Chapitre 3

Nora était prête pour la routine du soir ; avec son seau autrefois bleu marine maintenant tourbillonnant blanc à la main, elle est sortie de la maison vers le robinet public.

Maintenant, l'eau qu'elle avait puisée la veille s'était libérée comme par magie du baril en caoutchouc de 200 litres qu'elle avait réussi à remplir à ras bord, comment cela s'est-il passé ? Elle ne pouvait pas le dire. Pourtant, quelque chose au fond de son esprit lui disait, ou plutôt, imaginait comment l'eau avait été utilisée.

Avec l'existence d'une belle-mère et de filles malveillantes dans sa vie, elle devait s'attendre au pire ; utiliser de l'eau inutilement et, ou faire des choses qui l'obligeraient à utiliser de l'eau plus que nécessaire, était leur objectif quotidien.

Le voisinage du robinet était visible, mais contrairement à d'autres jours, il avait l'air différent : il était desséché par les déchets humains. L'heure que l'horloge lui affichait avant de quitter la maison était vingt heures passées, ce qui était l'heure conventionnelle pour voir une foule décorer l'environnement en béton du robinet.

Nora prit sur elle de s'en approcher plus qu'elle ne l'était déjà. Son esprit lui chuchota quelques mots dont elle ne voulait pas tenir compte ; elle voulait que ce soit faux, au lieu de cela, son action s'est avérée fausse lorsqu'elle a tourné le robinet plusieurs fois pour ne rien voir en sortir. Elle fronça les sourcils et laissa ses yeux fatigués vagabonder de frustration, cherchant un endroit pratique pour attendre.

« Oh mon Dieu », a-t-elle entendu dire un passant à mi-chemin dans un profond sommeil. Levant les yeux, une vieille dame aux cheveux écharpés de soie vêtue d'une simple robe lavande qui semblait avoir connu des jours meilleurs. Une canne mince étouffait sous l'étreinte de ses mains veineuses calleuses, mains qui semblaient avoir passé la moitié de ses années à cultiver, moissonner, fendre et soulever de lourdes charges. "ça fait déjà une heure. Il n'y a pas d'espoir que ça coule de sitôt."

La vieille dame lui adressa un sourire à pleines dents pourri avant de se remettre à pas lents, tremblants et prudents tout en marmonnant pour elle-même.

« Madam », appela Nora, prenant suffisamment de hauteur alors qu'elle suivait la vieille dame qui n'était qu'à trois pas de là. « S'il vous plaît, connaissez-vous par hasard un endroit où je pourrais aller chercher de l'eau ?»

La femme s'arrêta, scruta le corps de Nora et sourit. Cette fois, cachant ses dents pourries. « Il est tard ma chère, rentre chez toi, repose-toi. Tu en as besoin plus que de toute autre chose." La femme retourna s'éloigner et Nora ne l'arrêta pas cette fois.

Nora retourna à la potion du sol qu'elle avait épousseté plus tôt, se mit à l'aise et commença à regarder ses camarades de son âge habillés de manière sophistiquée. Un groupe de cinq filles l'a contournée : une centaine de visages maquillés en couches, dont certains ont eu la malchance de ne pas avoir choisi leur bonne teinte, les faisant apparaître comme des mascarades mexicaines, des faux cheveux ; synthétiques, humains et même animaux, des bijoux coûteux et des robes courtes et rehaussées juste un pouce ou deux longue après le niveau des fesses.

Le groupe de cinq bavardait assez fort pour que ses oreilles captent tout ce dont ils parlaient.

« J'ai entendu dire qu'un des gars habite dans cet hôtel." le plus sombre d'entre eux dans une robe noire scintillante et des cheveux péruviens bouclés fit signe à l'hôtel qui possédait le robinet public où Nora allait chercher son eau.

" Tu as entendu ? Eh bien, je l'ai vu ce matin. Je pense que ça devrait être sa chambre. " La plus petite dans une robe courte rouge cerise montra une véranda au deuxième étage. "J'ai entendu dire que son père possédait un..."

La voix s'éloigna alors qu'ils atteignaient finalement l'autoroute à un point tel qu'elle n'avait pas été capable de saisir le dernier de ses mots.

De retour à l'analyse du reste des passants, Nora a identifié une silhouette familière vacillant sur une paire de talons argentés de cinq pouces, tout comme le groupe de filles précédent, était-ce celle-ci habillée et maquillée.

"Rose?" pensa Nora, plissant les yeux pour réduire la quantité de lampadaires qui y plongeaient et aussi, pour s'assurer qu'elle n'hallucinait pas, bluffa. Rose s'est précipitée vers l'obstacle le plus proche qui faisait partie de la clôture de l'hôtel pour se soutenir avant de lancer à Nora un regard mortel.

"Qu'est-ce que c'est?" grogna-t-elle.

"Tu as l'air... différente," avoua Nora en se demandant si sa belle-mère était au courant de l'apparition de la nouvelle Rose qui se tenait devant elle. Nora haussa inconsciemment les épaules, sachant qu'absolument rien ne changerait, qu'elle le sache ou non.

« Ouais, et alors ? » Rose attrapa sa chaussure et commença à la déboucler. "Jésus ! J'ai mal aux pieds," murmura-t-elle dans un souffle.

Nora n'a rien fait d'autre que regarder.

"Écoute," ajouta Rose. "Je ne veux rien de toi pour la première fois, à part garder ta bouche fermée. Compris ça? Garde-le," Elle imita une fermeture éclair le long de ses lèvres.

Nora hocha vigoureusement et docilement la tête. « Au moins, dis-moi où tu vas au cas où quelque chose se produirait."

Rose fouilla dans un sac en plastique pour une paire de pantoufles en cuir, la remplaçant par les talons repliés. "Comme je l'ai dit," elle y glissa simultanément les pieds. "Occupe-toi de tes affaires, j'espère que le français est assez clair pour toi."

Sur ce, Rose s'éloigna d'un pas lourd.

Nora regarda sa silhouette reculer jusqu'à ce qu'elle soit hors de vue. Sur le chemin de la petite potion sur laquelle elle était assise plus tôt, Nora a repéré un compagnon d'eau grâce à sa vision périphérique. Rapidement, elle a couru vers la silhouette mince et a demandé,

"Hé," s'arrêta la fille avec un regard perplexe. « Désolé de te déranger. Je voulais juste te demander si tu connaissais un endroit où je pourrais aller chercher de l'eau."

Le visage de la fille s'adoucit, "Oh, ouais, bien sûr, mais c'est assez loin d'ici. Je doute que tu puisses atteindre-"

"Je souhaite juste connaître l'endroit, s'il te plaît." Nora l'a coupée avec un plaidoyer.

« Paper gate. C'est l'endroit. »

Nora soupira de soulagement et remercia la fille. Papergate était à deux minutes en voiture et treize minutes à pied de sa position actuelle. En effet c'était assez loin, pour treize rounds. Elle mettrait probablement jusqu'à l'aube pour finir de remplir le tonneau.

La jeune fille se mit à pied. Si elle pouvait deviner l'heure à partir de la position de la lune, comme le pensait sa grand-mère paternelle de campagne, elle devinerait vingt une heures trente ou vingt deux heures mais les autoroutes semblaient toujours n'être que dix huit heures avec le nombre de taxis en circulation, de nombreux adolescents et de jeunes adultes se promenant main dans la main, certains se perchant sur des stands de nourriture de rue et des variétés de musique provenant de différents snack-bars explosant dans les airs.

Les enviait-elle ?

Absolument! Ils avaient l'air si heureux, chacun d'entre eux. Certains l'ont amenée à se demander ce que cela faisait d'avoir cette forte affection envers un autre, ce que cela faisait de marcher si près, sans parler de la main dans la main avec un être cher, de le regarder dans les yeux et de sourire.

N'ont-ils pas eu une pointe de nervosité à un moment donné ? Qu'en est-il de l'inconfort, de la timidité, de la gêne ?

Enfin, à paper gate, Nora a immédiatement aperçu ce qu'elle cherchait, ce n'était pas si difficile à distinguer car il était situé sur le trottoir. Contrairement au robinet où elle puisait habituellement de l'eau, celui devant lequel elle se tenait était presque vide de toute forme de structure humaine.

Elle n'avait jamais autant remercié le ciel qu'à ce moment-là. Tout ce qu'elle avait à faire était de prier pour que cela reste ainsi tant qu'elle faisait sa routine nocturne de treize rondes.

Son énorme seau était nourri trois minutes après son arrivée mais contrairement à son seau, son estomac était vide. Raison pour laquelle il avait soudain pris plaisir à râler depuis chez lui.

Nora s'accroupit au niveau du seau pour en saisir chaque côté, prête à le faire monter sur sa tête quand soudain, ses yeux se tournèrent. Elle jeta une paume sur son front, les yeux fermés.

Trois...

Deux..

Une.

Elle les ouvrit la clarté et continua presque immédiatement à soulever le seau sur sa tête.

Ce n'est rien, ça va aller. Elle a encouragé.

La rue avait commencé à déserter lorsque Nora arriva au troisième tour. Il était minuit passé. Les taxis et les chauffeurs, garçons et filles, la musique éclatante, les oiseaux, les chats errants et les chiens s'étaient endormis, sauf elle, et un certain nombre de propriétaires de voitures personnelles errant dans la rue déserte.

Cela, elle en était reconnaissante ; Traverser l'autoroute avec autant de taxis se précipitant à une vitesse vertigineuse était fastidieux, surtout avec un énorme seau d'eau au-dessus de sa tête.

Les gentils s'arrêteront et vous feront traverser, mais les téméraires beugleront des injures au sommet de leur voix du crépuscule à l'aube.

C'était le moment idéal pour faire n'importe quoi. On pourrait même l'utiliser comme une opportunité de découvrir comment se tenir au milieu d'une autoroute, les yeux fermés, se sentait.

Encore une fois, pour la énième fois cette nuit-là, son ventre grimaça.

Tu aurais dû t'y habituer. Pourquoi me hurler sur cet état actuel du nôtre ? pensa-t-elle, s'attendant à ce que son esprit communique avec son ventre d'une manière anatomique et plaide pour qu'il soit silencieux en son nom.

Nora avait réussi à rejoindre l'autoroute abandonnée malgré la désobéissance de son ventre qui n'arrêtait pas de gémir, la pressant d'y mettre quelque chose tôt ou tôt.

Cela était même allé jusqu'à prendre le contrôle de son esprit et assez vite, ses yeux ont réagi à l'appel avec une autre scène de vertige et ses jambes ont presque saisi la transaction et ont commencé à vaciller.

Elle devait rester immobile, fermer les yeux et attendre que la situation se remette, alors, elle pourrait prendre la relève à partir de là. Mais lorsque son compte à rebours de base de trois à un a atteint la base sans changement, Nora a su plus que simplement laisser son corps prendre la garde de son être. Alors, elle a décidé de se lancer dans un autre essai de consolation corporelle qu'elle n'avait pas encore découvert.

En ouvrant les yeux, les choses semblaient être encore pires qu'avant ; rien n'était en place. Tout tournait, même les bruits audibles semblaient distants et s'estompaient à chaque nanoseconde volante.

C'était trop. Elle n'en pouvait plus.

Son corps était engourdi. Puis vint l'oreille soufflant des cornes, elle ne pouvait toujours pas bouger, elle ne pouvait même pas déchiffrer d'où ça venait.

Le poids du seau qu'elle tentait de maintenir lui a quitté la tête en un instant en raison d'un fort impact de métal froid contre ses côtes. Ses jambes ont finalement reçu un signal pour l'abandonner avec son corps fouettant l'air pour se retrouver sur une flaque d'eau froide.

Une douleur atroce traversait son corps à cause du choc de sa tête contre la dureté et la rugosité du goudron.

« Mec, elle est morte ? » quelqu'un a demandé.

"Elle l'est," confirma l'autre, après avoir pressé son pouce contre son cou puis son poignet.

C'était le dernier atome de rayons sonores qu'elle distinguait avant d'embrasser l'oubli

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status