PREMIER AMOUR
PREMIER AMOUR
Author: Mjn
Partie 1

Lorsque NOLIA parut ai salon,GREG n'eût pas à l'interroger :le regard noyé,la démarche pesante de la jeune femme parlaient d'eux mêmes.

Là haut Mr MARCEL s'était éteint au terme d'une agonie lente et douloureuse....

<<Et c'est tellement triste>>pensa GREG, qu'une solide affection liait au vieux Mr, née de la bataille coude à coude pour la survie de ses plantations de cacaoyers et de caféiers.

NOLIA s'effondra dans le premier fauteuil venu et alluma une cigarette qu'elle éteignit aussitôt.

GREG choisit dans le bar un whisky assez fort ,en remplit un verre a whisky puis a la réflexion un deuxième.

GREG :_tenez, dit_il avec une courtoisie narquoise.cela vous fera du bien.

Les yeux pleins de larmes, NOLIA le prit a tâtons et le remercia d'une voix étouffée.

Elle bu quelques gorgées et se mit à pleurer sans retenue.

GREG détourna le regard,il n'aimait pas les larmes ni le sentimentalisme.

Après tout,la jeune femme n'avait guère manifesté d'attachement vis à vis de son père les dix dernières années.

En fait, depuis le divorce de JEANNETTE sa mère et de MARCEL  son père, mère et fille n'avait fait que de rares apparitions dans le domaine, toujours escortés par une bande d'amis papillonants . JEANETTE adorait les impressionner ;le joli domaine, l'activité bourdonnante des plantations,l'air frais et pur de la nature en faisait un endroit merveilleux.

comme si GREG avait pensé tout fort NOLIA dit en pleurant :

_si j'avais su qu'il partira si tôt.

Il lui tendit un mouchoir pour remplacer celui déjà tout trempé qu'elle avait.

GREG :_on croit toujours qu'on a toute la vie devant soi, répondit-il.

Le silence pris place au salon,une pièce magnifique où un grand feu montait de la cheminée.

GREG s'avança vers la fenêtre en espérant que libéré de son regard NOLIA se calmera un peu.

DIEU merci ses sanglots s'apaisent peu a peu et les soupirs moins profonds.

NOLIA :_GREG....

il regarda son visage innocent et faillit s'émouvoir.

_mon père a beaucoup souffert? depuis combien de temps était il malade ?.

GREG avala une boule de méchanceté : pourquoi serait elle épargné cette petite égoïste?

GREG:_il était malade depuis des années...et oui il a beaucoup souffert.s'il ne vous a rien dit c'est qu'il pensait que vous aviez mieux a faire que de rester au chevet d'un vieux malade, vous et votre mère.

NOLIA devint toute pâle.la veille encore elle était a KRIBI avec une bande d'amis,appliqués à s'amuser a tout prix.des réception du Télégramme elle a sauté dans le premier bus.

Avec une voix qui trahissait son mépris et son ressentiment GREG dit :

_votre mère compte assister à l'enterrement ?

NOLIA sursauta, JEANNETTE avait pesté de ce contretemps avant de promettre a sa fille qu'elle la suivra dès que possible.

NOLIA :_bien sur qu'est ce que tu crois ?

Un nouveau Flot de larmes du a l'humiliation se mirent à couler de plus belle.

Soudain GREG sentit sa rage s'envoler.A quoi bon jouer les justiciers auprès d'elle ? avec le genre de mère qu'elle avait son éducation laissait à désirer'

GREG :_allez vous reposer maintenant il se fait tard.

NOLIA le regarda suprise par cette gentillesse soudaine et lui dit :

_tu sais j'ai très peu connu mon père et je vois bien que mon chagrin vous paraît faux.

Bon!les justifications là !

Résigné GREG reprit son verre sur le marteau de la cheminée,s'asseilla sans un fauteuil avant de l'encourager d'un hochement de tête .loin d'elle l'idée de se faire plaindre,mais elle souhaitait que ce GREG lointain et froid ne l'accable d'emblée.

NOLIA :_vous avez raison de me juger mal bien que je ne sois pas tout à fait responsable.

Il fit un geste vague peu convaincu.

:_si avouez que vous nous trouvez frivoles ma mère et moi.

Il regarda son beau visage animé maintenant d'un souci de justice.

:_vous savez bien que je n'étais qu'une enfant lorsqu'ils ont divorcé quoi de plus naturel que j'aille avec ma mère.

GREG :_ pourquoi alors avoir fait dix années sans nouvelles ?

Elle balbutia:

_ comment savez tout ça ?

_ votre père me l'a dit.cent fois il a supplié votre mère de vous laisser venir passer les vacances .

_ il a fait ça ?

_vous ne le saviez pas ?

Sur la foi de son regard étonné,il reprit :

_et ces dizaine de cadeaux d'anniversaire retournés dans leur emballage intact,ce n'était pas vous?

_non dit-elle presqu'en pleurant.

_votre père vous aimait bien sûr il n'était pas démonstratif mais il souhaitait plus que tout vous avoir avec lui.il rêvait de vous communiquer son amour pour la terre et de faire de vous l'héritière du domaine.

_j'ignorais tout cela.... mumura NOLIA profondément troublée.

.......A SUIVRE

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status