Share

Chapitre 3.

3.

     Yanissa avait vingt-quatre ans à l’époque. Elle était très brune et avait de très belles formes. 

Elle n’était ni mince, ni grasse mais au milieu.

Ses formes et sa beauté rendaient fous tous les hommes qui la voyaient, ou presque…

     Elle était une jeune femme très intelligente comme son père mais, très capricieuse contrairement à lui. Elle pouvait bouder pour un oui ou pour un non. Elle n’était pas patiente, quand son père lui promettait quelque chose par exemple, son sang chauffait et elle voulait à tout prix l’avoir. Yanissa était aussi méprisante et elle méprisait plus les gens qui étaient dans une classe sociale inférieure à la tienne. Son père lui avait demandé de ne plus le faire mais, en vain puisqu’elle continuait. Elle ne l’écoutait pas et elle faisait seulement ce qu’elle voulait.

     Elle aimait être entourée de ses ami(e)s et elle aimait faire la fête. Rien ne la rendait plus heureuse euh si, il y avait quelque chose, ou plutôt quelqu’un avec qui elle aimait bien passer du temps: C’était son petit ami Bosh!

     Bosh avait vingt sept ans et c’était un homme excessivement mignon qui ne laissait aucune fille indifférente. Il avait le physique parfait selon toutes les filles qui avaient l’habitude de le voir ne serait-ce que dans la rue.

Il était bien grand, il faisait 1m90 contrairement à Yanissa qui faisait plutôt 1m68. Il était très brun comme elle et il avait une barbe noire et toujours bien  soignée. Il n’était ni gros, ni mince. Il était baraqué et Yanissa adorait ça.

     Bosh n’était pas dans le même milieu social que Yanissa, il était en dessous d’elle mais, c’était un homme bien stylé qui vivait quand même dans un bel appartement. Il avait de l’argent grâce à ses petits business qu’il faisait par ci par là et surtout, grâce à ce que Yanissa lui donnait aussi.

     Alors quand Marco se tourne pour la saluer, il la voit et il est d’abord étonné par son incroyable beauté. Les battements de son coeur s’accélèrent d’abord mais, il revient vite à la réalité « c’est la fille du boss et puis, elle ne voudra jamais d’un homme comme moi ».

Quand il finit de se dire ça intérieurement, il la salue.

— MARCO : Hmmmm bonjour Yanissa, tu vas bien j’espère?

     Yanissa plie son visage et attache ses lèvres… Elle regarde son père et elle lui dit:

— YANISSA : Mais papa, il me tutoie là! Il est sérieux?

     Le boss secoue la tête car il ne sait plus quoi faire de sa fille puis, il a dit:

— LE BOSS : Tu es ma fille et je t’aime mais tes caprices commencent à me saouler. C’est un homme plus âgé que toi et tu veux qu’il te tutoies? En tant que qui? Non mais on est où là?

     Il a dosé la table de son bureau en grondant Yanissa puis, il s’est levé et il s’est excusé auprès de Marco.

— LE BOSS : Je suis navré car tu assisteras souvent à ce genre de scène entre elle et moi!!!!

     Il a regardé Yanissa un genre et il est allé s’asseoir.

— YANISSA : De toutes les façons, c’est toujours moi la fautive dans l’histoire! Elle a claqué la porte et elle est partie. Le huit de la porte a fait sursauter Marco, le pauvre Marco!

     Le boss ne savait plus quoi dire. Il a seulement fait signe à Marco d’aller l’accompagner à la fête et Marco a exécuté.

     Il est descendu et il a trouvé Yanissa en train de faire le choix de la voiture qu’elle voulait qu’on l’accompagne avec. Il s’est approché d’elle…

— MARCO : Je suis désolé pour tout à l’heure, ce n’était pas dans mon intention de vous mettre mal à l’aise!

— YANISSA : Stuip! Je préfère cette voiture, va donner son matricule à la secrétaire pour qu’elle te donne la clé et dépêche toi!

     Marco n’a pas bronché et il est parti, le croit meurtri et attristé; Pas à cause du comportement de Yanissa envers lui mais envers elle-même. Elle était très belle et elle avait tout, sauf ce qui fait réellement le charme d’une femme : l’humilité! Il a dit « Seigneur touche cette fille pour son propre bien, amen » dans son cœur avant d’arriver près de la secrétaire.

     La secrétaire était d’humeur ce jour. Elle signait des papiers en sifflotant et en secouant sa tête..

— MARCO : Bonjour, j’aimerais avoir la clé de la voiture dont le matricule est … s’il te plaît!

— D’accord ça marche cher collègue! Tu peux m’appeler Olivia hein.

— MARCO : Ah d’accord Olivia! Je vois que tu es d’humeur aujourd’hui, pas comme la dernière fois…

— OLIVIA : Oublions ça, tu veux bien?

— MARCO : D’accord! 

     Elle a tapé le matricule dans l’ordinateur et ça lui a donné le numéro de la boîte où était la clé et elle est allée la chercher. Elle est revenue avec la clé et elle l’a donnée à Marco.

— OLIVIA : Tiens!

— MARCO : Merci bien!

     Il est allé voir Yanissa. Il a mis l’adresse du lieu de la fête sur le GPS et ils sont partis.

Elle était assise devant avec lui donc, quand il a mis une chanson du village, elle a directement changé pour mettre un truc urbain!

— YANISSA : Nous sommes en ville ici et non au village d’ailleurs, dès qu’on arrive tu restes dans la voiture, ne sors même pas! Je ne veux pas que mes gens me voient avec quelqu’un comme toi…

     Marco a souri puis, il a secoué la tête en disant:

— MARCO : Si tu le dis!

— YANISSA : Pardon?

     Marco n’a pas répondu.

     Ils ont continué leur chemin et pendant ce temps, Jules avait déjà rejoint le marché.

Ce jour-là, il avait décidé de se rendre à la gare pour porter les bagages des gens qui ne vivaient pas loin de là pour aller les déposer chez eux. Les bagages pesaient mais il n’avait pas le choix. Il les mettait sur sa tête et il faisait l’effort de marcher rapidement afin de vite arriver pour aller chercher d’autres clients.

     C’est comme ça qu’il faisait. Il pouvait être pousseur aujourd’hui, vendeur de balade demain, porteur de bagages bref il touchait plusieurs points pour pouvoir survivre.

Il avait espoir qu’un jour, tout irait bien dans sa vie d’ailleurs ce jour quand il est arrivé à la gare, il a pensé à Marco et il a souri en disant « Ô Yes, mon bro a briss « réussi », il doit être dans une dure voiture actuellement, je suis content pour lui ».

     Pendant ce temps, Marco et Yanissa venaient dériver à la fête.

     Il est sorti et il lui a ouvert la portière et elle est sortie.

— YANISSA : Maintenant retourne dans la voiture s’il te plaît!

— MARCO : Vous savez conduire n’est-ce pas?

— YANISSA : Mon père peut gérer une entreprise de voitures et moi sa fille je ne sais pas conduire? Et puis, c’est quoi le rapport?

— MARCO : Vous savez conduire, pourquoi ne pas venir seule afin que personne ne soit à vos côtés? Donc vous pensez vraiment que je peux venir ici pour rester dans la voiture? 

     Il a fermé les portières et il les a verrouillées.

— MARCO : Je vous suis!

     Ils étaient déjà dans une grande barrière et le gardien avait déjà fermé le portail jusqu’à retourner à l’intérieur de cette grande et gigantesque maison…

Yanissa a commencé à pousser Marco en lui demandant de sortir.

— YANISSA : Non mais tu t’adresses à qui comme ça? Sors! Ne reste même plus dans la voiture, n’importe quoi!

     Elle était devant lui avec sa petite taille et elle le poussait en vain puisqu’elle n’y arrivait même pas! Il était figé comme un poteau…

— MARCO : Dès que tu finis de t’agiter comme lèvent tu me dis on entre!

      Ce n’est pas que Marco la traitait bizarrement hein, mais il le faisait pour qu’elle sache que même si elle arrive à faire chier les gens, elle n’arrivera jamais à me faire chier lui.

En plus, il était son aîné de six ans et il ne pouvait pas la laisser le piétiner comme du n’importe quoi!

     Elle a pris son téléphone et elle a appelé son copain Bosh.

— YANISSA : Hey mon Boshou, tu vas bien bébé? Tu es déjà là?

— BOSH : Oui et je suis même à l’intérieur… Tu es où depuis?

— YANISSA : Pardon sors un peu tu viens me voir. Il y a le nouveau chauffeur qui veut jouer le bras de fer avec moi.

     Après avoir dit ça, elle a raccroché net elle a croisé les gens en tapant l’un de ses pieds au sol. Son sang chauffait vraiment.

— YANISSA : On va voir ça aujourd’hui!

— MARCO : Moi aussi j’attends de voir, j’ai hâte tu sais…

     Elle n’en pouvait plus. Elle ne supportait pas quand quelqu’un ne cédait pas à ses caprices alors, elle est venue en face de lui pour le gifler mais il a arrêté sa main.

     Il s’est baissé pour que leurs visages soient bien proches et il a dit:

— MARCO : Ce qui fait la beauté d’une femme, c’est le respect et l’humilité et non sa beauté physique. À ton avis, pourquoi est-ce que les belles femmes comme toi ont du mal à se caser aujourd’hui dans un mariage? Il y a que les femmes moins belles physiquement qui le font car ce qui retient un homme, c’est le caractère de la femme! Bon, je vais aller dans la voiture, va t’amuser avec ton Boshou!

     Il a poussé sa main et il est allé dans la voiture. C’est quelques minutes plus tard que Bosh est sorti et Marco ne l’a pas vu puisqu’il avait posé en front contre le volant.

— BOSH : Où est-il?

— YANISSA : Laisse tomber…

     Ils sont allés à l’intérieur et pendant tout ce temps, Yanissa n’a fait que penser aux dires de Marco concernant les femmes belles physiquement qui ont du mal à se caser dans un mariage et ça lui a rappelé quelque chose…

     À suivre…

     

     

     

Related chapters

DMCA.com Protection Status