L' Amour d'un Vampire
L' Amour d'un Vampire
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan
1

Il n’a pas fallu beaucoup de délibérations à Genice pour se fixer sur le thème de la thèse pour ses études mythologiques.  Elle avait grandi en étant bizarre dans une famille remplie de superstition et de peur.  Non seulement elle ne croyait pas aux histoires qu’ils racontaient de bêtes sauvages qui erraient la nuit, mais elle n’avait pas peur de l’obscurité.  Aucun. Elle avait enfin une excuse valable pour prouver à tout le monde à quel point ils étaient stupides.  Son seul obstacle était de décider sur quelle bête de la nuit se concentrer.  Loup-garou?  Vampire? Fantômes? Zombis? Loch Ness?   La liste était interminable.

Elle et Cassidy étaient amies depuis l’école primaire. Cassidy s’entendait beaucoup mieux que Genice avec sa famille puisque sa peur dépassait la leur quand il s’agissait de choses qui se bousculaient dans la nuit. Qu’ils se soient liés parce que les contraires s’attirent ou si c’était parce que Cassidy ressemblait tellement aux frères et sœurs de Genice dans les habitudes et l’attitude, elle ne pouvait pas le dire.  Quelle qu’en soit la raison, ils sont devenus les meilleurs amis au moment où ils se sont fixé les yeux l’un sur l’autre ce premier jour de maternelle il y a vingt ans.

L’odeur croustillante de l’automne chatouillait ses sens en ce matin fatidique qui allait changer le chemin de sa vie pour toujours.  elle était en retard, comme d’habitude, pour les cours de théologie. Cassidy l’a repérée en train de courir à travers le campus et s’est précipitée pour garder le pas. Comme elle avait cinq pieds deux pouces et que Genice avait cinq pieds huit pouces, ce n’était pas une mince affaire.

« Avez-vous décidé d’un angle pour votre thèse? » Demanda Cassidy tout en luttant pour garder sa respiration stable.

« Vous semblez assez impatient que je vous prouve tous que vous avez tort », gloussa Genice.

« Vous est-il déjà venu à l’heure que cette thèse pourrait bien nous prouver que nous avons raison? » Demanda Cassidy.

« Non, » ricana Genice.

« Vous êtes dans un réveil si brutal », sourit Cassidy.  « Cela va être bon. »  Ils étaient sur le point de se séparer et de se séparer quand elle a ajouté: « Je nous ai inscrits à la chasse aux fantômes à l’Halloween. »

Genice s’arrêta et la regarda avec surprise.  Ce n’était pas qu’elle était contrariée d’être inscrite sans qu’on lui demande d’abord.  Ils s’inscrivaient toujours l’un à l’autre pour des événements qu’ils pensaient être agréables.  C’était le fait que sa meilleure amie superstitieuse était prête à la rejoindre pour cela.  Il devait y avoir un piège.  « Quel est le piège. »

« Pourquoi pensez-vous toujours que j’ai une arrière-pensée pour les choses? » Cassidy a dit défensivement.  « Ne pouvez-vous pas simplement accepter le fait que je vous aide? »

« Je suis juste surpris que vous vous s’inscriviez aussi.  Vous savez à quel point vous êtes effrayé à l’Halloween », a-t-elle déclaré en s’excusant.

« Vous savez aussi à quel point j’aime les maisons historiques.  Nous allons rester dans un vieux manoir. Vous connaissez celui au bout de Mulldrake lane que tout le monde dit hanté. Le propriétaire est en ville et il est à nouveau occupé. Nous nous réunissons au café à quatre heures », a déclaré Cassidy par-dessus son épaule alors qu’elle se dépêchait de se précipiter sur son chemin. 

Genice regardait les longues boucles blondes de son amie se balancer derrière elle à chaque pas qu’elle faisait.  Elle avait toujours aimé les cheveux de Cassidy. Les mèches chatoyantes reflétaient la lumière d’une manière qui ne parlait que de soleil et de bonheur.  Puis, en ce qui concerne Genice, tout Cassidy a parlé de soleil et de bonheur. Elle devait être l’une des personnes les plus positives de la planète.

Son esprit était tellement rempli d’excitation et de curiosité à propos de cette excursion d’Halloween qu’elle pouvait à peine se concentrer sur les cours le reste de la journée.

Elle était excitée à plusieurs égards.  Selon la mythologie, le voile entre le monde humain et le monde du surnaturel - ou, comme certains l’appellent, le monde invisible - était si mince qu’une personne pouvait facilement les voir et se déplacer entre eux.  S’il y avait un moment pour exposer cette erreur, ce serait celui-là.  Le fait qu’ils séjourneraient dans un manoir historique n’a fait qu’adoucir la situation.

Genice partageait l’amour de Cassidy pour l’histoire et les antiquités. Pouvoir passer une nuit dans le manoir valait la peine d’être associé à un groupe de fous qui poursuivaient des choses imaginaires qui se heurtaient dans la nuit avec du matériel truqué par les fabricants pour produire les résultats souhaités afin de convaincre les pauvres ventouses qui les achetaient qu’elles étaient efficaces. 

Elle ne croyait pas aux médiums, mais elle croyait que les niveaux de perception sensorielle des gens pouvaient varier.  Par exemple, sa capacité à ressentir l’énergie - ou, comme elle aimait l’appeler, l’humeur - d’une pièce ou de la dernière personne assise sur une chaise dépassait de loin la capacité de Cassidy.  Elle ne pouvait s’empêcher de s’enthousiasmer à l’idée de se promener dans des pièces séculaires et de s’asseoir sur des meubles qui contenaient encore l’énergie des jours passés.

Genice a été l’un des derniers à arriver au café près du campus.  Le petit salon était rempli de gens buvant leurs boissons de spécialité tout en se mêlant; soit debout, soit assis.  Elle était certaine que la capacité maximale de personnes dans la salle fixée par le commissaire des incendies était dépassée. Pourtant, elle doutait que la direction fasse quoi que ce soit à ce sujet.  Little Meadows était une ville universitaire qui fonctionnait souvent selon ses propres règles..

Voyant à quel point il y avait beaucoup de monde, Genice n’avait pas besoin de demander où le groupe paranormal se réunissait. Elle s’est frayé un chemin aussi poliment qu’elle le pouvait à travers la foule jusqu’à ce qu’elle atteigne la porte qui l’a emmenée dans un court couloir jusqu’à la salle de réunion du café.  La petite salle était aérée et rafraîchissante après la mer de sueur et le souffle de café qu’elle venait de braver. Elle a reconstitué ses poumons plusieurs fois avant d’atteindre la porte de la salle de réunion.  Il a été laissé entrouvert, alors elle l’a soigneusement poussé et est entrée tranquillement.

La confusion a frappé alors qu’elle regardait le dos d’une douzaine de personnes assises dans des rangées soignées, écoutant attentivement le haut-parleur à l’avant de la pièce leur raconter avec enthousiasme une rencontre fantomatique qu’il avait récemment vécue.  Elle aurait pu jurer que Cassidy serait là à quatre heures.  Elle a vérifié sa montre. Il était cinq minutes après quatre.  C’était un groupe qui croyait qu’il était important de respecter les horaires.

Cassidy fit un signe de la main et désigna le siège vide à côté d’elle. Genice hocha la tête et se dirigea tranquillement devant les gens appuyés contre le mur au fond de la petite pièce. Elle était sur le point d’atteindre la fin de la rangée de corps ressemblant à des statues lorsque son pied vêtu de bottes a trébuché sur la sangle capricieuse d’un boîtier d’ordinateur. Elle est tombée contre un grand homme avec une poitrine impitoyable et dure comme le roc.  Des bras forts l’attrapaient et la berçaient; comme on le ferait avec un enfant qui était déséquilibré. Ses bras puissants la soutenaient sans effort alors qu’elle trouvait ses marques.   Ne voulant pas créer de perturbation, elle levait les voix avec l’intention de murmurer ses excuses pendant qu’elle luttait pour retrouver son équilibre aussi discrètement que possible. À son humiliation, à la minute où ses yeux noisette rencontrèrent ses riches yeux bruns qui étaient parfaitement placés sous des sourcils élégants et bien formés, son esprit devint une boule de bouillie.  Elle était sûre qu’il voyait dans les profondeurs de son âme avec ces orbes scintillants et envoûtants. Pour ajouter à son humiliation, une sensation étrange s’est précipitée à travers elle. C’était comme si elle ouvrait ou dégageait ses énergies pour la première fois. Quand elle ne pouvait rien faire de plus que de produire un son guttural profond, ses lèvres minces et galérées formaient un sourire taquin.  Son visage rougit quand elle retrouva suffisamment de ses sens pour détourner ses yeux.  Elle se libéra de lui aussi tranquillement que possible avant de se précipiter vers le siège à côté de Cassidy.  Cassidy la regarda avec des sourcils levés, mais ne dit rien alors que son attention se tournait vers l’orateur.

Après quarante-cinq minutes atroces de contes plus ridicules du côté obscur de divers orateurs, ils ont finalement pu se mélanger et se mêler. Cela signifiait que Genice pouvait obtenir toute la portée des arrangements que Cassidy a pris pour leur excursion d’Halloween.

« Était-ce trop terrible pour vous? » Cassidy a demandé, avec sympathie, alors qu’elle tendait un café au lait à Genice, elle avait réussi à obtenir en un temps record.

« Je survivrai », répondit Genice en retirant le couvercle en plastique du gobelet en papier et en savourant l’arôme de la boisson chaude. « J’adore l’odeur du café. »

« Ça vous détend », dit Cassidy en riant.  « Vous réalisez à quel point c’est bizarre, n’est-ce pas? »

« Elle dit alors que nous sommes dans une pièce remplie de gens qui donnent des témoignages de Yéti », marmonna Genice.

 --Touché, dit une voix riche.

Les yeux de Cassidy s’écarquillés d’admiration alors qu’elle regardait au-delà de Genice le propriétaire de la voix riche et sexy.  Ses yeux bleus étincelaient et un large sourire apparut alors qu’elle disait: « Je suppose que j’avais ça à venir. »

Genice ferma les yeux et grimaa. Elle ne savait pas pourquoi, mais quelque chose dans son intestin lui a dit que l’homme avec la grande voix debout derrière elle était le même homme avec les yeux magnifiques et la poitrine dure comme le roc dans lequel elle était tombée à son arrivée. Toujours mortifiée par le bruit guttural qui émane de sa gorge, elle ne pouvait se résoudre à le regarder.

Visiblement surpris par le comportement de son amie, Cassidy prit la tête de l’étiquette et tendit la main. « Je suis Cassidy Jones et c’est mon ami très impoli, Genice McGuire. »

« J’ai eu le plaisir de croiser Genice au début de la réunion », dit-il avec amusement.  -Genice a détecté un soupçon d’accent, mais c’était si léger qu’elle ne pouvait pas le placer. Britannique?  Peut-être. - « Je suis Anton Williams. » Son large sourire affichait de belles dents d’un blanc nacré parfaitement droites. « Assisterez-vous à l’enquête d’Halloween au manoir? »

« Oh, oui, » dit Cassidy avec un enthousiasme enfantin. « Je peux à peine attendre. »

« Et toi, Genice?  Vous aviez l’air assez ennuyé pendant les témoignages », a-t-il déclaré.

Le visage de Genice était brûlant et sa gorge était si resserrée qu’elle a été surprise quand elle a réussi à s’étouffer, « Je serai là. »

« Vous ne croyez pas, n’est-ce pas? » dit-il avec un sourcil levé.

« Disons simplement que je le croirai quand je le verrai », répondit Genice avec un sourire narquois.

« Et toi? » Demanda Cassidy avec empressement.  « Allez-vous y aller? »

« En fait, je suis l’hôte », a-t-il déclaré chaleureusement. « C’est mon domaine familial sur lequel vous allez enquêter. »

« Ils disent que votre place est hantée », haleta Cassidy sans réfléchir.

« Mon amie est croyante, mais aussi un chat effrayant », marmonna Genice dans sa tasse de café.

« J’avoue que je devient un peu goosey quand un esprit est là », grogna Cassidy avant de rediriger son attention vers Anton.  « Avez-vous vu des fantômes? »

« Personne qui me chasserait de chez moi », dit-il en riant.

« Donc, je suppose que cela signifie que vous croyez », a déclaré Genice avec un sourcil levé. 

Le bel homme devant elle parlait et ressemblait à un homme intelligent. Découvrir qu’il était un chasseur de yéti écureuil serait une grande déception pour Genice.  Elle retena son souffle en attendant sa réponse.

« Disons simplement que je crois en ce que j’ai vu », dit-il en riant.

 « J’ai vu des photos de votre place », a déclaré Cassidy, ignorant leurs plaisanteries. « Cela a l’air spectaculaire. »

« Pourquoi, merci, » roucoula-t-il. « J’aime plutôt ça. »

« Depuis combien de temps est-ce dans votre famille? » Demanda Genice avec un regain d’intérêt.

« La partie originale du manoir a été construite en dix-sept-vingt-dix-deux », dit-il avec nostalgie.  « Il y a eu des add-ons depuis. Le dernier add-on était en dix-neuf-dix- dix. »

« Ainsi, même la partie la plus récente a plus de cent ans », a réfléchi Genice.   « Je ne peux qu’imaginer ce que les murs ont à dire. »

« Et le mobilier », a-t-il ajouté. « Il y a très peu de choses dans ma maison qui ont moins de soixante-dix ans.  La plupart sont beaucoup plus anciens, mais bien conservés.

« Comme c’est remarquable », haleta Genice avec un enthousiasme sincère.  « J’ai hâte de le voir et de l’expérimenter. »

« Genice ressent des sentiments forts de l’endroit », a déclaré Cassidy fièrement.

« Je vois », pensa Anton.  « Ensuite, je prendrai un soin supplémentaire à vous attribuer votre chambre. »

« Nous aurons une vraie chambre? » Dit Cassidy avec enthousiasme.

« Pourquoi pas? » Demanda Anton.

« Je pensais que nous allions simplement enquêter sur la maison et ensuite partir », a-t-elle répondu.

« Et si je voulais étendre mon hospitalité ?  Accepteriez-vous? demanda-t-il gracieusement.

« Passer une nuit dans un lieu aussi historique?  Oh, oui », roucoula Cassidy.

« Combien de chambres avez-vous? » Demanda Genice avec un sourire chaleureux.

« Les chambres ou les pièces en général ? » demanda-t-il.

« Les deux », haussa-t-elle les épaules.

« J’ai quinze chambres d’amis, cinq chambres de domestiques qui ont un salon et une cuisine adjacents - qui sont occupés par le personnel - et ... Voyons... si je ne me trompe pas, le manoir a un total de quarante chambres », a-t-il déclaré, pensivement.

« Vous n’êtes pas certain ? » demanda-t-elle avec surprise.

« Je le savais à un moment donné, mais il y a eu quelques révisions et un peu de mise à jour dans certaines des nouvelles sections », a-t-il expliqué.

« Tels que? » Demanda Cassidy tout en s’accrochant à chacun de ses mots.

« Une salle de théâtre, une piscine intérieure et un bowling ont été ajoutés, pour commencer », a-t-il déclaré.

Genice grimace en racontant les rénovations qui ont été faites à la maison historique.  Son inquiétude quant à la façon dont ils ont affecté l’ambiance a dû être apparente parce qu’il s’est dépêché de leur assurer que le remodelage avait été fait à l’arrière de la maison et n’a rien fait pour nuire à la majesté du profil extérieur du manoir, ni à l’intérieur.  Il a affirmé que les chambres se fondaient si bien dans le décor du manoir qu’une personne devrait littéralement être dirigée vers les chambres pour les trouver. 

La curiosité de Genice était à son comble.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status