Share

Esmerelda Sleuth   AU-DELÀ DU PORTAIL [Livre 3]
Esmerelda Sleuth AU-DELÀ DU PORTAIL [Livre 3]
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan

1

Une fine couche de neige poudreuse recouvre le sol.  En dessous se trouvaitune croûte glacée qui avait attaqué le paysage quelques heures plus tôt.  L’humidité gelée sur les arbres leur a donné un aspect vitré.  Nous avions eu l’une des pires tempêtes de neige enregistrées dans l’histoire de la Virginie et il était encore en baisse.  J’ai piétiné la neige de mes bottes et je les ai enlevés.   En les mettant sur le plateau de démarrage, j’ai glissé mes pieds dans mes mocassins de bureau.  Puis, j’ai ouvert la porte pour secouer ma veste à l’extérieur de l’immeuble.  J’ai travaillé aussi vite que j’ai pu pour que la neige qui tombait au minimum remplace ce que je tremblais.

« Vous vous battez dans une bataille perdue d’avance », a dit Nora en se blottir sous un Afghan alors qu’elle était assise dans une tapisserie couverte de fauteuils arrière ailés qu’elle avait pris dans l’une des pièces de l’aile ouest inutilisée de la maison de la taille d’un manoir que Lance m’a remis lorsque nous nous sommes mariés dans le temps.  Elle l’avait placé stratégiquement devant la cheminée infrarouge que nous avions été obligés de mettre pour aider le four désuet.  En face d’elle se trouvait une chaise à ailes similaires qu’elle avait prise dans la même partie de la maison.  Il était vide et avait l’air puissant invitant.  Elle a serré l’Afghan autour de son cou. « Fermez la porte, voulez-vous? Même avec ce radiateur en marche, je ne peux pas me réchauffer.  Je n’ai jamais pensé que le four était vieux.

« Nous n’avons pas eu un hiver comme celui-ci depuis que vous et moi avons déménagé ici, dis-je comme je l’ai rapidement éteint le froid.  J’ai accroché ma veste de stade remplie de dues à l’arbre antique en laiton situé à côté de la porte et se précipita vers la chaise vide en face de la sœur. « Pourquoi pensez-vous à la nécessité de tant de chaleur?  Si l’hiver avait été plus doux, ce four aurait été suffisant.

— Je suppose, songea-t-elle en repliant son menton sous l’Afghan.

« Pourquoi sommes-nous venus dans le bureau, de toute façon? » J’ai demandé que je me pensais vers l’avant et tendu les mains vers le chauffage.  « Qui pensez-vous est assez fou pour s’aventurer dans un temps comme celui-ci?  Les routes sont-elles même ouvertes ?

« Le gars sera là pour labourer et poncer l’allée à nouveau dans une heure, dit-elle. « Je l’ai à venir toutes les trois heures jusqu’à ce que cette tempête s’arrête. »

J’ai hoché la tête.  « C’est très bien pour nos locaux, mais qu’en est-il de nous arriver? Comment sont les routes?  D’abord de la neige glacée et maintenant ce truc poudreux.  Les équipes routières sont-elles capables de faire face à cette folle tempête ?  Ce n’est pas comme si nous étions en Alaska ou au Canada où ils ont l’habitude de faire face à ce genre de temps.

Elle se pensa vers l’avant et étenda les mains vers le radiateur. « Croyez-le ou non, un homme a appelé il ya une dizaine de minutes et a dit qu’il était sur son chemin. »

« Il ne pouvait pas attendre jusqu’à ce que la tempête s’est calmée? » J’ai demandé avec surprise.

Elle haussa les épaules. « Je pense que c’est un bon cas s’il est assez désespéré pour voyager à travers cela. »

« Désespérée? Ou, Fou? J’ai demandé.

Elle riait. « Nous avons eu quelques-uns d’entre eux à notre époque, n’est-ce pas? »

Je me pensais contre le dos de la chaise et ferma les yeux. « Ne me demandez pas pourquoi, mais je l’avais dans ma tête que quand j’ai quitté Helmsley Investigations, j’ai laissé les fous derrière moi aussi. »

Elle s’assit sur sa chaise et plaça ses mains réchauffées sur ses joues.  « Je pense que je voudrais fermer boutique, prendre un bon bain chaud, et entrer dans une paire chaude de pyjamas en flanelle après avoir vu ce gars.  C’est le seul que nous avons prévu et je me sens bien aujourd’hui.

« Pourquoi ne pas retourner à la maison maintenant? » J’ai offert.  « Je peux gérer cette interview par moi-même. »

Elle secoua vigoureusement la tête.  « Tu bousilles toujours la paperasse. »

« Est-ce que je? » J’ai demandé avec surprise. « Je n’avais aucune idée.  Vous n’avez jamais dit.

« Je ne voulais pas blesser vos sentiments », a-t-elle expliqué. « De plus, vous le faites si rarement qu’il ne valait pas la peine de mentionner. Je ne dis-le maintenant parce que je soupçonne que je tombe malade et je ne veux pas m’occuper de comprendre ce que vous avez mis dans tous les mauvais endroits quand je suis malade.

« Sérieusement? Je suis si mauvais?  Je me suis exclamé.

Elle haussa les épaules. « Disons que ce n’est pas ton truc. »

Le bruit des cloches qui hurlent à l’extérieur a attiré notre attention.  Nous avons simultanément se précipita vers la fenêtre pour voir ce qui allait arriver notre lecteur.

« Est-ce un traîneau à   cheval? »

J’ai essuyé le brouillard que notre souffle a causé que nous regardions par la vitre et hocha  la tête.  « En arrivant dans un traîneau tiré par un cheval.  C’est quelque chose que vous ne voyez pas tous les jours.

« Est-il Père Noël venir tôt? »

J’ai regardé à nouveau, sourit, et secoua la tête.  « Il est trop maigre. »

« Pensez-vous que c’est un travail de noix? »

J’ai haussé les épaules.  « Il pourrait juste être ingénieux.  Je m’inquiète pour ces chevaux. J’espère qu’il ne les a pas endommagés en les conduisant sur ce type de terrain.  Ils pourraient s’effondrer s’il n’a pas le bon équipement sur leurs sabots.  De plus, la glace peut être glissante et les os se brisent.

— Oh, wow, haleta-t-elle.  « C’est vrai.  Je n’y ai pas pensé.  Ces pauvres chevaux.

Nous avons regardé avec intérêt que le conducteur a tiré le traîneau près de la maison, puis sécurisé sa pause.  Il a rapidement entravé les deux chevaux en le tirant d’une manière si pratiquée qu’il était clair qu’il l’avait fait à de nombreuses reprises.  

— C’est efficace, songea Nora.

Avant que je puisse faire un commentaire, la porte s’est ouverte et il s’est délimité dans notre bureau.  J’étais en bonne santé, mais j’étais encore affecté par le froid soudain qui jaillissait avec lui comme il a attaqué ma chair exposée.  Je pouvais imaginer à quel point Nora se sentait pauvre.

— Il n’est pas digne de l’homme ni de la bête là-bas, dit un grand homme mince avec un accent que je ne pouvais pas tout à fait placer.  Il était tellement enveloppé dans la fourrure qu’il était impossible de voir ses traits.

— Pourtant, vous et vos loyales bêtes avez voyagé à travers elle, dis-je d’un ton un peu plus bouclé que je ne l’avais prévu.

Toujours celle d’être politiquement correcte, Nora m’a donné un regard d’avertissement comme elle se précipita vers l’avant pour saluer notre client potentiel avec sa main tendue.   « Je suis Nora Oosterhout et voici ma partenaire Esmerelda Sleuth.  Vous êtes M. Havershaft.  Est-ce exact?

Gardant ses emballages sur lui, il poussa une main fine et osseuse et en enragé le gant couvert de neige afin qu’il puisse la secouer petite, dodue.  « C’est exact, Mlle Oosterhout.  C’est pire là-bas que je ne l’avais prévu.  Je suis venu à travers les champs sur un chemin qui a été fait par des motoneiges, mais je crains que, si je dally trop longtemps, rentrer à la maison sera une difficulté pour mes chevaux.  Ils ont des crampons et des coussinets pour les empêcher de glisser sur la croûte glacée ou de la neige s’accumuler dans leurs sabots, mais, malgré cela, je vais couper à la rapide.

Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai retenu mon souffle pendant que j’attendais d’entendre la raison de sa visite à notre bureau par une journée aussi agitée et orageuse.  Cela m’a donné l’impression que ce ne serait pas une tâche facile.  L’énergie oppressante qui est entrée dans la salle avec lui ne fait que souligner ce fait.

« Comment pouvons-nous être de service? »  J’ai demandé.

Il m’a regardé directement pendant qu’il parlait. « Vous êtes un enquêteur paranormal, correct?  Je veux dire que vous n’êtes pas simplement un détective privé.  Vous vous aventurez dans le paranormal, si nécessaire.  Mes informations sont-ils exactes à ce sujet?

Ignorant le fait qu’il me parlait directement, Nora a dit avec un œd, « Il est. »

« Excellent », a-t-il dit. 

Même si je ne pouvais voir que ses yeux sombres distinctifs, je pouvais dire qu’il souriait de cette nouvelle.

« J’ai récemment acheté un domaine voisin et je crains qu’il y ait quelque chose qui vit dans mon grenier qui n’est pas de ce monde, dit-il.

« Avez-vous essayé de voir ce que c’est? » Nora a demandé.

Il hocha la tête.  Ou du moins je pense qu’il a hoché la tête.  Il était difficile de dire avec tout l’emballage qu’il avait sur sa personne.

« J’ai emménagé il y a un mois et je n’ai pas eu de paix nocturne depuis le premier jour », a-t-il dit avec consternation.  « J’ai vérifié le grenier plus d’une fois, mais n’a rien trouvé.  J’ai même mis des caméras.  Rien du tout.

« Êtes-vous sûr que c’est quelque chose de paranormal? » J’ai demandé.  « Combien de temps la maison était vide avant d’emménager?  Peut-être que vous avez de la faune qui vit là-haut.

« J’y ai pensé, mais la maison n’a été évacuée par les propriétaires précédents qu’une semaine avant mon emménage », a-t-il expliqué.  « De plus, juste pour couvrir toutes les bases, j’ai demandé à une entreprise de lutte antiparasitaire de vérifier.  Ils n’ont rien trouvé.

— Je vois, dis-je alors que les roues dans mon esprit barattaient.  D’après ce qu’il disait, tous les signes pointaient vers le paranormal, mais le côté nivelé et pratique de moi n’était pas sur le point de prendre les choses à leur valeur nominale.

« Voulez-vous prendre l’affaire? »  « L’argent n’est pas un objet. »

S’ll vivait dans la maison où je le soupçonnais, j’étais sûr qu’il avait beaucoup d’argent pour se déplacer.  Ce n’était pas le problème.  Je n’étais pas convaincu qu’il avait quelque chose de paranormal dans sa maison.

« J’aimerais vérifier votre maison avant de nous engager, dis-je.

Nora me regarda avec surprise, mais ne dit rien.

« C’est parfaitement compréhensible », a-t-il convenu.  « Pourquoi ne pas tous les deux venir dîner demain soir?  Vers sept heures ?  C’est généralement à ce moment-là que le chaos commence.

Je pouvais voir les joues de mon cher ami rincer d’excitation.  Sa contribution à l’entreprise était de diriger le bureau.  J’étais l’enquêteur.  Recevoir  une invitation à dîner d’une cliente devait être excitant pour elle.  Il y avait aussi le fait que ce serait ma toute première enquête sur le paranormal.  D’après mon expérience, il s’agissait principalement de tricherie conjugale dans les affaires de base et banales.  Je pouvais aussi voir les roues barattage dans sa tête.  Elle venait d’admettre qu’elle avait l’impression de tomber avec un rhume. Si c’était vrai, les chances qu’elle soit  sociable à  l’extérieur de la maison pour les prochains jours étaient faibles.

« Je suis désolé, mais nous ne sommes pas disponibles avant le début de la semaine prochaine, dis-je.

Elle m’a regardé et sourit de ses remerciements.

— Oh, dit-il avec une déception non dissimulée.  « Je vois. » Puis, après un moment de silence, il a dit:« Shall, j’ai l’intention de vous venir dîner lundi soir prochain en même temps? »

J’ai hoché la tête.  « Veuillez noter votre adresse et votre numéro de téléphone.  Alors, je vous suggère d’amener ces chevaux à l’abri.  Ils commencent à ressembler à des statues de neige.

« Ciel », haleta-t-il en je regardant rapidement par la fenêtre ses chevaux.  « Si j’avais su que je ne pouvais pas  immédiatement acquérir vos services, je ne les aurais pas mis à travers cela. »  Il a poussé un soupir.  « Oh, eh bien. Puis-je avoir un morceau de papier s’il vous plaît?

Je me suis indigné de son commentaire sur le fait qu’il nous pensait tellement en manque de travail qu’il pouvait nous avoir immédiatement pendant que je le regardais griffonner son adresse et son numéro de téléphone. Peu importe que ce soit vrai. J’étais sûr qu’une fois que le mot est sorti que j’étais entré en affaires pour moi-même, les clients seraient dépôt par notre porte.  J’avais une bonne réputation, après tout.

Quand il est finalement parti, j’ai grogné: « Il pensait que nous serions disponibles tout de suite?  Comme c’est présomptueux.

Nora haussa les épaules. « Nous sommes une nouvelle entreprise. »

J’ai renfrogné.  « L’entreprise est peut-être nouvelle, mais nous ne le sommes pas. »

« Nous sommes nouveaux dans le monde du paranormal, at-elle insisté. « En outre, nous étions disponibles. » Puis en me donnant un sourire de remerciement, elle a ajouté: « J’apprécie que vous me donner le temps de lancer cette chose hors de moi.  C’est notre première affaire.  Je me serais senti terrible d’être laissé de côté.

J’ai pensé à la façon dont j’avais réussi à résoudre la plupart de mes cas avec des indices que j’ai obtenu de s’asseoir et d’obtenir ce que je pensais être des visions de chambres et d’objets.  Puis, je me suis souvenu de la définit ion de Paranormal de Lance.  D’après mon mari perdu depuis longtemps, je traitais avec le paranormal depuis un certain temps. Ce n’était pas avec des fantômes et des gobelins.

En regardant directement mon ami, j’ai demandé: « Sommes-nous réellement nouveau dans le paranormal? Sommes-nous vraiment?

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status