Share

CHAPITRE  .52

                                    

                                         

Passons quelques jours, il n'y avait rien d'intéressant. Hafsa est revenue de son voyage de noce et on était tous invité ce soir chez ses parents

Je me suis préparée et j'ai attendu Idriss qui n'était toujours pas prêt.

                    

Moi : dépêche-toi il est 21h

                    

Lui : chut

                    

Moi : je rigole pas, tu fous quoi encore? T'es même pas habillée et tou

                    

Lui : repasse mon pantalon - en me le jetant dessus - je vais mettre celui-là plutôt

                    

Moi : tu crois tu passes un casting ou quoi? On va juste chez TES PARENTS. Après on dit que c'est moi qui prend 15 ans hein.

                    

J'ai repassé son pantalon pendant qu'il était là entrain de s'ambiancer sur son rap

                    

Moi : tu te fou de ma gueule ? - en coupant la musique 

                    

Lui : comme ça tu vois ce que ça fait quand j'attends 1h

                    

Moi : exagère bien. Dans 5 minutes t'es pas là je pars sans toi

                    

Je suis partie m'asseoir dans le salon. Il est arrivé 15 minutes après et bien sûr sans le pantalon que j'ai mis 15 plombs à repasser

                    

Moi : tu fou le seum

                    

Lui : - en rigolant - vas-y on y va

                    

On est arrivé 15 minutes après chez ses parents. Il était presque 22h, on s'est bien fait insulté et bien sur Idriss a remis la faute sur qui? Sur moi bien évidemment. C'est qui l'homme dans l'histoire après? Désespérant le mec

                    

J'ai salué tout le monde et je suis partie aidé en cuisine. Je me suis vite fait dégag

                    

Ma b-m : tu fais quoi là? Repose-toi t'es enceinte toi

                    

Moi : j'aime pas vous regardez et rester là sans rien faire

                    

Ma b-m : assis toi juste, je t'ai dis on s'occupe de tout

                    

Moi : pfff je suis enceinte pas malade tat

                    

Elle : justement, il faut te ménager. Idriss il t'aide à la maison au moins

                    

Moi : ça va, j'ai pas à me plaindre il m'aide beaucou

                    

Elle : c'est bien, hésite pas à lui mettre des coups de pression à celui-

                    

Moi : lui mettre des coups de pression c'est ma passio

                    

Elle : ça va mieux entre vous alor

                    

Moi : ça n'allait pas

                    

Elle : tu crois je suis née hier ? Je vois et entends tout, même les choses qui ne sont pas dite

                    

Moi : - en rigolant - je savais pas que tu étais voyant

                    

Elle : - en me jetant l'éponge à la face - fais la maline to

                                

            

                   

Moi : je rigole tata, il y a pas de problème entre nous, tout se passe bien. Tu nous connais non? Jamais l'un sans l'autre

Elle : ouais tu m'as volé mon fils même. Avant c'était maman fais moi si, maman fais moi ça, maman je t'aime maintenant c'est Sana par ci Sana par là

Moi : tu seras toujours la première femme de sa vie. T'es indétrônable

Elle : a j'espère bien. En tout cas je suis contente que vous vous soyez trouv

On a continué à parler puis on a rejoins les autres. Hafsa elle m'a même pas calculé une seule fois. Il y avait une bonne ambiance et vers 2h on est parti avec Idriss, Faress et Hafsa qui faisait la gueule. On est arrivé en bas du bâtiment et j'ai pris Hafsa à part

Moi : ça va Hafsa

Elle : ouais pourquoi

Moi : je sais pas toute la soirée tu parlais pas trop, on dirait tu fais la gueule

Elle : je fais pas la gueule DU TOUT - en insistant bien sur le DU TOUT - j'ai juste pas envie de parler

Moi : si tu le dis alors

Elle : je comptais pas faire mon scandale ce soir mais vu que tu demandes. J'ai pas spécialement envie de vous parlez. Faress il est peut être pas rancunier mais moi ça passe pas ce que vous avez fait à mon mariage. Vous avez gâché mon mariage voilà

Moi : gâcher ton mariag

Elle : se battre au mariage des gens c'est quoi? Tout ça c'est de ta faute. J'en veux même pas à mon frère parce que lui ça sert à rien d'essayer de lui faire comprendre les choses il est têtu je sais qu'il regrette pas ce qu'il a fait et qu'il avait ses raisons. Mais j'attendais de toi au moins un appel pour t'excuser

Moi : je contrôle pas les actes des gens moi. J'ai quoi à voir là dedans? M'excuser de quoi au just

Elle : tu te fous de moi? Ton ex et ton mari se battent, tu veux que j'en pense quo

Moi : pense ce que tu veux mais remets pas la faute sur moi.  C'est moi qui ai dis à ton frère de se battre? J'ai pas essayé de calmer les choses peut être? Il n'y avait quasi plus personne quand ils se sont battus donc viens pas dire qu'on a gâché ton mariage vu qu'il était déjà fini. Tu crois je suis fière de ce qu'il s'est passé? Je suis la première à avoir dit à ton frère que ça se faisait pas, que c'était ton mariage et tout. Tu crois que j'ai que ça à faire qu'à te faire des coups de crasses comme ça? Tu m'as rien fait hei

Elle : pour moi c'est de ta faute. T'as engendré cette bagarre. Déjà quelle idée d'aller parler à ton ex Raya

Moi : parle pas quand tu sais rie

Elle : je sais juste que ton ex et ton mari se battent pour toi, c'est que t'es pas claire

Moi :  Vas y va au bout de ce que tu penses

Elle : moi je pense que tu joues avec les deux

Moi : on me l'avait jamais faite celle-là. - en rigolant -  Idriss sait toute l'histoire avec Rayan donc ton avis je m'en cogne. J'ai toujours été clair avec ton frère sur cette histoire donc tes allusions ça me fait bien rire. Tu peux être vexé , c'est une chose mais viens pas raconter de la merde sur moi parce que ça va pas le faire

          

            

                   

Elle : tu vas faire quoi? - en commençant à crier à s'agiter et à me prendre de haut 

Idriss : et vas y c'est bon

Moi : t'as besoin de faire tout ton cinéma pour qu'on te remarque

Elle : bah tu vas faire quoi hei

Moi : continue vas-y fais ton intéressant

Elle: Depuis la veille de mon mariage tu cherches à me sauter dessus bah viens, fais toi plaisir. T'as trouvé ton prétexte

Moi : depuis la veille de ton mariage comme tu dis tu fais la maline. Prétexte de quoi? J'avais rien contre toi et j'ai rien contre toi d'ailleurs juste tu fais un peu trop la folle à mon goût. Tu prends la confiance mais je te le dis ça marche pas avec moi. Évite de me manquer de respect. Si tu m'aimes pas c'est ton problème

Elle : ouais je t'aime pas et je prends la confiance si j'en ai envi

Moi : vas-y je perds mon temps à parler avec une bouffonne. Garde la pêche

Elle : de mieux en mieux tu m'insultes maintenant? Moi une bouffonne

Moi : une grosse bouffonne même

Elle : bravo! Quelle classe. Belle-sœur de mon cul ouais. Tu dis rien toi? - en se retournant vers Idriss 

Idriss : j'en ai rien à foutre de votre histoire. Vous savez quoi? Fermez vos grandes gueules toutes les deux. J'en ai rien à foutre  de votre histoire de gamine, vous avez même pas honte de vous embrouillez POUR DE LA MERDE. Je vous vois encore vous parlez pour vous embrouillez je vous défonce toutes les deux comme ça y'a pas de tu défends untel. Et toi attends d'accoucher pour aller casser des gueules

Elle : c'est pas pour de la merde, si j'en parle c'est que ça m'a touché mais toi tu t'en fou. Tu t'en fou toujours de toute façon, c'est comme toi tu l'as dis et pas autremen

Lui : Smeh pour ton mariage, j'aurai du faire autrement, j'aurai dû prendre sur moi et le cogner à un autre moment c'est bo

Elle : oui c'est bo

Lui : Excuse-toi maintenan

Elle : m'excuser de quo

Lui : elle a raison Sana, tu parles trop ma

Elle: je m'excuse pas, je pense ce que j'ai di

Moi : j'en veux pas de ses excuses t'inquiète c'est bon on y v

Ni une ni deux je suis partie l'attendre à la voiture. En vrai c'était une histoire bête, j'avais  strictement rien contre elle. Je comprenais dans le fond sa réaction mais il y a une manière de dire les choses juste. Et avec les hormones et tout j'avais toutes mes émotions, réactions qui étaient décuplées

Lui : une vraie gamin

Moi : et fièr

          

            

                   

On est monté en voiture et on a commencé à rouler pour rentre

Lui : c'est ma sœur l'oublie pa

Moi : je suis ta femme, qu'elle ne l'oublie pas auss

Lui : elle est juste énervée pour son mariage, elle pense pas ce qu'elle di

Moi : ouais ouai

J'écoutais la musique tranquillement quand je reçois un appel. C'était HAFS

Moi: All

Elle : c'est mo

Moi : ouais je sais, qu'est-ce qu'il y a? Tu veux quo

Elle : m'excuser! J'ai été trop loin, je pensais pas ce que j'ai dis par rapport à Rayan. Je suis juste énervée par rapport à comment s'est fini le mariage. Mets toi à ma place deux secondes juste, j'aurai fais ça à ton mariage, tu l'aurais bien pri

Moi : j'ai toujours dis que c'était pas bien, qu'ils n'auraient jamais dû se battre, que ça se faisait pas mais y'a une manière de dire les choses. A cause de cette fin de soirée il s'est passé pleins de trucs et t'étais en voyage de noce tu sais pas tout ce qui s'est passé ensuite. Peut-être que oui j'aurai dû t'appeler mais Hafsa t'aurais dû me dire clairement les choses au lieu de faire la gueule et de tout garder pour toi

Elle : je sais que t'as eu des problèmes avec Idriss et que t'as fini aux urgences. Je sais pas exactement l'histoire mais j'en ai entendu parler oui. Mais je suis comme ça, je prends sur moi et un jour ça pète. Je me suis défoulée sur toi peut-être bien mais il fallait que vous compreniez que ça m'a pas plu

Moi : ça t'a pas plut bah je suis désolée pour ton mariage, c'était pas mon but de pourrir l'ambiance de fin. Mais parle mieux la prochaine fois just

Elle : sans rancun

Moi : je t'en veux pas je comprends quand même ta réaction même si j'aurai fais différemment mais tu m'as saoulé à mal parler c'est tou

On a continué à en parler pendant plus d'une heure. Idriss était parti se coucher sans moi. Franchement je suis pas rancunière, c'est la première et dernière fois qu'elle me fait le coup c'est tou

_______________________

Passons trois mois, j'étais à terme. Le bébé pouvait arrivé à n'importe quel moment donc Idriss m'a interdit de sortir et j'allai pas prendre le risque d'accoucher n'importe où. Durant ses trois mois, franchement Idriss s'était un amour. Il faisait tout, il m'aidait pour tout c'est limite si il ne me laissait rien faire, du coup j'en ai bien profité pour me reposer. Avec Hafsa ça allait mieux, elle venait souvent à la maison pour prendre de mes nouvelles, pour aider à faire la cuisine mais surtout pour parler bébé. Elle voulait un bébé

C'était devenu un squat chez moi, tout le monde venait, Mymy, Noor, ma mère, ma belle-mère la total. Tout le monde venait aider. C'était limite tro

C'était un jour comme un autre pendant toute la journée j'avais mal au ventre, j'avais des contractions mais j'en ai parlé à personne je voulais pas inquiété, Idriss était parti se coucher étant donné qu'il travaillait le lendemain, le pauvre ça se voyait qu'il était fatigué. J'étais devant mes séries dans le salon quand j'ai senti un liquide coul

          

            

                   

Moi : pt

Je me suis levée et je suis partie me doucher, sortir ma valise et j'ai fini par réveillé Idris

Moi : Idris

Lui: hmm, qu'est-ce qu'il y 

Moi : j'ai perdu les ea

Il s'est réveillé d'un coup, s'est préparé et on a pris la route

Lui : ça va

Moi : depuis ce midi je souffre mais je voulais pas t'inquiéter avec le travail

Lui : m'inquiéter de quoi ? Le boulot c'est rien à côté de vous. T'aurais dû me le dire je serai rentré

Moi : tu pouvais rien faire a part me regarder souffrir et crier de douleur

Lui : on aurait crié ensembl

Moi : - en rigolant - j'imagine le truc

Lui : - en criant comme si il était sur le point d'accoucher - maintenant soufflez madame - en soufflant - soutiens psychologique tu connai

Moi : - morte de rire - va te faire soigner. J'ai épousé quel genre d'individu mo

Lui : un individu qui t'a bien fait rire en tout cas

Moi : merci, je sais pas ce que je ferai sans toi

Lui : - en posant sa main sur mon ventre - à la vie à la mort. Allez on est arrivé, t'arrives a marcher ou tu veux que je te porte

Moi : je vais marché, merci omri

On s'est dirigé aux urgences et j'ai directement était prise en charge. Après examen mon col n'était pas assez dilaté donc on m'a renvoyé « marcher, descendre et monter les escaliers pour accélérer le travail »

Franchement, Idriss c'est l'homme parfait. Il ne m'a pas lâché d'une seule seconde. Il marchait avec moi. Montait et descendait les marches comme moi sans se plaindre même si je sais que ça le saoulait plus qu'autre chose

Moi : va t'asseoir si tu veux

Lui : je suis ton ombre, je bouge pas sans toi

Moi : bah viens on va s'asseoir deux secondes. Je te ramène un truc à mange

Lui : je suis trop stressé pour manger. Je vais voir mon fils

Moi : je souffre mais je suis impatiente

On a continué notre petit sport et en pleins milieu des escaliers j'ai eu une forte douleur et de forte contractions de plus en plus proche

Idriss : ça va

Moi : non ça va pas. Je vais accouché, je sens le bébé descendre

Idriss : - en me portant - évite d'accoucher ici stp

Il m'a porté jusqu'au bureau des soignants et on m'a installé dans un lit et emmené jusqu'à une chambre

L'infirmière : vous voulez la péridural

Moi : pas de péridurale

L'infirmière : comme vous voulez

J'étais entrain de souffrir, les contractions étaient de plus en plus rapprochés et de plus en plus fortes

Idriss  : ça va 

Moi 

Deux heures après, le bébé est venu au monde.  J'étais enfin mère. Idriss était encore plus excité que moi. Il a même lâché la petite larme qu'il s'est empressé de cacher mais j'ai tout vu. J'ai souffert mais j'ai souffert pour la bonne cause. Idriss est ensuite parti avec Adel et l'équipe soignante pendant que moi je souffrais. Une infirmière était là pour moi à me rassurer, à me parler

30 minutes après, ils sont revenus avec Adel.

L'infirmière : vous voulez le prendre

Moi : oui

Elle m'a donné le bébé et nous a laissé tout les trois

Idriss : t'as vu comment il te ressemble

Moi : il est tout beau comme son père

Idriss : - en m'embrassant le front - merc

Moi : merci pourquoi

Lui : d'avoir fait de moi un père

Moi : merci à toi d'avoir fait de moi une mère. T'es la plus belle chose qui me soit Jamais arrivé. Je remercie Dieu chaque jour de t'avoir mis sur mon chemin. Y'a des hauts et des bas comme dans chaque couple mais c'est toi et c'est une évidence. Je t'aime Idriss, n'en doute jamais

Idriss : moi aussi je t'aime, je t'aime comme un fou même

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status