Chapitre 5

Le chemin de fer avait l'air rouillé et tout cultivé avec de l'herbe de bahama jusqu'à la cheville, des tiges d'oreille d'éléphant et des fétuques. Les graviers qui s'y trouvaient et ceux qui bordaient les bordures étaient assez plats et pointus pour pénétrer la semelle de sa chaussure. C'était plutôt malheureux que Nora se tenait pieds nus sur eux.

Elle était au milieu de nulle part, debout sur une voie ferrée abandonnée. Tout seul. Nora a eu du mal à prendre une longueur d'avance mais l'effet perçant des graviers tranchants ne la laissera pas faire. Elle a levé un pied pour examiner ses semelles et, comme prévu, elles étaient fêlées et saignaient comme si elle avait marché dessus depuis des lustres.

L'avait-elle ?

Elle ne pouvait pas aller plus loin mais si elle persistait, elle pourrait ne jamais trouver d'aide.

Nora ignora les coups douloureux qui allaient de ses pieds à ses entrailles et se mit à avancer. Elle ignora également les buissons extrêmement énormes de chaque côté d'elle qui semblaient contenir une variété d'organismes vivants à en juger par les bruits qu'ils exhibaient.

Nora luttait contre les herbes chatouillant et coupant de chair, mais le chemin de fer semblait devoir s'arrêter. Il n'y avait aucun signe d'espoir et elle commençait à avoir faim et soif aussi car elle n'avait pas mangé depuis des jours.

Sa belle-mère lui offrira-t-elle une goutte d'eau ou une fraction de nourriture une fois qu'elle sera rentrée à la maison ? Elle se demandait.

Juste au moment où elle était prête à perdre espoir et à abandonner son corps aux créatures sauvages et au soleil brûlant, elle a vu quelque chose à l'horizon. Non, quelqu'un.

"Bonjour," dit-elle pour la première fois et la voix ne ressemblait pas du tout à la sienne.

La silhouette ne répliqua pas et bougea non plus. Alors elle fit ce qu'une personne impuissante ferait avec le peu de force qui lui restait.

À l'approche, Nora a pris toute l'image. C'était celui qu'elle ne pourrait jamais oublier. Elle l'a vu presque chaque nuit dans son sommeil.

C'était dans une simple robe à manches longues d'un blanc immaculé, la même avec laquelle elle l'avait vue pour la dernière fois lorsqu'elle avait magnifiquement dormi dans cet affreux cercueil. Ses pieds étaient également recouverts d'une paire de chaussettes blanches.

Le visage souriant qu'elle portait portait un maquillage simple et ses cheveux noirs minuit étaient toujours naturellement peignés le long de ses épaules.

"Maman ! Maman c'est toi ?" Elle a incroyablement interrogé, mais sa sois disant mère n'avait fait que sourire.

Elle ne pouvait pas le croire. Pas du tout; elle se tenait devant sa mère décédée. Cela signifiait-il qu'elle était morte aussi.

Nora se rapprocha de quelques pas de bébé pour se trouver à deux longueurs de bras.

"Maman, je... tu m'as tellement manqué," ses yeux se remplirent de larmes. « Je suis tellement contente d'avoir pu te revoir, » elle s'arrêta pour avaler. "Es-tu ici pour m'emmener avec toi ? Parce que je veux vraiment y aller avec toi. Je ne veux pas rentrer a la maison. Personne ne m'aime là-bas, alors s'il te plaît, ne me renvoie pas la bas," a-t-elle balbutié.

"Papa n'a plus de temps pour moi depuis qu'il a épousé cette vieille Martha laide. Elle me déteste et ses enfants aussi, donc je n'ai aucune raison de rentrée."

La dame n'a toujours pas prononcé un mot à part un sourire.

"Ne pense même pas à disparaître comme tu le fais toujours parce que je le ferai aussi. Je ne sais pas comment mais je le ferai. Alors s'il te plait emmène-moi d'accord ?" Nora s'approcha.

La dame secoua la tête avec consternation mais sourit.

"Allez," son murmure était à peine audible que Nora qui se tenait maintenant à un mètre de distance n'était pas capable de déchiffrer les mots. "Va. Va-t'en. Ne traverse pas."

"Qu'est-ce que tu dis?"

La dame a pointé le sol mais Nora en regardant, n'arrivait pas à comprendre ce qu'elle essayait de lui montrer. La dame commença à devenir plus translucide qu'elle ne l'était déjà.

"Attends, ne pars pas. Je n'ai même pas entendu ce que tu as dit. Attends..." cria Nora.

"Allez. Va-t'en..."

« Maman, attends. S'il te plaît, ne me laisse pas ici, je t'en supplie. » Elle s'est rapprochée de deux pas lorsque sa mère a soudainement disparu. "Non non non non. Mamannnn." Elle a crié.

Elle se mit à marcher plus loin mais fut tirée en arrière par une force puissante qui dépassait sa compréhension.

"Mamannn !!!!" Sa voix a fait écho à travers la scène ferroviaire en voie de disparition."

*

"Docteur, elle est réveillée," entendit-elle.

Sa vision était encore floue, à tel point qu'elle ne pouvait pas tout à fait déchiffrer son environnement. Elle essaya de remuer son corps mais ça piquait tellement que sa tête était la pire.

« Merci. Vous pouvez y aller maintenant. »

Nora cligna des yeux plusieurs fois pour ajuster sa vue à celle de la lumière vive et pénétrante illuminant la pièce depuis la fenêtre.

"Où est cet endroit?" réussit-elle à dire, mais sa voix n'était pas nette.

« l'hôpital », a simplement répondu le jeune médecin, qui avait probablement une vingtaine d'années, en promenant son stéthoscope de gauche à droite de sa poitrine. "Inspirez et expirez s'il vous plaît."

Il était vêtu d'une combinaison blanche sur un pantalon noir avec un stéthoscope en demi-cercle de son col. Dans sa main se trouvaient un livret d'hôpital et un sac en plastique blanc. À première vue, il devait attendre patiemment qu'elle se réveille.

"Quelle heure est-il s'il vous plaît?"

Les sourcils du docteur se froncèrent, se demandant pourquoi le temps serait plus important pour la jeune femme allongée devant lui que sa santé, mais répondit quand même.

« 9 h 10 du matin. Mais pourquoi s'inquiéter davantage- » Nora luttait pour sortir du lit aussi prudemment qu'elle le pouvait. "Oh! Je vais vous conseiller de rester immobile, votre état n'est pas le meilleur en ce moment mademoiselle," Le jeune docteur essaya doucement de la repousser en position allongée.

« Je vais bien, d'accord ? Je dois rentrer chez moi monsieur, pourriez-vous m'emprunter une pièce s'il vous plaît ? » supplia-t-elle, s'efforçant d'ignorer les coups insupportables que sa tête avait à offrir.

"Ma chérie, calme-toi."

"Je suis vraiment désolée. Je ne peux pas," ses pieds pendaient dans toutes les directions du lit, luttant pour atteindre aveuglément ses pantoufles. « Où sont mes pantoufles ? »

« Mademoiselle, vous devez être calme et vous reposer. Vous avez failli mourir », a dit le médecin et obtenu un examen minutieux de la par de la jeune fille.

Les yeux de Nora s'élargirent et sa bouche s'ouvrit. Des flashs de l'événement de la nuit précédente s'infiltrant dans son esprit.

"Vous avez été impliqué dans une tragédie qui a failli vous coûter la vie. Vous avez de la chance d'avoir été conduit ici par un bon samaritain et de vous être occupé de tous les aspects financiers", a-t-il poursuivi.

« Nous avons fait quelques tests de laboratoire nécessaires, » il tendit le bras pour tendre à Nora le livret qu'elle hésitait à recevoir.

"Est-ce nécessaire?"

"Bien sûr."

Nora lui prit le livret des mains.

« J'aimerais vous poser quelques questions si cela ne vous dérange pas… juste pour confirmer. »

Quand Nora n'a pas répondu, il l'a pris comme un signal pour continuer.

« Est-ce que vous ressentez des étourdissements, une vision floue ou une faiblesse corporelle ? »

Elle hocha timidement la tête. Le docteur l'imita.

"Cela confirme les résultats alors, comme c'est Mademoiselle, vous avez été diagnostiqué avec un"

" Je ne veux pas savoir, docteur, le coupa-t-elle."

"Ah bon?"

Encore une fois, Nora hocha la tête. « Je passerai moi-même en revue les résultats du laboratoire une fois que je serai à la maison. »

« Mais je vous suggère de revenir dès que possible."

Nora sourit faiblement.

"Voici des antibiotiques et des analgésiques pour la tête et les plaies", lui tendit-il le petit sac en plastique blanc. "Ils vous aideront à vous rétablir. Les prescriptions de chaque médicament sont écrites dans le livret. Si vous pouvez commencer à les prendre tout de suite, ce sera une bonne chose."

"Merci docteur."

Lorsque ses pieds touchèrent enfin le sol, elle s'accroupit pour chercher ses pantoufles sous le lit.

"Le jeune homme qui vous a amené ici a assuré à l'une des infirmières de contacter votre famille dès qu'il le pourrait, dire que nous sommes surpris qu'ils ne se soient pas présentés ne serait pas un mensonge."

Nora, qui n'a prêté que peu ou pas d'attention à ce qu'il disait, s'est levée après avoir abandonné la recherche.

"Je vous prie de prêter une pièce monsieur."

Le jeune homme a enfoncé sa main dans la poche de son pantalon et l'a retirée avec un billet de cinq cents froissé. Il regarda Nora, dont le regard n'avait pas quitté sa main riche, puis sa main.

"Prenez ceci," offrit-il.

« Non, monsieur, une pièce suffit pour me ramener à la maison », a-t-elle protesté.

Le jeune homme sourit. "J'insiste pour que vous preniez ceci, cela vous ramènerait à la maison et vous achèterait quelque chose à manger avec le reste."

Elle a reçu l'argent les mains tremblantes, l'a remercié mille fois avant de partir.

Enfin à la maison, Nora a été accueillie avec le visage terrifiant de sa belle-mère, assise sur le pas de la porte avec une tige de mangue épaisse à la main.

Sa belle-mère dessinait avec colère des cercles sur le sol poussiéreux en marmonnant.

"Bonjour," salua-t-elle.

« Qu'est-ce qui rend la matinée agréable ? » elle lança à Nora un regard mortel. « Dis-moi. Qu'est-ce qui rend la matinée agréable ? Est-ce que c'est toi qui commence à passer la nuit hors de la maison et te montre le lendemain matin avec des bandages prétentieux sur la tête ou tu développes soudainement des cornes et ne respecte pas ma présence et reste dans cette maison ? Choisit."

À ce stade, elle s'était élevée à une hauteur suffisante avec sa peau affaissée dansant à tous les coins, quel que soit le chemisier fleuri serré qu'elle portait. Chaque pas qu'elle faisait vers Nora était réciproque avec un pas fait dans la direction opposée.

"Es-tu subitement devenue sourde ? Je te parle fille de sorcière."

« J'ai eu un accident et j'ai dormi à l'hôpital," balbutia-t-elle. "C'est la preuve", a-t-elle également tendu son livret d'hôpital et ses antibiotiques.

« Et tu penses que tu seras épargné à cause d'un livre stupide et de médicaments? Reste juste là et assure-toi de ne pas bouger."

La femme peinait à rejoindre Nora qui avait fait un pas en arrière.

« Est-ce que je parle allemand ? N'as tu pas entendu ce que je bien de dire? Je pensais vous avoir prévenu de ne pas bouger ? » 

« Qu'est-ce que c'est que le tumulte ? » Le père de Nora est entré avec un torse nu fin et malsain. « Nora, que t'est-il arrivé ?" questionna-t-il, oubliant totalement la question précédente qui nécessitait une réponse.

"Votre fille a commencé à dormir à l'extérieur de la maison et à revenir avec de fausses blessures juste pour éviter les corvées."

"La dernière fois que j'ai vérifié, ton prénom sur notre certificat de mariage est Martha et non Nora", a licencié son père. "Maintenant, vas-tu jeter ce fouet, l'animosité s'éteint lentement mais sûrement dans ce pays si vous voulez le savoir."

Son père retourna son attention sur elle, attendant des explications.

"J'ai eu un accident."

"Entre." ordonna calmement l'homme.

« Wuna be mumu.* » Martha a crié à leurs silhouettes qui battaient en retraite. (Vous êtes tous des imbéciles).

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status