3

« Allez-vous écouter les demandes qu’elle fait?  Sait-elle qui vous êtes et s’en fiche? » Dit L’oana.  

Son caquet a rempli la grotte.

« Calme! » Jack a craqué.

J’ai filé à L’oana.

« Je sais que c’est un  vampire », ai-je  dit. « J’ai vu de mes propres yeux. »

« Cela ne vous effraie pas ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr, cela me fait peur, répondis-je, je n’ai été qu’effrayé par une chose ou une autre depuis que ces viles créatures écailleuses m’ont enlevé, mais j’ai toujours besoin... Non... Je mérite de savoir ce qui se passe.

« Elle a du courage, Jack, je vais lui donner ça.  Qui est-elle? » L’oana ronronnait.

« Je vous l’ai dit », répondit-il.

« Vous lui avez dit que c’était faux », ai-je dit fermement.

Jack se tourna vers L’oana et ordonna : « Sortez. »

« Je suis écrasée », fit-elle la moue.

« Sortez ou mourez », dit-il fermement.

Avec quelques sisu pour souligner, L’oana a fait son départ. 

Je ne pouvais pas m’empêcher de la tristesse qui m’envahissait.  Dans le peu de temps que j’avais passé avec elle, j’avais apprécié sa compagnie et la considérais comme une nouvelle amie. J’avais été seul pour la compagnie. La rencontrer n’a fait qu’accentuer le fait.  La découvrir comme un loup déguisé en mouton était pratiquement dévastateur.

« Essayez de ne pas vous laisser déranger.  Je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui n’ait pas été trompé par celui-là.  Même moi », a déclaré Jack dans une tentative de réconfort.

Il n’y avait aucun sens à nier mes sentiments. Il était évident qu’il avait en quelque sorte puisé dans mes émotions.  Alors que je me forçais à relâcher la tension qui me consumait, mes jambes étaient soudainement incapables de me tenir.  Quand je l’ai cherché pour mesoutenir,  il m’a balayé dans ses bras incroyablement forts et m’a porté au lit. Il sentait le musc et les épices; clou de girofle et cannelle parmi eux.  L’arôme a provoqué une sensation enivrante que j’ai trouvée extrêmement enivrante et agréable.

« Tous les vampires sont-ils aussi séduisants que vous? » J’ai bégayé.

Son rire érotique aurait suffi à me dire tout ce que j’avais besoin de savoir, mais il est allé un peu plus loin. Avant que je sache ce qui sepassait,  ses lèvres étaient sur les miennes. Au début, le baiser était doux, lent et doux.  C’est moi qui ai changé le cours pour quelque chose de plus torride et frénétique.  Je n’ai aucune idée de ce qui m’est entré.  Tout ce que je savais, c’est que je voulais le consommer.  Je voulais grimper à l’intérieur et faire partie de lui.

Je n’avais embrassé qu’un seul homme d’une manière qui pouvait être considérée comme passionnée; mon fiancé Mark.

Nous nous étions embrassés souvent, mais en aucun cas je n’étais préparé pour un baiser de ce calibre. L’extase écrasante menaçait de me consumer.  J’en voulais plus.  Je devais en avoir plus.

J’ai attrapé la ceinture de ma tunique et l’ai jeté.  Sa main ferme glissa en dessous pour couper ma poitrine à peine formée. Mon corps trémulât alors que son pouce taquinait mon mamelon.  Un gémissement purgé du fond de ma gorge.  Cela semblait étranger, mais je savais que c’était moi qui le faisais. J’avais besoin de lui en moi avec une urgence que je n’avais jamais connue auparavant. Dans des circonstances normales,  j’aurais été incroyablement gênée par le fait que mon corps était principalement constitué de peau et d’os avec des seins qui me distinguaient à peine en tant que femme, mais d’une manière ou d’une autre, cela n’avait tout simplement pas d’importance. 

Le seul autre homme avec qui j’ai montré une telle confiance était Mark.  Nous avions trompé, mais nous n’étions pas allés jusqu’au bout.  Nous avions décidé de garder l’acte de consommation réel pour notre lune de miel.  Cela semblait si romantique d’attendre. Maintenant, toutes les pensées de Marc, de nos fiançailles et de ma virginité ont disparu alors que je me concentrais sur une chose et une seule chose.  Je voulais que prenne complètement.  Je le voulais d’une manière que je ne pourrais jamais décrire.

« Assez », dit-il en s’éloignant et en tendant ma ceinture.

Je me suis assis à bout de souffle et j’ai été étonné de déception en regardant ses cuisses fortes le porter de l’autre côté de la grotte.  Ses fesses serrées se tendaient contre son pantalon de cuir alors qu’il se penvait pour s’occuper du feu.

« Je ne comprends pas ... » J’ai réussi.

« Savez-vous qui vous êtes ? » demanda-t-il.

« Bien sûr que oui », ai-je répondu. « Je suis Jessica Turry. »

« Qui vous êtes vraiment...  Savez-vous qui vous êtes vraiment ? », a-t-il persisté.

« Je suis vraiment Jessica Turry », ai-je dit fermement.

Il n’a rien dit.

Après un silence long et inconfortable, j’ai ajouté : « Je ne suis pas un vampire. »

« Non, » hocha-t-il la tête, « c’est quelque chose que vous n’êtes pas. »

Je frissonnais d’un mélange d’inconfort et de plaisir alors que ses yeux s’enfonceraient dans mon cœur.  J’ai secoué la tête pour le dégager.  La culpabilité a remplacé le plaisir lorsque l’image de Mark a émergé dans mon esprit. Qu’est-ce qui n’allait pas chez moi?  Je m’étais comportée comme une femme wonton avec cet étranger qui ne voulait évidemment pas de moi. Non, pas seulement un étranger; un vampire qui pouvait me tuer à tout moment. 

Mon esprit a cherché dans ma banque de mémoire tout ce que j’avais vu dans les films, lu dansles livres et écouté dans la conversation sur les vampires.  M’avait-il mis sous son charme ou quelque chose comme ça?  Si je me souviens bien, ils étaient capables d’hypnotiser leurs victimes avec leurs yeux.  Est-ce bien ce qui s’est passé?  Non, ça n’aurait pas pu l’être.  S’il m’avait hypnotisé pour jouer la salope, alors il ne m’aurait pas arrêtée comme il l’avait fait. 

Comme c’est embarrassant.  J’étais mortifié.  Je ne pouvais plus le regarder.  Je ne pouvais plus être près de lui.  Je voulais trouver un trou dans lequel ramper ou un coin dans lequel me cacher ou quelque chose du genre.  Bon sang, il m’a mis dans une grotte ronde sans endroit où se cacher et je le double pour s’être tenu devant la seule sortie!  Mon esprit s’est précipité.  Qu’est-ce que L’oana avait utilisé pour dissimuler où elle se trouvait ?  Je ne voyais rien qui fonctionnerait. Puis je me suis souvenu qu’elle était apparue d’un globe de lumière. Elle ne s’était pas cachée derrière quelque chose.  Damner!  C’était frustrant d’être un simple humain parmi des êtres mythiques et magiques.

« Le temps viendra où vous saurez qui vous êtes vraiment.  Le moment venu, nous verrons si nous devons continuer dans cette voie... et plus encore », a-t-il déclaré en comment dans l’entrée.  « Je suis  votre gardien. Habituez-vous », a-t-il passé par-dessus son épaule sans regarder en arrière.

Je me suis jeté face contre terre sur le matelas et je l’ai pilonné jusqu’à ce que j’aie libéré suffisamment de frustration humiliée pour permettre à mon corps de se détendre et de dormir.  Il n’a pas fallu longtemps avant que le rêve ne commence. 

Je portais marobe de mariée derêve.  Il était de couleur crème;  mousseline à jupe complète avec des épaules coiffées de soie, et les perles les plus complexes sur le corsage que l’on puisse imaginer. James avait l’air incroyablement beau et distingué dans un smoking sombre et une cravate en soie argentée alors qu’il me marchait fièrement vers Mark,  qui attendait dans le même smoking sombre et la même cravate argentée.  Mark  avait l’air sexy, calme et posé comme un modèle d’un magazine GQ. Mon cœur a gonflé d’amour, de fierté et de joie à la vue des deux hommes qui signifiaient le plus au monde pour moi d’avoir l’air si beau et heureux.

Peu habitué aux talons aiguilles de trois pouces que j’avais bêtement attachés à mes baskets favorisant les pieds, j’ai trébuché.  James n’a pas tardé à m’attraper et à me mettre en place. J’avais attendu si longtemps ce moment que j’avais du mal à croire que cela se produisait enfin.  Cela aurait été parfait sauf pour une chose... mes parents.  J’aurais donné n’importe quoi au monde pour qu’ils soient là avec moi en ce jour le plus merveilleux de ma vie. Les larmes ont ressaisir lorsque Jacques m’a finalement déposé à côté de Marc et que le prédicateur a commencé la cérémonie.  Mon mascara se mélangeait au liquide salé de mes yeux et je pouvais à peine voir quoi que ce soit.  Je comptais sur mes oreilles pour me tenir au courant de l’avancement de la cérémonie.

Marc prononça ses vœux et le prédicateur se tourna vers moi. C’était à mon tour de jurer d’être le sien et le sien seul jusqu’à ce que la mort nous sépare. Juste au moment où j’ai dit « oui », mes yeux se sont suffisamment éclaircis pour que je voie l’homme debout se préparer à sceller nos vœux avec un baiser.  Mark était parti.  Les lèvres chaudes de Jack ont consumé les miennes dans un baiser qui picotait jusqu’à mes orteils.

Je me suis assis avec un début.  Quel cauchemar !  L’humidité perlait mon front et coulait à l’arrière de mon cou. Je transpirais, mais je me suis refroidi jusqu’à l’os.  J’ai parlé dans le vide de la grotte, m’assurant que j’étais fiancée à Mark et que je trouverais un moyen de rentrer chez lui pour que  nous puissions nous marier.  Entendre les mots à haute voix m’a apporté un sentiment de réconfort et j’ai tiré l’épaisse couette jusqu’à mon menton et fermé les yeux.  Enme rendorme,j’ai  prié pour que ce soit sans rêve.

Il semblait que ce n’était qu’une question de minutes avant que je sois assis dans mon lit, me sentant reposé et rafraîchi.  Jack s’occupait du feu et remuait la casserole de ragoût dont je ne pouvais tout simplement pas me lasser. Après avoir mangé la même chose pendant si longtemps,  c’était une merveille que je puisse même la regarder, et encore moins saliver comme je l’étais.

« Je n’allais pas vous dire que j’étais votre gardien », dit Jack sans se retourner.

« Je ne suis pas qui vous pensez que je suis », marmonnai-je, « Qui que ce soit. »

Jack se leva et tendit son dos d’une manière semblable à celle d’un chat.  Une fois de plus, je me demandais où il restait depuis que j’avais repris sa grotte. 

« Est-ce que ton dos te dérange? » Demandai-je doucement.

« C’est serré, c’est tout », a-t-il répondu, en fait.

« J’ai ton lit, n’est-ce pas? » Demandai-je doucement.

« C’est ce que vous faites », dit-il avec un sourire.

« Les vampires dorment et ont mal au dos », ai-je réfléchi à haute voix.

« J’ai besoin de lire certains des livres que vous avez lus », dit-il en riant.

« Possédez-vous une chemise? » J’ai taquiné.

Jack lui caressa la poitrine en lui faisant la demande d’un ton moqueur: « Tu n’aimes pas? »

Mon cœur a sauté un battement alors qu’il faisait clignoter ses dents blanches brillantes et parfaitement droites dans un sourire authentique. Merde, il étaitbeau,  et puis certains.  Trop de sourires comme ça et être fidèle à Mark s’avéreraient complètement impossibles. 

Je me suis soudainement souvenu de mon comportement la nuit précédente et j’ai rougi.  Je me suis éclairci la gorge faute de quelque chose à dire pour soulager mon humiliation.  Jack ne semblait pas remarquer mon état alors qu’il continuait à remuer le ragoût.

« Ça sent assez bon.  Je dis-le est prêt.  As-tu faim? » roucoula-t-il.

« Je meurs de faim », ai-je lâché en me précipitant pour le rejoindre près du feu.

J’ai pris mon bol de la planche rugueuse qui était montée dans le mur de pierre avec des pointes et agissait comme le moi de la cuisine.  Alors que je tendais la main vers le pot de ragoût, mon bras frôlait le sien.  Les poils de ma chair se tenaient à l’attention, comme s’ils étaient électrifiés.  Je n’avais jamais vécu quelque chose de cette nature auparavant.  Cela m’a à la fois ravi et confus.  J’ai sauté en arrière involontairement.

« Je ne te ferai pas de mal », m’a-t-il assuré.

« Tu me confonds », balbutiai-je.  « Pourquoi m’as-tu sauvé?  Pourquoi ne m’as-tu pas tué? »

« Ne croyez pas tout ce que vous lisez et entendez sur les vampires.  Nous ne sommes pas des tueurs déchaînés.  Tuer n’est pas ma nature », dit-il sèchement.  Après un court silence, il a continué: « Je vous ai dit pourquoi vous êtes ici. »

Ses yeux ont verrouillé les miens comme pour souligner sa dernière déclaration.  J’ai senti mon corps être tiré vers lui comme un clou à un aimant. Qu’y avait-il chez lui que j’ai eu tant de mal à résister ?

« Je suis fiancée pour me marier », balbutiai-je.

--Félicitations, répondit-il doucement.  Il m’a coupé le menton momentanément avant de laisser tomber sa main et de sortir de la grotte. « Nous quittons cet endroit demain.  Reposez-vous pendant que vous le pouvez », a-t-il passé par-dessus son épaule avant de disparaître.

J’ai passé le reste de la journée à me reposer et à me dire comment j’en suis venu à être capturé par les Dragos en premier lieu.  Cela n’avait pas de sens. 

Il n’y avait  rien aux nouvelles ou dans la chaîne de potins pour indiquer qu’ils faisaient des raids dans ma région.  S’il y en avait eu,  alors des précautions auraient été prises comme elles l’avaient fait vingt-deux ans plus tôt, lorsque des personnes disparaissaient sans laisser de trace.

C’est aussi à ce moment-là que mes parents sont morts dans un accident de voiture. J’étais très jeune à l’époque et je ne m’en souvenais pas, mais les gens m’ont dit qu’un couvre-feu était imposé depuis un certain temps. Nous n’étions autorisés à sortir de chez nous qu’entre onze heures du matin et quatre heures de l’après-midi. Pendant cetemps,  les rues étaient remplies de militaires appliquant la loi martiale et protégeant nos paramètres. Cela empêchait les gens de se rendre aux funérailles de mes parents.  En fait, plus d’une fois au fil des ans, je me suis demandé si nous avions même eu des funérailles pour eux parce que,  aussi dur que j’ai essayé, je  ne m’en souvenais pas.  Je comptais tellement sur ma mémoire avec eux parce qu’il n’y avait pas de photos d’eux pour garder leur image vivante. Outre mes vagues souvenirs, la seule preuve que mes parents existaient était une tombe que je devais  orner  de fleurs.

J’étais allé voir un film avec Mark, puis je suis sorti boire quelques verres par la suite.  Il avait conduit.  Il avait aussi, à mon avis, trop bu pour être considéré comme assez sobre pour rentrer chez lui. Bien sûr, il n’était pas d’accord.  Quand j’ai refusé de monter dans la voiture avec lui comme chauffeur, il a sauté derrière le volant et a accéléré; me laissant trouver mon propre chemin pour rentrer chez moi.  Comme je n’habitais pas à plus de quelques kilomètres du bar, j’ai juste commencé à marcher. 

Il y avait un tronçon de route qui était assez rural et solitaire; surtout à une heure du matin.  Pour ajouter à l’ambiance, la lune était à peine visible et un brouillard s’était installé.  C’est en naviguant sur ce tronçon de route et en contemplant l’épaisseur surprenante du brouillard que je me suis senti attrapé, traîné, puis tendu comme une bête sauvage. 

J’ai été jeté dans un type d’engin -qui planait silencieusement à quelques pieds au-dessus du sol- et j’ai atterri au sommet d’un monticule d’autres malheureux qui étaient en treillis tout comme moi.  Je me souviens d’avoir à peine pu respirer alors qu’ils continuaient à nous empiler comme un tas de crêpes,  avec peu ou pas de considération pour notre bien-être.  Quand il a semblé que l’engin était trop plein pour continuer à planer au-dessus du sol comme il était, plusieurs hommes-lézards ont sauté et la porte s’est fermée. 

La puanteur était presque insupportable.  Il aurait été déjà assez grave d’avoir à endurer la puanteur des dragos dans ces quartiers étroits, mais il y avait aussi l’odeur des excréments et de l’urine des humains effrayés -ainsi que la transpiration et l’halitose-  à gérer.  Je ne sais pas quand tout est devenu si intense que mon corps s’est arrêté, mais il l’a fait.  Quand je me suis réveillé, j’étais nu et à l’envers sur un système de convoyeur en attendant mon tour pour devenir leur dîner.  J’avais toujours été gêné par mon corps maigre.  C’était la première fois que j’en étais reconnaissant! Je n’aurais plus jamais envie de courbes voluptueuses.

Quand la nuit est arrivée, j’ai été surpris de voir à quelle vitesse et à quelle profondeur je me suis endormi. Je m’étais habitué à la petite grotte avec son confort minimal. Même le lit semblait s’être conformé à mon corps, comme s’il le réclamait.

Je me demandais où nous allions.  Jack a dit que nous partions.  Vous partez d’où ?  Il ne m’avait pas encore dit où nous étions et je n’en avais aucune idée.  Au départ, je pensais que c’était quelque part dans la nature sauvage, non loin de ma maison du nord de l’État de New York - peut-être au Canada -, mais L’oana est apparu avec cette histoire sur Kurr  et j’ai été totalement  mélangé.

Je me suis fait un devoir de mettre mon humiliation de côté et d’interroger Jack – qui est arrivé entièrement vêtu de chemise, de plages et de chaussures – sur l’endroit où nous étions et où nous allions dès qu’il est entré dans la grotte le lendemain matin.  Il a pris mon questionnement brusque dans la foulée et était plus que disposé à m’obliger avec des réponses.

À mon grand choc et à ma consternation, nous n’étions pas dans le désert de l’État de New York. Nous n’étions pas non plus près du Canada.  L’oana avait dit la vérité. J’avais été téléporté sur une planète lointaine appelée  Kurr par des humanoïdes lézards appelés Dragos, qui trouvaient que les humains était leur cuisine préférée.  J’aurais nié lavérité, si je ne m’étais pas souvenu que la raison pour laquelle je vivais était parce que j’étais « impropre à la nourriture pour n’importe quelle table Dragos ». 

Mon cœur s’est affaissé.

Je l’ai interrogé sur l’endroit où il avait l’intention de m’emmener et j’ai été soulagé quand il m’a informé de son plein gré qu’il avait l’intention de me ramener sur terre. Il m’a éclairé sur les façons de plier le temps, quelque chose que je connaissais très peu.  Selon Jack, Mark ne savait même pas que j’avais été pris parce qu’à l’époque de la Terre, seules quelques minutes s’étaient écoulées.  Je ne pouvais pas imaginer comment des semaines sur Kurr  n’équivaudaient qu’à des minutes sur terre, mais qui étais-je pour le remettre en question ? Au lieu de cela, j’ai acquiescé de la tête et je lui ai permis de continuer à parler.

« J’ai gardé mes distances avec toi pour une raison... et ce n’est pas ce que vous pensez », a déclaré Jack alorsqu’il se déplaçait dans la grotte en ramassant quelques choses et en les plaçant dans un sacqu’il avait jeté sur son épaule.  « Je suis  un  vampire, c’est vrai, mais je bois le sang des animaux, pas des humains. »

« Vous n’avez jamais bu de sang humain? » J’ai demandé avec surprise.

« Je n’ai pas dit ça.  J’ai dit que je buvais du sang animal.  Je ne suis pas non plus un tueur d’animaux.  Je ne prends que ce dont j’ai besoin pour m’en sortir, rien de plus. Si l’animal est assez grand, ce que je prends n’a pas plus d’effet sur lui qu’un humain qui fait un don de sang à une banque de sang.  Quant aux humains... il y a eu une occasion ou deux où j’ai été placé dans une position qui exigeait que je participe à leur sang, mais ils ont été loin et peu nombreux.  En vérité, je n’aime pas seulement le goût du sang humain, mais la notion de celui-ci. »

« D’accord, maintenant je suis confus », intervins-je.  « Pourquoi un vampire serait-il repoussé par le sang humain ?  Je pensais que tu étais censé le boire. »

« Beaucoup de gens pensent cela, mais ce n’est pas vrai.  Nous ne sommes pas naturellement destinés à boire du sang humain. Nous avons de l’ADN humain en nous après tout.  C’est un acte qui est beaucoup trop proche du cannibalisme. Ce ne sont que les pervers ou les désespérés qui le font. »

« Wow, c’est une nouvelle tournure du vampirisme à laquelle je ne m’attendais pas », ai-je dit.

« N’est-ce pas? » dit-il en souriant ce sourire séduisant.  « Je suppose que la vérité n’est pas aussi importante pour les films, lesromans et les histoires effrayantes de feu de camp. »

« Je suppose que non », ai-je répondu.

J’ai regardé Jack continuer à sélectionner des objets à placer dans son sac, puis j’ai demandé : « Es-tu né vampire ? »

« Non. Les bébés vampires existent, mais il est rare de naître vampire. La majorité est faite », a-t-il répondu.  « C’est une affliction qui vous consume après avoir été mordu par un autre vampire.  Nous considérons que le vampirisme est un type de maladie. »

« Je n’en avais aucune idée », marmonna-je.

« Très peu le font », répondit Jack. « J’ai été mordu quand j’étais très jeune. »

« Vous avez donc continué à grandir à ce moment-là.  Tu n’as pas seulement eu le même âge que lorsque tu es devenu un  vampire », ai-je déclaré avec enthousiasme.

« Voulez-vous dire comme Kirsten Dunst dans Interview with a Vampire ?»dit-il en riant. « J’ai peur que non.  J’ai grandi et vieilli tout de suite. Cependant, j’admets que le processus de vieillissement est incroyablement lent et que ma force est le triple de celle d’un humain.  Il haussa les épaules, « Il y a donc des avantages au vampirisme. »

« Quel âge as-tu? » J’ai lâché.

« Quel âge as-tu? » dit-il.

« J’ai vingt-quatre ans », répondis-je sans hésitation.

« Je sais », dit-il sobrement.  « Tu ne te souviens pas de moi, n’est-ce pas? »

Je l’ai regardé, perplexe. C’était juste et naturel d’être en sa compagnie, mais j’ai attribué cela au fait que nous étions ensemble depuis près de deux mois.

« Nous nous sommes déjà rencontrés? » Demandai-je avec hésitation.

« Tu t’es assise sur mes genoux quand tu n’étais qu’un bébé.  Je visitais votre maison.  C’était juste avant tes parents... est mort », a-t-il dit tristement.

« Tu connaissais mes parents? » J’ai dit avec espoir.  « Comment?  Comment les connaissiez-vous ?  Étiez-vous un vampire quand vous les connaissiez? »

Il a cessé de ramasser des objets et s’est tenu debout en me regardant.  Son beau visage avait l’air si triste.  Je voulais le caresser et lui dire que tout irait bien.  Quand il s’est approché et s’est assis à côté de moi sur le lit, je n’ai pas pu résister à placer ma paume sur sa joue forte. 

Encore unefois,  je me suis émerveillé de voir à quel point il était chaud au toucher. 

Encore unefois,  je me suis souvenu des histoires de vampires glacés. 

Il a tiré ma main de sa joue et l’a tenue enl’état alors qu’il respirait profondément: « Ce que je suis sur le point de vous dire pourrait être difficile à croire ou même à comprendre, mais c’est vrai.  Une chose que je veux vous assurer, c’est que je vous dira toujours la vérité, peu importe si vous voulez l’entendre ou non.

J’ai hoché la tête, mais je n’ai rien dit. Depuis cette nuit-là, je m’étais disputé avec Mark et j’avais fait quelque chose d’aussi innocent que de rentrer chezmoi,  plutôt que de mettre ma vie entre les mains d’un ivrogne, j’avais découvert qu’il y avait des extraterrestres qui ressemblaient à des lézards téléportant des gens sur une planète extraterrestre comme nourriture, des vampires qui étaient repoussés par le sang humain et des créatures dont la forme était passée d’humanoïde à reptilienne.  Tout cela semblait surréaliste.  Quelle autre information ajouterait-elle au mélange de contes de fées?

Après un moment d’hésitation, il a poursuivi: « Les gens que vous connaissiez en tant que parents étaient des gens merveilleux.  Ils étaient aimants, gentils et généreux presque jusqu’à la faute.  J’ai connu ta mère, Sara, toute ma vie. Nous étions frères et sœurs.

« Mais,  tu es un vampire! » J’ai crié.

« Comme elle l’était », répondit-il.

Un grand halètement s’échappa de mes lèvres. 

J’ai choisi de contourner le commentaire selon lequel ma mère était un vampire alors que je balbutiais: « Tu es mon oncle?  Mais toi.... nous... nous... tu sais! »

Il a levé la main pour m’empêcher de dire quoi que ce soit de plus.

« Attendez, » dit-il patiemment. « Laissez-moi terminer avant que vous ne disiez quoi que ce soit d’autre, s’il vous plaît.  Pouvez-vous le faire? »

J’ai hoché la tête et je me suis agité pour mettre un peu plus de distance entre lui et moi sur le matelas. J’étais mortifié par ce qui s’était passé entre nous la nuit précédente.  Il n’était pas étonnant qu’il se soit arrêté.  Le fait que j’étais encore excité par sa présence me remplissait de honte.

« Je ne suis pas ton oncle », a-t-il poursuivi.

Ma tête s’est levé et j’ai été immédiatement sur le qui-vive.  S’il était le frère de ma mère, alors pourquoi n’était-il pas mon oncle ?  J’étais peut-être confus, mais j’étais aussi submergé de soulagement.  Je n’avais pas failli commettre d’inceste après tout.

« Je ne suis pas ton oncle parce que Sara n’est pas ta vraie mère », a-t-il expliqué. « Rappelez-vous, je vous ai dit qu’il est rare qu’un vampire ait un enfantet,  si cela se produisait, l’enfant  serait un vampire. Tu n’es pas  un  vampire. »

Il avait parlé rapidement, comme s’il anticipait la réaction qui venait ensuite.

« Que diable?  Êtes-vous sur le crack? »  J’ai demandé.  « Bien sûr, c’était ma mère.  Je lui ressemble. Tout le monde le dit.

« Vous aviez sa coloration et vous étiez jeune », a-t-il répondu. 

Il a déplacé son corps pour me faire face plus carrément et a pris mon visage entre ses mains. Je n’avais pas d’autre choix que de le regarder.  Ses yeux étaient remplis d’un mélange d’inquiétude, de tristesse, de sympathie et d’autre chose... passion? 

« S’il vous plaît écoutez-moi très attentivement.  La façon dont vous comprenez et acceptez ce que je suis sur le point de vous dire fera toute la différence pour savoir si nous rentrons sur terre en toute sécurité... ou même pas du tout », dit-il avec une fermeté tranquille.

Je pouvais sentir son corps se détendre alors que mon expression passait d’une incrédulité rebelle à celle d’un auditeur intéressé et enthousiaste.  Si ce qu’il avait à dire signifiait que je pouvais être de retour à la maison, alors j’étais tout pour ce que c’était; même si cela signifiait qu’il me disait que j’étais une créature extraterrestre.

« Je suis né en l’an douze cent trois. J’étais le plus jeune fils d’une famille de six enfants.  Mes parents n’étaient pas riches, mais nous avons réussi à profiter de la vie et à vivre dans le confort. J’avais dix ans quand mes parents nous ont tous emmenés à la chasse le long de la frontière canadienne.

« C’était hors saison, mais, même si ce n’était pas le cas, c’était un endroit tellement sauvage et baron que je pouvais imaginer que nous aurions du mal à tomber sur un autre chasseur à moins de le chercher.  Nous étions les seuls humains à des kilomètres de ce week-end fatidique.

« Mes parents ont façonné une cabane à partir de verdure, de branches et de toile de jute que nous avions apportées avec nous.  La cabane surdait un énorme lac.  Mon père a emmené mes deux frères aînés, Walter et Samuel, en aval pour la pêche nocturne.  Je n’ai aucune idée de ce qu’ils essayaient d’attraper.  J’étais trop jeune pour connaître la différence et, très franchement, cela n’a pas vraiment d’importance.  Ce qui compte, c’est que parce qu’ils étaient loin de notre hutte, ils ont été épargnés par l’horreur de ce qui s’est passé en leur absence. 

« Un petit groupe de vampires est tombé sur nous alors qu’il cherchait de la nourriture. Ils n’étaient pas le bon genre de vampires. Ils avaient été entachés par le mal.  Nous les appelons des vampires noirs.  Ils ont tué tout le monde sauf Sara et moi. 

« J’adorais nager et explorer sous l’eau.  Je m’étais entraîné à retenir mon souffle pendant une durée incroyablement longue pour ne pas avoir à faire surface souvent.  J’ai utilisé cette compétence pour immatrer mon corps et les convaincre que j’étais mort.  C’est comme ça que j’ai survécu à l’attaque. »

« En retenant votre souffle », dis-je avec émerveillement.

« En retenant mon souffle », a-t-il confirmé.

« Wow, » dis-je avec admiration, « et maman... err Sara?  Comment a-t-elle survécu? »

« Elle ne l’a pas fait en fait.  Elle est morte, mais j’y reviendrai dans une minute », a-t-il poursuivi. « Quand mon père est revenu, il a emmené mes deux frères et est parti à la recherche de nos meurtres et de leur mort.  Je soupçonne par les blessures sur nos cous qu’il savait qu’ils étaient des vampires, mais je ne pouvais pas en être sûr puisque nos chemins ne se sont jamais croisés depuis.  Je suppose que les vampires ont tué lem.

« Je suis resté parmi ma famille morte pendant un certain temps en me demandant pourquoi mon père n’aurait pas pris en charge nos corps avant de partir pour sa chasse aux vampires. Bien sûr, maintenant que je suis plusâgé,  je comprends que l’urgence de les rattraper était trop grande pour prendre le temps, mais à l’époque, je ne comprenais pas.  J’ai décidé de les enterrer moi-même. Quand je suis arrivé à Sara, j’ai pu voir qu’elle était encore en vie; bien qu’à peine.  Le virus vampire s’était déjà emparé de mon corps et je savais instinctivement quoi faire pour la préserver.  Je lui ai tranché le poignet et je l’ai forcée à prendre une partie de mon sang, puis je lui ai cassé le cou. »

« Vous l’avez tuée? »  J’ai haleté.

« Je suppose que vous diriez ça.  Vous voyez, si vous êtes si près de la mort comme Sara l’était, la seule façon de l’empêcher serait de mourir avec l’infection dans votre corps et un peu de sang encore intact.  Mon meurtrier était bâclé et a réussi à se faire couper ou quelque chose comme ça et son sang est entré dans ma blessure.  Ce n’était pas le cas pour Sara.  Elle avait simplement été nourrie. Au rythme où le sang s’infiltrait de sesblessures,  elle allait être morte en quelques minutes sans aucune chance de vivre, même si c’était comme  un  vampire.  J’ai fait le choix de la préserver et je ne l’ai jamais regretté... elle non plus.

« Nous avons attendu une semaine que mon père revienne avant d’aller chercher de l’aide chez notre tante Alice, la sœur de ma mère.  Alice était une âme bienveillante, un peu comme ma mère, et nous a accueillis.  Je ne sais pas exactement comment elle a expliqué la mort et la disparition de ma famille, mais elle s’en  est sorte.  Sa maison était dans une partie isolée de l’État du Maine - semblable à la façon dont la ferme de votre tante est isolée, mais encore plus - et elle était un peu une enfant de la nature.  Sa connaissance des herbes et de leurs utilisations pour les remèdes et les sorts dépassait de loin celle de la personne moyenne.  Elle avait également une connaissance de l’occultisme, qui comprenait le vampirisme.  C’est avec l’aide de tante Alice que nous avons appris à faire face à l’affliction des vampires et à ne pas la laisser interférer trop lourdement dans nos vies.  Nous l’avons gardé secret, bien sûr, ce qui n’était pas si facile. À plus d’une occasion, quelqu’un a pu voir les différences en nous, mais quand ils ont découvert qui était notre tante, ils l’ont attribuée à ses manières étranges et sorcières. Pouvoir aller la voir pour obtenir de l’aide a été un véritable coup de chance. »

« Oui, mais cela n’explique toujours pas pourquoi vous dites que je ne suis pas qui je pense être », ai-je dit avec impatience.

Il m’a regardé avec surprise et a dit: « Je vois que j’ai déambulée… mes excuses.

« Non ... non, ce n’est pas ça du tout. Je veux dire... Je veux en savoir plus sur vous et err... Sara.  Oui.  Votre histoire est fascinante.  C’est juste... Je suppose que je suis juste un peu impatient de le savoir... », balbutia-t-on.

« Pourquoi je dis que tu n’es pas ma nièce ? » intervint-il.

« Eh bien, oui. » J’ai dit. 

« J’y arrive », dit-il, avant de remplir ses poumons d’air.  « Quand ma sœur a rencontré l’homme que vous connaissiez comme votre père, ce fut le coup de foudre pour eux deux.  Il a essayé de combattre ses sentiments pour elle et elle lui.  C’était un vampire après tout. Aussi durs qu’ils aient essayé, ils ne pouvaient pas échapper à l’amour qu’ils avaient l’un pour l’autre. Quand elle s’est effondrée et lui a confié son secret, il a décidé de tenter sa chance et de lui confier son secret le plus précieux.  Il n’était pas de la terre.  Il venait de la planète Kurr; cette même planète sur laquelle nous nous cachons maintenant dans une grotte. »

« Êtes-vous en train de dire que je suis en partie extraterrestre? » J’ai pleuré. 

« Non, je dis que vous êtes entièrement étranger. Vous êtes né ici sur Kurr. Plus que cela, vous êtes de sang royal.  L’homme que vous connaissiez comme votre père était en fait un capitaine de la garde de vos vrais parents. Il a été envoyé sur terre avec vous en remorque.  Tu n’étais rien de plus qu’un bébé dans les bras.  Vous avez vécu tranquillement pendant un certain temps, mais finalement vous avez découvert où vous vous trouviez par une bande de soldats envoyés à votre recherche.  Quand il était clair qu’il serait incapable de vous protéger, il m’a demandé de prendre le relais. Peu de temps après que j’ai accepté la responsabilité de votre bien-être, il a été tué dans une bataille acharnée.  Il est mort, mais pas avant d’avoir anéanti la bande de soldats et vous étiez à nouveau en sécurité. »

« Quoi, je suis comme une princesse ou quelque chose comme ça? » J’ai pratiquement crié.  C’était beaucoup trop tiré par les cheveux pour être pris au sérieux, même à distance.

« Tu es en effet comme une princesse.  Vous êtes le prochain dans la ligne pour le trône de Kurr,c’est pourquoi votre sécurité est si vitale. »

« C’est ridicule », ai-je dit en me levant. 

J’avais besoin de prendre l’air et de me vider la tête.  Les choses devenaient beaucoup trop bizarres.

Il m’a attrapé le poignet.

« Je n’ai pas fini.  Asseyez-vous », a-t-il déclaré d’un ton beaucoup plus autoritaire que celui qu’il avait affiché depuis le début de notre conversation. 

Il était clair que je portais sur ses nerfs. Eh bien bien.  Ses histoires sauvages portaient sur lesmiennes,  si bonnes... bon... bon.  Peut-être qu’il réfléchirait à deux fois avant de tourner à nouveau de tels fantasmes sauvages.

« Tout comme le temps est différent sur terrequ’à Kurr, le processus de croissance l’est aussi.  Le vôtre a été rabougri par l’atmosphère terrestre.  Vous avez vingt-quatre ans, mais vous avez le corps d’un enfant de quatorze ans. »  À mon éclat d’indignation et d’indignation à propos de soncommentaire,  il a agité la main et a continué: « Si vous restez sur  Kurr  beaucoup plus longtemps, votre corps rattrapera votre âge. Nous ne pouvons pas faire en ce que cela se produise si nous voulons vous ramener sur terre comme si de rien n’était.  Ce serait plutôt difficile à expliquer; ne pensez-vous pas? »

« Mark m’accepterait, peu importe mon apparence », dis-je hardiment.

« Qu’en est-il du reste de la société ? », a-t-il demandé.

J’ai haussé les épaules.

« Je te surveille de loin depuis que tu es un jeune bébé », a-t-il déclaré. « C’est vrai, vous étiez une tâche au début, mais après vous avoir vu grandir et devenir la belle créature que vous êtes aujourd’hui, vous avez cessé d’être une tâche et êtes devenu un plaisir.  Prendre soin de toi apporte de la joie pure dans ma vie. »

« Je ne comprends pas comment tu as pris en charge de moi.  Je ne t’ai jamais vu... Jamais », ai-je dit.

« La femme que vous appelez tante Jenny à un moment donné était la meilleure amie de Sara.  Lorsque Sara n’a plus été en mesure de prendre soinde vous, Jenny  a volontiers pris la responsabilité de vous élever; mais toujours avec moi en arrière-plan pour veiller.  Elle sait qui vous êtes et ce que vous devez éventuellement faire.  Elle sait et comprend.  Quand nous reviendrons sur terre, nous lui rendrons visite et elle pourra vous le dire par elle-même », a-t-il dit calmement.

La panique s’est installée en moi. L’histoire de Jack pourrait-elle être vraie ?  Étais-je vraiment une princesse extraterrestre ?

J’ai décidé de changer de sujet.

« Parlez-moi de ce qui vous est arrivé quand vous êtes devenu un vampire », ai-je dit.

« J’ai pris certains des traits génétiques du vampire qui m’a créé.  J’ai absorbé l’ADN de lui », a-t-il déclaré de manière simple. 

Je l’ai regardé de près.  Il avait vraiment l’air humain. Si je n’avais pas vu ses crocs par moi-même, je n’aurais jamais deviné qu’il était un vampire. C’était déroutant; d’autant plus qu’il allait et venait aussi en plein jour et qu’il était chaud et souple.  Rien ne s’ajoutait aux monstres de la tradition. 

Quelque chose au fond de moi m’a dit que Jack disait la vérité sur tout, y comprisle  fait d’être un extraterrestre.  Il faudrait un certain temps pour l’absorber.

Pour quelques reasfous, mes pensées ont voyagé de moi en tant qu’extraterrestre à moi  embrassant Jack. C’était peut-être parce que nous étions si proches l’un de l’autre. Je me suis souvenu de notre baiser.  Cela m’a quand même ébranlé.  Comment cela pourrait-il être quand j’aimais et que je devais épouser un autre homme?

En fait, Mark n’a jamais vraiment dit qu’il m’aimait et je n’avais jamais dit que je l’aimais.  On a juste compris que nous nous aimions.  Lorsque nous avons décidé de nous marier, c’était lors d’une conversation sur la façon dont nous étions liés en tant que copains et il était logique de faire le nœud.  Après tout, si l’amitié est à la base d’une relation, elle a beaucoup plus de chances de durer.  Nous l’avions entendu dans une émission de télévision. Peut-être le Dr Phil, mais je ne pouvais pas en être sûr.

Avant de savoir ce qui sepassait,  j’étais enveloppé dans ses bras forts, ses lèvres consommant les miennes.  Comment cela s’est-il produit?  L’avais-je initié ou l’avait-il initié ? J’avais l’impression de rêver et de me réveiller à tout moment maintenant.  C’était un conte sauvage qui convenait certainement mieux à un rêve qu’à la vraie vie.  À certains égards,  je l’ai préféré de loin.

J’ai vite cessé de m’inquiéter de savoir qui avait initié quoi et je suis tombé dans son baiser avec une passion qui égalait la sienne.  Il y avait quelque chose en lui qui faisait ressortir un côté de moi qui était étranger, mais excitant. Quand nous avons finalement trouvé les moyens de nous séparer, je me suis assis à bout de souffle et j’ai attendu de me réveiller.  Après quelquessecondes,  il était clair que cela se passait vraiment.

Il était également clair qu’il était tout aussi affecté par notre baiser que moi.  Le silence entre nous était troublant.  Ni l’un ni l’autre ne savait quoi dire. 

J’ai finalement surgi avec : « Tu portes une chemise. »

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status