Chapitre 8

  

  

  Reine mère : je ne sais pas où on a échoué

  

  Charles : je suis dépassé. Le pacte a pourtant été fait il y a huit ans

  

  Reine mère : c’est vraiment sérieux. Il a quinze ans il devrait déjà avoir détourné plusieurs âmes

  

  Charles : c’est vraiment à revoir

  

  Achille : après on avait dit que c’est quand il aura sa première découverte sexuelle

  

  Charles : qu’ai-je donc fait ? 

  

  Achille : ce n’était pas consentie. Il faut retourner chez le maître suprême

  

  Reine mère : c’est hors de question. Si il faut que cela soit consentie alors je me déguiserai et je le séduirai

  

  Charles : ce n’est pas une mauvaise nouvelle. Mais, son esprit est plus fort que le tien il sentira forcément que quelque chose ne va pas

  

  Reine mère : j’en ai plus d’une. Il ne faut pas me sous-estimer

  

  Charles : mon petit nez me dit que ce plan tombera à l’eau

  

  Achille : toujours aussi pessimiste

  

  Charles : non juste réaliste

  

  Reine mère : la ferme. Je dois me préparer

  

  Charles : en tout cas, on verra bien. Si tu le violes ça ne marchera pas

  

  Reine mère : je ne suis pas conne non plus. On met fin à cette réunion

  

  Charles : et Naomie on devait en parler 

  

  Reine mère : on ne peut pas la tuer. C’est à Mickael de le faire

  

  Charles : c’est dangereux car elle guérit déjà

  

  Reine mère : elle ne peut pas guérir. C’est peine perdue

  

  Achille : bon occupons nous d’abord de Mickael

  

  Reine mère : bien parlé

  

  La reine mère était rentré. Elle savait où Mickael avait l’habitude de trainer grâce à ses pouvoirs.

  Un vendredi, elle s’était donc déguisée en une jeune fille. Et l’avait rejoint. Ce dernier faisait le chemin avec Mélania comme d’habitude. Elle avait décidé de trainer avec lui plus longtemps car c’était un vendredi. Surement un vendredi chaud.

  

  Mélania : tu connais la fille là ? 

  

  Mickael : euh son visage ne me dit rien

  

  Mélania : pourquoi elle nous regarde comme ça ?

  

  Mickael : ah je ne sais pas hein. En plus elle vient vers nous

  

  Mélania : hum pardon oh

  

  Alice : salut !

  

  Mélania : on se connaît ? 

  

  Alice : toi, non. Mais Mickael oui

  

  Mickael : on se connait où ? 

  

  Alice : tu m’as déjà oublié. Alice, tu m’as donné ton numéro l’autre jour

  

  Mélania : je vais vous laisser ohh

  

  Mickael : non, je ne la connais pas

  

  Mélania : pourquoi mentir ? 

  

  Alice : wanda !

  

  Mickael : ah si ce n’est pas la sorcellerie c’est quoi ? 

  

  Mélania avait donc décidé de partir. Alice avait réussi la première partie de son plan.

  

  Mickael : va dire à la personne qui t’a envoyé que je ne suis pas son pigeon

  

  Alice : je peux te donner ce que tu veux

  

  Mickael : euh tu es normale ou tu es juste une chienne en chaleur ? 

  

  Alice : oui tu me donnes chaud

  

  Mickael : eh c’est la fin du monde. Laisse-moi

  

  Alice avait donc tiré Mickael de force. Elle le fixa dans les yeux afin de le charmer. Il la repoussa

  

  Mickael : lâche-moi, pauvre folle

  

  Il courait vers Mélania qui prenait son temps sur la route. Elle n’avait même pas leur temps. Il cria le nom de celle-ci. Elle se retourna subitement.

  

  Mélania : encore toi ? 

  

  Mickael n’avait même pas eu le temps de lui répondre que la folle furieuse avait déjà frappé Mélania.

  

  Mickael : tu n’es pas normale la fille si tu l’as frappé pourquoi ? 

  

  Mélania : mince !

  

  Alice : tu t’approche encore de lui je vais bien te battre

  

  Mélania : c’est juste un ami

  

  Alice : tu penses que je vais gober ça hein

  

  Mickael : ne m’énerve pas hein tu ne sais pas comment ça peut se terminer avec moi

  

  Alice : tu me réponds avec respect

  

  Mélania : donc tu penses que tu vas me frapper et je vais te regarder ? Ca tombe bien aujourd’hui c’est vendredi

  

  Alice : vendredi ? 

  

  Mélania : vendredi chaud. Touche-moi encore si tu peux

  

  Alice : je n’ai pas peur de toi

  

  Mélania : touche ehh je ne parle pas beaucoup. Mélania jeta son sac à dos au sol

  

  Un groupe d’élève de sa classe passait. Le groupe s’arrêta et se dirigea vers eux. Un des élèves était venu au milieu d’eux et avait ramassé deux petits cailloux

  

  2lève : que celui qui veut bagarrer tape ma main et laisse tomber le cailloux

  

  Mélania : je tape piang

  

  Alice avait hésité

  

  Mélania : même si tu ne tapes pas sa main je vais te battre la go. Tu vas confirmer que la terre est sale

  

  Alice avait alors tapé

  

  Mélania avait lancé une méchante gifle vous voyez un peu le genre que l’oreille commence à chanter seule là nor. Alice n’avait pas alors laissé hein. Elle avait déchiré la tenue de Mélania. Cela avait tellement énervé cette dernière qu’elle avait bondit sur Alice comme un lion. Elle avait tiré ses tresses. Mince, après elle avait déchiré ses vêtements jusqu’à on voyait son caleçon. Elle voulait déchirer son caleçon mais Alice n’avait pas alors laissé hein. Elle avait bien griffé Mélania aux yeux. Mais elle avait tellement la rage qu’elle n’avait même pas eu mal.

  Heureusement qu’une mère du quartier passait et avait stoppé cela.

  

  Mère : les jeunes filles d’aujourd’hui vous allez nous finir

  

  Elève : la mère, elle bagarre pour le gars

  

  Malheureusement, cette maman connaissait les parents de Mélania.

  

  Mère : Mélania tu prends immédiatement ton sac et on rentre

  

  Elle était remplie de sable en plus ses yeux étaient rouges et saignaient même. Comment allait-elle se défendre chez ses parents

  

  Sur le chemin, elle tentait de se défendre

  

  Mélania : tantine, c’est la fille là qui a commencé. Je ne la connais même pas

  

  Mère : ne cherche pas d’excuses. A quatorze ans tu connais déjà les hommes ma fille

  

  Mélania : c’est un ami

  

  Mère : ferme ça vite. Tu auras une bonne correction. Regarde ta tenue de classe. Tu vois que c’est normal. Déjà, tu bagarre et de surcroit pour un va nu pied. Un délinquant comme ça

  

  Mélania ne parlait plus. Une fois à la maison, quand ses parents l’avaient vu ils étaient inquiets.

  

  Mélania : bonsoir

  

  Sa mère : ma fille il y a eu quoi ? Regarde ton état. Eh Seigneur

  

  Mère : votre fille se bagarrait pour un voyou

  

  Papa : quoi ? 

  

  Mère : comme vous entendez. Elle va partir perdre un œil comme ça Béatrice

  

  Béatrice était la mère de Mélania.

  

  Béatrice : ma sœur merci de l’avoir ramené à la maison

  

  Mère : de rien Béa bonne chance avec cette petite gamine

  

  Les parents de Mélania étaient une fois de plus dépassés.

  

  Papa : donc tu bagarres déjà pour les garçons

  

  Béatrice : ma fille, on t’envoie à l’école pour ça ? Pourquoi tu nous fais souffrir comme ça

  

  Mélania : qui vous fais souffrir ? Pour le moment c’est mon œil qui saigne et pas le vôtre

  

  Béatrice : ma fille, mon cœur saigne tu ne peux pas savoir à quel point. Tu nous fais voir de toutes les couleurs

  

  Mélania : couleur rouge foncé ou rouge vif ? 

  

  Papa : Mélania, ma patience a des limites

  

  Mélania : pff

  

  Elle avait d’abord un manque de respect catastrophique.

  

  Papa : en bon hein

  

  Il avait donc envoyé sa grande sœur chercher sa ceinture dans la chambre.

  

  Béatrice : Jean ne fais pas ça

  

  Papa : la ferme. J’ai dit que ma patience a des limites. Dans cette maison, peu importe votre âge vous devez du respect à vos parents

  

  Mélania : papa pardon

  

  Est-ce qu’il l’écoutait encore. Il commença à la fouetter

  

  Papa : couche toi ici pauvre idiote

  

  Mélania : woyy papa pardon. Je t’en supplie je ne vais plus bagarrer woyohh

  

  Il la fouettait sans réfléchir

  

  Papa : vous voulez souvent montrer que vous êtes grands. A quatorse ans tu pars bagarrer pour des salopards on va calmer ta puberté là

  

  Béatrice : Jean laisse comme ça

  

  Papa : tu veux encaisser pour elle

  

  Je ne sais pas si vous voyez le genre qu’on vous fouette et les larmes ne coulent même plus. Ça c’est le haut niveau de la chicotte. Mélania avait regretté sa naissance et sa vie entière

  Il avait tellement fouetté sa fille qu’elle attrapa mal à la tête. Elle n’avait même pas eu la force d’aller se doucher. Mais, il le fallait bien.

  Vu que sa tenue s’était déchirée, quand son père la fouettait, la ceinture entrait en contact direct avec sa peau. Quand elle versait seulement l’eau sur elle, elle pouvait mourir. Sa douleur n’avait pas de nom.

  Elle était allée se coucher et n’avait pas mangé. Tout le weekend, elle était calme. Sa mère l’avait envoyé à la boutique le lendemain. Elle était tombé sur des adolescents comme elle qui habitaient ce quartier.

  Quand elle passait ils imitaient ses cris de la veille quand elle pleurait. Ele avait voulu les ignorer mais ils allaient trop loin.

  

  Un des ados : c’est la honte. Elle a bien mérité. Woyoo papa pardon ohh

  

  Ils éclatèrent de rire

  

  Mélania : gars moi je vais te battre hein

  

  L’adolescent : si tu oses tu sais ce que tu auras en retour. Tu te prends trop la tête Mélania

  

  Mélania : donc tu connais mon prénom hein. Je ne sais même pas qui tu es. Ah j’oublias, tout le monde me connait ici

  

  Elle avait continué son chemin et était rentrée chez elle.

  

  Béatrice : merci ma fille

  

  Mélania : c’est tout ? 

  

  Béatrice : oui ma chérie

  

  Mélania était partie se coucher dans sa chambre. Elle discutait avec sa grande sœur.

  Elle était douce comme par magie. Lundi, elle était partie à l’école. A la sortie des cours, Mickael l’avait suivi.

  

  Mickael : salut !

  

  Elle marchait sans répondre et ne regardait même pas dans sa direction.

  

  Mickael : je te jure, je ne connais pas cette fille elle était là pour causer des embrouilles

  

  Elle ne répondait toujours pas

  

  Mickael : ton œil va bien ? 

  

  Elle ne répondait toujours pas

  

  Mickael : je ne suis plus ton ami c’est ça ? 

  

  Mélania : tu peux la fermer à la fin, je ne veux plus te voir Mickael

  

  Mickael : je n’ai rien fait

  

  Mélania : mon père m’a roué de coups tu entends ça. Alors dégages

  

  Mickael : calme-toi s’il te plait

  

  Mélania : eh ha je suis encore tranquille. Nyambè ayé mè mbori (Dieu m’est témoin en langue bassa)

  

  Mickael : je m’excuse alors

  

  Mélania : bouges. C’est tout. Pauvre salop

  

  Mickael était déçu et en colère. Il tenait à retrouver cette Alice et lui donner une bonne leçon. La reine mère avait toujours son plan en tête et restait toujours déguisé en Alice.

  Elle était toujours dans les parages afin d’avoir des relations avec lui.

  

  Un jour, il l’avait croisé. La reine mère ne s’avouait pas vaincu.

  

  Alice : salut !

  

  Mickael : qui t’a envoyé. Il faut m’éviter. C’est mieux pour ta vie

  

  Alice : on le fait et je te laisse tranquille. Tu es même quel genre de garçon ? 

  

  Mickael : mais, tu ne m’intéresses pas. D’ailleurs tu es qui ? Prostituée, à ton jeune âge

  

  Alice : je ne te demande rien en retour

  

  Mickael : à cause de toi elle m’a lâché

  

  Alice : si on ne fait pas ça je la tue. J’en suis capable

  

  Mickael : arrête ça

  

  Alice : je suis alors bien sérieuse. Je la tue avec toute sa faille

  

  Mickael : tu te crois dans les films ici ? 

  

  Alice : ne me crois pas alors. C’est quand tu ne vas plus la voir demain que tu vas comprendre

  

  Sous le coup de la menace, il avait recommencé à avoir des pensées négatives

  

  Mickael : je vais te tuer avant

  

  Alice : il faut me prendre au sérieux

  

  Mickael : il commença donc à appuyer son cou dans ses penseés. Sans la toucher, il s’imaginait la soulever du sol. Elle commença donc à crier ette tentait d’enlever les mains de ce dernier de son cou. Ses pieds ne touchaient plus le sol.

  Mickael était tellement en colère qu’il ne se rendait même pas compte que ses pensées se réalisaient pour de vrai.

  

  Alice : arrête

  

  Il n’arrêtait pas. Elle n’arrivait plus à respirer et elle s’était immédiatement transformée en la reine mère. Effrayé, il oublia ses pensées négatives.

  

  Qu’allait-il se produire à la découverte de celle-ci ? 

  

  

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status