LE VAMPIRE, LE GESTIONNAIRE, et MOI
LE VAMPIRE, LE GESTIONNAIRE, et MOI
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan
1

L’horloge sonnait minuit.

Finalement.

Le temps a traîné beaucoup plus tortueusement que je n’aurais jamais pu l’imaginer. Je n’ai aucune idée de ce qui m’a possédé pour assister à un enterrement de vie de garçon du Nouvel An. Ajoutant au vide de personne à embrasser lorsque la télévision a montré la balle tomber à Times Square alors que l’horloge sonnait minuit, était la piqûre de ne pas connaître une âme dans la pièce. Je me sentais complètement hors de propos. Ma promesse à moi-même de faire quelque chose de nouveau le soir du Nouvel An ne m’a jamais manqué, jusqu’à présent. Cette foule de fête était un lot cliquiste et hostile.

Je n’avais pas ma place ici.

Je n’aurais jamais dû venir.

Je ne suis pas mal. Bien que, cette nuit-là, je me sentais comme une fleur de mur peu attrayante, debout seule et inaperçue. J’ai soudain compris le sens d’être seul dans une foule.

Eh bien, l’horloge a sonné minuit. J’avais apporté la nouvelle année en faisant quelque chose de nouveau. J’étais entourée des nouvelles personnes dont j’étais sûr d’avoir besoin pour apporter de nouvelles expériences dans ma vie pour l’année à venir.

Whoopee! La fleur de mur pouvait maintenant partir.

Avec un soupir exagéré, j’ai soigneusement renversé le plastique bon marché, extrêmement précaire, mauvaise excuse d’un verre à vin à mes lèvres. J’ai frissonné alors que l’acidité du liquide jaunâtre tout aussi bon marché me forçait le chemin dans la gorge. Je suis sûr que mon hôte avait l’illusion qu’il réussissait à le faire passer à son éventail d’invités éclectiques comme du champagne. J’étais sur mon cinquième ou sixième verre de ces trucs odieusement vils. On aurait pu penser que son goût pathétique aurait grandi sur moi un peu maintenant.

Non.

Mon estomac menaçait de rébellion.

Faisant de mon mieux pour cacher l’embarras d’assister à une fête à prédominance de couple en solo, je me suis enfoncé le plus loin possible dans le mur. J’espérais être encore plus invisible que je ne le sentais déjà en regardant couple après couple verrouiller les lèvres pour célébrer l’année à venir.

La puanteur du parti a agressé ma sensibilité. J’ai abattu avec empressement la boisson douteuse que quelqu’un m’a enfoncée dans la main dans l’espoir qu’elle émousse suffisamment mon odeur pour tolérer le mélange d’humains trop chauffés mélangés à du parfum coûteux, de l’eau de Cologne bon marché, de la fumée de cigarette et du pot.

L’envie de mon couple a été de courte durée car mon attention s’est branlée vers ma propre condition physique. Je pouvais sentir la pression de la salive s’accumuler sous ma langue. C’était un avertissement majeur. Mon estomac ne tolérerait plus d’abus.

Génial. Non seulement j’étais un cerf au milieu de couples tâtonnants le soir du Nouvel An, mais j’étais sur le point de barf.

Cela attirerait certainement l’attention. J’ai fait de mon mieux pour me concentrer sur la respiration constante pendant que je cherchais frénétiquement au-delà de la mer de l’ivresse pour une salle de bain. Mon cerveau a flashé un souvenir flou de passer une porte avec un panneau écrit à la main indiquant que c’était le pot de fête désigné. Je me suis faufilé à travers le troupeau de corps ivres. Je ne savais pas comment j’allais traverser la foule avec mon estomac menaçant une rébellion aiguë. J’avais besoin d’atteindre cette porte dès que possible.

Un couple d’âge moyen s’est cogné contre moi. Ils étaient tellement perdus à effectuer des amygdalectomies l’un sur l’autre avec leur langue, je doute qu’ils l’aient même remarqué. En fait, je doute qu’ils aient eu une idée de l’endroit où ils en étaient à ce stade. Je n’avais jamais été témoin d’un baiser d’une nature aussi intense dans la vraie vie auparavant.

Fascinant.

Je l’aurais inspecté plus en profondeur si la secousse de mon corps n’avait pas été toute l’ouverture dont mon estomac avait besoin pour contraindre à purger les horribles hors-d’œuvre et la volonté dont je l’avais frappé ces dernières heures.

J’ai serré ma main sur ma bouche et j’ai poussé mon chemin à travers la foule. J’ai ignoré les halètements indignés qui me suivaient alors que les fêtards voyaient de la boue suinter entre mes doigts fraîchement cirés à la paraffine et manucurés.

Voilà pour être la fleur de mur anonyme.

Si les gens ne m’avaient pas remarqué auparavant, je suis sûr que mon trajet jusqu’aux toilettes m’a fait parler de moi, et pas dans le bon sens.

Je voulais ramper sous l’épais tapis persan qui avait l’air d’avoir été abusé beaucoup plus que mon estomac par le tarif de la fête.

Il m’a fallu énormément de force et de persévérance pour me frayer un chemin devant une femme trop grande alors qu’elle s’entassait hors de la porte, la foule n’avait pas laissé de place pour s’ouvrir complètement. J’apirait désespérément à disparaître. Je pouvais entendre le dégoût de la femme alors qu’elle giflait sa main sur son nez ridé pour mettre l’accent. Si je n’avais pas été à la porte de la mort, j’aurais ri d’incrédulité. Sûrement la puanteur de mon vomi n’aurait pas pu dépasser la puanteur de la pièce.

Bien sûr, j’avais mangé des hors-d’œuvre assez délicats composés d’une substance grise non identifiable étalée sur du pain grillé au blé entier et au seigle, des arachides salées et des œufs diaboliques. Bien sûr, n’oublions pas le champagne bon marché.

Peut-être que la femme avait raison.

Des mèches de mes longs cheveux blond fraise se dispersaient à l’extérieur de la cuvette des toilettes alors que je me mets à genoux. J’ai bercé la porcelaine fraîche comme si c’était mon nouveau meilleur ami et sauveur. En ce moment, c’était le cas. La sueur coulait sur mon front et le long de mon dos pendant que je purgeais violemment mon estomac d’une quantité incroyable de contenu. Ai-je autant mangé ? Il semblait que c’était suffisant pour égaler mon apport alimentaire des trois derniers jours.

Y avait-il du maïs dans le bol? Je ne me souviens pas avoir mangé du maïs. Ai-je mangé du maïs?

Mon esprit confus ne pouvait pas penser détroit. J’avais toujours été un mangeur nerveux et distrait. Ce soir, il n’y a évidemment pas eu d’exception.

J’ai regardé, hypnotisé par la vue dans la cuvette des toilettes – ou peut-être que j’étais juste plus affecté par l’alcool que je ne le pensais. Quelle qu’en soit la raison, il a fallu un certain temps avant que je ne reprenne suffisamment de sens pour persuader mon corps de coopérer suffisamment pour tirer la chasse d’eau et me lever du sol.

Je me suis accroché au bord de l’évier antique en ivoire jauni et j’ai éclaboussé de l’eau dans ma bouche. L’eau était fraîche, douce et rafraîchissante.

Un regard dans le miroir antique doré monté au-dessus de l’évier a apporté un souffle d’horreur. Tout le travail épuisant de lutter avec mon fer à friser pour produire une tête de cheveux magnifiquement coiffée était pour rien. Mes cheveux naturellement bouclés – et à peine apprivoisés – étaient partout. Je ressemblais à Mufasa du Roi Lion ! Mon mascara enduit mes joues des larmes causées par le soulèvement de ce qui ressemblait à tout mon intérieur.

J’étais un spectacle.

Reconnaissante d’avoir pensé à mettre un petit peigne, un crayon eye-liner et un tube de rouge à lèvres dans mon sac du soir; J’ai fait de mon mieux pour rectifier mon apparence. J’étais presque satisfait quand une autre horreur a rencontré mes yeux. Tout ce que je pouvais faire, c’était regarder bêtement les mamelons pert et perky qui me fixaient droit dans les tétons. Ma robe de cocktail était une sarcelle fragile et un satin de couleur crème avec une excuse incroyablement pauvre d’un soutien-gorge intégré. Est-ce que j’avais l’air comme ça toute la nuit ? J’aurais dû savoir que c’était un mauvais choix dans les robes. Ma sœur, qui aimait me contrarier, me l’a donné. Je suis sûr qu’elle a bien ri quand je l’ai accepté comme un idiot. Les étiquettes étaient encore dessus quand elle me l’a présenté, ce qui montrait qu’elle avait l’intelligence suffisante pour savoir ne pas le porter elle-même.

J’aurais dû réfléchir à deux fois avant de porter quelque chose qu’elle m’avait offert. J’aurais dû le transmettre immédiatement à l’épicerie caritative locale. Je suis un peu superstitieux pour m’assurer de porter de nouvelles choses et de faire de nouvelles choses lorsque j’apporte la nouvelle année. C’était la seule nouvelle robe dans mon placard. Comme l’invitation à la fête était si dernière minute et que je n’avais pas le temps d’aller faire du shopping, j’avais ignoré la voix dans les recoins de ma tête en criant: « Ne le fais pas! »

Pour ajouter l’insulte à la blessure, de minuscules morceaux de vomi se sont accrochés au côté de mon sein gauche. Il n’y avait aucun moyen de l’enlever sans mouiller le tissu. J’étais sûre que cela ne ferait qu’accentuer encore plus mes mamelons très visibles. Bien sûr, ce serait...

Oh, bonne année freakin'.

Ce n’était pas très bien parti.

J’ai aspiré de l’air dans mes poumons, réalisant seulement que j’avais oublié de respirer. Attrapant une serviette en papier, je la mouille et l’essuie soigneusement au vomi. Comme prévu, le tissu fragile et nettoyé à sec n’a rien laissé à l’imagination. J’aurais aussi bien pu enlever complètement la robe pour toute la couverture qu’elle fournissait.

J’étais mortifié.

Avec une fête aussi importante et une seule salle de bain pour accueillir les deux sexes, il n’a pas fallu longtemps avant que les poings ne frappent, avec impatience, à la porte. J’ai fouillé frénétiquement les placards dans l’espoir de trouver un sèche-cheveux pour sécher ma robe maudite ou, du moins, réchauffer suffisamment mes mamelons pour les empêcher de rayonner dramatiquement sur le monde.

Pas de chance.

Coup! Coup! Coup!

La porte résintérait de l’impact d’un poing ivre. Je me demandais si le délinquant de l’autre côté se rendait compte à quel point il était lourd. J’étais sûr que c’était un mâle par l’impact même du martèlement. Je savais que peu de femmes pouvaient pilonner comme ça. La porte frissonnait précairement à chaque impact du poing sur le bois. Il n’y avait rien d’autre à faire que d’accepter le fait que j’ai dû abandonner la salle de bain avant que la porte ne se fende en morceaux.

J’ai passé mes doigts dans mes cheveux ridicules et j’ai lissé mes boucles sauvages du mieux que je pouvais. Il n’y avait aucune aide pour cela. Au moins, mon visage avait l’air à moitié décent à nouveau. J’ai équatteré mes épaules et j’y ai pensé mieux car cela ne servait qu’à faire saillie encore plus mes mamelons vers le monde. Au lieu de cela, j’ai haussé les épaules vers l’avant et je me suis faufilé à travers la porte et dans la foule.

J’étais tellement préoccupée par mes mamelons perky et mes cheveux fous que j’ai complètement oublié le fait que mon vomi remettait l’air dans la salle de bain compacte. Les hurlements d’un baryton alors qu’il bâillonnait et sonnait pour un assainisseur d’air m’ont rapidement rappelé.

J’ai voulu que mes pieds se déplacent dans la foule le plus rapidement possible et je me suis dirigé vers la porte. Au diable de dire au revoir. J’appelais le matin et remerciais mon hôte de m’avoir invité dans cette maison de domaine ancienne et ornée. La vérité était que je ne savais même pas qui organisait cette fête. Un ami m’avait invité. Cela aurait pu être n’importe qui dans la pièce, même l’ivrogne qui sonnait et qui avait presque cassé la porte de la salle de bain.

Mon invitation était de dernière minute. Je le savais, mais je m’en fichais. C’était l’occasion d’aller dans un nouvel endroit pour le réveillon du Nouvel An. La tradition disait que c’était censé porter chance. Je m’interroge maintenant sur la tradition.

Je ne sais pas pourquoi, mais je ne voulais pas être en compagnie de mon colocataire, Frank, même si nous avions tous les deux été invités. En fait, j’ai menti à ce sujet. Je pensais que le karma était sûr de revenir et de me mordre le cul, mais je ne m’attendais pas à ce que ce soit immédiatement à la fête.

Soit Frank n’avait pas réalisé mon mensonge, soit il avait choisi de ne pas le reconnaître. Peut-être qu’il en savait plus sur cette horrible fête que moi. Il savait probablement qu’il avait été invité. Quelle que soit la raison... il m’a envoyé à la fête avec un câlin et un baiser sur la joue et un « bon moment » avant de s’installer devant le téléviseur avec un sandwich et une bière.

J’ai presque réussi à me frayer un chemin à travers la foule dense jusqu’à la sortie avant de sentir une main dans mon entrejambe. C’est arrivé si vite que cela m’a pris au dépourvu. Au moment où je me suis retrouvé, j’étais incapable d’attraper l’identité du coupable. Ma tête tournait d’un côté à l’autre. Je ne pouvais pas dire si l’acte effronté avait été accompli par un homme ou une femme. Eh bien, je suppose que je ne pouvais pas blâmer qui que ce soit. Après tout, cela semblait être le thème de la fête.

Le fait que je comprenne l’incapacité d’un ivrogne à résister à une telle tentation n’a guère réduit mon humiliation. J’ai baissé la tête et me suis frayer un chemin à travers le reste de la foule jusqu’à la sécurité du parking abandonné. Ma tasse déborde d’émotions qui volent dans toutes les directions. Une partie de moi était outrée et se sentait violée, tandis que l’autre partie était compréhensive et indulgente.

J’ai immédiatement oublié mon dilemme lorsque la nuit fraîche de janvier a giflé mes fesses en état d’ébriété sobre. Avec les faibles bruits de célébration derrière moi, j’ai frissonné jusqu’à ma voiture et rampé derrière le volant.

C’est alors que je me suis souvenu que j’avais besoin d’essence.

Tout simplement génial.

J’ai tourné le contact et j’ai écouté mon moteur gémir alors qu’il scintillait et tremblait pendant trente secondes avant de s’installer pour fonctionner comme un moteur normal devrait le faire. C’était un événement régulier dans le froid glacial avec ma vieille Mazda presque usée. J’ai souvent plaisanté en disant qu’il appartenait au sud où il faisait chaud toute l’année. Dans n’importe quelle autre circonstance, j’aurais été un peu gêné par la routine de démarrage hivernal de ma voiture, mais il n’y avait absolument personne à cette fête que je me souciais le moins du monde d’impressionner.

J’ai plutôt concentré mon attention sur mon réservoir d’essence vide.

Il n’y avait pas beaucoup de stations-service dans la petite communauté pittoresque de la Nouvelle-Angleterre où la fête avait lieu. Je me suis creusé la tête pour me rappeler si j’en avais vu en route là-bas. Je me suis souvenu d’être passé devant une station-service ou un dépanneur alors que je me dirigeais vers une myriade de routes secondaires. La carte pathétique que mon ami a dessinée sur une fine serviette en papier cet après-midi-là m’a servi de guide. J’ai décidé de tenter notre chance que la station soit ouverte. Sinon, j’avais de gros problèmes. Mon réservoir était vide. Je comptais sur la réserve au fond du réservoir suffisante pour m’y amener. mais comme j’avais déjà puisé dans la réserve, j’ai remis en question ma sagesse en essayant d’aller plus loin.

Quelles étaient mes options?

Je pourrais retourner à la fête et voir si quelqu’un parmi les étrangers en état d’ébriété serait prêt à me ramener à la maison. Et si quelqu’un disait oui? Dois-je le risquer?

Appeler Frank était une autre option. Il dormait normalement lourdement. C’était le réveillon du Nouvel An. Il buvait une bière quand je l’ai quitté. Il était probablement dans le coma maintenant. Je doutais qu’il entende le téléphone sonner.

Une autre option était de risquer d’avoir assez d’essence pour se rendre à la station-service.

J’ai choisi d’essayer pour la station-service.

J’ai prié pour que mon souvenir de son emplacement me serve bien et mon gaz tenait. Ce n’était pas le moment de deviner les distances ou la direction.

Une couche de neige croustillante recouvrait le gravier de la longue allée bordée d’arbres menant de la maison du domaine – qui devait être une beauté à son époque – à la route secondaire du comté résonnant dans la nuit alors qu’elle craquait et cédait sous le poids de ma voiture. Je me suis arrêté sur la route de macadam sans neige et j’ai frissonné au matin désolé de janvier. Les branches des arbres barons, pourtant majestueux, arboraient des résidus de neige qui avaient fondu des rayons ensoleillés de la journée, pour geler dans l’obscurité amère qui a suivi. Le pin occasionnel coincé parmi les vivaces boisées à l’air abandonné adoucissait l’étrangeté.

J’ai plané plus près du volant. J’ai ressenti le besoin de me camoufler de tout épouvantail qui se cachait. Vous n’avez jamais su qui ou quoi pourrait attendre qu’un conducteur solitaire sans méfiance descende bêtement une route de comté désolée par une froide nuit d’hiver.

Je n’avais jamais pris le temps de me demander combien de vie s’est passée à la suite des actions d’une personne ou si le destin prédestinait une grande partie de la vie jusqu’au réveillon du Nouvel An, lorsque ma chance s’est vérifiée. J’ai pu voir le panneau illuminé appartenant au petit dépanneur / station-service.

Oh, merci, merci et merci.

Je suis sûr que ma voiture a glissé jusqu’à la pompe sur des vapeurs de gaz, mais elle l’a fait et c’était tout ce qui comptait. Cette partie de l’État était très importante pour que les automobilistes pompent leur propre essence. Je n’ai même pas attendu de voir s’il offrait un service complet. J’ai accroché mon col autour de mon cou, j’ai attaché mon chapeau et j’ai ajusté mes gants aussi loin sous mes manches qu’ils iraient avant de sortir de la voiture. J’ai cherché sur le visage de la pompe un endroit où glisser ma carte de crédit. Pas de chance. J’ai dû schlep à l’intérieur pour payer le préposé quand j’ai fini de pomper. Après avoir émis un long gémissement, je me suis rappelé que cela aurait pu être pire. Je n’ai pas été obligé d’aller dans la chaleur du magasin pour payer d’abord et ensuite devoir rester dans le froid glacial pour pomper. Au moins de cette façon, je pourrais sauter dans ma voiture juste après avoir payé et je n’aurais pas à subir une chute de température aussi exagérée que je l’aurais fait si j’avais été dans la chaleur du magasin en premier. J’ai toujours gardé ma voiture juste assez chaude pour garder le froid, mais jamais vraiment chaud. Je détestais l’assaut du froid quand je l’ai quitté. Cela a permis de garder la transition de température minimale.

Les superstitions du Nouvel An – auxquelles je n’étais pas étranger – ont dû sévir. Je me suis retrouvé dans une longue file d’attente à la caisse enregistreuse en attendant que ceux qui m’attendaient pour acheter des billets à gratter. Il y avait une heure limite pour le loto – quelque chose que je n’ai jamais joué. Le fait qu’ils permettaient aux clients d’acheter uniquement des billets à gratter et non les numéros de loterie ne semblait pas avoir d’importance. Apparemment, le fait que c’était le réveillon du Nouvel An en faisait un moment particulièrement propice pour jouer, peu importe le jeu.

J’ai fait la queue assez longtemps pour être infecté par la fièvre qui consumait les habitants dans la file d’attente de caisse du petit magasin immaculé et bien approvisionné. Quand ce fut à mon tour de passer à la caisse, je n’ai pas pu résister à la tentation d’acheter au moins un billet à gratter.

Peut-être que j’aurais de la chance pour les débutants ainsi que pour le réveillon du Nouvel An.

Après avoir pris mon argent – qui comprenait le paiement de l’essence – l’ensemble lourd et la fille extrêmement accueillante derrière le comptoir ont sorti robotiquement mon billet d’un rouleau assez gros et l’ont poussé sans cérémonie vers moi. Elle a complètement rejeté ma présence et a regardé avec arrogance par-dessus mon épaule pour indiquer son désir que le prochain client en ligne s’avance. Normalement, j’aurais mis un point d’œil à sa grossièreté, mais ma nuit avait été si infernale qu’un peu de grossièreté était le moindre de mes problèmes. En fait, cela semblait correspondre parfaitement au thème de la soirée.

J’avais toujours aimé le frisson du jeu. Je pouvais facilement comprendre pourquoi certaines personnes trouvaient cela addictif, c’est pourquoi je ne m’étais jamais permis de jouer à la loterie. J’ai eu assez de mal à rester à l’écart d’Atlantic City et de ses machines à sous engloutissant de l’argent. Ma seule grâce salvatrice était le fait qu’Atlantic City était à trois heures de route et pas seulement au coin de la rue. Je me suis promis que ce serait la première et la dernière fois que j’achèterais un billet de loterie de quelque nature que ce soit. La dernière chose dont j’avais besoin était de devenir accro à remettre des billets de banque à des vendeurs de loterie chaque fois que j’achetais de l’essence ou de l’épicerie.

Je suis allé à l’extrémité du comptoir pour ne pas être entre Miss Congeniality derrière le comptoir et la prochaine pauvre âme gelée qui fait la queue derrière moi. Savourant le suspense, j’ai soigneusement gratté l’argent sur le billet. Je savais qu’il y avait un moyen de gratter le fond du billet pour découvrir si vous étiez un gagnant ou non, mais cela a dégonflé le frisson.

J’étais tellement absorbé par le moment qu’il m’a fallu un peu de temps pour réaliser que quelqu’un se tenait derrière le comptoir en face de moi. Ce n’était pas Miss Congeniality. En fait, ce n’était pas du tout une fille.

C’était un homme.

Un bel homme.

Un bel homme grand.

Un bel homme grand avec la peau embrassée par le soleil.

Il devait être l’incarnation du vieux cliché « grand, sombre et beau ».

Mon cœur a bondi de mon corps quand nos yeux se sont rencontrés. Je me sentais sombrer dans ces orbes profonds et sombres, bordés d’épais cils noirs. C’était le genre de coups de fouet que n’importe quelle fille tuait et les entreprises de mascara payaient des millions pour les utiliser dans une publicité. Ils m’ont attiré. J’avais l’impression qu’ils me parlaient dans une langue silencieuse que je ne pouvais pas comprendre, mais qui était en quelque sorte familière. J’ai soudain eu la sensation d’être là où j’appartenais, mais là où je ne devrais pas être. C’était confortable, mais dangereux.

Très bizarre.

Très troublant.

Homme très magnifique.

« Voulez-vous partager un billet? » Les mots résonnaient devant sa pomme d’Adam d’un ton lisse, riche et sexy alors qu’il me faisait frissonner. Si ce type ne faisait pas déjà de la voix off ou de la radio, il devrait l’être.

« Hein? » était ma réponse inintelligente, peu sage et peu sexy.

Son large sourire affichait des dents blanches parfaitement droites et brillantes.

Bien sûr, il l’a fait!

Je me suis retrouvé gêné et gêné par mon propre ensemble, légèrement tordu, blanc décalé. J’ai pincé les lèvres ensemble dans l’espoir qu’il ne les avait pas remarquées.

« Voulez-vous partager un billet avec moi? Si nous gagnons, nous allons cinquante-cinquante. Ça sonne bien? »

Il était inconscient de ma situation dentaire.

Je ne suis pas la femme la plus belle à marcher sur la planète, mais les gens me considèrent comme attirante. Bien sûr, je suis un peu grande et un peu moelleuse – la façon polie de mon ami de dire que quelqu’un était légèrement en surpoids – mais j’ai réussi à maintenir un ventre plat et une silhouette en sablier et j’ai pu m’en sortir en portant la plupart des styles de la journée. Mes cheveux s’étaient apprivoisés au fil des ans, mais ils étaient encore un peu trop crépus à mon goût et nécessitaient beaucoup d’attention pour les garder présentables. Malgré tout, j’ai réussi à trouver un petit ami de temps en temps.

Au mieux, ces petits amis venaient de la foule « B ». Jamais, au cours de mes vingt-quatre années d’être sur cette Terre, un homme de la foule « A » par excellence n’a prêté attention à moi... jusque-là. Cet homme était la quintessence de l’homme. J’étais sûr qu’il appartenait au sommet de la liste des groupes « A ».

Je n’arrivais pas à y croire. Il flirtait !

Le fait accablant qu’un groupe de la liste « A » m’ait réellement remarqué, combiné au fait que mon corps était encore à moitié mariné à partir de champagne bon marché, m’a laissé coincé sur stupide. Tout ce que je pouvais faire, c’était hocher la lament.

Un frisson a voyagé sur tout mon corps et j’ai frissonné involontairement alors qu’il s’éloignait pour me procurer quelques billets à gratter supplémentaires. La plus faible odeur de son eau de Cologne traînait derrière lui.

Oh oui, Fahrenheit, mon parfum préféré.

Remettant en question ma bonne fortune, je me suis demandé si je devais chercher des caméras cachées ou quelque chose du genre. Ce serait juste ma chance si quelqu’un embauchait cette personne pour un gag du Nouvel An. Ce serait quelque chose que ma sœur, Lisa, ferait.

Être en compagnie de cet homme divin soulignait le souvenir de ce que j’avais attendu dans ma petite maison historique confortable. Frumpy Frank était définitivement de la liste « C », mais alors – je me suis consolé – Frumpy Frank et moi n’étions pas petit ami et petite amie. Nous étions simplement des colocataires et de bons amis. Non pas que nous n’y ayons pas pensé. Nous étions même allés jusqu’à nous débrouiller. Il voulait aller jusqu’au bout – ou du moins faire un peu d’exploration – mais je ne pouvais tout simplement pas aller dans cette voie.

D’abord et avant tout, je n’étais pas attiré par Frank. Bien sûr, c’était un gars gentil et tout, mais son apparence simple et oubliable n’a rien fait pour moi d’une manière qu’un homme devrait attirer une femme. Ses manières n’étaient pas non plus de quoi se vanter. Don Juan, il ne l’était pas. Sur une échelle de un à dix, mon attirance pour lui était un deux... peut-être deux et demi. J’aurais couché avec lui par pur désespoir et par solitude. Plus important encore, j’étais encore vierge.

Je sais qu’être vierge à mon âge et à l’époque d’aujourd’hui n’est pas la norme. Néanmoins, je l’étais et je n’avais pas l’intention de l’abandonner à un gars pour lequel je n’avais qu’une légère attirance – qui était à peu près tous les gars que j’avais fréquentés jusqu’à présent. Frank entre dans cette catégorie.

Nous avons réussi à rester amis à la fin. Quand il avait besoin d’un endroit où séjourner, j’étais heureux de lui louer une chambre dans le petit chalet historique dont j’avais hérité. J’ai apprécié la compagnie et l’argent supplémentaire que son loyer fournissait. L’arrangement a très bien fonctionné.

J’étais certain que mon gros morceau sombre et succulent était un ensemble.   Enfer... Gag du Réveillon du Nouvel An ou pas, j’avais l’intention d’en profiter à chaque seconde.   Après tout, ce n’était pas tous les jours qu’un homme comme celui-ci m’a prêté attention.

Je l’ai regardé se promener vers moi avec son beau poing chargé de billets à gratter.

« Je ne savais pas à quel jeu vous aimiez jouer, alors j’en ai un de chaque. D’accord? » demanda-t-il doucement.

C’est alors que j’ai remarqué la légère trace d’accent et j’ai réalisé qu’il était étranger. Mes yeux ont finalement regardé au-delà de mes hormones pour le voir pour la première fois. Il était légèrement bronzé, comme le riche bronzage que vous trouveriez sur quelqu’un en Floride qui ne semblait jamais quitter le soleil. Il avait des cheveux épais et noirs immaculés et élégamment coupés qui se graveraient sur le dessus de ses oreilles et frôlaient à peine son col. Bien que ses épaules soient convenablement larges, il avait l’air d’être moyennement osseux. Il devait avoir au moins six pieds deux. Le faible accent quand il parlait faisait allusion à l’héritage de l’île, mais je ne pouvais même pas commencer à comprendre quelle île.

Il s’est penché sur le comptoir pour que nous puissions tous les deux regarder les billets à gratter qu’il avait étalés. Je n’avais aucune idée des noms de ces scratch-offs. Qui s’en souciait? Avec lui si près de moi, j’ai eu la chance de pouvoir respirer, sans parler de regarder un stupide ticket à gratter. Tout mon corps tremblait de la manière la plus délicieuse. La sensation était glorieuse.

Ce n’était pas seulement qu’il était magnifique et sentait bon. C’était quelque chose de plus. Il sentait... puissant... différent. C’est la seule façon de le décrire.

Je ne crois pas que ce soit son accent, sa taille ou sa carreur qui lui aient donné ce sens. C’était une figure imposante, c’est vrai, mais c’était quelque chose de plus. Quelque chose sur lequel je n’arrivais tout simplement pas à mettre le doigt.

J’ai fermé les yeux et essayé de me concentrer, mais rien n’est venu.

Il figure. Ma capacité stupide ne fonctionne jamais quand je le veux.

Je suis né avec un type de capacité psychique que mes amis appelaient un « cadeau ». Ils m’ont toujours grincé des dents pour obtenir de l’aide pour l’affiner et le développer. Moi, en revanche, j’ai trouvé que c’était un ennui troublant. Je ne l’ai certainement pas considéré comme un cadeau et j’ai fait de mon mieux pour l’ignorer autant que possible.

Parce que je n’avais pas fait grand-chose pour développer mes capacités, c’est juste arrivé quand c’est arrivé. Il semblait que la seule fois où j’obtenais des informations utiles, c’était lorsqu’un événement désagréable était imminent. Les bonnes choses ne se sont jamais démarquées.

Dieu m’en préserve si j’avais pu choisir des numéros de loto ou quelque chose de merveilleux comme ça!

J’étais le seul enfant sur trois à être né avec le « don ». En fait, à ma connaissance, j’étais la seule personne de ma lignée familiale avec elle. Maintenant que j’y pense, c’est une chose étrange puisque le consensus est que vous héritez de capacités. Pendant un certain temps, j’ai envisagé l’idée que mes parents m’adoptent. J’avais l’impression que c’était une forte possibilité. Après avoir étudié mon apparence par rapport à celle de mes frères et sœurs et de mes parents, j’ai déterminé que je leur ressemblais trop, alors j’ai abandonné la théorie.

D’où venait ma capacité psychique restait un mystère.

Il s’appuya si près de moi que je pouvais sentir la chaleur de son souffle contre ma joue. Un léger parfum d’un mélange de clous de girofle, de cannelle et... C'était quoi ça? Le gingembre, peut-être? ... a fait circuler l’air. J’aurais pensé que l’odeur d’un souffle épicé mélangé à un corps Fahrenheit serait offensante. C’était tout le contraire. J’ai trouvé que c’était entant.

« Je m’appelle Nevi, Nevi Sharpe », dit-il avec un accent profond et sensuel. « Puis-je demander avec qui j’ai le plaisir de partager des tickets à gratter ? »

Je voulais lui répondre, mais j’étais toujours coincé sur stupide. J’ai ouvert la bouche pour parler et absolument rien n’est sorti.

Comme c’est embarrassant.

Comme c’est ridicule.

Comme c’est mortifiant.

C’était juste un homme, après tout. Quel était mon problème?

Je ne pouvais tout simplement pas dépasser le sentiment de magnificence qui imprégnait l’air autour de lui. C’était à la fois électrisant et angoissant.

« Vous avez un appel téléphonique », laoit la voix fade de Miss Congeniality alors qu’elle s’approchait de mon homme-dieu nouvellement découvert avec un téléphone sans fil.

« S’il vous plaît, excusez-moi », murmura-t-il dans ma direction en claquant le téléphone de la main du greffier, visiblement mécontent d’être dérangé.

« Lizzy. Lizzy Ewing, j’ai forcé mes lèvres alors qu’il se levait. « Je m’appelle Lizzy Ewing. »

Je pouvais sentir les flammes dévorer mes joues quand j’ai réalisé à quel point ma voix devait sonner désespérée. Il m’a étudié avec des yeux dansants, oubliant momentanément son agacement à propos de l’appel téléphonique.

« Ravi de vous rencontrer, Lizzy Ewing », dit-il chaleureusement. « S’il vous plaît excusez-moi. »

Sur ce, il a soulevé le téléphone sans cérémonie jusqu’à son oreille et a disparu par une porte derrière le comptoir. J’ai supposé que cela menait à son bureau. Au faible bruit d’une autre porte qui se fermait derrière cette porte, j’ai senti que j’avais raison.

La commis a parcouru la gamme de billets de loto étalés sur le comptoir devant moi avec un sourire narquois notable sur son large visage infesté d’acné avant de me regarder. « Ce sera vingt-cinq dollars », a-t-elle déclaré avec suffisance.

Je suis resté là à la regarder pendant un bref instant pendant qu’elle s’inscrivait avec moi... Je me coinceais avec toute la facture de mon essai de grattage pas si privé! Est-ce que je venais d’être victime d’une sorte de stratagème pour vendre des billets à gratter? Quelqu’un a-t-il planté ce mec chaud pour séduire des femmes sans méfiance à tomber dans le scénario « partageons un billet »? Ont-ils eu une femme plantée pour les hommes aussi? J’ai regardé autour de moi, mais je n’ai vu personne. Certes, Miss Congeniality ne se qualifierait jamais pour une telle tâche, même si elle aurait pu nettoyer suffisamment pour cela. Pas avec son attitude.

Oh oui, cette nouvelle année commençait très bien.

J’ai été tenté de lui parler de mon petit arrangement avec l’homme que je supposais être son patron pour voir sa réponse – ou peut-être simplement me contenter de gifler le sourire narquois de son visage incroyablement accueillant – mais j’ai mieux pensé aux deux idées. J’ai tendu sans cérémonie dans mon portefeuille et j’ai produit l’argent que sa main tendue demandait si ouvertement.

Alors que j’en giflais deux dizaines et cinq dans sa paume, je ne pouvais m’empêcher d’émettre une douce note d’indignation quand elle les attrapa rapidement et s’éloigna sans un « merci ». Après m’être faufilé – ou du moins j’ai cru me faufiler – un regard fugace dans la direction où mon dieu était allé, j’ai glissé les billets à gratter que j’avais été forcé d’acheter dans mon sac à main. Fixant mon manteau, mes gants et mon chapeau contre le froid glacial qui m’attendait, je me suis précipité vers ma voiture.

J’étais à l’intérieur du dépanneur juste assez longtemps pour que le peu de chaleur qui a réussi à s’accumuler dans ma voiture en y entrant se dissipe. Il gelait! Mon souffle s’est projeté comme de la fumée d’une cheminée. J’ai retenu mon souffle pendant que je tournais la clé dans le contact de ma Mazda pitoyablement usée. Heureusement, le moteur de la voiture n’avait pas suffisamment refroidi pour l’amener au point où il cracherait et cracherait comme il l’avait fait en quittant la fête du Nouvel An pas si merveilleuse. Bien sûr, à la fête, il n’y avait personne que je voulais impressionner. Maintenant, c’était une autre histoire. J’ai poussé un soupir de gratitude pour ce petit peu de chance quand j’ai repéré Nevi regardant par la fenêtre de son bureau dans ma direction. Il parlait toujours au téléphone. Bien qu’il ne m’ait pas reconnu, je me sentais à peu près certain qu’il me voyait. Je ne voulais pas faire une impression plus pathétique que celle que j’avais déjà réussi à faire avec lui.

Après un trajet sans incident de trente minutes jusqu’à mon petit chalet sur le lac, j’ai laissé tomber mes clés dans le panier en haut de la table du hall près de ma porte arrière. J’ai souri en écoutant les ronflements de Frank gronder à travers l’intérieur faiblement éclairé. Son ronflement était l’une des raisons pour lesquelles il avait eu tant de mal à se mettre en chambre avec les gens. Cela les rendait fous. Pas moi. En fait, j’ai trouvé les grondements d’un bon ronflement apaisants. Ils agissaient comme une machine sonore pour dormir.

Je me suis faufiler dans ma salle de bain et j’ai vérifié mes cheveux pour des morceaux de vomi. Il avait l’air relativement propre, alors j’ai décidé qu’il était prudent de me brosser les dents, de me frotter le visage et de tirer sur ma chemise de nuit en flanelle rose légèrement usée , mais toujours câline. J’étais à peine installé sous ma couette épaisse avant d’être consumé par les ténèbres béates.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status