Share

UNE FILLE 👸 PARFAITE ET UN MAUVAIS GARÇON 🤵
UNE FILLE 👸 PARFAITE ET UN MAUVAIS GARÇON 🤵
Author: Chronique de Caro Line

CHAPITRE 01

J’ai toujours détesté les réveils, enfin théoriquement le réveil n’est qu’une étape obligatoire dans notre journée mais me réveiller sans que mon corps ait décidé qu’il avait eu assez de repos, voilà ce qui me dérange.

Malheureusement c’est ce qui m’arrive environ six jours sur sept depuis que j’ai Netflix et que les épisodes défilent sans que j’ai à retirer mes bras enfuis dans mes couvertures. Je n’ai pas l’intelligence de me dire « éteins moi cet ordinateur, il sera encore là demain », non et même si chaque jour je regrette d’avoir eu une nuit de cinq heures je recommence le soir même. Ce n’est pas ma faute c’est celle de Netflix et ne commencez même pas à me dire « tu as le choix », vous savez bien que c’est faux parce qu’on veut tous savoir qui a tué Jason Blossom dans Riverdale, on sait tous combien on a envie de voir où Will dans Stranger Things et qui est exactement Onze ou encore répondre à la question essentielle de Jane The Virgin, à savoir : « BORDEL EST-CE QU’ELLE VA FINIR AVEC RAPHAËL ? » , enfin bref vous l’aurez bien compris ce n’est pas ma faute.

N’empêche que je suis crevée quand je me lève ce matin, que j’ai envie de me retourner me coucher quand ma mère me hurle qu’il reste seulement 15 minutes avant qu’elle ne quitte la maison. J’habite à une demie heure à pieds du lycée donc si elle ne me dépose pas, je serai à 200% en retard, mais bref ce n’est pas intéressant à savoir. Il faut juste retenir que je suis en retard ce matin, comme tous les matins d’ailleurs.

Je suis encore à moitié endormie quand je sors de la salle de bain pour me diriger vers ma chambre, ma mère est là, prête, habillée, coiffée, une tasse de café à la main et muni de son regard « ça suffit », elle me dévisage de haut en bas et déclare d’une voix lasse :

- Je pars dans 15 minutes et tu es encore en pyjama ? Sérieusement ? Je t’ai réveillé il y a plus d’une heure Zoey.

Je me frotte les yeux et lui réponds

- Je colmatais dans mon lit et je t’ai dit qu’il me fallait un réveil. Comment veux-tu que je sache si je suis dans les temps autrement ?

Elle saisit son portable dans sa poche et le brandit devant moi :

-Tu vois, les gens de nos jours utilisent ça ! C’est un outil qui te sers à un tas de trucs comme être joignable et utiliser ton réveil ! Il me semble que tu en as même un !

Je passe devant elle et hausse les Ă©paules :

- Je ne suis pas une jeune fille connectée et tu devrais être heureuse que je valorise le contact humain maman !

Elle roule des yeux alors que je suis devant la porte de ma chambre et réplique ironiquement :

- Dans 15 minutes soit prête ou je sors sans toi et tu verras que favoriser la marche comme à l’époque de mes grands-parents c’est très beau aussi ma fille.

Je ris légèrement en entrant dans ma chambre pour me préparer. Je choisis une tenue simple, je m’habille toujours de façon simple, pas ne sweat mais je ne me démarque pas par mon style comme peuvent le faire mes amies. Un chemisier, un short pas trop court pour ne pas appartenir aux « filles faciles », des converses blanches et je suis prête. Je souligne mes yeux verts avec une touche de crayon et relève mes cheveux en un chignon haut. Après avoir attrapé ma sacoche en cuire que je traîne depuis le début du lycée et mon portable sur ma table de nuit, je quitte ma chambre qui ressemble encore à un sanctuaire de petite fille en me disant que je dois vraiment refaire la déco.

Maman m’attend dans l’entrée quand elle me voit elle ouvre la porte et me tend une pomme :

- Tu as pris 20 minutes.

Je lui fais un clin d’œil en attrapant le fruit qu’elle me tend :

-Et tu m’as attendu.

Je consulte mon téléphone après être dans la voiture, j’entends vaguement ma mère parler d’un camion de déménagement mais je ne l’écoute qu’à moitié, trop absorbée dans le message de Lucas, mon petit copain :

- Alloooo Zoey je te parle !

Je range mon portable et reporte mon attention sur ma mère :

- Excuse-moi je devais répondre ? Tu disais ?

- Peu importe ce que je disais, de toute façon tu ne m’écoutes jamais, ça me donne un sacré coup de vieux, j’ai l’impression d’être…

- Tu veux dire veille ?

Elle fait le moue toujours concentrée sur la route :

- Ouais je pense que c’est ce que je voulais dire…

- Mais non Maman, tu es une mère célibataire de 34 ans, tu n’es pas veille !

- C’est censé me rassurer ?

Je réponds avec enthousiasme :

- BIEN SÛR QUE TU ES UNE MAGNIFIQUE CÉLIBATAIRE DE 34 ANS !

Elle me dévisage et plisse les yeux :

- Hum qu’est ce que tu veux me demander ?

Je joue la carte de l’innocence :

- ABSOLUMENT RIEN !

- Tu en es bien sûre ?

- Bon ok, alors voilà, j’ai interro de maths jeudi et j’ai besoin d’aide pour réviser, Lucas n’a pas entraînement ce soir alors je me demandais s’il pouvais venir à la maison pour m’aider ?

Nous sommes devant le lycée quand elle répond :

- C’est ok pour moi à condition que vous ne procréiez pas d’enfant, j’ai fait le teste, être mère à 17 ans, c’est compliqué vraiment.

Je roule des yeux et l’embrasse sur le joue :

- OK c’est gênant, merci beaucoup et bonne journée maman.

Je sors de sa voiture et me dirige vers les portes du lycée quand ma meilleure amie déboule sur moi telle une furie :

- Zoey ! J’ai quelque chose à te – Elle est coupée par l’arrivée de Lucas qui vient directement m’embrasser pour me saluer :

- Hey ma princesse

Je lui souris légèrement en essayant de mettre Émilie le moins à l’écart possible, ce qui n’est pas facile sachant que lorsque Lucas est là, il prend toute la place :

- Tu vas bien ?

- Ça va et toi ?

- Ça va, alors tu as vu avec ta mère pour ce soir ?

Je hoche la tĂŞte :

- Oui, c’est ok, tu peux venir.

Avec un sourire satisfait, il me répond :

- Parfait, on se voit plus tard, je t’aime babe.

Il m’embrasse à nouveau et s’éloigne, Émilie se racle la gorge :

- C’était gênant.

Je serre la lanière de ma sacoche et réponds :

- Je sais et il faut que je le fasse quelque chose. Je crois que je vais lui dire ce soir …

Elle acquiesce :

- Ouis mais ce n’est pas ça qui est gênant, ce mec m’ignore TOTALMENT comme si j’étais tout à fait invisible, demande-lui pourquoi.

Je ris faiblement d’un rire sans joie :

- Imagine juste la scène « Bon Lucas, je crois qu’on devrait en finir tous les deux, mais juste j’aimerais comprendre pourquoi est-ce que tu ignores Émilie ? Elle est pourtant cool »

Elle balaie l’air de la main :

- Ça passe super bien, tu devrais aussi lui dire que son ancienne coupe de cheveux lui allais beaucoup mieux !

Je secoue la tĂŞte :

- Tu es folle ! Mais dis-moi, tu avais un truc Ă  me dire ?

Elle claque ses deux mains entre elles alors qu’on est devant ma salle de cours :

- Oui ! Il ya un nouveau ! Dans le lycée !

~

Il y a un nouveau, chez nous avoir un nouveau c’est comme une attraction, c’est rare et tout le monde en parle. À ma connaissance, il n’y a eu que deux nouveaux dans notre petite ville de Floride sur toute ma scolarité, un garçon du nom de Clarke qui n’est resté que quelques mois avant que sa famille ne se décide à déménager et Liara qui habite Blindell depuis déjà 2 ans mais qui n’a aucuns amis, j’ai eu l’occasion de parler avec elle quelques fois mais comment expliquer à quel point notre petite ville d’apparence chaleureuse méprise les étrangers ?

Si vous êtes un américain comme Donald Trump les aime n’ayez crainte, Blindell vous aimera mais si vous avez le teint légèrement hâlé, une peau basanée, vous serez à coup sûr rejeté par la ville.

Quand bien même, une minorité s’acharne à faire en sorte que vous soyez intégrés le reste de la ville, les influenceurs comme le capitaine de l’équipe de foot ou les cheerleaders ou même le Maire du coté des adultes ont le fin mot et le plus d’impact. C’est réel c’est le monde tel qu’il est dans cette petite ville.

J’ai appris au court de la matinée que le nouveau en question est mon voisin, maman devait me parler de ça ce matin quand j’étais absorbée par mon téléphone, il vit donc dans l’énorme maison à côté de la mienne avec son père et son frère, toutes ses infos je les ai récolté pendant mon cours d’histoire ou j’étais à côté de Chad, un ami d’enfance avec qui j’ai grandi.

Parlons de Chad, à la base je l’ai rencontré grâce à ma nounou, Maria, qui était également la sienne quand on était gamins, on a donc passé les premières années en couche culotte ensemble comme un frère et une sœur et notre relation n’a pas tellement changé même si on s’est un peu éloigné avec les années, c’est un véritable ami. Nos parents sont amis, on se retrouve parfois pour le nouvel an, c’est cool, Chad est cool.

La sonnerie indiquant l’heure du déjeuner est ma préférée après celle qui indique la fin de ma journée, quand elle retentit je pousse un soupire de soulagement en sortant de mon cours de maths pour rejoindre mes amies à la cafétéria, je pensais à autre chose en me dirigeant vers la cantine si bien que je ne regardais pas ou je mettais les pieds et marcha sur quelque chose .

- AĂŻe !

J’ai marché sur quelque chose, quelque chose de vivant, d’humain, je baisse la tête et découvre sous ma semelle une main :

- Oh désolé, désolé ! Je suis vraiment désolée, je ne regardais pas devant moi !

- Ça va, ça va je ne suis pas en sucre !

Je regarde le gars à qui je viens d’écrabouiller la main. Il se redresse :

- Non en effet.

Non croyez moi, il n’a pas l’air en sucre mais plutôt en muscles et il est à en croire sa mine renfrognée, de mauvaise humeur aussi :

- Regardes oĂą tu mets les pieds la prochaine fois, tu seras mignonne.

Il dit ça d’une voix plate et froide je réponds en tenant fermement la lanière de ma sacoche :

- Eh bien, les gens normaux ne s’asseyent pas par terre généralement..mais oui je suis dés..

Il lève un de ses sourcils qui encadre deux yeux gros vert et me demande ( me coupant la parole) :

- Oui, les gens normaux comme ceux de votre ville peut-ĂŞtre ?

Et là j’ai su qui il était ! Je ne connais pas tous les élèves du lycée mais il semble différent, son teint naturellement mate et il n’as pas le style vestimentaire des élèves de l’établissement qui sont tous des copies des autres.

Il semble tout droit sortie d’un film « sexy dance « je secoue la tête légèrement et lui tends ma main :

- Oh tu es le nouveau ! Salut ! Je suis Zoey et au passage ta voisine ! Tu cherches peut-être ta salle ? Ou le réfectoire ?

- Non

Il partit comme ça en me laissant en plan. Je n’ai pas l’habitude d’être traitée comme ça, ça me donne presque envie de..après tout je m’en fous de ce gars et puis il est nouveau, il vit peut-être mal son déménagement et son premier jour ici n’a pas dû être super facile alors je mets son manque de respect sur ça et reprends ma route vers mon déjeuner et mes amies.

~

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status