Chapitre 2

Le bourdonnement de son téléphone contre la table de chevet polie de mangrove juste à côté de sa tête a entraîné un brusque coup dans sa direction.

Ace attrapa son téléphone après avoir poussé un gémissement d'agacement alors qu'il se demandait qui pouvait bien avoir l'effronterie de perturber son sommeil matinal.

"Bonjour," dit-il, avec une voix rauque suintant à travers les lèvres gercées. Les yeux fermés, il attendait d'entendre une voix venant de l'autre extrémité autre que des volants provenant de ce qui semblait être une feuille d'aluminium, puis l'éclatement d'une quoi... une tasse ?

« Bonjour ? » a-t-il réitéré.

Sa patience s'épuisait. Ce n'était pas amusant de s'amuser avec le sommeil de quelqu'un mais la personne à l'autre bout du fil a trouvé cela plutôt intéressant.

Ace décida de faire ce qu'il aurait dû faire il y a longtemps - voir l'identifiant de l'appelant - quand soudain, la familiarité d'une petite voix le rendit sobre.

"Ace?" Appela la voix si timide.

"Nate, qu'est-ce qui se passe ?"

Nathan, de préférence Nate, était le Benjamin de la familles de quatorze ans dont la timidité était un sujet de préoccupation majeur. Il s'adressait à Ace chaque fois qu'il était en difficulté - qui étaient généralement des conseils sur la façon d'aborder les filles comme centre de discussion - plutôt que n'importe qui d'autre dans la famille. Quel ironie.

Avant qu'Ace ne parte pour le trou infernal où il se trouvait actuellement, lui et Nate avaient passé un accord pour se joindre deux fois par semaine ; Les lundis et vendredis. Mais pour une raison quelconque, Nate ne l'avait pas joint le vendredi de la semaine précédente.

« J'ai entendu quelque chose se briser, il… oh mon Dieu, ma tasse de café, Nathan !" Une autre voix pas si apaisante pour le moment s'est ajoutée au paysage. Il pouvait imaginer l'expression faciale de sa mère à ce moment précis.

« Maman, c'était une erreur d'accord ?"

"Je ne vais pas avaler cette pilule cette fois-ci. Pourquoi t'es avec ce téléphone au fait, as-tu oublié que tu es puni ? Donne-moi ça,"

"Mais maman, j'ai besoin de parler avec Ace,"

"Ace est à l'école et en ce moment, tout ce que tu fais c'est le distraire. Va dans ta chambre maintenant," les querelles cessèrent après un faible 'ok', puis la voix lui adressa, "Allo ?"

Ace se redressa tout en luttant pour chasser l'enrouement de sa gorge, mais il savait que sa mère n'hésiterait pas à comprendre ce qu'il avait fait la veille. "Hmm?" fredonna-t-il affirmativement, même si ce ne sera pas avant longtemps.

« Désolé pour le dérangement. J'espère que tout va bien ?"

"Euh-hmm." encore une fois, fredonna-t-il.

« Quel est ton programme aujourd'hui ? J'adorerai t'appeler pendant ton temps libre. Il y a quelque chose dont nous devons discuter."

C'était ça. Elle cherchait en fait tous les moyens possibles pour le déterrer et cela fonctionnait à chaque fois ; il était temps pour lui de se défouler et s'il le faisait, il se trahirait mais une autre chose était qu'il ne pouvait pas raccrocher le téléphone au nez, de peur qu'elle ne s'envole pour la ville dans les quatre prochains jours, le traque et lui douche les querelles de son existence.

Encore une fois, il s'éclaircit la gorge, sortant de son lit pour la grande véranda attenante à sa chambre.

Le soleil brûlait de tout son éclat ; La mi-janvier était la saison sèche dans le sud-ouest du Cameroun. Il n'était que dix heures du matin, mais la vitesse à laquelle le soleil brillait ferait croire qu'il était midi dans le désert.

Le sud-ouest de l'Afrique en miniature, tel qu'il est connu dans le monde entier en raison de la présence des quatre zones climatiques en une ; Les déserts et les savanes au nord, les forêts tropicales humides à l'est, les côtes à l'ouest et les montagnes au centre, contrairement à celle dans laquelle il avait passé vingt ans d'existence, n'étaient presque pas occupés. Les activités étaient timides à l'aube et vives la nuit. Ce dernier étant son moment préféré.

Il se tenait dehors, torse nu, dans le but d'utiliser le peu de bruit ambiant pour masquer sa voix grossière. Heureusement pour lui, quelques taxis étaient déjà présents, klaxonnant à fond. Un ou deux voisins de l'autre côté de la rue avaient également leurs haut-parleurs de graves à fond. De plus, le bavardage des propriétaires de magasins locaux était suffisamment fort pour l'aider à agir.

"Euh..." il s'éclaircit à nouveau la gorge. "Le cours de ce matin avait été annulé donc j'attends le prochain dans une heure, tu pourrais profiter de ce temps,"

« Ace, as-tu encore bu." le ton de sa mère était calme et inquiet.

Bon sang!

"Non, non je-"

« Ace, pourquoi fais-tu ça ? Qu'est-ce que nous ne t'avons pas donné ou fait en tant que parents ?" il n'a rien dit, ce qui a donné le feu vert à sa mère.

« Où est-ce que votre père et moi nous sommes peut-être mal passés ? La dernière fois tu as demandé une toute nouvelle voiture si nous avions besoin que tu arrête la consommation d'alcool et nous l'avons expédiée sans la moindre hésitation. Maintenant, dis-moi, qu'est-ce que tu veux cette fois?"

Ace déglutit, saisissant ses cheveux mi-longs, brillants, bruns et bouclés avec une force suffisante. "Je veux rentrer à la maison, maman,"

« Tu sais que tu ne peux pas faire ça tant que tu n'as pas appris ta leçon, nous avons passé un accord, tu te souviens ?"

"Je l'ai déjà appris, maman," insista-t-il.

"Non, tu ne l'as pas fait. Ace, je t'ai envoyé là-bas non seulement pour apprendre ta leçon mais aussi, pour voir la vie sous différents angles."

Là, elle revint avec la même vieille histoire de perspective et de leçons dont il n'avait toujours pas eu la moindre idée à ce jour. « Je suis ici depuis un an et je n'ai rien vu de merde, alors de quoi diable parle-tu ?"

"Ace chéri, cette vie n'est pas faite que d'argent, d'alcool, de voitures tendance et de vêtements. Il y a plus que ça et je pense que tu le verras pendant ton séjour là-bas. Tu me remercieras plus tard, fais-moi confiance." la ligne est restée silencieuse pendant un moment avant que sa mère ne continue.

« S'il te plaît, fais-moi une faveur. Non, fais une faveur à la famille en évitant l'alcool. Est-ce trop demander ? »

Ses sourcils se froncèrent un peu alors qu'il réfléchissait à la probabilité d'une possibilité. Une habitude était facile à construire mais presque impossible à détruire.

Si les conséquences de ses actions ne pouvaient pas l'empêcher d'aller mieux qu'il ne l'était, alors quoi d'autre pourrait le faire ?

Ace poussa un soupir et commença à arpenter la véranda de taille moyenne de l'hôtel trois étoiles où il résidait, à St Claire.

L'endroit devenait à peu près ennuyeux et la suite semblait se compresser de jour en jour. Le seul avantage de l'hôtel était sa proximité avec l'université.

"Ace, tu es là ?" interrogea sa mère avec inquiétude.

"Je vais, maman, je vais rester loin de l'alcool," répondit-il d'un ton ennuyé.

"Merci. Eh bien... je dois y aller, ta sœur a un défilé de mode à préparer ce soir et je dois donner un coup de main. Bonne journée mon fils, je t'aime."

"Ouais moi aussi."

Ace jéta brusquement son téléphone sur le lit puis, appuya ses coudes sur la balustrade. Il regarda la rue commencer à se remplir d'étudiants.

Deux jolies filles qui marchaient côte à côte, riant de ce que la plus belle d'entre elles avait dit, le regardèrent en souriant.

Il leur sourit en retour avec un clin d'œil et ils rigolèrent tous les deux.

Leurs visages n'étaient pas nouveaux pour lui, ils étaient des habitués des clubs et des filles d'une nuit ; Quatre-vingt pour cent des filles a Molyko city se sont abrités sous cette classification. Slayers, ils étaient communément appelés car ils ne s'habillaient presque pas et n'avaient besoin que d'argent après une heure d'entraînement au lit.

Ceux qui ont réussi à avoir des «ficelles attachées» les ont immédiatement détachés de leur portefeuille à sec. C'était l'une des nombreuses raisons pour lesquelles il n'avait jamais tenté de sortir avec une « Slayer ». L'aventure était là où il appartenait et le serait toujours jusqu'à ce qu'il rentre à la maison.

Son téléphone sonna, dirigeant brusquement sa main droite vers la poche de son pantalon cargo jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il l'a jeté au lit puis il entra dans sa chambre pour cela. À partir de l'identification de l'appelant, Ace a déjà compris le corps de l'appel.

« Ouais frèro, quoi de neuf ? »

C'était Mike, le premier copain qu'il s'est fait en mettant les pieds au Cameroun. Mike mesurait six pieds, tout comme lui, le teint ébène. Il avait toujours la barbe et les cheveux assez courts, ce qui le rendait propre.

Il s'appelait aussi le maître njoka* et aussi,  c'était amusant d'être avec lui.

« frèro, où es-tu ? Tu n'es pas venu à l'école aujourd'hui », a déclaré Mike l'évidence.

"Mec, j'étais ivre a fond. J'ai trop bu hier soir."

Mike a ri, "Je sais bien, néanmoins, ce soir, c'est un autre garçon de nuit, c'est fête après fête."

Ace gloussa en imaginant Mike en train de faire sa célèbre danse des épaules.

"Je ne pense pas pouvoir y arriver ce soir mec," Ace se frotta les tempes avec une grimace.

"Yo! Attends, je dois parler à la mauvaise personne," il y eut une pause et puis sa voix, "C'est bien Ace la fontaine de shishi*, le dieu des livres, des dollars et des francs," dit-il.

"Qu'est-ce qui se passe avec toi, mec ? Tu sais qu'il y aura des filles, n'est-ce pas ? Beaucoup et beaucoup et beaucoup d'elles, il y aura aussi la chicha... ta préférée. Lavida nous a assuré que nous étions parmi les VIP, putain! Réveille-toi, ce soir va être le feu."

Il n'y avait aucune chance que Mike le laisse partir à moins qu'il n'y consente. Il repensa à la promesse qu'il venait de faire à sa mère, non, à sa famille, il y a quelques secondes à peine. Bon sang, c'était une tentation de premier ordre.

"Yo! Mec," Une autre voix fit écho en arrière-plan. Ce n'était autre que Capello, un autre de ses amis qui était un DJ en herbe. "Je t'attends. Au cas où tu aurais oublié le lieu de fête, c'est le tout-puissant Burj Khalifa, à 22 heures. Ne me déçoit pas."

Ace décoiffa grossièrement ses boucles. Il était plus difficile de résister qu'il ne le pensait.

"Très bien, je serai là."

Il n'y avait pas de retour en arrière. Il venait de vider sa promesse dans les égouts. Ils lui ont fait ça, sa famille lui ont fait ça, ils l'ont renvoyé loin de chez lui et c'était le résultat pour cela. La vie est trop courte pour la passer à essayer de plaire aux gens et à pleurer.

En plus, ça faisait un moment qu'il n'avait pas fait de sex-appeal. Son scrotum avait besoin d'être drainé.

Si je péris, je péris.

*Shishi- argent (pidgin English)

* njoka master- quelqu'un qui aime les fêtes et le plaisir.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status