Amoureuse d’un fou.
Amoureuse d’un fou.
Author: Bree
Chapitre 1.

#AMOUREUSE_D’UN_FOU.

          Partie_1.

— NOURA : Maman je t’ai déjà dit qu’elle ne va jamais changer! Moi je ne la comprends pas, depuis l’année dernière que j’insiste pour qu’elle vienne vivre la même vie que moi en ville elle refuse. On peut être bête comme ça?

— MAMAN TINA : Je sais moi? C’est quel genre d’enfant que j’ai accouché comme ça? En tout cas, je vais encore lui parler.

— NOURA : D’accord maman! Bon, il faut que je te laisse! J’ai rendez-vous avec le ministre oh ma mère chérie!

— MAMAN TINA : Ash ma chérie c’est bien ça! Je suis fière de t’avoir comme fille! Toi au moins tu sais comment faire pour venir avec l’argent dans la famille. Pas comme ta sœur qui passe son temps à aller au champ et à refuser d’aller en ville comme toi, Stuip!

— NOURA : Laisse maman, je suis-je sûre qu’elle va changer d’avis. À plus tard!

— MAMAN TINA : À plus tard ma fille chérie!

     Noura a 25 ans et c’est la première fille de maman Tina. Elle fait 1m70 pour 56 kg donc elle est plutôt skinny, c’est-à-dire mince. Elle est brune et très belle!

Ça fait deux ans qu’elle a quitté le village pour aller se chercher en ville.. Elle a utilisé son charme pour se positionner et cette technique a réussi. Sa mère l’encourage et est fière d’elle.

     Elle est le contraire de sa petite sœur Maya, âgée de 22 ans. Cette dernière a un teint noire foncé et ne connaît pas les choses de la ville. Elle ne sait ni se maquiller, ni s’habiller de manière sexy, bref il y a beaucoup de choses qu’elle ignore encore.

     Maman Tina a toujours voulu qu’elle suive le chemin de sa sœur mais elle a refusé. Elle a préféré rester au village pour se battre afin de gagner son argent ou autres besoins dignement.

     Ce samedi matin, elle était allée puiser de l’eau quand sa mère causait avec sa grande sœur.

C’est quand l’appel est fini qu’elle est rentrée. Elle a trouvé sa mère en train de murmurer étant assise dans le canapé.

— MAYA : Ayéééé le bidon ci est gros hein! Maman pardon viens m’aider à décharger ça de ma tête.

      Sa mère l’a regardé de la tête aux pieds en la toisant:

— MAMAN TINA : Tu as refusé de faire comme ta sœur donc débrouille toi dans ta souffrance, n’importe quoi!

     Elle s’est levée et elle a rejoint sa chambre, laissant Maya seule au salon.

Cette dernière a tout fait jusqu’à déposer le bidon par terre puis, elle est allée s’asseoir sur un tabouret dehors.

     Elle était triste et se sentait seule. Depuis deux ans que sa sœur était allée en ville, elle n’était plus tranquille. Moindre chose, on lui disait: « va en ville te chercher » et elle en avait marre! Marre qu’on la rabaisse tout le temps en disant que sa sœur est mieux qu’elle, et marre qu’on lui demande tout le temps d’aller en ville.

     Heureusement pour elle, elle avait un consolateur, cet ami à qui elle racontait tous ses problèmes et c’était Dieu.

Il y avait une prière qu’elle faisait toujours : « Seigneur tu vois ce qui se passe et tu sais que je ne veux pas de la vie qu’on me propose. Aide-moi à m’en sortir, donne moi la force de tout surmonter ». Ce jour, elle a refait la même prière avant d’aller au champs, question de casser le maïs et de bouillir pour manger.

     On pouvait semer le maïs et le récolter à tout moment dans ce village appelé mbouda.

Un village situé au Cameroun, plus précisément à l’Ouest, chez les Bamilékés.

     En ville ce n’était pas pareil, comme par exemple Douala où se trouvait Noura. La terre n’était pas très bonne pour cultiver à tout moment donc, il fallait attendre que la saison pluvieuse arrive pour le faire.

     En tout cas, Maya aimait bien sa petite vie au village même s'il y avait des moments difficiles. Elle se contentait de manger de la nourriture bio n’ayant reçu aucune transformation chimique et elle s’en vantait des fois en disant que les villageois mangent mieux que les citadins.

     Après avoir cassé et bouilli le maïs derrière la maison à la cuisine externe, elle a mis deux épis dans le plat pour sa mère.

Elle est allée les lui donner dans la chambre mais cette dernière a refusé.

— MAMAN TINA : Tu n’as pas honte? Je suis née dans ça et tu veux que je mange encore ça? Si tu étais en ville c’est que tu m'enverrais beaucoup d’argent pour que je mange la viande et non la pourriture que tu as!

     C’était tellement brutal et blessant que Maya a laissé tomber l’assiette.

— MAYA : Wair maman, je t’ai déjà dit que cette vie ne m’intéresse pas. Noura et toi aimez ça mais moi non! Je préfère cultiver la nourriture ici et vendre pour avoir un peu d’argent et en ce qui concerne les hommes, ce n’est pas encore le moment pour moi. Je sais que Noura te présente souvent des gens mais patiente, moi aussi je te présenterai mon homme, enfin, quand j’en aurai un!

— MAMAN TINA : Donc jusque-là tu maintiens le fait de vouloir rester ici hein? Eh pardon sors de ma chambre, c’est même qui ça? J’essaye de te convaincre depuis des années mais tu refuses?

     C’était trop pour Maya. Elle s’est mise à pleurer.

— MAYA : Je veux que tu m’aimes et m'accepte comme je suis maman.

— MAMAN TINA : Ta sœur a rendez-vous avec les ministères et les hommes d’affaires. Toi tu passes ton temps à aller au champs eh pardon je t’aime que tu m’apportes quoi? J’ai mal au dos et il est difficile pour moi de travailler. Va en ville chercher de l'argent, Tu construis une belle maison tu me mets dedans pour que je sache que j’ai une fille. Ne laisse pas ta sœur tout faire!

— MAYA : S’il faille que je fasse ça pour que tu m’aimes, d’accord je le ferai mais sache que…

     Elle n’a pas fini de parler que sa mère s’est levée du lit et a commencé à crier de joie.

— MAMAN TINA : Merci à vous, chers ancêtres! Votre petite fille a finalement accepté de m’enlever dans la galère oh! J’imagine la joie de son père depuis sa tombe!

— MAYA : Bon, je dois te laisser. Il faut que je dise au revoir à mes ami(e)s.

     Elle a ramassé les deux épis de maïs qui étaient tombés et elle est allée faire ses adieux aux gens.

     Elle est rentrée à la maison en soirée et elle a préparé son sac. Elle n’avait pas beaucoup de vêtements et de chaussures de toute façon donc le rangement s’est fait rapidement.

     Après avoir fini, elle a prié dans son cœur. Elle a demandé à Dieu de l’aider et de ne pas la laisser seule dans cette aventure. Elle l’a imploré de faire en sorte que tout se passe bien et qu’elle n’ait pas besoin d’entretenir des relations à gauche et à droite pour avoir de l’argent. Son objectif était d’en avoir, mais de manière digne.

     Sa mère a appelé Noura pour lui annoncer la nouvelle afin qu’elle vienne la chercher.

— NOURA : Attends, tu es en train de blaguer non maman?

— MAMAN TINA : Bien sûr que non ma fille! Je te dis que ta sœur a accepté de venir te rejoindre là-bas eh!

— NOURA : Waouh c’est génial ça!

— MAMAN TINA : J’espère que tu vas la mettre en relation avec des hommes bien fortunés hein haha! Mes filles vont changer ma vie oh!

— NOURA : Fais-moi confiance Mama! En passant, le ministre là m’a dit que je lui plais et qu’il veut que je sois sa copine du dehors tu t’imagines?

     Maman Tina a jubilé de joie au point de danser.

— MAMAN TINA : Woukouuuuu ohhhhh ma fille va changer ma vie ohhhh yélélélélé! Avec ta sœur ça sera encore un plus. Woukouluuuu!

— NOURA : Ah oui maman. Sinon la nouvelle que tu m’as annoncée est très bonne!

     Elle était très fière à cause de cette nouvelle qu’elle a décidé de prendre le premier bus du lendemain pour le village afin de prendre sa sœur pour l’amener en ville.

     À suivre...

          À suivre…

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status