Chapitre 6

Onze heures trente du matin et Ace dormait toujours, pas même les klaxons bruyants, la musique de rue soufflante des va-et-vient de Papa promo, et les bavardages des passants de la rue au hasard pourraient faire quelque chose pour le réveiller. Mais une chose a fait.

Son téléphone s'était mis à sonner sans cesse et de manière irrespectueuse au coin de sa tête. Il a essayé pendant les deux premières minutes de l'ignorer en vain. Il n'arrêtait pas de sonner. Ace savait qu'il n'y avait qu'une seule personne sur toute la planète Terre pour l'embêter de cette façon et il allait lui donner un morceau de lui pour s'être immiscé dans son sommeil réparateur.

« Qu'est-ce que c'est que ton problème, El ? »

"Espèce d'idiot."

Eloise, sa petite sœur est définitivement le genre de personne que vous ne voudrez pas échanger, même pour un dollar. Elle était une douleur dans le cou – dans son cou, raison pour laquelle il n'a jamais regretté de lui avoir fait certaines choses pendant leur enfance comme lui couper les cheveux pendant son sommeil et ajouter du piment dans ses céréales quand elle ne regardait pas.

« Je dors. S'il te plaît, laisse-moi être ton problème plus tard, d'accord ?"

« Ne me raccroche pas au nez. Je dois d'abord te dire quelque chose."

"Quoi ? Tu as enfin un remplaçant plus sexy que moi ?" se moqua-t-il.

Bien sûr, elle avait finalement admis, mais pas de la bonne manière, qu'il était beau malgré les insultes qu'elle lui lançait tous les jours.

Eh bien, apparemment depuis qu'il est parti pour le Cameroun, sa petite sœur folle n'avait pas été en mesure d'obtenir un modèle pour son défilé de mode aussi parfait que lui dans tous les aspects.

"Ouais, bien sûr. Eh bien, c'est si jamais vous considérez un épouvantail au nez bulbeux aux cheveux longs sexy," rigola-t-elle.

« Au revoir, » tenta-t-il.

« Attends ! »

"Quoi?"

Elle a exhalé : "La raison pour laquelle j'ai appelé c'est parce que oui, j'ai enfin trouvé un mannequin pour te remplacer lors de mes défilés à venir mais... je suis en quelque sorte... tu sais... en train de tomber et quelque chose me dit que--"

« Tomber? D'une arbre ou d'une colline, lequel d'entre eux ? » il a provoqué.

À ce moment-là, ses yeux ne dormaient plus car il était très inhabituel que sa sœur lui parle de problèmes de cœur.

"Espèce de romantique désespérée," l'imagina-t-il en roulant des yeux. « En amour bien sûr, comme ça parait stupide », marmonna-t-elle les quatre derniers mots dans un souffle, « Mais quelque chose en lui est inhabituel. » Sa voix grinçante irritante ressuscita.

Ace s'étira et se dirigea vers la petite véranda de l'hôtel. Il s'appuya sur la rampe d'acier froide avec un coude libre posé dessus. « Pourquoi dis-tu ça ? Est-il infirme ? »

"Ace, sois sérieux pour une fois dans ta misérable vie." Elle soupira de frustration, "Je le croise presque partout, la première fois c'était à la fête de Marila, puis dans les coulisses, et enfin au centre commercial je veux dire... quelle coïncidence cela pourrait-il être tout d'un coup ?"

Il haussa les épaules, même s'il savait qu'elle ne pouvait pas le voir.

"C'est peut-être un esprit."

"Tu ne prend jamais rien au sérieux, au revoir", a-t-elle agi.

Il savait qu'elle n'allait pas abandonner l'appel alors il resta silencieux pendant un moment, observant l'agitation de la rue en contrebas. Une demi-douzaine de garçons de son âge ont valsé dans un sentier de l'autre côté de la route.

Il les avait vus près de marcher souvent sur ce chemin le matin et s'était demandé quel os attirait leur présence jusqu'à il y a une semaine, lorsque Mike, en tirant ses fesses matinales à l'école, a coupé son inquisition avec la révélation d'un spécialiste doué - le les mots du cheval - de beignets et de haricots.

"Écoute El, tout d'abord, tu sais que papa va être fou de merde de te voir 'tomber' le pire encore, face à un fantôme; totalement inconnu. Oh, attends. Vous avez déjà fait connaissance tous les deux ?"

« Eh… ouais ? »

"Depuis quand?"

"Le premier jour, c'était il y a environ deux semaines."

Il y avait une proportion égale à la raison pour laquelle ses sourcils s'abaissaient ; le grognement de son estomac à la pensée du somptueux petit déjeuner épicé de la douée n'était rien comparé à la confession tentante de sa sœur de tordre la tête de quelqu'un.

"Jésus Christ!" Ace se frotta les yeux. « Deux semaines seulement et tu… craques pour lui ?"

« Ne me blâme pas, d'accord ? C'est tellement un gentleman, il est doué avec les mots, et il a ses manières avec moi que je ne peux pas comprendre non plus."

Ace soupira, "J'espère qu'il n'a pas encore mis le doigt sur toi."

« Jésus, non ! »

"Ne fais pas comme si tu n'avais pas fait assez d'atrocités en tombant amoureux de lui", a-t-il souligné les trois derniers mots puis a soufflé, "Assure-toi de ne pas te rapprocher d'un mètre de lui, de sa maison ou de tout ce qui lui appartient jusqu'à ce que je vienne et l'approuve d'accord ? »

"Hein?"

Son regard errant se posa sur la familiarité. "Bien. Je t'aime aussi au revoir." Cliquez sur.

Il garda son téléphone dans la poche de son pantalon tout en plissant les yeux devant l'image en dessous de lui. Le regard de la fille rencontra aussi le sien en un instant... comme si elle l'avait observé tout le temps.

Il ne la reconnaissait presque pas si ce n'était à cause de la robe en lambeaux déjà vu, de ses pieds qui saignaient, de quelques pansements jonchés sur son corps et de l'énorme bandage sur sa tête.

Elle avait en main un gros seau en plastique et sur le visage un sourire sincère qui l'irritait outre mesure. Elle leva la main pour lui faire signe mais il sortit rapidement de la véranda et se précipita dans sa chambre.

Quelque chose le démangeait de le déranger, Ace lutta pour atteindre la démangeaison pendant un moment en vain, jusqu'à ce que finalement, son esprit se décide à s'attaquer au problème pour une raison quelconque ; la fille sur laquelle il venait de poser les yeux était sans aucun doute la fille que son ami avait renversé la nuit précédente.

Maintenant, en tant qu'invalide, pourquoi ? Au juste pourquoi se tiendra-t-elle devant le robinet avec un seau à la main prête à l'avoir sur une tête qui était censée lui faire très mal après une chute brutale ? N'avait-elle pas ressenti de douleur ou avait-elle subi un rituel de guérison vaudou africain ?

Attendez une minute! Était-elle vraiment sa voisine ?!?

Ace retourna discrètement à sa place précédente sur la véranda, il étendit son long cou pour jeter un coup d'œil à la zone où se tenait la fille plus tôt mais ne vit aucune fille de ce genre.

"Tu dois être en train d'halluciner Ace !" se consola-t-il en se frottant la tempe. "Tu dois absolument t'abstenir d'alcool avant que ton cerveau ne soit complètement frit."

Il entra dans sa chambre, prit une douche rapide et se prépara pour une promenade. C'est exact. Si quoi que ce soit ? Il avait définitivement besoin d'aérer sa tête donc les universitaires puissent définitivement attendre.

Ace, en ouvrant sa voiture, a rencontré la même fille de ses hallucinations qui avait exactement le même aspect, juste beaucoup plus sale à y regarder de plus près; ses cheveux étaient emmêlés comme si elle n'avait pas vu de peigne depuis des lustres. La robe qu'elle portait avait encore des taches de sang de la nuit dernière. Elle avait l'air mal nourrie et aussi légère qu'une plume.

Elle faisait des choses avec ses orteils, il devina qu'elle était nerveuse à propos de quelque chose.

Il s'est rapidement précipité dans sa voiture en priant pour qu'elle ne le voie pas ou ne le remarque, malheureusement, cria-t-elle de l'autre côté de la porte décorée de façon fantaisiste.

"Monsieur?" même sa voix sonnait mal nourrie.

Il a ignoré et a sauté dans sa voiture. L'agent de sécurité a ouvert les portes alors qu'il roulait en marche arrière. Comme s'il n'avait pas eu assez d'embarras rien qu'en la fixant des yeux, il entendit de légers bruits sourds du côté passager de sa voiture.

"Monsieur," insista-t-elle en tapotant toujours. « Monsieur, s'il vous plaît, je souhaite vous parler. »

Ses nerfs étaient au bord de l'explosion. Ace est brutalement sorti de sa voiture en criant : "Putain ! Enlève tes mains de ma voiture. Ne fais plus jamais ça."

Elle frissonna de peur et baissa les yeux en s'excusant.

« Si vous m'en voulez pour vos pantoufles, désolé, je les ai jetées, d'accord ? »

"Non, je... je veux juste vous remercier de m'avoir emmené à l'hôpital et d'avoir réglé les factures, c'est tout."

« Et qui t'a même dit que j'avais fait ça ?" il fronça les sourcils de dégoût. Elle avait l'air si épuisée qu'il pouvait à peine voir ses lèvres gercées trembler ou l'entendre de l'autre côté.

« J'ai demandé au docteur de vous décrire comme l'infirmière l'a fait avec lui."

"Bien sûr, l'infirmière," railla-t-il, leva les yeux au ciel et remonta dans sa voiture, ferma la portière prêt à démarrer mais ensuite, il s'arrêta de déplacer la voiture et descendit le pare-brise du passager. Elle se tenait toujours là comme un monument.

Il sortit alors un billet de dix mille francs qu'il lui offrit. "Tient, sauve ta vie."

"Non," elle secoua vigoureusement la tête. « Merci. J'ai peur de ne pas pouvoir le prendre. Vous avez déjà tellement fait que je vous suis redevable. »

Il gloussa, « Je n'ai rien demandé alors garde tout ce que tu as pour toi et ajoute ceci." il étendit davantage sa main, sa patience s'amenuisant, mais elle se tenait toujours sur ses terres en refusant.

"Ecoute, si tu essaies d'agir comme ces filles naïves désespérées dans tes films africains idiots, ça ne marche pas ; je n'aurai besoin de rien de ta part si tu prends cet argent. Pas aujourd'hui, ni demain, ni jamais. Tu n'es définitivement pas un fraction de mon type de toute façon" marmonna-t-il la dernière phrase pour lui-même.

"Alors prends-le, procure-toi une nouvelle paire de pantoufles, des vêtements, du savon, un peigne et quelque chose à manger." Il a délibérément énuméré ce qu'il pensait être des nécessités quotidiennes au cas où elle aurait dû oublier.

Elle lui a pris l'argent à deux mains comme le ferait un mendiant. Il voulait lui poser tellement de questions qu'il avait en tête mais il a décidé de ne pas le faire. Elle n'était pas sa tasse de thé. Il a juste fait ce que n'importe qui dans sa chaussure ferait.

Il a tordu l'engrenage et s'est en aller. Au lieu de se détendre l'esprit, il mettait tout cela en marche avec quelqu'un qu'il ne connaissait même pas et qu'il ne se souciait pas de connaître.

Après une tournée dans les régions les plus froides de Buea, il s'est rendu à un lave-auto, a mangé quelque chose puis est retourné dans sa chambre d'hôtel.

Une seule chose lui préoccupait tout le temps.

Travaille-t-elle pour quelqu'un ?

Parce qu'aucun enfant né d'une mère ne ressemblera à ça.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status