LE RÉGIME [Le Voyage de Kendra Livre 2]
LE RÉGIME [Le Voyage de Kendra Livre 2]
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan
1

La chaleur intense de la journée était beaucoup moins tolérable qu’elle ne l’était au cours de ses jours de voyage précédents. C’est peut-être parce que son corps léger travaillait plus fort maintenant qu’elle a été forcée de marcher au lieu de monter sa jument.  Les muscles des jambes d’Ari criaient pour être soulagé et son corps transpirait au point qu’elle s’offusquait.  Elle avait perdu sa crème solaire, son chapeau de paille largeàbords  et ses lunettes de soleil en même temps qu’elle avait perdu sa jument.  Ses cheveux courts et en lin étaient emmêlés à sa tête par la sueur qui semblait suinter de tous les pores de son corps.  Ses vêtements en étaient tellement imbibés qu’elle était certaine que si elle les essorait, il y avait une bonne quantité de liquide libéré.  Elle avait besoin de trouver de l’ombre et du repos, mais, lorsque la prise de conscience de la futilité de sa situation s’est enfonchée, elle courait dans une panique sans faire attention à l’endroit où elle allait et elle n’était plus sur la route prévue. Rien ne semblait familier.  Après sa récente rencontre accablante avec une petite bande de zombies intelligents qui ont réussi à la prendre au dépourvu, elle s’inquiétait de  s’arrêter n’importe  où.  Elle était épuisée et ne se faisait pas confiance pour être assez alerte si un autre groupe de zombies arrivait.  Malgré tout, elle connaissait les limites de son corps. C’était un dilemme. Elle hésitait à  s’arrêter  en cas d’une autre rencontre de zombies et pourtant elle craignait de ne pas s’arrêter car si elle puisait son corps plus longtemps sans le laisser rajeunir, elle serait sans valeur si une autre crise telle qu’une autre rencontre de zombies se produisait.

La petite jeune femme a vérifié son environnement pour quelque chose qui pourrait sembler familier.  Même si elle n’était plus sur son itinéraire prévu, elle avait traversé ce territoire des centaines de fois à la recherche de Kendra ou d’autres que le conseil de Center Land lui avait assignés pour chasser et ramener à eux.  Elle avait juste besoin de trouver un point de repère familier pour lui dire où elle était et elle serait en mesure de remettre ses repères en ordre. 

Elle s’est maudite pour ne pas être plus observatrice.  Sa jument était si fiable et connaissait les zones qu’ils patrouillaient qu’elle avait accordé un minimum d’attention à des choses comme les points de repère pour l’aider à trouver son chemin vers et depuis un endroit.  Maintenant, sa jument était partie et elle était seule.

S’enfonçant sur le sol dur et bondé, elle s’installa sous un arbre qui donnait tout pour rester en vie dans une zone aussi baron. Son feuillage clairselé offrait la meilleure quantité d’ombre. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander à quel point le feuillage du petit arbre accidenté serait plus épais s’il avait été situé dans un environnement plus luxuriant alors qu’elle reposait son dos épais de sueur contre l’écorce rugueuse du tronc. 

Les souvenirs écœurants de sa jument déchirée en morceaux par la bande de zombies l’ont tourmentée encore plus que le mal de tête battant  qu’elle avait développé à cause d’une exposition excessive au soleil.  Les souvenirs du sang caillé de l’équidé hurlant alors qu’il était mangé vivant rivalisaient avec le martèlement tonitruant d’une centaine de marteaux de traîneau à l’intérieur de sa tête. Des larmes de chagrin et de regret de ne pas être plus observatrice et consciente de l’approche du zombie jusqu’à ce qu’il soit trop tard mélangée à une sueur grungy et collante alors qu’ils roulaient sur ses joues et sur son cou; laissant un chemin révélateur à travers la poussière qui s’était déposée sur sa chair normalement pâle qui était roucie du soleil.

Serrant ses genoux dans ses bras, elle y enfoignait son visage et ferma les yeux.  Si elle pouvait simplement fermer la vue et le son de la disparition de sa pauvre jument assez longtemps pour se reposer et soulager sa tête des martèlements incessants, peut-être qu’elle serait mieux en mesure de se concentrer sur où elle était et de se diriger à nouveau dans la bonne direction.  Elle connaissait bien la région.  Elle le savait.  Elle ne pouvait tout simplement pas penser.  Elle avait besoin d’être capable de penser.

Le bourdonnement d’un drone envoyé par le régime extraterrestre pour patrouiller la terre passant au-dessus de ses têtes a attiré son attention et elle s’est empressée de se rendre aussi invisible que possible dans un paysage aussi désolé.

****

Félix plaça ses mains contre le petit de son dos alors qu’il se levait et étendait les plis qu’il y en avait.  Il désochait le jardin depuis si longtemps qu’il avait pratiquement perdu la trace du temps.  Eugène se réveillerait sûrement bientôt de sa sieste.  Comme Kendra et Rex étaient partis à la chasse, c’était à lui de s’occuper de son neveu en bas âge.  Il sourit à la pensée.  C’était une tâche à laquelle il prenait grand plaisir et qu’il aurait probablement rivalisé pour le droit de faire même si ses parents étaient à la maison.  Donnant à son travail un signe de tête d’approbation, il a applaudi ses mains ensemble pour obtenir autant de terre que possible d’eux, puis s’est dirigé vers la maison principale.

Au son d’un drone volant au-dessus de lui, il a rapidement glissé sous le porche du bâtiment le plus proche.  C’était le premier drone qu’il avait vu depuis très longtemps et le tout premier qui avait survolé l’enceinte depuis leur arrivée il y a plus d’un an.  La vie était devenue si calme et complète qu’il avait presque oublié que le monde était maintenant dirigé par un régime extraterrestre et que la vie en dehors de son petit noyau était tout sauf agréable.  Le drone était un rappel brutal.

Il a regardé de sa cachette alors qu’il regardait l’espion mécanique voler si bas qu’il a presque atterri dans le vert central.  Il avait l’air beaucoup plus grand de près qu’il ne les avait pensés vus de loin.  Sa respiration s’est déchaînée et son cœur s’est battu contre sa cage thoracique alors qu’il regardait le haut du drone s’ouvrir et un bras mécanique avec une caméra attachée s’en sortir lentement.  Des lumières de différentes couleurs clignotent et une série de bips forts remplissent l’air alors que l’appareil photo se déplace progressivement dans un cercle de trois cent soixante degrés tout en prenant des photos avec une répétition rapide.  Il s’est arrêté et s’est concentré sur le bâtiment sous lequel il s’est recroqueville. Retenant son souffle, il s’est aplati le plus près possible du sol et a forcé son corps à être immobile pendant qu’il écoutait les clics rapides de la caméra pendant qu’elle faisait son travail.

Après ce qui ressemblait à une éternité, la caméra s’est déplacée puis est revenue dans les entrailles du drone. Son souffle a sonné fort et rauque alors qu’il le laissait sortir lorsque le drone s’est finalement levé dans le ciel.

Il a attendu que l’espion de l’extraterrestre soit hors de vue avant de ramper lentement sous le porche.  Il a pris un moment pour retrouver son sang-froid avant de demander à ses jambes de le maintenir stable, puis de l’emmener dans la maison principale.  Ses mains tremblaient alors qu’il tournait le bouton de la porte et entrait.  Il espérait que Kendra et Rex reviendraient bientôt afin qu’il puisse s’entretenir avec eux de ce qui vient de se passer.  Il était inquiet, et à juste titre.  De tout ce qu’il avait entendu sur les drones du régime extraterrestre, avoir un faire ce que celui-ci vient de faire n’était pas un bon signe.

Il s’est tranquillement rendu dans le couloir.  S’arrêtant à la porte de la chambre d’Eugene, il tourna lentement la poignée de porte et je regarda prudemment pour voir si l’enfant était éveillé.  Un soupir silencieux de satisfaction s’accompagnait d’un doux sourire quand il vit que le petit paquet dormait encore profondément.  Il avait encore quelques choses qu’il voulait soigner avant de consacrer toute son attention à son petit cousin au second degré.  L’un d’eux était de mettre quelque chose dans son estomac vide.

Après avoir fermé la porte aussi soigneusement qu’il l’avait ouverte, il est retourné à la cuisine et a tiré les restes de la salade qu’ils avaient eue au dîner la veille du réfrigérateur.  Quelques-uns des panneaux solaires sur lesquels ils comptaient avaient besoin d’être réparés, alors, pour réduire la consommation d’électricité, Rex avait augmenté la température du réfrigérateur aussi haut qu’il le pouvait sans que la nourriture qu’ils y stockaient ne soit gâchée. La laitue et les légumes qui l’accompagnaient étaient à peine plus frais que la température ambiante, mais tout était encore assez frais pour être apprécié.

Assis au comptoir, il consommait avec avidité la salade. Le bol était presque vide avant que son estomac ne se sente suffisamment satisfait pour qu’il ralentisse et savoure chaque bouchée. Avec son besoin de subsistance rassuré, son esprit est revenu au drone qui avait presque atterri sur le vert central.  Il a regardé par la fenêtre à l’endroit où l’équipement d’espionnage du régime extraterrestre planait pendant qu’il essayait de penser pourquoi le drone prendrait des photos comme il était.  Ce n’était pas dans un endroit qui lui permettrait de voir le jardin.  Alors, qu’aurait-il pu chercher ?

Le mouvement au loin a attiré son attention.  Il s’est rapproché de la fenêtre pour mieux regarder.  Une femme solitaire et perséthère tentait de grimper par-dessus la clôture.  Était-elle un zombie avancé?  Les zombies avancés avaient l’intelligence des humains qui abritaient un semblant de résistance au virus. Ils étaient les seuls capables de trouver comment faire face à une clôture, mais ils voyageaient généralement en meute et étaient peu nombreux. Il en avait entendu parler, mais ne les avait jamais vus.  Pas les plus avancés, du moins.  La plupart des zombies qu’il connaissait ont été complètement dépassés par le virus avec une activité cérébrale limitée et aucun soupçon d’humanité ne restait en eux.  Il a attrapé son arc en préparation pour se défendre et défendre son neveu d’une invasion pendant qu’il fouillé les motifs qui entouraient la femme pour plus comme elle.  Il ne voyait personne.

En sortant sur le porche, il leva l’arc avec l’intention de mettre une flèche à travers la tête du zombie, mais quelque chose l’arrêta.  Il ne pouvait pas dire exactement ce que c’était, mais il a détecté une familiarité avec la femme.  Prenant une profonde respiration, il a abragé ses nerfs et s’est fâché hors du porche; tout en gardant un œil sur plus de zombies.

Alors qu’il se rapprochait de la femelle, il a commencé à reconnaître ses cheveux courts et emmêlés, blanc-blond et son petit cadre.  C’était Ari. 

« Ari! Qu’est-ce qui vous est arrivé?  il souffle alors qu’il se précipitait vers son aide. Il a mis son bras autour de sa taille pour l’aider à passer par-dessus la clôture pendant qu’il continuait à chercher un signe d’un compagnon; seulement, cette fois, le compagnon qu’il cherchait était sa tante, Olga.  « Où est Olga? Est-elle avec vous?

Ari était épuisée, mais elle a fait de son mieux pour faire fonctionner ses cordes vocales afin qu’elle puisse répondre à ses questions.

« Je suis seule », a-t-elle réussi à s’étouffer d’une gorge et d’une bouche qui avaient l’impression d’avoir mangé des cuillerées de saleté sans l’aide d’un liquide pour la laver et des lèvres fissurées et saignantes. « J’ai besoin d’eau. »

« Bien sûr », a déclaré Félix en la soulevant dans ses bras et en la transportant dans la maison.  Même avec le handicap de son pied bot, il a réussi à faire les pas du porche deux à la fois sans penser un instant au fait qu’il le faisait. « Pourquoi marchez-vous?  Où est votre cheval?

Elle a attendu qu’il la positionne sur le canapé et lui apporte un grand verre d’eau avant d’essayer de parler à nouveau. 

« J’ai été envoyé pour vous chercher tous à Center Land.  Olga a reçu le poste de scientifique principale dans notre laboratoire. Elle est heureuse, mais elle veut que sa famille l’accompagne », lui a informé Ari.

Il la regarda longuement et durement.  Pouvait-il la croire ?  Était-ce vraiment le cas? Ou, tenaient-ils Olga prisonnière et utilisaient-ils ce mensonge pour mettre le reste d’entre eux dans leur piège?  Kendra ne s’était échappée que récemment de là.  La convaincre de revenir ne serait pas facile.

Il a décidé de prendre un peu plus de temps pour analyser la situation avant d’arriver à tout type de conclusion qui pourrait s’avérer être un changement de vie.

Prenant une profonde inspiration, il a demandé: « Si vous étiez envoyé par Center Land pour nous chercher, pourquoi marchiez-vous? »  En regardant son apparence persacée, il a ajouté: « Et pourquoi êtes-vous dans un tel état? »

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status