Esmerelda Sleuth  « L’AUTRE CÔTÉ DU MIROIR » Livre 1
Esmerelda Sleuth « L’AUTRE CÔTÉ DU MIROIR » Livre 1
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan
1

Je me penchais en arrière dans ma chaise de bureau exécutif bien usé et étiré les plis de mon corps.   J’avais finalement résolu l’affaire    qui m’avait affligé pendant des semaines. C’était un appel à la fête !

Le mari d’Eleanor Waterford était un joueur insélytable.  Il avait réussi à dissimuler ses activités au point que je ne pouvais tout simplement pas découvrir le nom de la femme avec qui il gardait compagnie.  J’étais sur le point d’abandonner et d’avouer à mon patron que j’avais échoué quand il m’a frappé.  Et si la femme qu’il voyait n’était pas du tout une femme ?

Bingo!

Pourquoi ça ne m’était pas venu avant ?

Peut-être, parce que les photos que mon assistant m’a présenté avait Bill Waterford dans ce qui ressemblait à une étreinte d’un amant avecune personne quin’était pas sa femme et était habillé comme une femme avec un cadre de corps pour correspondre?

C’était une leçon classique pour moi dans les stéréotypes.  Je croisais le nom ,Francis Stapleton , à plusieurs reprisesau cours de mes recherches, mais je l’ai simplement considéré comme un associé  d’affaires. Comme je cherchais une femme et non un homme, je n’ai pas pris le temps de fouiller jusqu’à ce que Francis, alias Frankie, était un travesti qui était en train de devenir un travesti qui allait éventuellement changer l’orthographe de son nom du masculin François à la France féminine refait surface. Pas au début, de toute façon.

Frankie était aussi le cousin éloigné de Bill.  En raison des préjugés d’Eleanor et de sa peur qu’elle fasse quelque chose d’aussi radical que de le divorcer pour son association avec un homme qui travaillait à devenir unefemme, ou, à tout le moins, le soumettre à des critiques et des moqueries qu’il ne faisait pas, Bill soutenait son cousin dans son voyage de transition - à la fois émotionnellement etfinancièrement - ensecret.  D’où la raison pour laquelle je pensais que Frankie était un associé.

Ce que monssistant et moi  avions immédiatement étiqueté comme l’étreinte  d’un amant n’était qu’un  câlin de soutien d’un humain à l’autre.

Contrairement à Eleanor, j’essaie d’être un esprit ouvertd’esprit, vivre- et-laisser-vivre genre de personne.  Par conséquent, quand j’ai découvert la vérité, j’ai simplement souri avec satisfaction sur la résolution du mystère de l’autre femme présumée sans jugement de Frankie  en aucune façon.

Après m’être serré les mains derrière la tête et m’avoir serré les pieds sur le dessus de mon bureau tout en jubilant sur mon succès à moi-même, la prise de conscience m’est venue que je devais maintenant écrire un rapport de mes conclusions pour Mme Eleanor Waterford.  Des souvenirs de bill qui m’a demandé de l’empêcher de me battre avec mon sens du devoir envers ma cliente.

Il s’est avéré que mon client était la personne de l’argent dans le mariage.  Bill avait peur qu’Eleanor le quitte si elle savait qu’il soutenait émotionnellement et financièrement son cousin.  J’aurais remis en question cette crainte si je n’avais pas rencontré sa femme à plusieurs reprises et soulevé un front ou deux à certains des commentaires qui ont été faits par elle dans la conversation simple.  Bill avait raison de craindre que le pire ne se produise si je lui disais la vérité sur le soutien de  son mari à  son cousin travesti.  

Alors, maintenant j’ai été confronté à un choix.  Dois-je remettre un rapport complet et factuel?  Ou,  devrais-je le médecin un peu, comme Bill l’a demandé, pour sauver un homme très gentil, compréhensif, et généreux de la colère de son pas si gentil, pas si compréhensif, et certainement pas si généreuse épouse qui était en contrôle de l’argent de la famille?

J’ai regardé l’horloge.  Il était six heures un vendredi.  Quitter le temps.  Le rapport d’Eleanor Waterford pourrait attendre jusqu’à lundi.  Ça me donnerait le temps de dormir sur ce qu’il faut faire.

Nora a cassé la porte de mon bureau assez loin pour lui faire passer la tête.  « J’ai besoin d’un verre.  Que diriez-vous de vous?

J’ai souri en fermant le dossier sur mon bureau.  Saisissant mon sac à main et veste pull de l’arbre à vêtements à proximité, j’ai hoché la tête.  « Plus d’un, je pense. »

Nous avons ri en sortant de l’immeuble en comparant les événements de notre journée et les gens  avec qui nous avions été forcés de faire face. Ce n’était pas une pratique idéale pour partager des choses qui se passaient dans un bureau d’enquête, mais nous avions besoin d’un exutoire pour nos frustrations ou nous serions sûrs de devenir fous.  D’ailleurs, nous étions les meilleurs amis depuis le collège et ne trahissions jamais notre amitié en répétant ce qui a été dit en toute confiance.

Nora et moi avons travaillé pour la même entreprise, mais dans différents départements.  J’étais un enquêteur subalterne  et elle  a travaillé comme superviseur dans le pool secrétaire général qui m’a desservi et quelques autres enquêteurs.   On  s’attendait à ce qu’elle connaisse les résultats d’une affaire puisque c’est elle ou l’un des secrétaires  qu’elle supervisait qui s’occupait des dossiers et tapaitle rapport avant de l’envoyer auclient, mais les détails de la façon dont il a été résolu demeuraient un mystère à moins qu’ils ne soient partagés par moi.

Dans la plupart des cas, ils l’étaient.  Non seulement il a apporté un peu d’excitation dans son existence normalement banale, mais elle a aussi souvent remue-méninges avec moi.  Plus d’unefois,  une affaire a été résolue à l’aide de son apport.

C’était un début de soirée croustillant à la fin de l’automne.  Ma veste pull était plus destiné au printemps ou une nuit d’été fraîche. Nora et moi étions originaires de New York, mais nous avons décidé de rester dans le sud après l’université.   Même si nous étions en Virginie  ,il neigeait encore et pouvait encore obtenir un froid amer dans les mois d’hiver  .  Comme  je n’étais pas un fan de l’hiver, j’avais tergiversé sur traîner mon usure par temps froid aussi longtemps que je pouvais.  Ma couverture m’a à peine protégé de l’air qui a failli piquer ma chair.  C’était un rappel brutal que j’avais attendu aussi longtemps que je pouvais pour changer de garde-robe. 

Heureusement, t ilbar qui était notre après- travail-hangoutétait à seulement un pâtéde maisons.  En un rien de temps, nous avons été installés à une table avec un martini vodka sale avec des olives supplémentaires en face  de moi et un Tom Collins en face de  Nora. Entre la chaleur corporelle de la salle bondée et  l’air  chaud forcé qui a été pompé des évents dans le plafond, j’ai été chaud comme pain grillé en quelques minutes.

Mon amie regarda les multiples cure-dents avec des olives collées sur eux qui ornaient mon martini et froissé son nez. « Je ne sais pas comment vous pouvez supporter toutes ces vilaines petites choses vertes mucking votre boisson. »

J’ai ri.  « Ils conjurent la faim de sorte que je ne binge quand je trouve enfin de la nourriture. »

Elle a tiré la cerise de sa boisson et a utilisé ses dents parfaitement  droites pour la séparer de sa tige.  « Je devrais le faire avec ces cerises.  Ils sont un spectacle sacrément mieux dégustation.

J’ai haussé les épaules en la regardant déposer la tige de cerise sur sa serviette de cocktail. « Et, super doux. »

Les yeux de Nora s’allumaient lorsqu’elle aperçut un homme très séduisant qui avait l’air d’être dans la fin de la vingtaine entrant dans le bar. « En parlant de super doux.  That's Lance Northrup.  Le regarder me donne des frissons.

Mes yeux bleu-gris suivaient le regard de ses riches yeux bruns de l’autre côté de la pièce.  Je devais être d’accord avec elle.  Le grand mâle aux cheveux foncés se  déplaçant avec  une grâce royale vers le bar pour commander un verre était l’un des plus beaux gars que j’avais posé les yeux sur.  Jamais.

J’aisillonné  mes sourcils dans la pensée.  Il y avait quelque chose à propos de cet homme qui se sentait familier, même si je ne pouvais pas expliquer pourquoi puisque c’était la première fois que je l’avais vu. Je n’aimais pas quand je ne pouvais pas mettre une raison derrière un sentiment ou une émotion.

Ennuyé par moi-même, j’ai poussé un soupir.

Prenant mon soupir d’agacement pour l’un des désirs, mon ami dit avec nostalgie: « Mes sentiments exactement. Il est nouveau dans le quartier.  Il travaille dans le bureau immobilier autour du bloc avec Melanie Gaines.  Tu te souviens d’elle ?  Elle était l’une des secrétaires, mais a quitté l’année dernière pour plus grand et mieux.  C’est sa    secrétaire.  Elle est toujours en contact avec quelques-uns d’entre nous.  Nous avons déjeuné la semaine dernière et elle nous a tout raconté sur lui.   Femme chanceuse.  Bien sûr, des gars comme ça n’iraient jamais chercher une fille comme elle ou  moi.

J’avais l’impression qu’elle avait raison.  Les hommes qui ressemblaient à Lance Northrup étaient célèbres pour avoir mince, l’œilsaule-bonbons sur leurs bras.  Nora  ne pouvait pas être plus opposée.  Son  nez pointu était trop grand pour son visage arrondi. Plus d’une fois un murmure cruel déclarant qu’elle ressemblait à un pingouin pouvait être entendu dans le bureau par un de ses sous-fils jaloux.  Elle avait une forme qui ne pouvait être décrite comme moelleux et si elle atteignait une hauteur de cinq pieds un pouce, ce serait une surprise pour moi. Je ne me souvenais pas bien de Melanie Gaines, mais si mon souvenir était correct, elle n’était pas un prix non plus.

J’étais quelques pouces plus grand que Nora avec une forme mince, en verre d’heure.  Mon nez était droit et juste la bonne taille pour mon visage.  C’est aussi  en harmonie avec une bouche que les amis et la famille ont estimé qu’il serait parfait pour une publicité sur le rouge à lèvres.  En bref, mes traits du visage étaient synchronisés au point que most personnes me trouvaientjolie.

J’aurais été satisfait de mon apparence si ce n’était pas pour le fait que mes cheveux étaient une masse sauvage de boucles rouillées.  C’était tellement indiscipliné que j’avais renoncé à l’apprivoiser des années plus tôt. 

Peu importe que d’autres l’ont trouvé beau.  J’avais considéré ça  hideux pendant la plus grande partie de mes an nées de formation.  Il a fallu de la maturité, avec une écoute continuedel’admiration ouverte des autres de la manne sur ma tête,   pour me convaincre d’arrêter de me  lamenter sur mon malheur de la génétique et de trouver un peu de paix complaisant sur mes cheveux. 

Ma grâce salvatrice pour mon estime de soi était ma peau de porcelaine impeccable et mes lèvres kissables; ni l’un ni l’autre n’étaient suffisants pour surpasser les types de modèles qui s’accrochaient aux bras d’hommes comme Lance.

— Moi non plus, dis-je en hochant la tête. « Il porte un designer de la tête aux pieds. »

« Il ne fait pas seulement de l’argent,il vient de l’argent », a déclaré Nora.

Après avoir pris un bon long verre de mon martini, j’ai roté, ri, et a ajouté: « Il est probablement un abruti,de toute  façon.  Les mignons,  les plus riches sont généralement.

Nora pompa sa boisson avec sa paille. « Oui, c’est vrai. Tu as raison. « La gorgée de sa boisson qu’elle a pris à travers sa paille était en contraste frappant avec la gorgée que je viens d’avoir.  « Qu’avez-vous prévu pour le week-end? »

— Reposez-vous, dis-je.  « J’ai besoin de se détendre après l’épreuve de Waterford. »

« Il doit se sentir bien de l’avoir résolu, non? » Nora a demandé.  «Je ne peux pas croire la torsion dans l’histoire.  Il n'  a pas de liaison avec une femme.  Il soutient un homme qui devient une femme.  Qui l’aurait deviné?

J’ai secoué la tête.  « Maintenant, je dois comprendre comment écrire un rapport qui déclarera qu’il n’a pas une liaison comme sa femme pense sans nuire au mariage de Bill Waterfordou la sécurité financière.  C’est une chose triste à dire, mais je le préfère à mon client.

Nora secoua la tête.  « Je ne t’envie pas. »

« Avez-vous l’esprit si  je me joins à vous? »

— Melanie Gaines, dit Nora avec des taquineries emphatiques.  « Êtes-vous traquer votre représentant des ventes beau? »

Donnant à Nora un regard de simulacre d’offense tout en riant, Melanie a nié savoir que Lance était entré dans le bar quelques secondes avant elle.  En regardant autour de lui, elle a dit: « L’endroit est bondé ce soir. Je suppose  que je ne suis pas le seul à avoir eu une longue semaine.

Nora a retiré son sac à main de la chaise à côté d’elle pour indiquer que Mélanie était la bienvenue à notre table.  « Melanie, vous souvenez-vous Esmerelda?  C’est l’une de nos meilleures enquêteurs.

J’ai hoché la tête mon salut à mon ancienne secrétaire que je me suis déplacé sous l’étude en acier de ses yeux verts perçants.    Son inspection m’a rappelé mon directeur d’école primaire qui se plaignait à jamais à mes parents de ma coif sauvage et sauvage étant une distraction pour les autres élèves.  Bien sûr, mes parents ont simplement souri et dit qu’ils le contiendrait dans une tresse ou un chignon tout en appelant les principaux noms inappropriés sous leur souffle. -Mes parents étaient des gens qui ont trouvé mes cheveux pour être mon meilleur atout.  Pas mon pire.

Être si proche de Mélanie m’a donné l’occasion de comparer mon souvenir de son apparence avec ce qui était réellement devant moi.  J’avais eu la portée générale de son apparence correcte.   Contrairement à ma chère amie, Nora, avec le nez debec, ou moi,avec mamane sauvage, Mélanie était normale au point d’être mémorable.  Ses traits faciaux  étaient non distinctive.  Sa couleur de cheveux était un brun mousy  qu’elle avait essayé d’embellir avec un peu de mise en évidence.  Il n’a pas aidé qu’elle l’avait tiré en arrière dans une queue de cheval qui  reposait haut sur le dos de sa tête dans le style des années cinquante.  Sa taille était moyenne pour une femme.  La seule chose qui m’aurait jamais fait me souvenir d’elle après une réuni on, c’était ces yeux.  Les yeux eux-mêmes étaient un vert normal, mais elle avait appris à les utiliser pour regarder les gens d’une manière mémorable.  Comme elle l’avait fait avec moi.

Femme intelligente.

Penchée dans la table pour attirer son attention, Mélanie s’adressa à Nora d’une voix si basse que je pouvais à peine faire les mots.  «C’est un week-end férié, donc le bureau est fermé le lundi.  Quelques-unes des personnes du  travail vont passer le week-end  prolongé  au domaine de campagne de Lance.  Il a été dans sa famille pendant des siècles et est établi avec quelques  commodités  phénoménales.  Ou, donc on  me dit.   Je parie qu’il vous laisserait venir.

Les yeux de Nora s’alluma; comme mon attention.  A-t-elle simplement invité Nora ? Ou, ai-je été inclus dans cette invitation? 

Ce n’est pas parce que la maison appartenait à un type riche et beau que je voulais y aller.  Non seulement je croyais que  je ne serais d’aucun intérêt pour lui, mais j’étais trop concentré sur faire enquêteur principal pour épargner le temps et l’énergie nécessaires pour sortir ensemble.  C’était juste que j’aimais les vieilles choses; surtout les vieilles maisons.  Si cette maison avait été dans sa famille pendant des générations, elle  avait connu beaucoup d’histoire.  J’avais envie d’avoir l’occasion de m’asseoir dans une pièce les yeux fermés et de sentir l’énergie d’an passés. C’était quelque chose que je faisais souvent chaque fois que je tombe sur un magasin d’antiquités.  Aussi fou que cela puisse paraître, c’était comme si le contenu de la boutique me parlait. Des images et des pensées me voleraient dans la tête.   J’ai souvent quitté la boutique en connaissant l’histoire d’un  meuble ou d’un nic-nac sans avoir à consulter le commerçant.

Mon esprit avait erré hors de leur conversation au point que Melanie m’a manqué de convoquer Lance à notre table.  Vous pouvez imaginer ma surprise quand je l’ai trouvé demandant à s’asseoir dans la chaise à côté de moi.

J’ai rapidement tâtonné en enlevant mon sac à main de son siège ciblé.   Au début, je pensais que ma maladresse était le résultat d’un retour surpris à la réalité, mais j’ai vite déterminé que c’était plus le fait que l’énergie que cet homme dégageait était à la fois écrasante et familière.

Pourquoi se sentait-il si familier ?

« Mesdames, je voudrais que vous rencontriez le nouveau  membre de l’équipe de vente Zuckerman Real Estate, Lance Northrup », a déclaré Melanie d’une voix sirupeuse qui râpé sur moi comme des  clous traînant sur un tableau.  «Lance, voici ma bonne amie Nora Oosterhout et son patron, Esmerelda Sleuth. »

— Ami, dit Nora en hochant la tête et en souriant son salut à Lance. « Esmerelda est mon amie. »

Les sourcils de Melanie levés.  « Oh?  Je ne m’en rendais pas compte.  Je pensais qu’elle n’était que votre patron.

« Nous prenons soin de ne pas faire preuve de trop de partialité au bureau », ai-je expliqué.  « Vous savez comment catty certaines personnes peuvent être. »

Je savais que j’avais frappé un nerf avec Melanie et j’espérais qu’elle était assez astucieuse pour lire entre les lignes et se rendre compte que j’étais au courant et se souvenait de son mauvais comportement alors qu’elle travaillait pour mon entreprise.  Il avait frappé ma mémoire au cours des introductions ce que c’était à son sujet que j’avais trouvé troublant.  Elle avait été l’une des secrétaires catty qui avait comparé Nora à un pingouin dans son dos. 

J’ai eu du mal à empêcher la vapeur de couler de mes oreilles à son comportement superlatif envers mon ami qui j’étais certain n’était pas au courant de son côté poignarder.  Je ne pouvais m’empêcher de me demander ce qu’ily avait derrière.

Les mots qui sortaient de la bouche parfaitement formée de Lance avaient un ton riche et vigoureux.  « Esmerelda, quel beau nom pour une belle femme. "

Je ne sais pas qui a été le plus choqué par les mots qui ont jaillit de cette belle bouche avec accrocheur droite et -dentiste blanchi- dents.  D’après le regard de choc sur le visage de Melanie et Nora, il était clair qu’ils ne s’attendaient pas à un tel commentaire, pas plus que je n’avais.  

« Esmerelda Sleuth est son nom complet », a rigoléMelanie, en mettant l’accent sur mon nom de famille de Sleuth.  «Voici le meilleur de celui-ci. C’est une enquêtrice! Tu l’as ? Esmerelda Sleuth est un détective!

Bien que Lance ait poliment souri, il n’a pas tenté de rejoindre Mélanie dans son rire sur son jeu intelligent de mots.  En fait, j’ai eu l’impression qu’il était ennuyé par elle.  Comme moi. 

Depuis que j’ai rejoint le bureau de Snyder et Jason Investigations, j’avais été taquiné plus de fois que je ne pouvais compter sur le fait que mon nom de famille était Sleuth.  Il venait généralement de clients qui parlaient avant de penser, alors je leur ai excusé leur ignorance sociale.   Le comportement de Melanie, cependant, était délibéré.  Malheureusement pour elle, ça s’est retourné contre elle.  Non seulement elle nous avait irrités, lance et moi, mais Nora n’était clairement pas impressionnée.

En fait, elle était tellement ennuyée par le comportement enfantin de Mélanie que j’ai à peine pu l’empêcher de décliner l’invitation du week-end.  Heureusement, elle a pris mon regard avant de terminer sa phrase et a ajouté à elle qu’elle ne se sentait pas qu’il était juste d’accepter une invitation week-end en face de moi si je n’étais pas inclus.

Reprenant l’essentiel de ce qui se passait, Lance a rapidement rectifié la situation en étendant une invitation pour le  week-end de vacances prolongé à son domaine de campagne à tous à la table.  Je  mentirais si je n’admettais pas que j’étais intérieurement jubilation sur la désapprobation évidente de Melanie comme elle regardait de moi à Lance avec  ces yeux verts perçants.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status