Ma femme Djennah
Ma femme Djennah
Author: Kadidja chro
Episode 1

  Episode 2: Ma femme djennah.

   

                ***Auteure ***

Le lendemain...

Au petit matin, William s'était réveillé plus tôt afin d'impressionner sa bien aimée dans le but de  mettre fin à ce froid qui règne au sein de leurs union.

C'était aussi la première fois qu'il restait à la maison le matin depuis qu'il s'était lancé dans la recherche d'un boulot.

Il quitta le lit dans la plus grande discrétion pour ne pas réveiller Djennah qui était dans un profond sommeil l'aire toute fatiguée.

Il prit quand même  le soin d'embrasser son frond comme à son accoutumé avant de maintenant se rendre dans la cuisine après sa toilette matinale dans l'espoir de confectionner un petit déjeuner copieux à sa bien aimée.

  

                         ***William Oka***

Je termine enfin et dresse la table puis vérifie si tout est parfait.  Je reste hésitant.  Après 2 coups d'oeil , je me résigne enfin à me rendre dans la chambre. Djennah et moi ne nous nous presque jamais la tête jusqu'à ce stade. J'avoue qu'elle a parfaitement le droit de ressentir de la jalousie mais j'aurais préféré qu'elle le dise plus clairement au lieu de profiter du moment où je la réprimandait de se faire passer pour une mendiante de la sorte dans son état. J'ai perdu mon boulot cest vrai mais pas ma dignité. Nous ne sommes pas aussi fauché. Cet imbéciles paiera de m'avoir nargué comme ça de toute façon.

J'ouvre et la retrouve devant le miroir entrain de se faire une beauté.  Elle baisse les yeux après avoir vu mon reflet.

Je soupire et me rapproche de sorte à être derrière elle alors qu'elle garde toujours les yeux baissés. Je lui donne un bisous sur la joue et un suçon dans le cou qui réussit à arracher un souris sur son visage magnifique. Je caresse son ventre puis lui tends la main.

Moi: Viens on déjeune.

Djennah : Je n'ais encore rien cuisiné malheureusement.

Je souris.  Elle comprend directement.

Djennah: Tu as cuisiné ?

Moi: Oui. Uniquement pour me faire pardonner de t'avoir crier dessus hier. Je ne me suis pas contrôlé.

Djennah(gênée): Je m'excuse également. Je voulais juste t'aider avec les charges de la maison. Mais je n'avais vraiment pas l'intention de me faire passer pour une mendiante.  Je voulais juste du travail.

Moi(souriant): N'en reparlons plus. C'est oublié. J'espère juste que tu as retenue. Maintenant lève toi le plat risque de refroidir.

Un sourire étire ses lèvres.  Elle finit par me tenir la main . Nous nous mettons à table et dégustons dans une ambiance différente de celle d'hier soir.

19h...

Je suis déjà prêt pour mon nouveau boulot nocturne.  J'embrasse Djennah une fois de plus avant de quitter la maison. Je marche dans le but de trouver un taxi mais ceux que j'arrête n'approuvent pas le prix que je propose alors que je nai pas assez d'argent pour le prix qu'ils exigent.

Une BMW rose gare près de moi et baisse la vitre. J'ai directement droit à un sourire venant d'elle. Je me souvient tout de suite de ma dispute avec Djennah la concernant. Je lui rends son sourire en me posant des questions intérieurement. Que fait t-elle ici ?

Eunice: Salut ! Montes je suis venue te chercher.

Moi: Tu n'aurais pas dû te faire autant de peine. Je me serais débrouillé. 

Eunice:  Ça ne me dérange pas. Je sais à quel point c'est compliqué  ici. Maintenant trêve de bavardage et viens. La route est assez longue.

Je soupire et monte dans la voiture.  Je dois avouer qu'elle me sauve quand même. Mais si elle  savait à quel point je craignais d'être aperçus par Djennah avec elle dans cette voiture.

Djennah ne supporte pas de me voir si proche d'une personne de sexe opposé et cela depuis que nous étions juste fiancé.  Je me souviens encore de la bastonnade qu'elle a elle même donné  à Malika mon ex collègue avant notre mariage car elle trouvait que cette dernière m'étais assez collante.  J'ai bien peur pour Eunice.

...

C'est la petite tape d'Eunice qui me ramène à moi. Je regarde mon téléphone et vois marqué 20h09.

Eunice: Tu vois ?

Moi: Quoi ?

Eunice : Le temps que nous avons mit.

Moi: Oui je vois tu avais raison cest vraiment long.

Eunice : Alors on descend ?

Moi : Oui après toi.

Nous descendons tous les deux au même moment.  On pouvait entendre la musique depuis l'extérieur.  C'est un grand bar . Nous avançons. À peine elle ouvre la porte que nous sommes accueillis par de fortes odeurs de cigarette,  alcool...

Il y avait même des jeunes gens mais la plupart était des adolescents.

Eunice m'attrape la main. Un geste qui me choque d'ailleurs et me mets mal à l'aise. 

Je sens une force sur mon épaule. C'était un jeune homme qui venait de me bousculer sans prendre la peine de retourner s'excuser.  Les gens sont aussi mal élevés dans cet endroit. Je vois Eunice qui essaye de dissiper une gêne comme si elle avait lu dans mes pensées.  Je retire doucement ma main de la sienne.  Cette fois elle est de plus en plus gênée.  Elle s'excuse et me conduit dans une pièce. On n'entend presque pas de musique étant dans cette pièce. 

Elle s'assoit au bout d'une grande table et me demande de faire pareil à l'autre bout.

Des personnes habillées de la même tenue sûrement des employés entrent dans la pièce après que Eunice ait manipulée son téléphone pendant au moins une minute. 

Presque toutes les chaise étaient occupées en moins de deux minutes. C'est ainsi que je remarque une montre portable sur le poignet de chaque personne qui entrait sans la pièce. C'était donc par ça qu'elle a réussi à faire convoquer au même moment tout le personnel. Ils ne s'éloignent jamais de la montre on dirait.

...: Nous sommes déjà là depuis 2 minutes  et tu as toujours les yeux rivés sur ton téléphone alors que les clients

Eunice: Comme vous le constatez , Nous avons un nouveau dans l'équipe. William travaillera avec nous à compter d'aujourd'hui pour la progression du bar. Il occupera le bar du haut et toi Nil tu occupera dès maintenant celui du bas uniquement. Tu n'aura plus à t'occuper des deux côtés. Ce qui revient donc à dire que ton salaire sera réduit de 160milles tu passe à 80 milles. Le salaire normal d'un Barman ici.

Nil en question se lève tout gonflé de rage . Il arpente la table et sort de la pièce et revient quelques minutes avec un ensemble comme le sien et une montre portable. Je comprends tout de suite que cet ensemble était le mien lorsque Yavan me le tend.

Eunice: Bienvenue dans l'équipe. Ici nous travaillons comme une famille. Pas de querelle ni de rancune...

Je l'écoute finir son discours avant de me prononcer.

Moi: Ne t'inquiète pas. Merci à vous aussi pour l'accueil.  J'espère donner le meilleur de moi.

Ils me sourient tous avant de reprendre leurs postes. Il ne reste maintenant que Eunice et moi dans la pièce. Elle me sourit lorsque nos regard se croisent . Elle se met debout avant de me faire signe de venir avec elle. J'exécute.  Nous prenons les escaliers et arrivons dans un autre espace aussi bondé de monde . On se dirige au bar.

Eunice: C'est ton lieu de travaille ici. Ça te plaît ?

Je contemple le lieu puis souris.

Moi : Oui.

Eunice: Daccord je compte sur toi pour faire du bon boulot. À plus Will !

Je l'observe s'éloigner et me mets au travail. 

....

03h36...

Eunice revient accompagné cette fois de 3 autres filles pendant que je m'apprête à rentrer chez moi. Fin de mon service aujourd'hui. Eunice à dit que  ma présence est demandé ici de 19h à 3h du matin.

Elles me sourient je fais pareil. 

...

J'arrive enfin chez moi à 4h12. Ce boulot est assez épuisant et cet endroit est aussi risqué avec toutes ces personnes qui le fréquente.

Faut être vigilants. C'était le constat fait aujourd'hui. 

                       ***Auteure***

William arrive chez lui avec tant de difficultés puis prend une douche  avant de se mettre au lit en prenant le soin de ne pas déranger Djennah qui était déjà endormie alors que celle ci attendait son mari avec crainte pour lui parler de la visite imprévue de son bienfaiteur d'hier. Il s'agissait de Ronald en question. Celui là même qui n'avait pas manqué de narguer William après avoir fait grâce d'un billet de 2000 francs à  Djennah lors de son apparition au centre commercial à la quête d'un boulot. Il a même prévenu être là  le lendemain  vue que William était absent. Et la peur de l'annoncer à son époux la perturbait énormément.

D'un geste intentionnel,  Will ne manqua pas de faire éclater le pot de fleur au sol ce qui réussi à réveiller Djennah après un léger bruit.

Djennah fixa son mari avec un peu de peine. Cet dernier avait l'air tout fatigué avec les paupières  visiblement lourdes. On pouvait voir de loin à quelle point Will était épuisé  et qu'il avait besoin d'un  bon sommeil pour recouvrer l'énergie.

Elle s'est juste contenté de lui faire un petit bisous puis caresser son visage avant de l'inciter à s'allonger prêt d'elle évitant de lancer une conversation qui sans doute ne prendra fin aussitôt.

Le lendemain...

Après le déjeuner,  Djennah prit le soin d'informer son mari qu'ils auront la visite  de Ronald.

- Comment a-t-il eu le toupet de se rendre chez-moi ? Interroge william tout furax. T'a t-il fait du mal ?

- Non il était plutôt sympa. Pourquoi réagis tu  ainsi ? Je comprends que ça te gêne un peu ce qui s'est passé avec lui au centre commercial mais je ne pense pas que...

- C'est bon on ne le reçoit pas. Dit t'il en espérant mettre fin au sujet "Ronald".

Djennah elle ne faisait que le fixer sans comprendre la haine ressentie par son mari envers Ronald qu'elle trouvait sympa sans savoir ce que ce dernier représentait  pour lui.

Ronald était le cauchemar de Will. Il lui en voulait d'être parmi les meilleurs  dans la boîte. Will était l'un des meilleurs employés de l'entreprise après Ronald. Et c'était un fait qu'il ne supportait pas. Ronald est meilleur et ne supportait de voir quelqu'un être au même niveau que lui. Il rendait la vie dure à tous ces employés  qui étaient eux aussi reconnus pour leur performances comme lui.  Il souhaitais être le seul à être félicité à tout bout de chant. Meilleur ami du chef de l'entreprise, Ronald etait sollicité pour certaines décisions concernant l'entreprise. M Bathélemy trouvait nessecaire de demander l'avis de son ami pour quelque décisions à prendre.

Pourquoi Will évitait Roanld ?

Si Ronald etait l'ami de M Bathélemy alors imaginez vous même le sort de certains employés performant qu'ils ne supportait pas. 

...

Que ne ferait pas ce couple l'un pour le bonheur de l'autre ?

Prenant le dîné dans une ambiance de gaieté, Will lui était tendu même s'il essayais tant bien que mal de ne pas le faire remarquer. Mais même un aveugle pouvait voir qu'il ne supportait pas la présence de Ronald chez lui mais souhaitais faire plaisir à sa bien-aimée.

- Ta femme est un veritable cordon bleu. Permet moi de prendre de temps en temps des cours culinaires avec elle. Lance Ronald sur un ton taquin.

Ils rient tous avant de replonger leurs nez chacun dans  son assiette.

- Will j'ai un ami chef d'entreprise recherchant un employé dans son entreprise. Je peux donc t'aider  à obtenir un entretien pour être peut-être recruté. Je lui parlerai aussi de ta meilleure performances on ne sait jamais. Propose Ronald en se nettoyant la bouche.

Le regard qu'affiche Will etait déjà la réponse. Un refus.

- Tu sais mon ami bien vrai que moi et toi ce n'était pas l'amour fou  auparavant mais je regrette tout le tord que je vous ai causé à toi et certains employés de la boîte. Je m'en veux aujourd'hui c'est pour cette raison que je n'ai pas pus m'empêcher de remettre un billet à Djennah lorsque je l'ai aperçus au centre commercial. Je ne l'ai pas fait parce que je la trouvait comme une mendiante mais parce que je souhaitais vraiment vous aider.  Reprend t'il.

Will: Et tu m'as ensuite contacté pour me narguer pour ce billet.

Ronald: Écoute mon ami ce n'était nullement  mon intention mais s'il te plaît oublie tout et enterrons la hache de guerre et laisse moi t'aider.

Pendant que Djennah souriait rien qu'à l'idée de savoir que son mari obtiendra un nouveau boulot plus respectable et sera aussi loin de cette Eunice qu'elle ne supportais pas, Will lançait un regard de méfiance à  Ronald en se poser mille questions.

Devrait t-il accepter l'aide de Ronald pour mieux préparer l'arrivé de Will junior ou  attendre le temps de Dieu ?

Et si c'était le temps de Dieu qui sonnait ?

Ronald etait t-il sincère lorsqu'il affirmait avoir vraiment regretté son acte impitoyable ?

Toutes ces questions qui traversaient l'esprit de notre cher Will le rendait plus anxieux et confus.

A suivre...

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status