Horizons #4 Crépuscule du matin

Horizons #4 Crépuscule du matin

By:  Lysiah MARO  Completed
Language: French
goodnovel4goodnovel
0.0
Not enough ratings
44Chapters
1.9Kviews
Read
Add to library
Report
Overview
Catalog
Leave your review on App

Synopsis

Édition

Ils sont là. Tapis sur le bord de la route et guettant le moindre signe de faiblesse. Ils sont là. Ceux qu'elle aimait, qu'elle guidait, ceux qui se sont mis en travers de son chemin. Ils sont là. Ceux qui sont morts. Ceux qu'elle a tués. Ils sont là. Pour elle. Pour l’emporter dans le néant.Alors que Xalyah est sur le point d’atteindre son objectif, tout bascule. Dans l’ombre, l’ennemi a tranquillement avancé ses pions pour contrecarrer les plans de la Résistance et quand l’étau se referme, il est déjà trop tard.Elle pensait avoir touché le fond par le passé. Elle se trompait. Le pire reste encore à venir.Plus seule et perdue que jamais, saura-t-elle trouver la force de se relever afin d’achever ce qu’elle a commencé ? Car cette fois, il ne s’agit plus seulement d’elle ou de ses proches, mais de l’avenir de toute une nation qui est en jeu, si ce n’est plus.«Horizons est une saga young adult française 100% action et addictive! Pour les fans de Hunger Games, Walking Dead et Tomb Raider.»Mélissa (Libraire Cultura Epinal)

View More

Latest chapter

Interesting books of the same period

Comments
No Comments
44 chapters
L’Auteure
Née en 1988, Lysiah Maro a grandi en région parisienne. Dès le plus jeune âge, Lysiah s’est découvert une passion pour la lecture, dont le premier coup de cœur a été pour La nuit des temps de René Barjavel, bien que son auteur préféré reste David Gemmel.Cette passion lui a donné des rêves plein la tête. Des rêves qui ont fini par se transformer en histoires pour atterrir sur papier. Horizons est l’une d’entre elles et a vu les premiers rayons du jour pendant ses années de lycée pour se construire au fil des ans, sur des feuilles volantes, des carnets... Une dizaine d’années plus tard, Horizons devient son premier roman publié chez les Editions Inceptio.
Read more
Chapitre 57
mercredi 29 février 2108Un cri rauque, mélange de peur et de rage, s’échappe de ma gorge et je me redresse d’un coup. D’un geste vif, j’arrache toutes les électrodes et le capteur avant de sortir en courant de la pièce, mon manteau sous le bras. Je dois fuir cet endroit. Je dois mettre le plus de distance entre lui et moi. Comment... comment ai-je pu me laisser avoir de cette façon ?! Tout tourne autour de moi. J’ai mal au crâne, mal aux tripes et le cœur au bord des lèvres. Impossible d’avancer droit dans ces conditions ; je dois me retenir aux murs pour ne pas tomber.— Xalyah ?Je lève la tête. Au bout du couloir de l’hôpital – plongé dans la pénombre –, Thomas marche dans ma direction, l’air inquiet. Soulagée de voir un visage amical, je lâche le vêtement qui m’encombre puis m’élance dans sa direction pour me jeter dans ses bras et enfouir mon visage contre sa poitrine. Je tremble des pieds à la tête. Le jeune homme
Read more
Chapitre 58
lundi 5 mars 2108Ce lundi, il n’y aura pas de rencontre avec le Prophète. Et cette fois-ci, c’est à mon initiative que le rendez-vous hebdomadaire est annulé. Belary m’a contactée la veille pour me demander de venir plus tôt que prévu à la base afin de faire le point sur les avancées de mon bataillon. De cette réunion – ou plutôt de cette évaluation – découlera notre avenir au sein de la Résistance. J’essaye de me raisonner en me disant que je ne suis plus au lycée et qu’au fond je me fiche bien de leur avis, néanmoins je ne peux m’empêcher de ressentir ces picotements qui me tordaient le ventre avant chaque examen important.Devant le miroir de la salle d’eau, je contemple mon reflet à la lumière de la guirlande lumineuse me servant d’éclairage. Pour l’occasion, j’ai demandé à Rakia de rafraîchir un peu mon dégradé et ainsi redonner un peu de volume à mes cheveux. La jeune femme en a profité pour les décolorer légèrement sur les pointes ac
Read more
Chapitre 59
« Ça fait des jours qu’ils cherchent à m’arracher les vers du nez. Pourtant, je n’en sais toujours pas plus sur cette pseudo tentative d’évasion. En était-ce bien une, d’ailleurs ? Je n’ai pas revu Matieu depuis. J’aurais bien aimé lui poser une ou deux questions. Peut-être a-t-il fini comme Soraya ? Enfin, même si c’était le cas, je n’irai pas pleurer sur son sort…Deux mastodontes font irruption dans ma cellule, m’arrachant à mes pensées. Sans ménagement, ils m’éjectent de la petite pièce sombre. Je m’affale de tout mon long sur le sol, avant de me relever avec quelques difficultés. Du regard, je les défie de recommencer, alors l’un d’eux sort sa matraque et commence à m’asséner de violents coups sur le corps.Je résiste un petit peu, tentant de parer l’objet métallique et froid qui cherche mes côtes avec avidité, puis, épuisée, je finis par me laisser faire. Le deuxième garde me relève par un bras, comme si j’étais une poupée désarticulée.—&nb
Read more
Chapitre 60
mardi 6 mars 2108Un cri meurt dans ma bouche et quelqu’un me secoue violemment par l’épaule. Je me redresse et regarde autour de moi.— Xalyah ? Qu’est-ce qui se passe ?Effrayée, je recule et le dévisage. Thomas. Dans la pénombre, il a l’air inquiet. J’ai chaud, j’ai froid. Je n’arrive pas à contrôler les tremblements de mon corps.— Je… j’ai… il…Il s’assied à côté de moi et me serre contre lui. Je ferme les yeux et m’agrippe à ses bras avec la même force que dans l’hôpital en construction. La douleur me vrille le cerveau, me déchire le flanc.— Je n’ai rien pu faire…, murmuré-je d’une voix vacillante.L’obscurité s’abat à nouveau sur moi et je replonge dans mes souvenirs cauchemardesques. Un œil vert, un œil marron. Tous deux me regardent avec insistance.— Comment tu fais pour sortir de la simulation ? s’étonne-t-il. Théo
Read more
Chapitre 61
jeudi 8 mars 2108Durant tout le chemin du retour, je n’ai pas ouvert une seule fois la bouche, me contentant de poser ma tête sur l’épaule de Thomas pour regarder le paysage défiler à toute vitesse autour de nous. Mon compagnon est resté silencieux également, plongé dans ses propres pensées. Depuis qu’il est venu s’excuser une deuxième fois dans ma chambre, nous ne nous sommes plus adressé la parole. Je ne lui en veux pas de ce qui s’est passé à Belary. Il n’y est pour rien. Il me faut juste encore un peu de temps et dans ces cas-là, le silence a toujours été mon meilleur ami. Il me permet de faire le tri dans mes pensées, de prendre du recul, d’analyser, de digérer, puis d’aller de nouveau de l’avant.Le plus dur a été de devoir faire bonne figure lorsque, la veille, j’ai rencontré les futures recrues de mon bataillon. Le général les avait regroupés dans un hangar vide et il a fallu que je leur tienne la jambe pendant de longues heures. Mes sourires à Kal
Read more
Chapitre 62
samedi 17 mars 2108La semaine s’est écoulée sans qu’aucun rapport ne vienne remettre en cause la tenue de la mission visant à capturer Stephen Kraeffer. Les quelques personnes dépêchées sur place pour espionner le NGPP resteront jusqu’à ce que nous les rejoignions. Il a été décidé que je mènerai personnellement les opérations avec le concours de Mervin. Khenzo a insisté pour faire partie de la mission, mais là aussi j’ai refusé.— Tu m’en veux encore ? lui demandé-je en portant le goulot de ma bouteille de bière à la bouche.— Je sais pas.Le jeune homme affiche une mine boudeuse avant d’avaler une gorgée à son tour. Autour de nous, l’ambiance est festive sur le toit de l’entrepôt. Comme cet endroit nous sert souvent pour nous réunir et décompresser un peu, de vieux canapés ont été montés et disposés près des braseros qui nous éclairent. Tidji a apporté sa nouvelle guitare trouvée dans la salle de dépôt et nous joue un air entr
Read more
Chapitre 63
dimanche 18 mars 2108Une agréable présence me sort de mon rêve étrange et je croise le regard de Khenzo, penché au-dessus de moi, qui me dévisage. Sa main dessine les contours de ma poitrine, descend le long de mon abdomen et continue doucement vers mes hanches.— C’est déjà le matin ? marmonné-je.— Non, mais j’ai du mal à résister à la tentation.Et je crois qu’il va en être de même pour moi. Je l’attire et le serre dans mes bras. Ses lèvres embrassent les miennes avec beaucoup de sensualité et il n’hésite pas à jouer de sa langue pour me faire frissonner. Puis, doucement, sa main remonte le long de mon corps et il se glisse entre mes cuisses pour me prendre avec passion.Ses coups de reins m’arrachent des gémissements de plus en plus intenses et peu de temps après nous jouissons une nouvelle fois ensemble. Essoufflé, il pose son front sur le mien, avant de se retirer pour s’allonger à mes côtés. Je passe une main sur
Read more
Chapitre 64
mardi 20 mars 2108L’obscurité vient enfin de s’abattre sur les lieux, signant bientôt l’heure du départ du convoi. À travers mes lunettes infrarouges, qui peuvent aussi faire office de jumelles, j’observe les hommes et femmes qui s’activent en contrebas autour des véhicules. Comme le prévoyait le rapport de Kristie, Tung et Khenzo, Kraeffer n’a mobilisé que cinq hommes armés pour l’occasion afin de protéger une dizaine de blouses blanches et bureaucrates en plus de lui.Pour le moment je n’en compte que huit et aucune trace de l’homme tant recherché. Un tic nerveux agite mon index sur le bord de mes lunettes et le bout de mes nouvelles bottes tape en cadence le sol caillouteux sur lequel nous sommes allongés pour surveiller la position ennemie. À mes côtés, Mervin me fait comprendre que cela l’agace. Je me reprends aussitôt pour maîtriser mon anxiété.Même à plus d’une centaine de mètres, et sachant qu’il ne se doute pas de ma présence, je me sens m
Read more
Chapitre 65
mercredi 21 mars 2108La nuit a été courte. Les soldats ont régulièrement effectué des rondes bruyantes afin de s’assurer que nous étions toujours dans nos cellules et, par la même occasion, nous empêcher de dormir. Plusieurs d’entre eux ont tenté de me provoquer, en vain. Je suis restée allongée sur ma couchette tout du long, tournée vers le mur.Je contemple le plafond de ma cellule depuis un long moment lorsque j’entends à nouveau la porte du fond du couloir s’ouvrir. Sauf que cette fois-ci, au lieu de taper leurs matraques sur les barreaux, les hommes de main de Kraeffer nous font sortir un à un. À chaque fois le rituel est le même ; ils ouvrent la porte, demande à la personne de sortir en croisant les mains derrière la tête, puis ils la menottent, lui couvrent les oreilles avec un casque antibruit et la tête avec un sac en tissu opaque. Je suis la dernière à être escortée de la sorte.N’ayant plus que l’odorat comme sens pour me guider, je
Read more
DMCA.com Protection Status