La Tragédie d'une Cendrillon Africaine
La Tragédie d'une Cendrillon Africaine
Author: Zagzahzlau
Chapitre 1

As tu lu Épouser une stripteaseuse? Eh bien, bienvenue dans l'histoire de leur fils, ACE!

La nuit de dimanche était glaciale contre la peau désarmée à Buea - la ville de l'hospitalité légendaire - située dans la région sud-ouest du Cameroun.

Les routes autrefois fréquentées du matin ont été converties en autoroutes fantomatiques nocturnes alors que les habitants de la petite ville avaient abrité leur corps sous le confort de leurs maisons et que la tête reposait sur la tendresse de leurs oreillers, se préparant pour les activités de la journée à venir.

Seuls les adolescents et les jeunes adultes sécrétés à un niveau élevé d'hormones pouvaient être vus parsemés dans les rues illuminées dans des morceaux de robes de fantaisie engloutissant peu ou rien de leur corps, alors que certains déambulaient tandis que d'autres attendaient des taxis pour les conduire dans un nouveau monde rempli de eux-- les boîte de nuit.

Les moins privilégiés pouvaient être comptés aussi bien qu'ils établissaient curieusement une forte attraction auprès des robinets publics de la ville.

L'eau était un problème majeur dans cette partie de la ville. Cependant, les habitants avec des maisons incrustées d'argent en étaient exempts. Les victimes ici étaient les moins privilégiées qui ne pouvaient pas atteindre la moitié de cinq cent mille au cours des cinq prochaines années.

Ils possédaient les robinets publics, ils possédaient les rues, ils possédaient les heures impaires des jours et des nuits, mais jamais ils ne possédaient les prédictions et l'heure.

Quelque part derrière les bâtiments de quatre et trois étages, profondément dans l'intérieur pierreux des sentiers menant à plusieurs quartiers résidentiels pour étudiants, se trouvait un complexe fermé contenant un total de sept locataires. L'enceinte fermée était composée de maisons avec de minuscules salons cubiques, deux minuscules chambres qui ne pouvaient accueillir qu'un lit comme meuble et des toilettes. Il y avait aussi trois cuisines extérieures effilochées construites en aluminium peint apaisant; il possédait une cheminée à trois pierres et/ou une boîte cylindrique remplie de sciure spécialement utilisée pour cuisiner des repas copieux.

Dans cette enceinte vivait la petite Nora qui s'était préparée à aller chercher de l'eau principalement parce qu'il n'y avait pas une seule goutte à la maison et secondairement parce qu'elle voulait être loin de la seule femme dont le visage suffisait à jeter le contenu de son ventre. -Sa belle-mère.

La distance jusqu'au robinet public était supportable, mais avant de quitter la maison, elle s'était assurée de garder chaque recoin et chaque élément de la maison étincelants pour éviter d'être grondé par la femme seule qui lui a rendu ses sentiments de mépris.

Elle avait préparé de la nourriture, fait la lessive, repassé des robes et nettoyé le sol en béton éviscéré plus tôt dans la journée, comme elle le faisait toujours avant que les coqs ne chantent à cinq heures et demie du matin.

Tout ce qu'il fallait, c'était remplir le tonneau en plastique de deux cents litres de la marine, manger, puis, elle pourrait appeler ça un jour.

Son premier pas hors de la maison fut interrompu par une voix monotone qu'elle n'avait jamais appréciée une seule fois au cours de ses dix-huit années d'existence.

« Où vas-tu ? » s'enquit sa belle-mère, les deux mains posées sur sa taille épaisse et un visage ridé de colère et indûment couvert de plaques. Elle n'a jamais utilisé la bonne teinte et ses sourcils n'ont jamais été assortis.

Son corps affaissé de près de six pieds de haut flottait au-dessus de celui de Nora.

Martha a enfilé un tout nouveau chemisier en satin blanc niché dans un tout nouveau pagne panaché. À ses pieds, il y avait une paire de sandales blanches à semelle épaisse, ce qui prouvait qu'elle venait de rentrer de sa réunion de fraternité chrétienne.

"Pour aller chercher de l'eau," répondit Nora avec une peur évidente.

Martha était un exemple ambulant de « changement d'humeur ». Les trois quarts avaient été dédiés à Nora et le reste, à son propre mari, le père de Nora.

« Dépêche-toi, tu as encore de la vaisselle à laver et du maïs à moudre au moulin. C'était même censé être fait avant mon retour. Qu'as-tu fait toute la journée ?" elle a posé mais Nora n'a pas répondu. « Tu as de la chance que je sois de bonne humeur aujourd'hui. De toute façon, mon assiette et ma casserole préférées sont sales, peux-tu expliquer ça ?"

"Susan l'a probablement utili-"

« Ferme ta sale gueule avant que je le fasse pour toi. Combien de fois t'ai-je prévenu de ne blâmer aucune de mes filles ?" Martha tendit son index vers Nora. "Que ce soit la toute dernière fois que tu fasses ça," elle utilisa son doigt pour pousser brutalement la tête de Nora. "Sale rien. Sort de mon côté!"

La femme s'est frayée un chemin dans la maison en chantonnant.

Le robinet public était parqué comme toujours. Remarquant qu'elle était la dernière de la file d'attente, elle posa doucement sa cruche vide sur le sol et s'assit dessus, regardant la nuit noire d'un million d'étoiles.

Cela avait toujours été ainsi, les gens allaient chercher de l'eau à cette heure-là - à 20 heures - pour qu'ils n'aient pas à s'inquiéter quand le matin volerait la nuit. Surtout ceux qui devraient se réveiller pour rejoindre leurs chantiers et les enfants qui se préparent pour l'école.

L'école.

Nora avait été privée financièrement du lycée il y a deux ans. Elle comprenait qu'ils n'étaient pas vraiment issus d'une famille aisée, mais son père a eu du mal avec le peu qu'il gagnait en travaillant au conseil de Buea après le départ de sa mère pour le pays des morts.

Trois ans plus tard, son père est parti avec cette dame qu'il courtisait depuis plus d'un an. Comme tout le monde pourrait s'y attendre, elle a emménagé avec deux enfants -- Susan et Rose.

Rose était plus âgée qu'elle avec un an tandis que Susan était plus jeune avec un an également. Son père était maintenant responsable des deux filles, en tant que beau-père. Lentement mais sûrement, elle s'est éloignée du tableau alors qu'il dépensait son argent en frais de scolarité, en nourriture, en loyer et en factures d'électricité tandis que sa seconde épouse, propriétaire d'un magasin local, dépensait le sien pour rien d'autre que ses vêtements.

Ses robes et ses enfants.

Nora a détourné son regard du ciel pour se concentrer sur une demi-douzaine de jeunes restants. Le bruit de l'eau frappant le fond d'une cruche vide à côté du carillon des grillons, le bruissement des arbres et quelques klaxons de quelques taxis sur l'autoroute ont composé la nuit.

Son ventre grogna, provoquant un claquement de tête de l'un des plus jeunes en face d'elle.

Elle tordit la lèvre, détourna la tête de la vue pleine de pitié de la paire d'yeux.

Elle pouvait lire le visage des filles malgré la nuit car ce n'était pas un nouveau livre pour elle ; c'était un livre qui avait écrit toute son épreuve. Un livre qui s'était vendu plus dans son quartier résidentiel que Jules César ne s'était vendu dans la partie du pays où elle se trouvait.

Les jeunes l'avaient couronnée de toutes sortes de noms ; de Watergirl à sale à moche à servante à Cendrillon sans prince. Tout cela la fit se demander s'ils pouvaient même se souvenir de son nom de naissance.

Enfin, le robinet était sans foule. Nora se précipita pour déposer sa cruche de vingt litres sous le robinet coulant récemment vacant, après quoi elle se tourna vers son ancien occupant pour s'enquérir de l'heure.

"Dix heures vingt quatre."

Elle la remercia avant de se concentrer sur le liquide incolore descendant scintillant dans la pénombre des insectes hypnotisés des lampadaires.

Presque dix et elle n'avait même pas fait un tour sur treize. Elle poussa un gros soupir.

La nuit allait être longue – une très longue – qu'elle allait traverser le ventre vide.

L'horloge sonna midi quand elle fit le treizième et dernier tour, elle traîna dans la cuisine tout en essuyant son visage humide avec le tissu en lambeaux accroché à son dos en sueur comme si elle venait d'être tamponnée avec du miel à ladite partie. Celui sur trois qu'elle ait jamais eu. Elle entretenait jalousement les deux autres, les faisant fluctuer chaque dimanche.

Elle actionna l'interrupteur, ce qui fit instantanément illuminer la cuisine. Nora se précipita vers le pot qui n'avait pas bougé d'un pouce de l'endroit où elle l'avait laissé auparavant. L'assiette et la cuiller à la main, et la bouche salivante, elle ouvrit la marmite déjà froide qui montrait le néant. Ses yeux se sont agrandis, son corps est devenu sans vie et ses pieds ont gelé. Encore une fois, comme toujours, on ne pensait pas à elle.

Une surface froide et dure incrustait brusquement son corps pâle et mal nourri. La froideur n'était pas étrangère à sa peau ébène et tendre, ni la dureté. Ce qui était étrange, c'était la douleur massive qui traversait son corps une fois qu'elle était entrée en contact avec le sol en béton.

Les rêves dans lesquels je meurs sont les meilleurs que j'aie jamais eus.

Elle répéta plusieurs fois alors qu'elle plongeait lentement mais sûrement dans l'oubli.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status