2

Quand je me suis finalement réveillé suffisamment pour me libérer du sommeil le plus doux dont je me souvienne au cours de mes vingt-quatre années devie,  il m’a fallu un peu de mal à me rappeler où j’étais.  Je me suis assis sur le lit et j’ai balancé mes pieds sur son bord.  Ils ont à peine touché le sol.  Je ne me souvenais pas d’avoir été si petit avant, mais ensuite,  j’avais été assez gâché par la drogue et les blessures.

Blessures.

Je me suis souvenu de mes côtes et j’ai senti le pansement sous ma tunique.  C’était parti. J’ai tiré la tunique vers le haut pour inspecter de plus près.  En fouillant l’intérieur de la grotte avec mes yeux, j’ai été déçu de ne pas trouver de miroir. Je me suis vérifié du mieux que je pouvais sans elle. Il n’y avait aucun signe de dommages que je pouvais voir, ni de douleur!  Comment ai-je réussi à guérir si rapidement ? Cela avait été rapide, n’est-ce pas?  Je ne pouvais pasle dire,  car j’avais perdu toute notion du temps.

J’ai noté que mon sauvetage était le deuxième miracle à se produire depuis que j’avais été capturé par ces créatures grotesques; le premier étant mon rejet dans la ligne alimentaire. J’ai dit une petite prière silencieuse de remerciement. J’étais à peu près sûr de l’avoir déjà fait, mais je voulais remercier à nouveau mon sauveur divin avec une tête claire. J’ai senti sa présence et qu’il allait et venait, mais je n’ai vu aucun signe de lui pour le moment.

J’ai sauté du lit avec plus de vitalité que je ne l’avais ressenti depuis longtemps.  Qu’y avait-il dans ce ragoût merveilleusement délicieux? Je me suis demandé en me étant rembourré vers le feu.  Il allait encore fort avec des signes de tendance récente.  J’ai regardé autour de moi.  J’étais seul. 

Me sentant énergisé et curieux, j’ai décidé de braver les limites extérieures de la grotte. J’avais besoin de savoir où j’étais pour pouvoir faire des plans pour rentrer à la maison. J’espérais vraiment que ces bêtes ne m’avaient pas téléporté dans un endroit obscur, ou pire... planète!  Bien que je savais que cela pouvait être fait, je n’avais aucune expérience de la téléportation.  Il serait difficile pour moi de me remettre à moi-même.  Mon altruiste serait-il prêt à continuer son aide et à m’aider à revenir ?  En avait-il même la capacité?

L’air était vif et frais contre ma chair exposée alors que je sortais au clair de lune.  J’ai estimé que c’était après minuit.  J’écoutais les sons de la vie autour de moi, mais tout était calme.  On aurait dit que le monde entier dormait.  Tous sauf moi, c’est-à-dire.

J’ai noté la plénitude de la lune brillante. Cela signifiait que j’avais été dans la grotte en train de guérir et de dormir beaucoup pendant environ deux semaines. Je devais vraiment à mon bienfaiteur une dette de gratitude.

La grotte était à la lisière d’une forêt.  De grands pins se mêlaient à des chênes noueux et à des érables. C’était une forêt d’apparence parfaitement normale qui ne me donnait aucune indication quant à l’endroit où j’étais ou à quelle époque j’étais.  Un hibou cria sa présence et sursatrait un petit cri hors de moi.

« Soyez prudent.  Nous ne voulons pas donner notre cachette », a déclaré une voixriche  et sensuelle toute la nuit.

J’ai sauté pour regarder derrière moi pour trouver mon beau sauveur avec une charge de bois de chauffage en équilibre dans ses bras comme si elle ne pesait qu’un sac de plumes.

« Où sommes-nous? » J’ai demandé.

« Sûr pour l’instant », répondit-il en se tournant pour entrer dans la grotte, « à moins que vous ne continuiez à hurler. »

« C’était un petit cri », marmonnai-je en le suivant à l’intérieur.

« N’avez-vous jamais entendu le dicton 'la forêt a des yeux ?' », a-t-il réprimandé.

« Est-ce la même chose que les collines ont des yeux? » J’ai dit sarcastiquement.

Je faisais référence au film, bien sûr. C’était une façon de tester les choses.  Si j’avais remonté letemps,  il n’aurait aucune idée de ce dont je parlais.

« J’ai vu ce film », dit-il en larguant le bois à côté du feu. « Je ne m’en souciais pas beaucoup. »

D’accord, donc j’étais encore à mon époque.  C’était excellent, mais j’avais encore des questions telles que qu’est-ce qu’un Dragos?  Je me suis souvenu de ce mot de mon cauchemar comme s’il avait été marqué sur mon cerveau.

« Puis-je connaître votre nom? » J’ai dit avec plus de confiance en moi que je n’en possédais vraiment. J’ai pensé qu’il était préférable d’être poli plutôt que d’éclater dans une série de questions sur mes allées et venues et les créatures qui m’ont enlevé puis laissé pour mort.

« Jack », dit-il, en fait.

« Ravi de te rencontrer Jack », dis-je aussi gentiment que possible.

« Est-ce que c’est? » il gloussa d’un ton qui ne pouvait être décrit que comme sarcastique et sortit de la grotte.

Je commençais vraiment à en avoir assez de la façon dont il se levait et partait alors que l’humeur le frappait.

« Attends », ai-je commandé avec plus d’intensité que je ne l’avais prévu.

Cela m’a laissé un peu ébranlé.  J’ai fait de mon mieux pour le lui cacher.

Il s’est arrêté sur sestraces,  mais n’a pas fait demi-tour.  J’ai regardé ses épaules se tendre puis se desserrer à nouveau.  C’était  comme s’il luttait avec ce qu’il devait faire pendant qu’il restait dos à moi.

« S’il vous plaît, n’y allez pas encore », ai-je dit d’un ton plus doux que je n’ai pu accomplir qu’après quelques exercices de respiration sérieux. « Je ... Je suis très confus et solitaire et... eh bien j’ai un peu peur.  J’ai été capturé par... »

« Par les Dragos », intervint-il. « Je t’ai tiré de leur tas d’ordures. »

Le ton de sa voix me laissait mal à l’aise. Je l’avais mis en colère.  Je n’étais pas sûr de ce que je devais dire. «Je suis désolé d’avoir aboyé sur vous et merci pour tout ce que vous avez fait» était le plus évident, mais cela ne semblait pas approprié pour l’humeur,alors  j’ai dit, « Je vous dois ma vie », à la place.

« Vous pensez que oui? » grogna-t-il presque.

Bien que j’aie été surpris par son ton agressif, j’ai refusé de me laisser décourager.  J’étais déterminé à lisser les choses.  J’avais besoin de lui montrer ma gratitude; pourmoi,  si ce n’est pour le sien.  Il n’y avait aucun doute dans mon esprit que je serais mort s’il ne m’avait pas tiré de cet odieux tas de restes humains.

« Oui », dis-je régulièrement.

« Soyez prudent ... Je pourrais juste le prendre », murmura-t-il à moitié avant de sortir de l’entrée.

Soudain, mes jambes ont refusé de me tenir.  Je me suis effondré dans untas.

Le tapis épais agissait comme une barrière entre moi et le sol de terre froid.  Je pouvais sentir la terre dans ses fibres, mais elle avait l’air assez nouvelle et fraîche. J’aurais réfléchi à la durée pendant laquelle la grotte aservi de sanctuaire en peluche à Jack si je n’avais pas été submergé par son commentaire de sortie.

Est-ce que je l’ai bien entendu? A-t-il menacé de me élever la vie ? M’avait-il sauvé d’une mort certaine aux mains des Dragos pour me tuer lui-même ? Si je n’avais pas entendu ses paroles de mes propres oreilles,  je n’aurais jamais entretenu une telle pensée. Il semblait être un homme parfaitement normal.  Certes, il était un peu peu communicatif, mais,  compte tenu de l’endroit où il m’avait trouvé,  j’ai supposé qu’il avait vu son propre traumatisme. Peut-être a-t-il aussi échappé de justesse à la nourriture de ces bêtes.  Ou... horreur des horreurs... il était cannibale et a récupéré les restes des os des ordures!

J’ai secoué la tête.  Maintenant, j’étais ridicule.  S’il était cannibale,  il m’aurait sûrement mangé au cours des dernières semaines;   ne pas me nourrir. Je me suis forcé à rire. C’était incroyable comment l’esprit pouvait imaginer des choses aussi ridicules et les faire paraître réelles en un éclair.

J’ai regardé de plus près autour de l’intérieur de la grotte qui était maintenant mon sanctuaire.  C’était clairement la maison de quelqu’un ou, à tout le moins, le lieu de refuge. Si Jack ne l’avait pas mis en place, j’étais sûrqu’il aurait utilisé cet endroit pour le sien. Yet il n’avait presque pas passé de temps là-bas depuis mon arrivée. Avait-il une autre habitation à proximité?  Cela ne semblait pas logique, mais alors,  rien de ce qui s’était passé jusqu’à présent ne semblait logique.  Les dragos n’étaient pas réels. C’étaient des créatures de contes de fées racontés autour de feux de camp dans le but d’effrayer vos camarades de camp.  Depuis quand les créatures des contes de fées ont-elles pris vie ?

Plusieurs jours se sont écoulés sans aucun mot entre Jack et moi.  Quand je l’ai vu ou senti venir, j’ai feint de dormir pour éviter de lui parler.   J’avais besoin de temps pour traiter la peur que son commentaire m’inculquait.  Il fallait que ce soit la plus grande partie d’une semaine avant que je commence à m’agiter.  J’avais complètement perdu la notion du temps. Je n’avais aucune idée depuis combien de temps j’étais dans cette grotte.  Quand suis-je arrivé? J’ai estimé que j’y étais allé au total pendant troissemaines, mais est-ce que j’avais raison? Je  n’arrêtais pas de tomber dans et hors du sommeil; Rester éveillé seulement assez longtemps pour remplir mon estomac avec le ragoût toujours présent  -dont je ne me suisjamais lassé et dont je ne pouvais pas me lasser- puis je suis retourné dans le pays endormi.

« Tu es ici depuis six semaines, pas trois », dit une voix féminine de loin.

Surpris, j’ai sauté et j’ai  rapidement  regardé autourde moi, mais je n’ai vu personne.

« Ici, dearie », roucoula la voix.

Je ne pouvais pas décider si c’était un coo amical ou non.

« Tu es plutôt impoli, n’est-ce pas? » Je l’ai dit sans détour.

« Vous êtes un expert en impolitesse? » ditle propriétaire de la voix,clairement agacé.

« Il n’est pas nécessaire d’être un expert pour reconnaître l’impolitesse », ai-je répondu courageusement.

 Peu importe que ce soit mon premier et seul visiteur autre que Jack.  Se faufiler dans la grotte et rester dans l’ombre était impoli et j’avais l’intention de le préciser. 

« Tu es une chienne ingrate, n’est-ce pas? » dit la voix.

« À qui suis-je ingrat et pour quoi ?  J’ai remercié mon sauveteur. Je ne vois pas la nécessité d’être poli avec quelqu’un qui se faufile ici, lit dans mes pensées, puis parle depuis les recoins sombres de la grotte au lieu de se montrer », ai-je craché.

« Elle-même,  tu twits », cracha la voix.

« Tu ressembles à un homme », ai-je menti.  

Enfait, j’avais l’intention de dire « elle », mais,  dans ma nervosité, je me suis embrouillé.

« On dirait que vous venez de vous échapper d’Auschwitz ! » se lassa la voix.

Je n’ai pas eu de réponse à ce sujet parce que j’étais sûr que c’était vrai.  Je suis resté dans un silence stupéfait pendant un moment, puis j’ai éclaté de rire. Je veux dire, sérieusement... Je me disputais d’une voix sans corps. 

« Touché, » respirais-je entre des rires, « Tu m’as là. »

Devant mes yeux surpris, une boule translucide brillante a émergé de l’ombre et a lentement atteint une taille énorme.  Plus il devenait grand, plus il devenait opaque. Quand il a atteint une taille assez grande pour accueillir un corps, une brune grande, mince  mais galvée est sortie et ne s’est pas tenue à cinq pieds de moi.

Je me tenais hypnotisé par les grands yeux en forme d’amande qui étaient parfaitement positionnés sur son petit visage en bronze crémeux de forme ovale. Son nez de type lutin regardait à la maison entre ses sourcils lisses et arqués et ses lèvres pleines et rubis. S’il n’y avait pas eu les oreilles pointues sur les côtés de sa tête, je l’aurais étiquetée parfaite.

« Je ne suis pas parfaite non plus », gloussa-t-elle de bonne humeur en tirant sur ses oreilles et en soulevant sa robe en mousseline pour afficher des pieds grotesques et poilus.

« C’est une combinaison étrange », ai-je réfléchi en admirant lentement ses courbes élancées et son teint parfait.

« Pas d’où je viens », sourit-elle, apparemment insensible à mon commentaire que la plupart considéreraient comme impoli.

« Je viens de New York. L’État, pas la ville. C’est sur terre », ai-je répondu sans réfléchir.

Entre les bêtes lézards et cette personne à l’air étrange, j’en étais venu à la conclusion que j’avais quitté la Terre pour une autre planète, mais j’ai été surpris de m’entendre dis-le à haute voix.

« Moi aussi », a-t-elle résonné. « Terre, c’est-à-dire. »

« Comment est-ce possible? » J’ai demandé avec une vraie surprise.

« Maintenant, c’est typique », renifla-t-elle en se dirigeant vers la grande chaise confortable au coin du feu.  « Vous, les humains, êtes tous les mêmes. »

« Je suis désolé », ai-je dit, puis je me suis réprimandé en silence.  Pour quoi, au nom du ciel, m’excusais-je ? « C’est juste que je n’ai jamais vu quelqu’un de la terre qui vousressemblait,  donc je ne comprends pas comment vous pouvez prétendre que votre apparence n’est pas une combinaison étrange. »

« Vous ne pouvez pas vous en empêcher, je suppose », soupira-t-elle. « C’est juste que j’espérais que vous seriez différent.  Je veux dire, ce n’est pas comme Jack d’avoir n’importe quel humain errant. »  Une étincelle d’amusement teinta ses grands yeux alors qu’elle continuait: « Ce n’est surtout pas comme lui de les laisser vivre.  Tu dois être trop maigre pour lui aussi. »

« Il mange des gens? » J’ai haleté alors que ma main volait vers ma gorge.

Mes craintes se confirmaient.

« Ha, ha, ha, tu es si drôle », a-t-elle choré, mais n’a rien offert d’autre.

Ma visiteuse semblait bien connaître son chemin autour de la grotte.  Elle a produit une tisane et deux tasses dans un placard que je n’avais même pas pensé à étudier. Nous avons passé les heures suivantes à siroter du thé et à apprendre à nous connaître.  Elle m’a dit qu’elle s’appelait L’oana, un nom assez commun à son genre.  Elle l’a assimilé à Jane ou Ann dans ma langue.  Quand je lui ai demandé quel était son genre, elle m’a répondu« Terrienne » comme si je l’avais insultée.  J’ai laissé tomber le sujet pendant un moment et j’ai juste apprécié sa conversation pétillante.  Cela avait été ce qui semblait être une éternité depuis que j’avais eu le luxe de profiter d’une conversation légère près d’une tasse de tisane.  Je n’étais pas pressé d’y renoncer.

À un moment donné au cours de nosdiscussions,  L’oana est devenu plus à l’aise avec moi. J’ai découvert que ma nouvelle amie avait plus d’un siècle. Elle a pris grand soin de m’expliquer qu’elle appartenait à une race appelée Squachula.  Bien qu’ils aient vécu sur la planète terre, ils vivaient dans une dimension alternative à celle des humains.

J’ai appris que, comme les Dragos, Squachula avait une espérance de vie d’environ deux cents ans. Cela signifiait qu’elle était ce que nous considérerions comme d’âge moyen.  J’ai comparé ses actions et son apparence juvéniles et légères à celles d’un humain d’âge moyen et j’ai souri.  Pas étonnant que nous ayons été considérés comme une espèce inférieure.

L’oana m’a éclairé sur les variations de Squachula autour de la planète. Apparemment, ils différaient par la race tout comme les humains différaient.  Certains étaient d’une intelligence et de compétences très supérieures tandis que d’autres frôlaient le primitif.  Elle a confiéqu’au  fil des siècles, il y a eu des moments où ils se sont croisés avec d’autres espèces, y compris les humains, ce qui a ajouté aux variations de race. Sa race était le produit d’un tel métissage.

L’oana n’était pas seulement léger, intelligent et beau.  Elle était également très habile dans l’art de se téléporter d’une dimension à l’autre.  Elle faisait souvent des voyages de la terre intérieure à la terre extérieure; c’est ainsi qu’elle a rencontré Jack. 

J’ai appris qu’elle était une sorte de missionnaire. Comme les humains, les Squachula étaient la proie des Dragos et, par conséquent, comme les humains, ils voulaient qu’ils soient  éliminés de leur planète. L’oana a voyagé entre les planètes, par téléportation, pour aider à la tâche d’affaiblir les Dragos jusqu’au moment où ils pourraient être complètement chassés.  C’était une mission dangereuse à laquelle seuls quelques-uns étaient autorisés à participer.  Bien qu’elle en ait fait la lumière, je savais qu’elle était plus qu’elle ne laissait aller.

J’ai mentionné à L’oana le faitque,  pendant des siècles,il yavait  des observations sur terre d’une grande bête ressemblant à un homme et ressemblant à un singe dans divers endroits de la terre.  Certains ont appelé la bête Big Foot. Some calleconduisit l’Abominable Homme des Neiges. Some  l’appelait  Sasquatch.  Unll était essentiellement des noms pour le même type d’être.  Elle hocha la tête, sourit et me dit qu’ils étaient de la race Squachula, mais significativement éloignés de son clan.  Elle l’a assimilé aux Chinois de la race humaine contre les humains du continent africain.  Ils étaient humains, mais significativement différents en taille, forme, coloration  et caractéristiques.  Une chose qui était similaire était leur capacité à se déplacer d’une dimension de la couche éthérique de la terre à l’autre. 

J’ai appris que la terre était composée de quatre dimensions vibratoires qui abritaient des habitants physiques.  Pour la plupart, la planète avait l’air et se comportait de la même manière dans chacune d’elles.  Ils abritaient même une vie végétale et animale similaire, sinon identique.  La différence la plus vraie était la variance des espèces d’êtres intelligents à chaque niveau. 

Les dimensions ont fini par se fondre en une seule au cœur de la planète où les vibrations étaient plus denses.  C’est dans cette zone que les Dragos qui se téléportaient sur Terre depuis d’autres planètes habitaient. Leur emplacement leur a permis de voyager à n’importe quel niveau extérieur avec facilité pour capturer et accumuler la vie dont ils dépendaient pour leur subsistance. C’était un humanoïde maléfique de type lézard qui a migré d’une autre partie de la galaxie il y a des millénaires lorsque leur propre planète a été  tellement surpeuplée  que la nourriture est devenue une pénurie. La Terre et  Kurr  n’étaient pas les seules planètes sur lesquels ils dispersaient leurs pionniers, mais elles se sont avérées être l’une des plus souhaitables pour les Dragos.

J’avais eu le malheur d’être enlevé en marchant sur un tronçon de route isolé aux petites heures du matin. Il s’est avéré que la route  était l’un de leurs endroits préférés pour acquérir de la nourriture car elle était assez isolée et facile à ne pas détecter. J’ai entendu des discussions au début de ma capture selon lesquelles les montagnes de l’Arizona et les sources chaudes de l’Arkansas étaient d’autres endroits de choix.  L’oana m’a donné une liste détaillée des points chauds de la terre pour l’enlèvement. Je l’ai gravé dans ma banque de mémoire  et j’ai  juré d’en tenir compte quand et si jamais je rentrais chez moi.

J’ai remis en question sa méthode de traitement des Dragos.  Les a-t-elle combattus de face ou s’agissait-il d’une attaque sournoise ?  À ma grandedéception,  elle a refusé de discuter du sujet.  J’avais obtenu tout ce que j’allais obtenir d’elle pour le moment. 

J’ai remarqué que son niveau d’énergie s’estompait.  Elle n’était plus aussi pétillante et vive quand parlant.  Il était clair qu’elle avait besoin de repos.   Comme je me sentais moi-même un peu fatigué, j’ai suggéré que nous prenions un bref repos.  Quand elle s’est offusquée du concept de ma pensée qu’elle était faible, j’ai souligné que j’étais encore au stade de la guérison et que j’apprécierais un peu de temps libre.  Cela a apaisé son orgueil blessé et elle a accepté avec empressement en quittant la grotte, déclarant qu’elle reviendrait dans quelques heures pour continuer nos conversations.

Alors que je m’étendais sur lematelas,  que je supposais que Jack avait abandonné pour m’accueillir, j’ai pensé à ma nouvelle connaissance.  Je n’avais jamais rencontré quelqu’un qui n’était pas humain auparavant. C’était une expérience étrange, mais agréable. J’ai senti qu’elle n’avait pas été complètement honnête avec moi. Je ne croyais pas qu’elle venait de la terre et qu’elle était probablement originaire de la planète sur laquelle elle disait que j’étais en ce moment;  Kurr.  Malgré tout, j’ai aimé L’oana. J’avais très peu d’amies à la maison; principalement parce que nous vivions dans une région aussi éloignée et que les gens n’étaient pas en abondance.  J’attendais avec impatience L’oana et je devenais de bons amis.

Alors que je m’allongeais sur ledos,  le bras reposant sur mes yeux, mon esprit vagabondait vers les pensées de Jack.  J’avais très peu vu de lui depuis qu’il m’avait amené là-bas.  Il était entré plusieurs fois pour déposer du bois de chauffage, attiser le feu et remuer ou rafraîchir mon ragoût toujours présent avec des herbes fraîches ou de la viande.  Il m’a dit un minimum de mots.  En fait, je ne me souvenais pas qu’il m’ait dit grand-chose puisqu’il m’avait effrayé en le faisant croire qu’il était un cannibale.

Bien sûr, on se demanderait encore ce qu’il était. Après tout, L’oana n’a-t-il pas fait ce commentaire étrange sur le fait qu’il me laisse en vie ?  Ai-je survécu aux griffes des Dragos pour mourir aux mains de Jack ?  Si c’était le cas, s’il avait vraiment l’intention de me tuer, qu’attendait-il ?  Est-ce qu’il traînait les choses comme une forme malade de torture ?  L’oana a dit que j’étais dans la grotte depuis environ six semaines.   Pourquoi aurait-il perdu sa maison, surveillerait-il l’incendie et garderait-il ma nourriture bien approvisionnée s’il avait l’intention de me tuer?

J’ai glissé mes mains sur mon ventre et mes hanches.  Ai-je pris un peu de poids?  La tunique et le pantalon qu’il avait  présentés à mon arrivée laissaient de la place.  C’était comme si j’avais l’impression de l’avoir fait.  J’ai coupé mes petits seins.  Ils avaient l’impression qu’eux aussi avaient augmenté en taille, ne serait-ce qu’un peu. Était-ce que c’était ça?  Est-ce qu’il m’engraissait pour le tuer?  Mon cœur a réagi à la pensée si puissamment que j’ai pensé qu’il allait s’échapper de ma poitrine tout seul et s’enfuir.  La douleur dans ma cage thoracique était atroce.  J’avais une crise cardiaque!   Je n’avais pas à m’inquiéter d’être tué et mangé par qui que ce soit.  Je serais mort en quelques minutes d’un cœur défaillant.

Le bruit rauque de mon halètement pour l’air qui  résonnait de la pierre recouverte de tapisserie me frappait comme un marteau contre un clou terne et rouillé.  Cela m’a rappelé des souvenirs de la mini-ferme de ma tante et de ses tentatives incessantes de recycler le vieux bois de grange; tirer et indiscret sur des clous centenaires tout en faisant de son mieux pour empêcher le bois de se fendre sous la résistance au crissement de l’ongle.

« Qu’est-ce qui ne va pas? » dit un murmure masculin profond de nulle part. 

La voix sonnait plus dans ma tête que dans mon oreille.  Jen’étais pas  familier, mais je ne pouvais pas tout à fait le placer.

Je me suis assis paniqué et j’ai cherché la source de la voix, mais je n’ai vu personne.

« Sortez! » J’ai demandé.

« Je suis juste ici, » dit calmement Jack depuis l’entrée de la grotte. « Qu’est-ce qui ne va pas? »

« Comment le saviez-vous? » Murmurai-je. 

Sa capacité à aller et venir si rapidement et silencieusement était troublante.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? », a-t-il insisté.

J’ai reculé aussi loin que possible sur le matelas étroit pendant que je cherchais une voie d’évacuation.  Il n’y en avait pas.  La seule issue était l’entrée et Jack la bloquait.

« Je n’aime pas continuer à me répéter », grogna-t-il. « Je vous ai posé une question et j’attends une réponse. »

« Rien! » J’ai éclaté : « Je vais bien. »

« Votre cœur est prêt à exploser. Qu’est-ce qui t’a effrayé? a-t-il persisté.

J’ai retenu son regard pendant quelques secondes qui m’ont semblé être une éternité, pendant que je débattais de ce qu’il devait faire.  J’ai combattu l’envie de tomber dans ses yeux d’émeraude sérieux.  Il y avait quelque chose chez eux qui m’a attiré, m’a serré dans ses bras, puis a débattu de la question de me laisser partir.  Ou du moins, c’est ce que j’ai ressenti. 

J’ai secoué la tête et j’ai décidé de lui dire la vérité.

« Tu m’effraies », dis-je d’une voix qui était à peine au-dessus d’un murmure.

« Je ne comprends pas.  N’ai-je pas été bon avec vous?  Pourquoi est-ce que je t’effraierais ? demanda-t-il.

 Il avait l’air vraiment perplexe.

« Vous avez fait un commentaire sur le fait de m’avoir pris la vie il y a quelque temps, puis L’oana a dit... », ai-je commencé.

« L’oana! » sonna-t-il. « Quand cette louve était-elle ici? »

« Il n’y a pas si longtemps », ai-je grimacé.

« J’aurais dû savoir », s’il s’est sinte en sortant de la grotte.

Je ne savais pas si je devais encore avoir peur pour moi-même ou peut-être transférer cette préoccupation à mon nouvel ami.  Elle semblait être un genre tellement amusant et agréable.  Je ne pouvais pas imaginer pourquoi Jack serait si malheureux de découvrir qu’elle m’avait rendu visite.

Il l’avait appelée une louve.  J’ai trouvé cela étrange, mais il n’a pas fallu longtemps avant que cela ne soit clarifié. 

L’oana s’est précipitédevant moi à la vitesse de l’éclair; suivi de Jack qui voyageait tout aussi vite.  J’ai dû me frotter les yeux pour m’assurer d’avoir bien vu.  Quand j’étais à nouveau au point, j’ai haleté d’horreur à la vue de L’oana épinglé contre l’épais mur de tapisserie.  Elle s’accrochait  à  la vie chère avec la main de Jack serrée autour de sa gorge.  Sa tête était inclinée sur le côté et ses dents étaient allongées, prêtes à s’enfoncer dans sa chair tendre. 

C’était un vampire !  Cela ne pourrait pas être, n’est-ce pas?  Je pensais que les vampires étaient des produits de la tradition populaire.  Bien sûr, je ne croyais pas non plus en la vie sur d’autres planètes et en des lézards, jusqu’à ce qu’ils m’enlèvent et que je sois amené sur une planète appelée Kurr.  Je me demandais ce qui dans les contes de fées n’était pas vraiment un conte, mais un fait.

J’ai crié pour que Jack s’arrête avec chaque morceau d’air que mes poumons contenaient, je les ai remplis à nouveau et je l’ai refait.  Finalement, et heureusement avant qu’il n’aitenfoncé ses dents dans sa bellechairparfaite, mes cris ont pénétré son crâne épais et il m’a regardé. Voir mon expression terrifiée a dû le ramener à la raison parce qu’il a rétracté ses crocs avec une rapidité surprenante et a libéré son captif.   

Elle a couru à mes côtés et s’est blottie derrière moi du mieux qu’elle pouvait tout en respirant fortement. Je lui tapotai le bras de manière rassurante pendant que je le regardais avec défi.  Il était clair pour moi qu’il n’était pas humain.  Réel ou non, d’après ce que j’ai pu voir, c’était un  vampire. Étonnamment, je n’avais pas peur.  En fait, j’étais soulagé.  Au moins, il ne m’engraissait pas pour manger ma chair.

« Quel est votre problème? » Dit L’oana   derrière moi.

« Tu restes loin d’elle! » Jack souffla.

« Pourquoi est-elle si spéciale? Pourquoi ne l’as-tu pas tuée? » L’oana s’est sind.

Je n’aimais pas le ton utilisé par L’oana.  Cela semblait beaucoup trop hostile quand on se référait à moi et à ma possible disparition.  En fait, on aurait eu l’impression qu’elle n’avait pas apprécié le fait que Jack m’ait soignée au lieu de me vider de mon sang.  C’était un twist dans la personnalité que  je n’aimais pas.

« Je t’ai prévenu », s’est squela Jack.

« Je ne comprends pas », intervins-je. J’ai été choqué quand j’ai regardé L’oana pour voir le rouge ardent qui brillait dans ses yeux.  Son beau visage était déformé au point qu’il était à la limite méconnaissable.  L’animal en elle passait haut et fort.  « Qu’est-ce que tu es? » J’ai haleté.

« Elle a des problèmes », a déclaré Jack.

Il a pris mon bras et m’a tiré du lit avec une telle force que j’ai propulsé dans sa poitrine. Mes muscles se tendaient d’appréhension d’être tenus si près par une créature suceuse de sang.  Quand j’ai enfin pu dépasser ma peur, j’ai remarqué qu’il se sentait étonnamment chaud et souple.  Chaque fois que je lisais ou regardais des émissions sur lesvampires, ou que j’écoutais les histoires d’eux par les conteurs du quartier, ils étaient toujours décrits comme étant froids, durs et ressemblant à des cadavres.  Si je n’avais pas vu ses crocs de mes propres yeux,  je n’aurais jamais cru que Jack était autre chose qu’un humain.

« Tu as chaud », pensai-je à haute voix.

Il a ri et a enroulé ses bras autour de moi de manière protectrice tout en disant: « Vous avez écouté les conteurs. »

« Est-ce qu’ils vous ont dit qu’il était du diable? » Cria L’oana.  « Il est mauvais.  Ne vous laissez pas berner par sa chaleur.  C’est le feu de l’enfer qui brûle dans son corps.  C’est ce que vous ressentez! »

Le corps de Jack se raidit.

« Comment nous avez-vous trouvés ? » demanda-t-il.

« Ha! Pensez-vous vraiment que vous pouvez vous cacher de moi?  Pensez-vous vraiment que vous pouvez vous cacher d’eux? Tu es idiot! » dit-elle d’un ton qui sonnait presque animal.

« Qu’est-ce que tu es? » J’ai demandé à nouveau.

« Vous regardez dans le visage de la femme du démon », a expliqué Jack. « Elle a négligé de camoufler son grotesque.   Habituellement, elle apparaît sous forme humaine aux humains. »  Il a fait saillie son menton dans sa direction: « Tu me surprends, L’oana.  Se peut-il que vous glissiez? »

« La femme du démon? » J’ai haleté. 

Ma confusion était clairement apparente.

« Sa reine si vous voulez, » s’il s’estché. « Et il n’est pas plus un démon que toi, Jack.  Tu es juste jaloux parce que toi et moi n’avons pas travaillé. »

« Regarde ce que tu dis, L’oana », dit-il.

J’ai regardé L’oana enrouler son corps d’une manière serpentine alors qu’elle passait de la belle femme aux oreilles et aux pieds étranges à une créature androgyne reptilienne avec une langue fourchue incroyablement longue qui entrait et sortait à la vitesse de l’éclair. J’ai jeté mes mains sur ma bouche pour étouffer le cri que je ne pouvais m’empêcher d’émettre et j’ai enfoui mon visage du mieux que je pouvais dans la poitrine de Jack.  J’avais passé des heures à parler à cette créature et je la considérais comme une nouvelle amie et alliée.

« Partez avec vous ou ressentez ma colère! » Dit Jack entre les dents serrées.

«Qui est-elle pour toi ? » L’oana s’est sind. « C’est une chose maigre et une mauvaise excuse pour une femme de toute espèce.  Pourquoi la protégez-vous ainsi? »

En jetant un coup d’œil entre mes doigts, j’ai été hypnotisé par la vue de cette créature ressemblant à un serpent bougeant sa bouche et sa langue d’une manière qui formait des mots clairement compréhensibles, sinon lispy.  En fait, j’étais tellement absorbé par la scène devant moi que j’ai presque manqué sa réponse.

« Elle n’est pas votre préoccupation », a-t-il soufflé d’un ton autoritaire.

« Mais,  elle est à toi? » L’oana s’est sind.

« C’est ma pupille », dit-il avec défi.

« Votre quoi? » J’ai gémi en repoussant la tête en arrière pour le regarder.  À quel point cette déclaration était-elle absurde?  Je n’avais jamais posé les yeux sur lui auparavant dans ma vie. Comment pouvait-il prétendre que j’étais sa pupille ? 

Ma mère et mon père ont été tués dans un accident de voiture alors que j’étais encore en couches.  J’ai été élevé par la sœur de ma mère, Jenny.  De trois ans mon aîné, son fils, James, a agi comme mon protecteur au fil des ans.  Comment pouvait-il me revendiquer comme sa paroisse ?  Cela n’avait tout simplement pas de sens.

Jack posa son menton sur le dessus de ma tête alors qu’il me serrait dans ses bras. Même dans madétresse,  je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer à quel point c’était naturel.  Je me suis retrouvé à respirer à l’unisson au rythme des battements de son cœur.  C’était une réalisation étrange.  C’était comme si nous étions une extension l’un de l’autre.  Comment est-ce possible?  Je le connaissais à peine, mais j’avais l’impression de le connaître depuis toujours.  C’était troublant.

Je me suis éloigné de lui avec une force que je ne savais pas que je possédais.

« Lâchez-moi », dis-je avec une bravade surprenante.

J’ai jeté un coup d’œil rapide à L’oana -qui était revenu à la forme humaine et riait maintenant hystériquement de la situation- avant que mon attention ne revienne à Jack.  Il ne semblait pas dérangé par mon refus d’être détenu.  Au lieu de cela, il avait aussi l’air amusé.  J’aurais été agacé par le sourire narquois sur sa belle bouche,  si je n’avais pas été captivé par ses yeux profonds et séduisants. 

Après ce qui semblait être une éternité, j’ai réussi à reprendre le contrôle et je me suis tiré à pleine hauteur avant de dire aussi fermement que possible: « Vous avez des explications à faire. »

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status