Love
Love
Author: Écrivain rêveur
1

PARTIE 1

  

Il est 18 heures et je me retrouve bloquée dans les embouteillages au niveau du pont de colobane. Heureusement que je n'ai pas ouvert mes fenêtres. L'air est juste irrespirable avec toute la fumée noire que dégagent les pots d'échappement des différents taxis, car rapides et consorts. Il n'y a que ma mère pour me mettre dans des situations pareilles, un samedi en plus. Attendre une semaine avant la tabaski (L’aïd ou fête du mouton) pour m'envoyer au marché lui acheter son tissu sous prétexte qu'elle a mal au dos alors qu’elle est en congés depuis une semaine maintenant, c'est me gâcher ma journée de repos cadeau. Son histoire de mal de dos, je n'y crois pas vraiment vu qu'on est parties courir ensemble seulement hier. J'ai l'impression qu'elle a le même âge que moi tellement elle fait jeune. OK elle est jeune. Elle a juste15 ans de plus que moi. Elle est tombée enceinte de son petit ami de l'époque, un arabe venu passer ses vacances à Dakar et qu'elle avait rencontré sur l'île de Gorée. Quand maman lui a annoncé sa grossesse il était déjà retourné à Rabat. Dès qu'il a su, il a coupé tout contact avec elle. Maman a dit alors à mes grands parents qu'elle ne connait pas qui est l'auteur de sa grossesse. Mon grand père était furieux mais il a fini par pardonner à ma mère à ma naissance. Plus petite, ce sont mes grands parents que j'appelais papa et maman et ma mère par son prénom . Ils m'ont éduquée puisque maman était trop jeune pour le faire et elle devait partir terminer ses études à l'étranger et ne pouvait m'amener avec elle. Je porte le même nom que maman et j'en suis fière.

Quand je sors avec elle ,les gens nous prennent pour des sœurs. Ma mère fait tout pour rester jeune. Elle s'habille comme moi, plus osé que moi. Elle a un corps de rêve, pas comme moi. C'est impensable pour elle de mettre un foulard sur sa tête. Elle a 40 ans mais elle en fait 30, voire moins. Elle s'est mariée une fois avec un riche homme d'affaires français venu investir chez nous. Ils n'ont pas eu d'enfant ensemble et, quand il est mort, maman a hérité de toute sa fortune. Déjà que mes grands parents étaient très aisés mais avec ça maman est devenue millionnaire. Elle a vendu l'entreprise de mon beau père et s'est lancé dans le commerce. Aujourd'hui elle voyage beaucoup et possède plusieurs magasins de vente de meubles et d'électroménager. Elle est une business woman sexy et aguerrie comme elle aime le dire. Elle a plein de prétendants mais elle refuse de se remarier. Elle sort avec des hommes de mon âge, des aventures sans lendemain, ce qui me déplaît fortement. Quand je lui dis elle ne m'écoute pas donc j'ai arrêté de lui en parler. La seule condition que j'ai posée est qu'elle ne les amène plus à la maison. Entendre sa mère crier de plaisir au milieu de la nuit, ce n'est pas très réjouissant. Brrr rien que d'y penser j'ai envie de vomir. Si papi était au courant elle allait se faire tirer les oreilles.

J'ai passé trente pénibles minutes dans ces foutus bouchons avant de rejoindre le VDN. Dakar est une horreur entre 17 heures et 18 heures. Tout le monde se donne le mot pour sortir à ce moment on dirait. J'ai baissé la climatisation avant d'insérer un CD de Youssou Ndour pour changer des informations que j'écoutais jusque là. Sa voix merveilleuse a rempli l'habitacle. Je me suis mise à fredonner Seven seconds avec lui jusqu'à ce que la sonnerie de mon téléphone me dérange. J'ai à peine décroché que je suis tombée nez à nez avec un policier qui bien sûr m'a fait signe de me garer. Jai raccroché. Je me suis exécutée avant de baisser ma vitre. Le dit policier s'est penché pour pouvoir bien me parler

-madame savez vous qu'il est strictement interdit de téléphoner au volant d'une voiture tonna-t-il

-Oui monsieur l'agent. Je n'avais pas l'intention de tenir le téléphone à la main. Je voulais juste déclencher le haut parleur.

-hum papiers du véhicule svp

J'ai sorti le tout de la boîte à gants avant de les lui tendre. Il les a vérifié en me jetant des coups d'œil de temps en temps. Il cherche la petite bête pour me soutirer plus d'argent mais mes papiers sont en règle donc il me fait juste perdre mon temps.

-il y a un problème monsieur l'agent ? Demandai-je sarcastique

-Tout est en règle sauf pour le téléphone bien sur

-On peut s'arranger pour ce petit problème n'est ce pas ?

Je lui tendis un billet de dix mille francs qu'il prit en souriant avant de me rendre mes papiers, Tchrr que des voleurs ces policiers!!!

-Bonne soirée mademoiselle dit il tout sourire

Je m'abstins de répondre. Je démarrai avant de rappeler ma mère et de mettre en route le haut parleur

-Allô

-Oui maman. Je me suis faite arrêtée par un flic tout à l'heure raison pour laquelle j'ai raccroché

- Ah je suppose que ton argent y est resté

-J'ai payé avec le tien maman. C'est doublement de ta faute si je me retrouvée dans cette situation

-Dis plutôt que tu cherchais un moyen de me racketter, chipeuse d’argent

-Ah maman avec tout l'argent que tu as c'est sur un malheureux billet que tu te plains la taquinais-je

-Ta bouche sur mon argent hein.

-Et pourquoi. Tout sera mien quand tu mourras non

-Safroulaye. Je vais taper sur ta bouche tu vas voir, me répondit-elle

Je pouffai de rire. Je ne comprends pas cette peur bleue que ma mère a de la mort. On va tous y passer toute façon. Avec elle même en parler est tabou. Sa peur conditionne son obsession de vouloir rester coûte que coûte jeune

-Tu es consciente que tu n'es pas immortelle quand même maman.  

-Arrête de parler de ces choses. Tu as acheté ce que je t'ai demandé ?

- Oui et je l'ai déposé chez le tailleur comme tu m'as demandé

-Tu lui as bien expliqué le modèle que je veux

-Bien sûr maman dis-je en roulant des yeux

-Très bien. Tu peux me prendre un tissage de cheveux naturels avant de rentrer

-Maman vraiment tu exagères. Je suis presque arrivée à la maison là. Je n’ai pas envie de replonger dans les embouteillages

- S'il te plaît mon bébé. Juste un petit détour qui m'évitera de sortir demain insista-t-elle la voix mielleuse pour me convaincre

-Tu fais rien de tes journées là maman. Tu peux sortir un peu non. Je suis de garde dimanche soir alors tout ce que je demande c’est un peu de repos en plus j’ai quelque chose de prévu ce soir rouspétai-je

-Tu es déjà dehors alors ça va te faire quoi de me rendre ce service ? On ira se faire une journée bien être demain à mes frais pour te détendre.

- Humm ok mais je n’irai pas autre part. Je te préviens de suite.

-D’accord mon bébé. Prends moi un Indian Beach Wave 18 pouces

-Je ne comprends pas comment tu peux mettre les cheveux d'autrui sur ta tête ? Si ça se trouve ils les prennent sur des cadavres.

-Pourquoi tu aimes gâcher les affaires des autres ? Remercie moi d'avoir fait de toi une métisse avec de longs cheveux ?

-Parce que toi tu n'as pas de longs cheveux ? Répliquai-je.  

-Ce n’est pas pareil. Et ça n’empêche pas de mettre des tissages si on veut. Tu parles trop mademoiselle. Vas faire ma commission et rentres.

-Tu aimes trop la jeunesse maman.

-Qui déteste ça ? Achète le dîner en venant tant qu’on y est.

- Qu’est-ce qui m’étonne ? Bon à tout à l’heure

***

Il était 20 heures passées quand je me suis affalée sur le confortable canapé du salon, épuisée par la journée passée à faire les courses de ma mère. Je vais devoir annuler la sortie en boîte avec mon chéri. Je suis trop épuisée pour aller me trémousser des heures sur une piste de danse. Il va se fâcher mais bon je ne peux plus me permettre. Il faut que je sois en forme pour attaquer la garde du dimanche. J’ai donc pris mon téléphone pour l’appeler

-Bonsoir mon ange

Mon ange est mielleux dans sa bouche ou ce sont mes oreilles qui modifient ces deux mots pour me faire du plaisir ?

-Bonsoir chéri. Comment vas-tu ?

-Mieux maintenant que j’entends ta douce voix. Tu me manques bébé. J’ai hâte de te serrer dans mes bras

Je frissonnai rien que de l’entendre dire que je lui me manque

-En parlant de ça, j’aimerai qu’on remette la sortie à une autre fois stp

-Quoi ? Encore. Tu te fous de moi ? S’énerva-t-il  

-Comprends moi loulou. Je suis de garde demain et je suis épuisée en ce moment. J’ai grand besoin de dormir et sortir avec toi ne fera que me fatiguer encore plus

-Et mes besoins à moi ? Tu crois être la seule en à avoir des besoins? 

-Je suis désolée

-Je m’en fous que tu sois désolée. Tu n’es pas la seule femme dans cette ville et ni la seule qui puisse me satisfaire

-Cela veut dire quoi ? M’enquis je la peur dans la voix

- Cela signifie ce que tu y entends, répondit-il avant de raccrocher

Je réessayai de le rappeler mais en vain. Je jetais le téléphone sur le lit las. ça ne sert à rien d’insister puisque je sais qu’il ne va pas décrocher. Je le rappellerais demain quand il sera calmé. Je vis dans l’incertitude avec cet homme. Il faut faire ce que lui veut point. C’est à force de menaces que j’ai fini par coucher avec lui. Je l’aime et j’ai peur de le perdre et il est en conscient. Il en joue et ça me tue quand il me dit des choses pareilles puis refuse de me parler. Je refuse d’envisager qu’il puisse être avec une autre que moi. C’est moi qu’il aime et il n’osera pas me tromper. Jamais il ne fera ça. J’étais en pleine réflexion quand me mère me trouva là plus rayonnante que jamais. Elle s’assit à côté de moi en me dévisageant

- C’est quoi cette petite mine me questionna-t-elle ?

- Rien d’important maman répondis-je en esquissant un petit sourire pour qu’elle lâche l’affaire

- C’est encore à cause de ce garçon que je n’ai toujours pas vu d’ailleurs. Cette relation ne te mènera nulle part chérie.

- Merci de me mettre encore plus bas

- J’essaie juste de te faire voir ce que toi tu ne persiste à ignorer. Il t’a encore menacé ?

- Il est juste énervé. Il dit ça juste comme ça mais il n’ira pas voir une autre

- Tu crois qu’un homme qui t’aime vraiment te menacera à tout bout de champ de partir avec une autre?

- Il ne le fait pas même s’il le dit. C’est sa façon de me dire qu’il n’est pas content

- Et tu cautionnes ça ? Tu dois vraiment être folle de ce garçon dit-elle en me regardant avec quiétude

- Oui. Je l’aime

- Penses-tu que c’est réciproque ?

- Oui. ça va faire presqu’un an qu’on est ensemble alors ce n’est plus une question à poser

- La durée n’est pas synonyme de sentiments bébé. Ce n’est pas parce qu’on reste avec quelqu’un qu’on en est forcément amoureux

- Il m’aime maman

- Il te l’a dit ?

- Oui oui, bien sûr

- Pourquoi ne vient-il pas me voir alors depuis le temps que je veux le rencontrer ?

- Il est occupé maman.

- Occupé au point de ne pas trouver une petite heure pour rencontrer la mère de la femme qu’on aime ? Ali tu devrais discuter avec cet homme juste pour être fixée. Il ne me semble pas très sérieux

- Tu ne le connais même pas

- Justement. Après une année de relation je devrais pouvoir dire c’est lui le petit ami de ma fille or je ne sais à quoi il ressemble. Et puis en quoi il peut être occupé au point de ne pas trouver du temps pour me rencontrer. Tu m’as bien dit qu’il était au chômage

- Il cherche du boulot et ça lui prend du temps

- Tu es sûre qu’il cherche chéri, Pourquoi chercherait-il d’ailleurs puisque tu lui donnes tout ce qu’il veut. Depuis que vous êtes ensemble il doit te devoir plus d’un million. Pourquoi chercher du travail alors qu’on a quelqu’un qui nous donne de l’argent gratuitement ?

- C’est juste une dette. Il va me rembourser. Tu ne vas pas me reprocher de vouloir l’aider

- Non je te reproche d’être sourde et aveugle et de ne pas voir qu’il profite juste de toi. Il t’a enchainée j’ai l’impression. Tu es devenue son instrument, chérie. Cet homme te manipule comme si tu étais sa marionnette. Regarde toi à chaque fois que tu lui parles tu deviens morose. L’amour est censé nous rendre heureux et pas le contraire.

- Maman laisse tomber répondis-je exaspérée. Je sais qu’elle a raison mais mon cœur ne veut pas l’accepter. C’était tellement bien au début. Il était doux, prévenant. Je me sentais aimée. Mes désirs étaient des ordres. Il ne vivait que pour me faire plaisir mais tout a brusquement changé. Il a commencé à me demander de l’argent et je lui en donnais parce qu’il n’a pas de travail et je lui en donne toujours. J’ai tenté d’en discuter avec lui en lui disant que je ne pourrais pas l’entretenir éternellement mais à chaque fois je sors de cette discussion en culpabilisant. Il me dit que c’est parce que je suis née avec une cuillère d’argent dans la bouche que je me permets de lui jeter sa pauvreté à la figure. Que je ne sais pas ce que c’est de galérer pour trouver un boulot. A la fin je finis par me dire que c’est parce que j’ai de l’argent que je pense que tout le monde devrait en avoir aussi et que je suis injuste avec lui. Il me boude pendant des jours en me menaçant comme à chaque fois de pouvoir trouver une femme qui l’accepte comme il est et ça me tue à petit feu de l’imaginer avec une autre. Je ne suis de nouveau tranquille quand il daigne me rappeler. J’ai l’impression de mendier son amour tellement je m’accroche à lui. Il a instauré en moi la peur de devoir vivre sans lui et en use pour me mettre à sa merci. Un jour il est le plus formidable des hommes et un autre il me traite comme si j’étais de la merde. J’ai osé lui dire que je partirai s’il continuait à se comporter ainsi avec moi. Il m’a répondu que jamais je ne pourrai le quitter et le pire c’est qu’il a raison. J’ai peur de le quitter et la raison de cette trouille n’est autre que mon manque de confiance en moi. Je suis emprisonnée dans cette relation qui finira par me détruire un jour. Je l’aime mais je suis sa victime et lui mon bourreau. Je dépends de lui

- Il t’a présenté à sa famille ou à un ami ? Continua-t-elle

- Maman…

- Ok. Je suis sure que non. Sors toi de cette relation toxique bébé. Tu mérites tellement mieux. Tu es belle et tu es quelqu’une d’exceptionnelle. Tu peux avoir tous les hommes que tu veux alors pourquoi lui ?

- Parce que c’est lui que j’aime

- Tu couches avec lui ?  

Ma mère est très ouverte d’esprit comme vous avez dû vous en doutez. Elle s’en fout que je sois vierge ou pas. Elle m’a juste dit de me donner à celui qui le mérite selon moi, que ce serait mieux que je la garde mais que ce soit à moi de décider. Au début je me suis dit que j’allais rester vierge comme toutes les filles et attendre sagement celui qui m'épousera mais il a réussi à me convaincre de me donner à lui, chose que j’ai fini par accepter bien sur. Je ne peux rien lui refuser de toute façon. Le il dont je parle depuis tout à l’heure s’appelle Salif.  

- On peut parler d’autre chose stp ? 

- Si tu veux mais ne sois pas la seule à donner. Une relation ne doit pas être à sens unique

- C’est bon, maman. Parlons d’autre chose stp dis-je agacée qu’elle insiste et qu’elle ait raison sur toute la ligne

- Je te conseille juste, pas la peine de t’énerver. Bref je peux voir ce que tu m’as pris ?

Je lui tendis le sachet contenant ses paquets de cheveux naturels. Elle les sortit du sac puis de leurs paquets pour les étudier

- Tu as bien choisi. Tu crois que je devrais les porter bouclés ou raides?

-Je n’en sais rien. Tout te va à toi de toute façon répondis-je envieuse 

-C’est quoi ce genre de propos. Je croyais t’avoir dit d’arrêter de te rabaisser de la sorte. Tu es belle ma chérie

-On sait tous les deux que tu es beaucoup plus belle que moi. Je ne ressemble à rien à côté de toi. Mon corps est complètement difforme alors que toi tu es parfaite!

-Ce sont tes formes qui te dérangent ? Tu manques cruellement de confiance en toi néné touti (surnom affectueux donné à ses enfants). Tu crois que minceur est synonyme de beauté. Je ne vois pas ce qu'il y a de difforme dans ton corps. Tu es magnifique. Regarde toi. Tu n’as pas de ventre, tu es des hanches à damner un sain et un joli visage que te faut-il de plus ? C’est ta différence qui fait ta force

-Tu dis ça juste parce que je suis ta fille maman. Les autres ne me voient pas de cette façon et je le sais. Quand on est ensemble c’est sur toi qu’on se tourne, pas sur moi. Combien d’hommes tombent à tes pieds ? Aucun homme ne s’intéressera à moi 

-C’est ce qu’il te dit ? Que si tu le quittes aucun autre ne voudra de toi? Tu te rends compte de l’ascendance que cet homme a sur toi? Il te fait perdre ton estime de toi-même. Je ne te savais pas ce mal être avant que tu ne le connaisses.

- Cela n’a rien à voir avec lui, mentis-je. Il m’accepte comme je suis sinon il ne sortirait jamais avec moi.

-Alors pourquoi as-tu subitement si peu de valeurs devant tes propres yeux. Tu n’es pas grosse bébé si c’est ce qu’il te dit. Tu es juste pulpeuse. Je t’envie tes formes si tu veux tout savoir. Je ressemble à une planche à pain comparée à toi

Je souris à cette remarque. C’est bien la première fois que j’entends ma mère parler d’elle négativement. J’aimerai avoir sa force et cette haute opinion qu’elle a d’elle même

-J’ai une idée qui te montrera que tu es une belle femme ma chérie

-De quoi s’agit-il ?

-Tu prends tes congés quand ?

-Mercredi prochain

-Je vais nous organiser une séance photo. Des professionnels s’occuperont de nous et tu auras des photos pour te montrer à quel point tu es magnifique et comme ton corps est harmonieux

-Je ne suis pas sure que ce soit une très bonne idée

-Si ça l’est. Je nous programme ça le jeudi une journée rien que toi et moi. On va se faire pomponner

-Si tu insistes

- J'insiste. Bon ma chérie je ne vais pas pouvoir manger avec toi. J’ai un rendez-vous très important

-Rendez-vous à près de 22 heures. C’est avec un jeune encore ? Ça ne te dérange pas ?

-Pourquoi ça me dérangerait. On se rend service mutuellement alors où est le problème ?

-Je n’approuve pas tout ça moi. Tu n’as plus vingt ans maman

-Il n’y a pas que les jeunes demoiselles qui ont le droit de passer du bon temps ma chère.

-Pourquoi tu ne sors pas avec les hommes de ton âge ?

-Parce qu’ils ne pourront pas me donner ce qu’il me faut ma chérie. J’ai besoin de vigueur, d’un homme à la fleur de l’âge pas d’un vieux datant d’avant la première guerre mondiale. J’y vais là. A tout à l’heure néné touti ajouta-t-elle avant de se lever et de se diriger vers la sortie en faisant claquer ses talons aiguilles

J’ai roulé des yeux avant de me lever à mon tour et de me trainer jusque dans la cuisine le moral dans la chaussette. Je me suis levée de bonne humeur aujourd’hui pourtant mais il lui a suffit de moins d’une minute pour tout foutre en l’air

J’ai lancé la micro-onde pour réchauffer le diner que j’avais acheté. J’ai mis celui de ma mère dans le frigo sachant qu’elle reviendra affamée. Une fois chaud j’ai mis tout dans un plateau lit avec un yaourt et une pomme avant de m’installer devant la télé. J’ai rappelé Salif même si je ne devrais pas le faire et je suis tombée directement dans la boîte vocale. Je lui ai laissé un message

- Bébé je suis désolée. Je te promets de nous trouver du temps dans la semaine, une journée pour nous deux. Rappelle moi. Bisous

Tu es pathétique ma vieille me jeta mon subconscient en secouant la tête. Je me secouai la main devant le visage pour effacer cette voix. Je pris mon téléphone pour appeler Mariama. Elle décrocha après quelques sonneries

-Il t’a encore puni c’est ça me dit-elle comme bonsoir

-Yama

-Don’t Yama me stp. Tu ne me connais que quand ce connard te jette. Tu crois que c’est ça l’amitié?

-Je t’interdis de l’insulter. Tu ne le connais même pas. J’étais obligée d’aller avec lui la dernière fois. Je ne pouvais faire autrement

-Regarde toi Ali tu n’as plus de vie. Tu as calqué tout ton temps libre sur ce salopard. Depuis combien de temps tu n’es pas sortie avec nous ? A chaque fois qu’on te propose c’est Salif ci Salif ça. Est-ce que Salif est ton père pour décider quand et avec qui tu dois sortir. Tu vis pour et par lui. Tu trouves ça très sain toi cria-t-elle?

-J’ai le droit de passer du temps avec mon mec quand même dis-je calmement

-Tu as le droit oui sauf que tu vas te retrouver bientôt seule sans plus aucun ami. Si tu trouves que ce mec mérite que tu perdes les personnes qui t’aiment réellement alors soit mais ne viens pas pleurer devant moi quand il t’aura transformée en loque!

-Pourquoi tu me sors ces méchancetés ? Je croyais qu’on était amies

-Je le croyais aussi mais il a suffi d’un sale mec pour que tu me relègues au second plan.

-Tout ça parce que j’ai refusé de sortir deux ou trois fois avec toi pour pouvoir passer du temps avec lui. Tu sais que mon boulot me prend beaucoup de temps alors excuse moi de lui accorder le peu qui me reste m’énervai-je

-Tu sais quoi ? ça ne sert à rien qu’on en parle parce que ce sera toujours lui, lui et lui. Accorde lui ton temps, tout ton être et même ton âme tant que tu y es. Quand tu ne seras plus rien n’oublie pas de penser que Yama t’avait prévenu hurla-t-elle avant de me raccrocher au nez.

Je regardai le téléphone cherchant à comprendre ce qui n’a pas marché. On s’entendait tellement Yama et moi. C'était ma meilleure amie et maintenant c’est limite si on peut se parler quelques minutes sans que ça vire à la dispute. Je l’ai encouragée quand elle sortait avec son mari alors elle pourrait en faire de même pour moi. J’ai quand même le droit de passer du temps avec Salif autant qu’elle en passe avec son mari. Pourquoi les gens ne peuvent pas comprendre que j'aime cet homme et que j'ai besoin de lui ? »

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status