A Walk on the White Side

A Walk on the White Side

By:  Julia Weber  Completed
Language: French
goodnovel4goodnovel
0.0
Not enough ratings
39Chapters
1.2Kviews
Read
Add to library
Report
Overview
Catalog
Leave your review on App

Synopsis

Édition

De soirées arrosées en matins difficiles, de séparations en trahisons, Solveig, ses amis et leurs petits secrets voguent en quête de bonheur et de stabilité.Mais confrontés à la mort d'un des leurs, ils sont poussés dans leurs retranchements. Alors que Solveig cherche à oublier ses blessures, une disparition mystérieuse vient tout bouleverser.Quand tout perd son sens, chacun cherche ses réponses.Et si le plus difficile à trouver était soi-même ?"Un roman qui se libère des stéréotypes misogynes de la littérature."

View More

Latest chapter

Interesting books of the same period

Comments
No Comments
39 chapters
L’AUTEURE + PROLOGUE 13 MAI 2019
Julia Weber est née en 1987 dans le sud de la France. Travaillant dans le paramédical depuis dix ans, l’écriture est d’abord pour Julia un exutoire avant de devenir sa passion. Elle essaie dorénavant de partager le plaisir qu’elle a si souvent ressenti dans ses lectures en relatant des histoires de gens ordinaires ou extraordinaires, où s’entremêlent gaieté et tristesse. Julia espère faire passer sa joie de vivre et ses rires au travers de ses écrits. A Walk on the White Side est son premier roman édité. À Brice, À Morgan et Rachel, Solveig Nous sommes plantés devant le St Patrick, à faire les cent pas sur un trottoir, face au pub dans lequel nous crevions de chaud il y a encore quelques minutes. Je v
Read more
11 FEVRIER 2019
SimonQuand j’ai eu quinze ans, mon amour modéré pour l’école a sauté aux yeux du monde. Cela faisait déjà quelques années qu’il avait sauté aux miens, mais ma mère espérait toujours un miracle. Je passais mon temps à traîner ailleurs qu’en cours, à fumer des cigarettes aux abords du collège. Je m’étais créé un petit paradis où emmener mes nombreuses petites amies. Le coin était plutôt cosy, il bénéficiait d’un banc – presque pas tagué –, d’un bout de gazon d’un mètre sur un où poussaient quelques pissenlits voire quelques pâquerettes, et il n’y avait que peu de vis à vis. Il me plaisait, ce refuge. J’éprouve même une certaine tendresse à me le remémorer.Ce jour-là, je séchais pour la énième fois le cours d’arts plastiques de Monsieur Ferry. J’étais concentré, la langue sortie, et roulait ma cigarette. Agacé, il a débarqué le front plissé – plus que par ses rides –, les poings sur les hanches, les joues rougies de colère, et m’a interrompu :— Dupuis&nbs
Read more
28 FEVRIER 2019
SolveigC’est quand j’ai créé un personnage pour écrire – me planquer derrière – que ma vie s’est à nouveau mise à déraper. Un choix qui peut paraître anodin, une goutte d’eau qui déséquilibre tout un système.J’ai fait entrer L dans la partie, un personnage pas si éloigné de moi, qui tire ses traits de mes failles, de mes travers, de mes peurs. Cet alias n’est pas mon opposé, juste un avatar qui me permet de me lâcher sans conséquence. Si je me suis cachée, c’est à cause du contenu de mon livre. Je voulais écrire un truc trash. Un de ces livres qu’on ouvre et qui ne laissent pas indifférent. Et c’est devenu un best-seller. La vie est étonnante. Cette histoire m’a surtout servi d’exutoire.À vingt-sept ans, seuls deux hommes, deux amours ont vraiment compté. Jérémy, Jérémy Varens, celui qui a inspiré mon roman et Erwann, l’homme qui m’a ramassé à la petite cuillère et offert l’idée d’un avenir doux auprès de lui.Ce qui était au départ un passe-temps est dev
Read more
29 FEVRIER 2019
SolveigMon portable vibre. Il résonne sur ma table de nuit en pin, et moi je suis incapable d’esquisser le moindre mouvement. Mon corps entier est en grève. Les quelques verres d’hier soir n’ont pas eu l’effet escompté sur l’instant. Ce matin, cela n’est pas la même affaire. Mes cheveux poussent à l’envers. J’essaye de me masser les tempes, mais il va me falloir quelque chose de plus radical.Au deuxième coup de téléphone, je me décide à attraper cet instrument de torture.— Elise, que me vaut cet appel matinal ?— Alors ma chérie, tu vas bien ?Je jette un œil à la place désormais vide à côté de moi, puis me lève en quête d’antalgique.— Et toi ?— Tu es partie super tôt ! tente mon amie.— Pas tant que ça.— Tu crois que je ne te connais pas ? J’ai bien vu que tu étais à côté de tes pompes.Je trouve dommage qu’elle ne profite pas de ma moue et mes yeux au cie
Read more
4 MARS 2019
SolveigLes mains sur les hanches, détaillant chaque recoin de la pièce principale de mon nouveau chez-moi, un sentiment de sérénité fugace me fait miroiter la paix que je cherche tant.Erwann n’a pas mis longtemps à récupérer ses effets et je ne vais pas m’en plaindre, cela m’ôte un poids des épaules. Nous nous sommes à peine croisés lui et moi, juste assez pour me rassurer sur mon choix. Évidemment, il m’a évitée tant qu’il a pu. Après tout, je suis responsable de notre séparation. Cela n’empêche que j’ai eu plaisir à le revoir. Je sais qu’on ne peut pas être amis, cela semble bien trop difficile pour lui, pourtant nous avons partagé toutes ces années et j’en garde un bon souvenir. C’est quelqu’un de bien, de droit, d’honnête, il mérite d’être heureux et je sais qu’il comblera une femme. Je ne suis pas cette femme.Un jeune couple a repris notre ancien chez nous et j’ai emménagé, non sans l’aide de mes amis, hier. Mes affaires sont toutes là, éparpillées devant m
Read more
8 MARS 2019
SolveigBaptiste m’attend dans la voiture le temps que j’aille voir si l’objet de ma convoitise est à la hauteur. Il a accepté de venir m’aider.Je connais Baptiste depuis six ou sept ans, mais nous sommes devenus aussi soudés à partir du moment où Elise et lui se sont séparés. Il n’allait pas bien, c’était évident, mais il ne parlait pas. Il sortait de moins en moins, et quand il le faisait, quelque chose dans son regard que je n’avais jamais vu, apparaissait. La malice avait disparu pour laisser place au vide. Il dépérissait sous nos yeux, il s’éteignait et personne ne réagissait. Aucun de nous.Je pensais jusqu’alors que je ne côtoyais Baptiste que parce qu’Elise était avec lui. C’est à cette période-là que j’ai réalisé que je n’étais pas aussi insensible et froide que je l’imaginais, et qu’il avait de l’importance, que j’éprouvais de l’amitié à son égard.Un soir j’ai débarqué chez lui. J’ai cogné à sa porte, j’ai tambouriné pendant plus de trois quarts
Read more
9 MARS 2019
SolveigVoilà de nombreuses minutes que j’observe un simple numéro de téléphone enregistré dans mon répertoire. Nom de contact : Erwann. Contact qui ne me répondra plus. Je fixe son nom sur l’écran. Je devrais l’effacer, à quoi bon garder ce numéro.Je ne peux pas.Mes mains tremblent, je pose mon portable sur la table à côté de moi. Une tasse fume, j’ai machinalement fait couler un café, mais je crois que je ne vais pas pouvoir le boire.Debout.Clope.Appel à ma cheffe : « Je ne peux pas venir travailler. »Assise.Clope.Ce n’est pas la réalité. Pas encore, ça ne peut pas recommencer. Je ne vais pas y arriver. Pourquoi ?Ma tête tourne, je m’allonge les yeux fermés.Son image.Non, trop dur.Debout.Clope.
Read more
10 MARS 2019
SolveigJe l’ai rendu malheureux. Je l’ai fait souffrir. Je nous ai fait du mal, et c’est tout ce qui reste et restera. Je suis responsable du fait qu’il soit mort seul. Je l’ai délaissé. Je l’ai fui. Il s’est retrouvé éloigné de ses amis par ma faute.J’ai tout détruit.Où est ce foutu manuel qui explique comment ne pas souffrir ?Je devrais savoir faire, je devrais avoir les clefs pour gérer le décès d’un proche. La vérité c’est que je ne sais pas. Que je me fais peur.Et si je faisais comme si ce n’était pas vrai ?J’allume la télé, les images se succèdent, les films, les émissions idiotes. Je m’anesthésie. Puis je me prépare pour aller travailler, je suis d’après-midi. Au moins à l’hôpital, je n’aurai pas le temps de penser. J’affiche un sourire et relance la machine. Personne ne peut voir combien à l’intérieur je me sens abîmée, vieille. Et je culpabilise de me sentir aussi triste. Je n’en ai pas le droit. Il n’était plus mon con
Read more
11 MARS 2019
SolveigIl n’y a rien de plus fort qu’un début ou qu’une fin. Le début d’une relation et sa fin. Le début de la vie et sa fin.J’ai mal. J’essaie de me contrôler. Je ne gère rien du tout. Ça m’assassine de l’intérieur. Des souvenirs que je refuse de voir resurgir essaient de s’insinuer. Je cherche des éléments du réel auxquels me raccrocher.Mon téléphone clignote.De : Cherche-Poux (Elise A.)Je pense à toi ma louloute. Quand tu seras prête, n’hésite pas. Je suis là.Depuis qu’Elise m’a appelée pour m’annoncer la nouvelle je n’ai plus décroché, ni à elle ni à personne. La plupart de mes amis ont opté pour le SMS, mais j’ai aussi des dizaines de messages vocaux que je n’ai pas la force d’écouter.Je ne suis sortie que pour aller bosser et faire mes courses et j’évite tout contact avec mes proches.C’est trop difficile. Il y a cette pesanteur dans ma poitrine. Depuis ce mardi-là, elle s’installe en moi. Je ne sais pas comment
Read more
12 MARS 2019
CamilleAssise sur une chaise dans l’église, je lisse ma jupe sur mes genoux. Solveig n’est pas venue. Elle était trop mal à l’aise à cause de la rupture. Nous avons eu beau lui répéter qu’elle avait toute sa place, elle a refusé. Elise sanglote à ma gauche. Pierre est raide comme un piquet à ma droite. Je me penche en avant pour jeter un œil à Simon. Il regarde fixement devant lui, la mâchoire serrée et je n’arrive pas à voir Baptiste qui est à l’autre bout du rang.Le prêtre déblatère tout un tas de conneries que le principal intéressé n’aurait pas franchement apprécié, mais dont les parents ont besoin. Je déteste les églises, et ne parlons pas des hommages funèbres. Entendre le murmure des gens qui commentent l’enterrement de quelqu’un qu’ils ne connaissaient même pas, le placement du produit « Dieu » toutes les cinq minutes alors que nous sommes là pour dire adieu à quelqu’un qu’on aime. Et puis la réverbération fait que je ne comprends pas la moitié de ce qui est dit
Read more
DMCA.com Protection Status