Pour amour ou l’argent
Pour amour ou l’argent
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan
1

C’était un matin d’été tôt quand Theresa a d’abord mis les yeux sur Jeffrey Holmes. Il était venu aider son père à mettre le premier foin de la saison dans le grenier à foin.  Elle était convaincue qu’il était le plus bel homme de la terre, sans exception.  Il était grand, sombre, magnifique, et oh, si fort.  Elle a regardé la façon dont ses puissants muscles fléchiraient alors qu’il hissait des balles de foin sur la bande transporteuse avec des yeux frappés d’étoiles. 

Theresa était amoureuse pour la première fois.

Des années plus tard, elle pouvait encore sentir comment son cœur flottait pratiquement hors de son corps quand il tournait son beau visage à sa façon et flashait un sourire qui provoquait l’approfondissement des fossettes de ses joues, tandis que ses yeux bleus étincelants donnaient un clin d’œil rapide.  Sa grande main impitoyable se sentait chaude et puissante alors qu’il ébouriffait de manière ludique ses longs cheveux baignés de soleil.

Elle n’a pas été découragée quand elle a découvert qu’il avait vingt et un ans.  L’âge n’avait pas d’importance quand vous étiez amoureux.  Theresa l’a suivi comme un chien chiot aux yeux écarquillés jusqu’au jour où il a épousé Penelope Pratt. 

Elle avait été forcée d’assister au mariage le long de avec sa famille. Il ressemblait à un modèle masculin alors qu’il se tenait à côté de Pénélope et disait ses vœux.  Sa gorge s’est contractée quand elle l’a entendu dire « je le fais ».   Pour ajouter à sa misère, ses jambes menaçaient de la trahir lorsque le ministre prononçait Jeffrey et Penelope homme et femme et ils se sont embrassés avant de se tourner vers la foule d’amis et de parents applaudissants.

Il avait l’air incroyablement heureux, alors qu’elle était tout aussi misérable.  Le cœur brisé, elle a juré qu’elle le détestait et qu’elle ne se permettrait plus jamais de tomber amoureuse.

Elle avait douze ans.

Aujourd’hui, quinze ans plus tard, Theresa a toujours tenu cette promesse. Non seulement elle avait gardé son cœur sous clé, mais elle s’était à peine permise de sortir avec elle.  Au lieu de cela, elle a plongé dans ses études d’élevage et de médecine vétérinaire. 

Avec ses références en main, elle avait mis en place avec empressement un cabinet dans sa ville natale.  Elle s’est particulièrement concentrée sur les soins et l’élevage du gros bétail, comme les chevaux et le bétail.   Elle était excitée de commencer.

 Bien que Theresa ait rarement pensé à Jeffrey ces jours-ci, elle ne pouvait s’empêcher de se demander s’il était toujours dans la région et comment il allait une fois qu’elle a vécu un moment de calme après avoir mis en place son bureau. 

Elle s’était nonchalamment renseignée sur la santé, les activités et les allées et venues de plusieurs personnes au fil des ans; toujours en prenant soin d’insérer le nom de Jeffrey dans le mélange.  Elle savait donc qu’il avait divorcé il y a quatre ans.  Elle ne connaissait pas les détails, mais cela a dû le frapper durement, car il est devenu un reclus, ce qui rend difficile d’en savoir beaucoup plus sur lui.

La rumeur voulait qu’il ait repris l’entreprise d’élevage de son père, tandis que d’autres ont dit qu’il avait quitté la région pour recommencer sa vie.  Elle était sur le point de découvrir la vérité, car elle avait été appelée au ranch de sa famille pour inspecter leur nouvel étalon et quelques juments pour lesquelles ils voulaient l’élever.

L’averse estivale s’était finalement installée dans une bruine brumeuse, laissant dans son sillage un désordre boueux.  Des touffes de terre semblable à de la colle s’accrochaient aux côtés de sa camionnette fraîchement lavée alors qu’elle manœuvrait soigneusement à travers les nombreuses ornières que la pluie avait converties en flaques de boue.  Elle soupira de dégoût.  Elle avait dépensé une bonne somme pour faire peindre son nom et ses informations sur le côté de son camion.  Il aurait été bien de l’afficher clairement quand elle est arrivée à son tout premier client reproducteur.  Au lieu de cela, elle se présentait comme si elle avait été dans un derby de boue.

David Holmes, le frère cadet de Jeffrey, attendait à la porte pour la laisser entrer. Son sourire chaleureux lui rappelait tellement celui que Jeffrey avait l’habitude de lui flasher dessus que son cœur lui faisait mal à la vue de celui-ci.  Elle a fait de son mieux pour calmer son corps surpris dans un semblant de normalité alors qu’elle ralentissait son véhicule jusqu’à un arrêt et roulait par la fenêtre.

« Je suis Theresa Burk », a-t-elle dit avec hésitation.  « J’ai rendez-vous avec ton père. »

« Vous ne vous souvenez pas de moi, n’est-ce pas? » David a demandé avec un sourire alors qu’il poussait son chapeau plus loin sur son front pour mieux exposer son visage. 

Theresa penoua la tête sur le côté pendant qu’elle l’étudiait attentivement.  Ses cheveux foncés, son nez aristocratique droit, sa forte mâchoire carrée et ses yeux bleus étincelants étaient une réplique proche de celle de Jeffrey, mais c’est aussi loin qu’elle est allée

avec reconnaissance. « Nous nous sommes rencontrés alors? »

« Vous étiez un jeune enfant en accolades et tresses lune après mon frère », a-t-il ri.  « Nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises quand je suis venu avec lui pour aider votre père avec la fenaison, mais je doute que vous vous souveniez.  Vous n’aviez d’yeux que pour Jeffrey.

Bien que mortifiée par ses taquineries, elle tenait son sang-froid. « Les pitreries d’une jeune fille stupide. »

 Les yeux noisette de Theresa étaient humides de la piqûre de l’humiliation.  Cela les a fait scintiller alors qu’elle lui flashait ce qu’elle considérait comme un sourire confiant.  Ses dents blanches parfaitement droites et nacrées témoignaient des broches qu’elle avait été forcée d’endurer pendant près de deux ans de sa tendre adolescence.

David a sucé son souffle en buvant dans la beauté naturelle de Theresa avec ses yeux.  Son sourire était chaleureux et amical, mais ne disait rien pour lui donner l’impression qu’elle était consciente de l’effet qu’elle avait sur lui.  De la façon désinvolte dont elle s’est assise au volant de sa camionnette, il a eu l’impression que flirter avec le sexe opposé était quelque chose qui lui traversait rarement, voire jamais, l’esprit.  D’une manière ou d’une autre, cela l’a rendue d’autant plus attrayante.

Il s’est penché en avant sur la porte avec la prétention d’utiliser son poids corporel pour l’ouvrir afin de lui faire de la place pour passer.  En réalité, cela lui a donné un meilleur aperçu dans la cabine de son physique élancé, mais pleinement développé.  Lorsqu’elle s’est penchée vers l’avant pour changer de vitesse et tirer le camion à travers la porte, il a pu voir que sa tresse blond foncé épaisse traînait au centre de son dos avant que ses yeux ne se déplacent vers la flexion de ses cuisses fortes et minces alors qu’elle travaillait l’embrayage et la pédale d’accélérateur.

Alors qu’elle tirait lentement le camion à travers l’ouverture que David a créée pour elle, il a ramassé quelques touffes de boue épaisse à la porte du conducteur.  « J’aime votre signe. Qui l’a peint ?

Theresa sourit avec fierté. « Greg Whitehall l’a fait pour moi. »

« Greg est un homme bon.  Je ne savais pas qu’il faisait des signes.  Je pensais qu’il venait d’élever des cochons », a déclaré David avec un sourire narquois.

« C’est une de ses lignes de côté », a déclaré Theresa en regardant la longue route sinueuse qui menait à la maison principale. « J’ai oublié de demander à votre père où nous devions nous rencontrer.  J’assume les écuries?

« En fait, il vous attend à la maison.  Il veut d’abord passer en revue certains documents. Il pensait qu’il valait mieux connaître leurs pedigrees avant de les regarder », a expliqué David.

Theresa leva le front.  Normalement, elle regardait d’abord les juments et évaluait leurs défauts ainsi que leurs bons points avant d’étudier les pedigrees de ceux qui, selon elle, méritaient d’être reproducteurs. Elle a décidé de ne rien dire et de le faire à sa façon. Cela ne valait pas la peine de défier ou même d’embarrasser Henry Holmes sur quelque chose d’aussi mineur.  Elle avait besoin de gagner leur respect et leur confiance et les mettre au défi sur leurs méthodes de sélection n’était pas une façon idéale de commencer avec eux.

Elle hocha la main en tirant le camion à travers l’ouverture de la clôture.  Ses yeux n’ont pas pu résister à admirer les fesses et les cuisses fermes de David alors qu’ils fléchissait contre le tissu bien usé de son jean en denim pendant qu’il manœuvrait la porte fermée.  Elle était tellement concentrée à l’admirer que le fait qu’il n’y avait pas de véhicule pour l’emmener à la maison a failli passer devant elle. 

Elle a arrêté le camion et lui a crié: « Avez-vous besoin d’un trajet jusqu’à la maison? »

Il hocha la main et agita ses remerciements en se jemant du mieux qu’il pouvait dans ses bottes de cow-boy bien usées, tout en évitant la myriade de trous de boue.

« Je dirais que nous devrions combler les ornières, mais ils reviendraient juste.  Le sol dans ces parties ne s’adapte pas au poids des véhicules que nous traversons.  Je ne vois pas pa se séparer de l’argent pour le paver, cependant », a-t-il déclaré en sautant dans le côté passager de la cabine.

« Qu’en est-il du gravier? » Demanda Theresa.

« Ce lecteur est d’environ trois quarts de mile de long.  Le gravier est moins cher que le pavage, mais cela coûterait quand même un joli sou.  Pa’d préférer dépenser cet argent pour le bétail », a expliqué David.

« Je ne peux pas lui en vouloir », songea Theresa.

« Merci pour l’ascenseur », a déclaré David avec l’un de ses sourires gagnants alors qu’il ajustait son corps dans le siège jusqu’à ce qu’il soit à l’aise.

Son sourire était si chaleureux et amical que Theresa ne pouvait s’empêcher de lui sourire.  Quelque chose à l’intérieur d’elle flottait; un souvenir d’il y a longtemps.  Elle a rapidement concentré son attention sur l’obtention du camion à la maison avec une exposition minimale à l’ornière pendant qu’elle réglait ses émotions à la normale.  Elle avait des inquiétudes à l’inquiétude de tomber sur Jeffrey et de voir ces vieilles émotions faire surface.  Elle n’avait pas réalisé qu’ils sortiraient de la rencontre avec l’un des membres de sa famille.  Traiter avec les Holmes pourrait s’avérer plus éprouvant qu’elle ne le pensait.   Si elle n’avait pas besoin de tous les clients qui venaient à sa rencontre, elle tournait ce camion et le faisait sortir de là.

Henry Holmes s’est penché avec désinvolture contre le porche poste comme il a regardé Theresa tirer le camion jusqu’à l’aire de stationnement et sauter.  Ses sourcils tricotés ensemble.  Il a râlé quand il a vu David sortir aussi. « N’avez-vous pas d’autres choses à faire que de flirter avec Miss Burk? »

« Quelqu’un a dû ouvrir la porte et la laisser entrer », a aboyé David.

--S’il vous plaît, appelez-moi Theresa, dit-elle en s’approchant d’Henry la main tendue.

Quand il a pris sa main mince dans sa grande main usée par le travail, elle a senti une secousse d’électricité à travers son corps. Une fois de plus, les souvenirs de Jeffrey ont inondé son esprit.  Elle a retiré sa main aussi rapidement et discrètement que possible pendant qu’elle rencontrait son sourire avec le sien. Elle a décidé que, bien que Jeffrey et David ont hérité de la plupart de leurs regards de leur mère, le sourire était définitivement celui de leur père.

« Theresa, c’est le cas », a-t-il dit.  « S’il vous plaît, entrez dans mon bureau.  J’aimerais vous montrer à quoi vous allez avoir affaire.

Theresa regarda David se diriger vers les écuries du coin de l’œil pendant qu’elle suivait docilement Henry dans son bureau.  Elle a cherché des signes de Jeffrey aussi discrètement que possible, mais il n’y en avait pas.  Elle posait normalement des questions à son sujet, mais, après la remarque taquine de David, elle avait peur que son intérêt soit trop évident.

Une fois à l’intérieur du bureau d’Henry, Theresa a poussé toutes les pensées de Jeffrey hors de son esprit alors qu’elle se concentrait sur la question à l’étude.  Henry Holmes n’était pas l’éleveur le plus grand ou le plus riche du comté, mais il était très respecté.  Lui faire plaisir irait un long chemin dans la construction de son entreprise.

Theresa passa en revue les papiers de chaque jument avec une minutie qui plaitait et impressionnait Henry.  Elle était bien partie.  Lorsqu’elle s’est sentie convaincue qu’elle comprenait non seulement ce à quoi elle serait confrontée dans les défis de l’élevage, mais aussi ce que Henry recherchait comme résultat, elle a demandé à voir les papiers de l’étalon.  Henry leva un front, mais les alla chercher pour elle.

« Je n’ai jamais eu un éleveur vérifier les papiers du haras auparavant », songea Henry en les lui remettant avec un air de confusion. « En général, il suffit de vérifier les juments, puis de faire le travail. »

« Je connais les habitudes et les histoires de réussite de la plupart des goujons qui valent le coup dans la région. Si je peux voir qui l’a engendré, j’aurai une meilleure idée de la façon de gérer le jumelage », a expliqué Theresa.

Henry dit d’un clin d’esprit, mais j’ai l’intention d’élever les trois juments.

« N’aimeriez-vous pas avoir une idée de quel jumelage créerait un meilleur pedigree? », a-t-elle demandé.

« Cela se fait en vérifiant l’élevage de la jument, pas le haras », a-t-il réfléchi.

« Les deux sont les meilleurs », a-t-elle dit fermement.

« C’est une nouvelle idée, a déclaré Henry avec un haussement d’épaules, mais c’est une idée qui a du sens. »

Theresa s’assit en silence pendant qu’elle versait sur les papiers du haras.  Quand elle les a finalement posés sur le haut du bureau d’Henry et s’est levée, elle a constaté qu’elle était seule.

« Bonjour? » a-t-elle crié par la porte ouverte du bureau.  « M. Holmes?  J’ai fini.

Le silence l’a saluée.

Theresa s’est déchiré le cerveau en essayant de se rappeler si Henry lui a dit qu’il partait et qu’il reviendrait sous peu, ou s’il lui demandait de le rencontrer dans les écuries.  Elle s’est maudite pour son habitude de bloquer le monde chaque fois qu’elle était concentrée sur quelque chose qu’elle considérait comme important.

Alors qu’elle se tenait dans l’embrasure de la porte ouverte, elle s’est rendu compte qu’elle avait une décision à prendre.  Doit-elle entrer dans la maison principale et chercher Henry, ou doit-elle se diriger vers les écuries.  Après l’avoir appelé une fois de plus, elle a décidé qu’il n’y avait aucune raison pour qu’elle envahisse sa maison privée à sa recherche.  Elle est revenue à son bureau pour s’assurer que les papiers étaient bien rangés et sûrs.  Elle a pris soin de les placer dans une pile soignée sous un livre - au cas où quelqu’un ouvrirait la porte et ils soufflaient - et se dirigerait vers la porte.

Le temps s’était à nouveau détériavé alors qu’elle était occupée à inspecter les pedigrees.  Le vent s’était levé au point de gagner l’étiquette de sévère.  Elle s’est précipitée vers son camion et a tiré un slicker de pluie derrière le siège de la cabine allongée. Elle frissonna en le glissant et s’interrogea sur son raisonnement, car elle était déjà trempée par la pluie battante.

Sur une note plus lumineuse, l’averse torrentielle de Dame Nature retirait progressivement la boue de son camion.

Saisissant son appareil photo de la boîte à gants, elle l’a rangé sous son lisseur et s’est précipitée vers les écuries.

L’odeur de la chair de cheval, du foin et du fumier remplissait les narines de Theresa.  C’était comme du parfum dans une bouteille pour elle. Elle s’est immédiatement détendue. Elle était à nouveau dans son élément.

 « On dirait que nous sommes dans une autre tempête du Montana », vint une voix qu’elle avait entendue tant de fois quand elle était jeune.

fille entichée qu’elle n’oublierait jamais.

Son cœur a sauté un battement et elle a aspiré dans l’air quand elle a mis un nom à cette voix trop familière.  Jeffrey Holmes.

Theresa ferma les yeux pendant qu’elle luttait pour calmer le battement de son cœur à un rythme normal. Qu’est-ce qui l’a hantée tant chez Jeffrey Holmes ?  Après tout, elle n’était qu’une fille de douze ans quand il lui a brisé le cœur, si le cœur d’une fille pouvait même être brisé à cet âge.  Son engouement pour lui n’était sûrement que cela, le romantisme d’une petite fille qui s’éloignait d’elle. Pourtant, quinze ans plus tard, elle se tenait là, adulte saine d’esprit, réagissant au bruit de sa voix comme si elle était encore cette petite fille. Après toutes ces années de séparation, il avait encore le pouvoir d’éveiller en elle quelque chose que personne d’autre ne pouvait.

« C’est Madeline Burk, n’est-ce pas? », a-t-il demandé.

« Juste Theresa », dit-elle en respirant profondément, en collant un sourire sur son visage et en se retournant lentement pour le regarder.

« Cela fait longtemps, Theresa », a déclaré Jeffrey.  « J’aidais votre père autour du ranch. Je m’appelle Jeffrey.  Vous souvenez-vous de moi?

Theresa voulait crier: « Comment pourrais-je t’oublier?  Tu m’as brisé le cœur et il n’a jamais guéri. Au lieu de cela, elle a tranquillement réussi à dire: « Oui. »  Ses yeux s’écarquinaient alors qu’elle prenait la vue devant elle.  Jeffrey était adossé au côté d’un décrochage, caressant le nez d’un énorme gris.  Son corps était caché derrière un long imperméable gris foncé. Son collier a été retourné pour couvrir la moitié inférieure de son visage, tandis que le chapeau qu’il portait était bas sur son front.  Seuls ses yeux bleus obsédants, dont elle se souvenait si bien, étaient exposés.

« Il ne pleut qu’à l’extérieur », a déclaré Theresa d’un ton qu’elle espérait voir léger et taquin.

« Pardon? » Jeffrey a dit avec une confusion évidente.

« Votre tenue », a-t-elle offert. « Il ne pleut pas ici. Je pense que vous êtes en sécurité.

« Je déteste la pluie », répondit-il tranquillement sans faire un geste pour révéler plus de sa chair. « J’espère que je ne vous ai pas fait attendre longtemps.  Mon père ne me pardonnerait jamais l’impolitesse.

« Je viens d’y être entrée », dit-elle doucement.

Jeffrey n’a rien dit alors qu’il se tournait pour s’éloigner.  Theresa attrapa un soupçon de fanfaronnade sous son épais trench-coat.  Il était allé quelques mètres avant d’appeler par-dessus son épaule: « Si vous me suivez, je vais vous montrer les juments. »

Son front s’est plié alors qu’elle marchait solennellement derrière lui vers les stalles qui retenaient les juments, l’étudiant pendant qu’elle le faisait.  Comment allait-elle se concentrer sur les juments et le haras tout en se tenant à côté de lui?  Même camouflé, son corps irradiait d’un sexy écrasant qu’elle trouvait dévorant.

Quand ils atteignirent la section des écuries qui abritaient les juments, il retira le protecteur de pluie de son chapeau, puis ensevola son manteau; accroché les deux à un crochet à proximité.  Passant ses mains à travers ses cheveux avant de retourner son chapeau à sa tête, il a pointé un autre crochet et l’a offert à son usage si elle voulait se débarrasser de son propre imperméable. Comme elle allait être là pendant un certain temps, elle a suivi sa suggestion et a haussé les épaules hors de la nappe de pluie.

Lorsqu’elle était libérée de l’équipement encombrant, elle a fait de son mieux pour attirer son attention vers la jument dans le premier stand où il l’a emmenée. Comme elle s’y attendait, il était difficile de se concentrer avec lui si près. 

Si c’était possible, il ressemblait encore plus à dieu qu’elle ne s’en souvenait.  Ses muscles maigres et tendus contre les manches de sa chemise à carreaux de style western et son jean en denim délavé d’une manière qu’elle pensait profondément séduisante.  Ses cheveux foncés se plumes sur ses oreilles, attirant l’attention sur ses lobes parfaits qui appelaient à ses lèvres d’une manière provocante.  Elle était tellement absorbée par le fait d’être près de lui que ses paroles pénétraient à peine ses oreilles.  Si elle n’avait pas savouré les mouvements de ses lèvres fermes et minces pendant qu’il parlait, elle lui aurait manqué de lui demander ce qu’elle pensait de la jument qu’elle était censée voir.

La prise de conscience soudaine que sa convoitise pour Jeffrey menaçait de compromettre l’avenir de son entreprise était comme un seau d’eau glacée sur son visage et elle est revenue à la réalité. Elle avait besoin de reprendre le contrôle de son corps et de la situation avant que les choses ne soient trop foutues pour être réparées.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status