Share

6

L’auberge était étonnamment proche du domaine familial de Duncan. Je me suis vite retrouvé immergé dans une baignoire en cuivre profonde remplie d’eau parfumée à la lavande apaisante,  tandis que la chaleur de la cheminée envoyait des vagues chaudes sur ma chair exposée. 

J’étais au paradis.

J’avais appris de diverses conversations secrètes que la femme pour laquelle ils m’avaient pris pour était Margaret-Jane Bush.  J’ai trouvé cela intéressant puisque mon prénom était aussi Margaret-Jane et que je l’avais raccourci en Jane.  Elle avait raccourci le sier à Margaret.

C’était assez remarquable pour que nous partagions un nom, mais le fait que nous nous ressemrent dépassait les échelles de l’étrange. 

J’ai trouvé un petit portrait de Lady Margaret et j’ai été étonné par la ressemblance. Cela aurait facilement pu être moi qui m’étions assis pour l’artiste.  Non seulement nous nous ressempeons, mais j’ai vite découvert que nous portions la même taille quand Elizabeth m’a aidée à m’habiller pour le dîner. Je me suis émerveillée de l’ajustement de la robe jaune avec une sous-couche orange.  Les délicates fleurs brodées traînaient sur son devant, encourageant l’œil à admirer les pantoufles brodées assorties.  Cela aurait été considéré comme criard de mon vivant, mais tout à fait dans lestyleici.  Après que la perruque de style baroque ait été ajustée à ma tête, je me suis regardé du mieux que je pouvais dans le miroir épais et brumeux et j’ai souri.  Je ressemblais et je me sentais comme la dame qu’ils m’avaient étiquetée pour être.

Je ne peux pas vous dire combien de fois j’ai voulu poser des questions sur l’étiquette de « dame », mais à chaque fois j’ai hésité. Bien que j’étais accepté comme un amnésique dont la mémoire revenait lentement, je ne savais pas jusqu’où je pouvais porter la ruse.  Au lieu de cela, j’ai gardé les yeux et les oreilles ouverts pour des indices verbaux et visuels qui semblaient être partout.

Bien que ce soit la maison de Duncan, j’ai eu l’impression que Lady Margaret y passait énormément de temps.  C’était bien. Cela signifiait qu’elle connaissait Duncan et que mes préoccupations sur la façon de m’approcher de lui étaient terminées.

J’ai été accueilli par Lord Collier alors que je descendais le large escalier incurvé pour le rejoindre pour le dîner.  Il avait amené la fête de l’auberge avec lui et je pouvais les entendre converser joyeusement dans la salle à manger alors que nous approchions.  Personne ne nous a fait beaucoup de préavis alors qu’il me conduisait à mon siège à côté du sien.  J’ai eu un peu de conversation ici ou là alors que nous entrions dans la table en acajou de vingt-six pieds,mais,  en vérité,  j’étais tellement impressionné par la table massive avec ses décors de table exquis et la pièce élégamment décorée qui pourrait probablement s’adapter à tout mon apartment en ce sens que je leur ai accordé aussi peu d’attention qu’ils m’ont accordé.  De toute évidence, le comte était un homme riche et il n’avait pas peur de le montrer.

Alors que je m’installais dans mon siège, il a attiré l’attention sur la table.

« Mes distingués invités,bienvenue  à Lady Margaret de retour à notre table », a-t-il  déclaré d’une voix calme et stable tout en souriant et en hochant la tête vers moi. « Lady Margaret a connu des moments difficiles et a souffert d’amnésie en conséquence. Bien sûr, cela ne durera pas.  Tant qu’elle existera, nous ferons de notre mieux pour l’aider à se rappeler à chaque occasion. »  Il leva son verre et  continua à sourire tout en regardant chacun de ses invités. « Maintenant, un toast à notre bien-aimée, Lady Margaret. »

J’ai levé mon verre en réponse à leur toast et j’ai savouré le vin fruité sucré qui glissait dans ma gorge.  C’était la première boisson de qualité que j’avais bue depuis mon arrivée.  Tout mon corps a répondu par un chaleureux « merci ».  J’étais sur le point de plonger dans la bisque tomate-oignon l’un des serviteurs cuillères  dans mon bol quand mon attention a été captée par un petit bruyant à l’autre bout de la table extrêmement longue.

« Je me fiche  de qui elle est ni de la  chère que mon oncle pense d’elle», souffle une voix féminine aiguë. «Elle avait tort pour la mission et vous le savez. » C’est moi  qui  aurais dû partir.  Bon sang, Samuel, tu sais que c’est moi qui aurais dû partir, mais est-ce que tu parlerais en mon nom ?  Non!  Bon sang, en enfer! »

J’ai suivi les mots jusqu’au bout de la table jusqu’à ce que mes yeux se fixent sur le visage hostile de la petite beauté qui les a crachés sur son compagnon de dîner à proximité.  Même avec sa colère pincée, ses yeux bleu saphir en forme d’amande étincelaient contre les pommettes hautes qui encadraient un nez aristocratique parfait.  Ses lèvres étaient pincées de colère, mais je pouvais dire qu’elles étaient bien formées et probablement un peu moues lorsqu’elles étaient détendues. Ses sourcils laissaient entrevoir des cheveux foncés sous sa perruque élaborée.  Elle aurait fait fureur au théâtre.  Comme j’avais lutté contre des beautés comme celle-ci pour chaque partie que j’avais réussi à gratter, je lui en voulais par principe et les poils remontaient à  l’arrière de mon cou.   

« J’ai un problème? » J’ai demandé avec plus d’autorité dans ma voix que je ne le sentais.

--Ignorez-la, madame, dit l’homme à ma gauche, Lady Lilith ne peut pas dépasser son rejet pour avoir fait le voyage.

« Vraiment? » J’ai demandé.

« Elle croit en sa nomination en fonction du statut noble supérieur de ses ancêtres. Elle est la première à briser cette chaîne et elle ne peut pas la supporter », a-t-il offert.

« C’est compréhensible », ai-je répondu.

« Ce n’est pas vrai, Marcus, et tu le sais! » Lilly a crié: « J’étais la meilleure sélection.  Vous savez tous que je l’étais », dit-elle  en regardant le comte avec un ressentiment évident.  « Je t’ai mis en garde contre elle.  Je suis rentré les mains vides.

Je n’avais aucune idée de cequ’elle voulait dire, mais il était clair que Lady Margaret avait échoué dans sa mission.  Avec quoi était-elle censée revenir ? Mieux encore, où était passée Lady Margaret-Jane Chapman ? 

Il ne m’a pas fallu longtemps pour découvrir les réponses.

Au fur et à mesure que la conversation avançait vers une discussion animée qui frôlait les disputes, il est apparu que Margaret est allée dans le futur pour ramener le fils du comte, Duncan.   Apparemment, Duncan avait succombé aux ruses d’une sorcière et quand il est finalement revenu à la raison et a essayé de se libérer de ses griffes, elle a jeté un sort qui l’a envoyé tourbillonner dans le futur. Comme Duncan ne m’en avait pas parlé, j’ai écouté attentivement et j’ai essayé de donner un sens à l’histoire.

« Tu as l’air confus », me s’est stivée Lilith. « Avez-vous commodément perdu la mémoire de Lord Duncan ? »

--Cela fera l’affaire, rugit le comte, je n’en   aurai  plus à ma table!

« Pourquoi la protégez-vous? »  Lilith gémit alors qu’elle se levait et partait.

« Tu resteras assise, Lady Lilith, et nous dînerons comme le font les gens civilisés.  Je ne permettrai plus aucune critique à cette table.  Est-ce que c’est compris? »  Le comte sonna en claquant  la paume de sa main sur la table pour mettre l’accent.

J’avais assisté à des dîners assez inconfortables dans ma journée, mais je n’avais jamais été au centre du drame.  J’ai essayé d’apaiser mes nerfs en me rappelant que c’était Margaret et non moi qui étais vraiment sous les projecteurs, mais cela ne semblait pas beaucoup aider.  Je voulais être n’importe où qu’à cette table.  Il m’a fallu toute la force nécessaire pour rester assis et participer à la table qui se passait autour de moi.

Je suis vraiment content de l’avoir fait.

Apparemment, Lady Margaret était la future mariée que la sorcière a réussi à empêcher d’épouser Lord Duncan. Margaret, comme moi, était magique.  En fait, tout le monde à la table a touché à la magie d’une manière ou d’une autre.  Il se trouve que Margaret avait un peu plus d’habileté que les autres; à l’exception de Lady Lilith Collier qui prétendait être son égale. J’ai supposé que le sentiment de familiarité que j’avais lorsque j’ai posé les yeux sur Lord Collier pour la première fois était ma reconnaissance de sa magie.  Comme la seule autre personne magique à qui j’avais été exposée était Isabelle, cela semblait une hypothèse logique.

J’ai aussi appris que les parents de Lady Margaret étaient décédés et qu’elle vivait avec la famille de Lord Duncan depuis un certain temps déjà.  Cela expliquait la possessivité du comte à l’égard de sa future belle-fille. Apparemment, sa dame était déjà comme une fille pour lui.  J’ai pris une note mentale pour être très prudent en sa compagnie.  Si quelqu’un se rendait compte que j’étais un imposteur, il était logique que ce soit lui.

Lady Lilith était une autre à surveiller. Ce n’était pas seulement parce qu’elle était un être magique adepte qui avait un os à ramasser avec Margaret, mais parce qu’il s’est avéré qu’elle était la cousine de Duncan trois fois enlevée qui avait également été élevée par lecomte.  Aavait le nez plié lorsque Lady Margaret-Jane Chapman est entrée dans la maison et a usurpé son territoire.

« Combien de fois allez-vous la laisser revenir les mains vides avant de comprendre qu’elle n’est pas pour la tâche? » Lilith cria sur ses compagnons de table, ignorant le commandement de son oncle.

J’ai regardé le comte avec prudence et j’ai regardé son visage tourner de différentes nuances d’écarlate.  Allait-il avoir une crise cardiaque?  J’avais vu un homme à Central Park en avoir un une fois et il avait l’air presque identique au comte en ce moment.  C’était un peu effrayant.

« Elle ira jusqu’à ce qu’elle réussisse et c’est tout ce que je veux dire sur la question », a-t-il déclaré entre les dents serrées.

« Mais ... » Lilith a recommencé à se disputer.

« Non!  Je veux dire la vraie Lilith. Encore un mot de votre part à ce sujet et vous serez bannis dans votre chambre jusqu’à ce que je juge bon de vous permettre à nouveau en notre compagnie.  Suis-je compris? rugit-il.

« Clairement », dit-elle  en reprenant son siège et en ramassant sa cuillère.

Le dîner était exceptionnel.  L’auberge utilisait toujours la fourchette à deux broches,  vous pouvez donc imaginer ma joie lorsque j’ai découvert une fourchette en fer à trois broches dans mon établissement pour m’aider à consommer le sanglier rôti et le faisan.  Bien que grands et encombrants par rapport aux ustensiles de cuisine du futur, ils étaient magnifiquement fabriqués et étonnamment efficaces à utiliser.  Contrairement à l’auberge qui utilisait et réutilisait souvent du pain rassis  -au point qu’il était sage de l’inspecter  à la recherche d’asticots avant de le consommer - pour agir comme un trancheur, le table arborait de belles trancheuses en bois pour manger et des plateaux en étain et avec des gobelets en onyx pour boire. J’étais extrêmement reconnaissant qu’il ait réservé la vaisselle en argent pour des occasions super spéciales,  car je savais que l’argent s’infiltrerait dans ma nourriture et causerait une toxicité. 

Je ne sais pas comment ils ont réussi à créer une cuisine aussi astucieuse dans ce que je considérerais comme une cuisine primitive, mais les  cuisiniers  ont réussi à produire des aliments qui rivalisaient avec les meilleurs chefs et boulangers de Manhattan.   Comme  je pouvais à peine faire bouillir de l’eau et que j’détestais la vue d’animaux morts, je ne peux même pas expliquer à quel point j’étais heureux quand j’ai été dépassé pour la aide-cuisine à l’auberge et mise en service de blanchisserie à la place.

Alors que la conversation autour de la table se détendait, j’ai écouté attentivement pour voir ce que je pouvais apprendre d’autre sur Lady Margaret et sa vie au domaine.  Quand je les ai entendus parler de Lady Vivian Everhoust à l’extrémité de la table, j’ai arrêté de manger et je me suis concentré du mieux que je pouvais sur ce qui se disait.  À mon grand soulagement, d’autres personnes à la table se sont jointes à la conversation et bientôt tout le dîner  a discuté de Lady Vivian et de ses mauvaises manières.  Il était clair qu’elle n’était pas une figure populaire parmi le groupe.

D’après ce que j’ai pu comprendre, ils pensaient que Vivian avait téléporté Duncan à une époque et à un endroit différents et ils ont continué à envoyer Margaret à sa recherche.  Une fois qu’elle l’a trouvé, elle  a prévu d’inverser le sort etde le ramenerà la  maison.  Il était clair qu’ils n’avaient aucune idée que Duncan était un vampire.

« J’aurais aimé me rappeler où je m’étais aventuré à la recherche de Lord Duncan », murmurai-je au comte. « Peut-être que certaines informations me reviendraient. »

« Nos voyants nous disent que Duncan est dans le futur.  Nous t’avons envoyé là-bas », répondit-il doucement avant de lui faire sauter une pomme de terre bouillie dans la bouche.

« Comment le savez-vous?  Je veux dire, les voyants... comment le savent-ils? »   Demandai-je timidement.

J’espérais que je n’étais pas trop évident.

« Cher enfant, ne vous souvenez-vous de rien? » demanda le comte avec surprise.

J’ai secoué la tête.

« Cher, cher, » il tendit la main et me tapota la main, « peu importe. ' C’était un défi de vous envoyer aussi loin dans le temps.  Honnêtement, je ne savais pas si vous alliez survivre au voyage.  Un exploit d’une telle ampleur n’a jamais été tenté auparavant. Ce n’est qu’avec l’aide du grimoire de Lady Vivian que nous avons réussi à nous en occuper. Elle l’a récupéré depuis, bien sûr », a-t-il haussé les épaules.

« Quand? »  J’ai demandé.

« Quand est-ce que ma chérie? » dit-il distrait en coupant sa viande en petits morceaux de la taille d’une bouchée gérable.

« Quand l’a-t-elle récupéré? »  J’ai persisté.

Il a arrêté de manger et a réfléchi un instant.

« Peu de temps après que vous vous s’être téléportés », répondit-il en continuant à attack sa venaison avec enthousiasme.  « Peu importe ...  Nous avons enregistré ce dont nous avions besoin avant que cela ne se produise.  Vous n’avez jamais risqué d’être coincé dans le futur. »

« Connaissait-elle la Lady Margaret ... Je veux dire... était-elle au courant de mon absence?  Avait-elle des détails? »  Demandai-je anxieusement.

Le comte réfléchit une minute.

« Je ne l’ai pas considéré. Hmm.  Si elle avait été consciente que vous avez voyagé dans le temps à la recherche de mon fils, elle aurait probablement jeté un sort pour vous faire oublier. En vérité, si elle était au courant de votre voyage,  je suis surpris que vous s’en sriez rentré de haut niveau », dit-il pensivement.  « Les voies de Lady Vivian sont méchantes, » secoua-t-il la tête avec dégoût, « Je devrais être étonné qu’elle vous laisse vivre. »

Cela m’a brisé le cœur de réaliser  que les chances que Vivian n’ait pas laissé Margaret vivre étaient assez élevées.  Mes émotions se promenaient partout.  Je me sentais triste que Lady Margaret-Jane Chapman ait été victime de la méchante Lady Vivian Everhoust, mais je me sentais aussi triste et confuse de découvrir que j’étais une sonnerie morte pour Margaret.  Lord Duncan et Lady Margaret étaient des amoureux d’enfance et avaient presque réussi à se rendre à l’autel de mariage avant qu’il ne devienne le destinataire d’une attaque de vampire.  Plus d’une fois, il m’avait tenu près de moi et avait juré son amour éternel pour moi, mais était-ce vraiment moi?  Qui a-t-il vu quand il m’a regardé ?  Étais-je juste une trouvaille fantastique pour remplacer l’amour qui lui a été volé? Je n’étais pas sûr et la possibilité que cela me brise le cœur. 

Cela m’a soudainement frappé de plein fouet dans la poitrine et a éclipsé toutes les autres nouvelles traumatisantes de la soirée.  J’avais appris que Duncan était parti.  Cela signifiait qu’il avait déjà été attaqué et qu’il était entré dans la clandestinité.  J’avais mal calculé mon timing.  J’avais pris le risque et enduré les épreuves qui ont suivi pour rien.

Le comte a dû confondre la brume dans mes yeux avec une réaction à son commentaire sur la surprise qu’il était que je sois revenu parce qu’il a immédiatement appelé pour qu’Elizabeth m’emmène dans ma chambre pour m’allonger, déclarant au dîner que j’avais eu une terrible épreuve et que j’avais besoin de repos plus que j’avais besoin de nourriture.  Il n’avait aucune idée à quel point il avait raison.  De plus, leurs repas étaient beaucoup plus grands et plus complexes que ceux micro-ondables que j’avais utilisés à l’avenir ou les portions clairsemées qu’on m’avait données à l’auberge et j’étais plus que plein.  Je ne peux pas imaginer comment ils ont réussi à tout mettre dans leurs petits ventres de taille.  Je suis sûr que si je mansais trop de repas de cette proportion, je doublerais de taille en un rien de temps.

J’ai attendu avec impatienté qu’Elizabeth termine mes toilettes et parte.  Je voulais... non, j’avais besoin d’être seul avec mes pensées. Qu’est-ce que j’avais fait de mal avec mes calculs?  Depuis combien de temps Duncan avait-il disparu? Pourquoi Duncan ne m’avait-il pas dit que j’étais l’image de Margaret ? Quelle était la raison pour laquelle il gardait une chose aussi importante silencieuse ?  Je pensais que nous étions complètement ouverts et honnêtes l’un avec l’autre.  Je sais que je l’avais été.  J’ai repensé à la façon dont je lui avais mis mon âme à nu; pensant depuis le début qu’il faisait la même chose.  Maintenant, je découvre qu’il ne l’avait pas fait.  Qu’avait-il gardé d’autre de moi ? Est-ce que je le connaissais vraiment ?

La prise de conscience que j’avais risqué ma vie pour remonter dans le temps pour un homme qui n’était même pas là et qui n’était pas qui ou ce que je pensais qu’il était,  m’a brisé au plus profond de moi-même.

J’ai soufflé la bougie et pleuré.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status