'a affirmé que j'étais ici en tant que journaliste."

Notre organisatrice me sourit. Un grand sourire qui laissait voir ses dents blanches comme la neige.

"Bien sûr ne vous en faites pas. Même si vous occupée une fonction de journaliste, vous êtes dans la Sélection. Vous allez donc être traitez de la même manière que vos rivales."

Sur ce elle partit. J'avais signé un contrat avant de devenir journaliste ici. J'allais être rémunérée et on me demandait un article par semaine. Je devais toutefois éviter de nombreux thèmes et j'étais censurée entre guillemets mais rien de bien méchant. Je n'avais juste pas le droit de divulguer des données confidentielles. Je me disais que j'allais commencer par décrire les lieux et faire l'interview de toutes les concurrentes. Nous avions aussi toutes dû signer un autre contrat. Nous avions accès à internet et à notre téléphone mais nous ne devions rien envoyer de trop compromettant.

Nous entrâmes en même temps dans nos chambres respectives et je crus que mes genoux allaient lâcher. Ma chambre était violette et tout aussi simple et envoûtante que le reste du château. J'ouvris ma penderie et y vis des dizaines de robes de toutes les couleurs les unes plus belles que les autres. Dans les placards se trouvaient aussi des centaines de bijoux avec de vrais diamants.

Nous ressortîmes en même temps pour aller voir la chambre de l'autre. Les deux étaient très différentes. La tienne n'avait pas la même décoration et était jaune mais était tout aussi luxueuse.

Nos femmes de chambre arrivèrent alors que nous nous extasions sur nos chambres. La mienne s'appelait Jeanne et la tienne Margot. Elles étaient toutes les deux très gentilles et avaient le même âge que nous. Nous avions discuté et appris à faire connaissance dans la bonne humeur. Mais au bout d'une heure, voyant que nous n'avions besoin de rien elles nous dirent par quel mécanisme les appeler si jamais nous avions envie de quelque chose et elles durent partir travailler. Nous en profitâmes donc pour envoyer des snaps, appeler nos parents etc. Une fois tout le monde au courant de notre nouvelle vie si luxueuse, nous avons décidé de sortir prendre l'air.

Nous sommes donc descendues et avons emprunté le chemin que nous avions remarqué à notre arrivé. Nous marchâmes et parlâmes tout en admirant la beauté des lieux pendant une bonne heure. J'avais mal aux pieds mais je voulais tout voir. De toute façon nous avions encore du temps avant le dîner. Malgré la splendeur des lieux, nous vérifions l'heure toutes les secondes pour ne surtout pas être en retard.

Nous avions marché pendant tellement longtemps que nous nous retrouvâmes devant un grillage ouvert.

"C'est la fin de la propriété?demandais-je.

-Je sais pas...

-Bah non regarde il y a encore un parc identique à celui là qui continu de l'autre côté."

Nous ne savions pas trop quoi faire... Je ne voulais absolument pas enfreindre les règles dès le début. Mais quand nous aperçûmes des mères avec leurs enfants marcher de l'autre côté, nous traversâmes le portail. J'étais entrain de m'extasier et je te racontais une histoire drôle. J'étais super excitée et je sautais partout alors je n'ai pas vu le jeune homme qui venait par là et je lui ai foncé dedans. Ce dernier fit tomber son téléphone. Visiblement il ne m'avait pas vue non plus.

Il était un peu plus grand que moi et avait des cheveux blonds en bataille ainsi que des yeux marrons. Il était habillé très simplement avec un simple jean et un t-shirt faisait référence à un groupe de musique que je connaissais bien. Il me sourit. Un sourire chaleureux qui me fit sourire en retour. Je ramassais son téléphone en vitesse très mal à l'aise et lui tendit. Je priais de tout cœur pour ne pas l'avoir cassé.

"Je suis vraiment désolée je ne t'avais pas vu... J'espère que je ne l'ai pas cassé...

-Non c'est moi qui suis désolée, j'étais tellement plongé dans mon écran que j'en ai oublié le monde qui m'entoure.

-Ça m'arrive même sans téléphone donc je comprends."

Je reportais mon attention sur son téléphone. Voyant sa coque je relevais la tête aussi tôt.

"Tu connais cet anime? Je n'ai encore jamais rencontré quelqu'un qui l'avait regardé. J'ai tellement pleuré en regardant l'histoire est juste magnifique."

Le garçon rit à son tour et passa une main dans ses cheveux.

"Je l'ai découvert il y a pas longtemps et franchement c'est un chef d'oeuvres. Un de mes animes préférés.

-Moi aussi! Je suis amoureuse de littéralement tous les personnages."

Vous vous mîtes tous les deux à rire de ma remarque.

"En tout cas c'est adorable la manière dont tu en parles. Ça se voit vraiment que tu adores cette histoire."

Je souris touchée. J'étais trop excitée à l'idée de dormir dans le château je devais me calmer.

Ma pauvre tu étais restée de côté durant toute la discutions et j'en suis navrée mais je m'étais enflammée. Le garçon te remarqua enfin et gêné comme je le suis de ne pas t'avoir parlé il tenta de se rattraper:

"Au fait je me présente je m'appelle Simon. Et vous?

-Je m'appelle Isabelle.

-Et moi je m'appelle Juliette mais tout le monde m'appelle Juju.

-Et moi je l'appelle Joy!déclaras-tu tout sourire.

-Joy...Simon le dit comme s'il le savourait avec un sourire aux lèvres."

Soudain tu regardas ton téléphone et tu t'exclamas:

"Il est déjà si tard? Je suis désolée mais il faut que j'y ailles! On se voit au dîner Joy! Ce fut un plaisir Simon.

-Tout le plaisir est pour moi."

Et tu partis nous laissant tous les deux. J'avais compris ton petit jeux et je t'en étais reconnaissante mais en même temps je voulais que tu restes. De plus je voulais rester avec le garçon mais je ne voulais pas le déranger plus longtemps. Je me tournais donc vers Simon hésitante.

"Bon... Désolée je ne vais pas te déranger du coup...

-Tu ne me déranges pas le moins du monde.

-Tu es sûr ?"

Il hocha la tête et nous nous mîmes à marcher.

Related chapters

DMCA.com Protection Status