Share

LE SILENCE DU DÉSERT
LE SILENCE DU DÉSERT
Author: Mrdine_officiel

1

-JENNAH !

Je fais un tour sur moi-même m'arrachant presque les cheveux. Je cries dans la rue en sachant très bien que ma petite fleur ne se montrera pas.

-Jennah ! m'écriais-je en pleurant

Mon cœur se serre dans ma poitrine, le vent vient balayer mes cheveux et les emmêlent. La folie atteint mon cerveau. Les passants me regardent comme si j'étais une malade. Je suis tellement paniquée pour ma fille que le regard des gens sur moi m'importe peu.

"Jade ne te maries pas avec lui, tu finiras par regretter."

J'ai entendu cette phrase une bonne vingtaine de fois sans pour autant changer d'avis. Tout le monde m'avait prévenu que cette relation serait une infinité de drames mais j'en ai fais qu'à ma tête, comme à mon habitude. Et voilà où j'en suis aujourd'hui, ils avaient tous raison..

J'ai rencontré Hassan par le biais d'un ami qu'on avait en commun. Je suis tombé éperdument amoureuse de ses belles phrases et ses promesses.

Quelques mois après, alors que je n'avais que dix-huit ans, il me passe la bague au doigt sans pour autant avoir la bénédiction de mes parents. Je suis issu d'une famille très religieuse. Je suis française, il est arabe. J'étais chrétienne, il est musulman.

Je me suis alors mise à doucement m'intéresser à l'Islam et après un long moment de réflexion, je me suis convertie. Je m'efforçais de fermer les yeux sur tout ce que disait les médias. Pour moi, l'Islam n'est pas une religion meurtrière mais de paix. Mais le plus important dans tout ça, c'est savoir accepter toutes les religions.

J'ai rompu tout contact avec ma famille, mise à part ma grande soeur, Elsa qui m'a soutenu dans mes décisions malgré son désaccord concernant mon couple. Je me suis rendu compte que bien trop tard de mon erreur. J'ai renié ma famille pour lui mais je l'aimais tellement, un amour aveugle, un amour destructeur.

Rapidement, il a voulu faire des enfants. On a donc eu Jennah, âgée aujourd'hui de cinq ans. Jennah qui signifie Paradis, en arabe . Mais voilà, depuis quelques semaines, il a soudainement commencé à avoir un comportement assez mystérieux voir dangereux.

Alors qu'on était en pleine rue, il se mettait à traiter une femme sur la manière dont elle s'habillait. Par la suite il a voulu m'obliger à porter le voile puis a tenu des propos comme "ils ne méritent pas de vivre". Je n'ai jamais vraiment su de qui il parlait.

Je me rend compte aujourd'hui que mon mari était tout simplement sur le point de se radicaliser. Et puis un jour, il m'a fait une proposition qui a été une sorte d'éléctrochoc pour moi.

"Et si on allait en Syrie ? On pourrait combattre comme le veut notre Seigneur et on ira au Paradis ensemble. Ils ont même des écoles pour apprendre aux enfants."

Sa manière de penser à changé. J'ai immédiatement refusé, en sachant que de tuer de pauvres innocents, sous prétexte qu'ils sont non-musulmans ne me fera pas être une meilleure musulmane. Bien au contraire.

Malheureusement il était aveuglé par tout ça, par de mauvaises fréquentations et de mauvaises croyances. Ce n'était plus une question de religion, c'était tout simplement de la folie. Tout ce en quoi il croyait, ce n'est pas ça le vrai Islam mais une version que de mauvaises personnes se donnent et qui reflètent par la suite un mauvais aspect de tout ça.

Il avait tout contre lui, tout qui aurait dû me faire fuir, tout qui me montrait qu'il devenait un danger pour moi, pour ma fille. Mais je l'aimais et je l'aime encore à l'heure actuelle. Il a su enjoliver son mauvais côté, j'ai pas pu me résoudre à l'idée qu'il était mauvais, dans ma tête c'était inconcevable.

"-Hassan !

-Ouais ? me dit-il en arrivant derrière moi

-Tu va chercher la petite à l'école ? Je suis un peu occupé là.

-T'es sur de toi Jade ?

-De quoi ?

-Tu ne veux toujours pas me suivre pour combattre ?

-Hassan s'il te plait, on en a déjà parlé.

Je m'approche de lui et pose mes mains sur ses joues. Il me lance un regard noir et retire mes mains.

-Alors tu fais partis des ignorants.

-Hassan dit pas n'importe quoi...

-Qui sont en perdition, dit-il pour conclure sa phrase"

Il m'a dit cela et est partit chercher Jennah à l'école. Depuis ce jour-là, je ne l'ai plus vu, depuis ce jour je n'ai plus jamais vu ma fille. Tout me fait croire que Hassan puisse être partit avec elle.

Il m'a arraché mon enfant. Il a séparé une mère de sa fille. Qui sait ce que subit Jennah depuis ces huit derniers jours. J'ai la peur au ventre depuis plus d'une semaine. Je ne sais pas ce qu'ils font endurer à ma fille. Je pleure ma peine depuis sa disparition. J'ai tellement peur pour elle, je sais même pas si elle est en vie ou si elle va bien.

Et dire que j'en suis encore amoureuse. Je l'aime autant que je le détèste. Il a laissé ma fille entre les mains de ces monstres. Elle sera sûrement traumatisée suite à tout ce qu'elle a subit..si elle est encore en vie.

Mes larmes ne cessent de couler sur mon visage. Je tombe au sol et prend ma tête entre mes mains. J'ai amené ma fille à la morgue. Voilà ce que je me répète en boucle depuis plus d'une semaine, j'ai amené ma fille à la morgue.

[...]

-*Oui allô bonjour, centre enfant disparu j'écoute.*

-*Oui bonjour, je vous ai appelez il y a quelques jours concernant la disparition de ma fille.*

-*Votre prénom s'il vous plait.*

-*Jade, Jade Ben Alia.*

-*Ne quittez pas.*

-...

-*Effectivement oui, vous avez fait une déposition concernant sa disparition.*

-*Oui.*

-*Si elle a réellement quitté le territoire on ne peut rien faire.*

-*Mais...vous comprenez pas, ça fait huit jours que je ne ferme plus l'oeil de la nuit. Je vous dis que ma fille est en danger.*

-*Je comprend madame et je suis navré mais ce n'est pas notre centre qui peut vous apporter de l'aide.*

Je raccroche, énervée et balance mon téléphone sur la table. Je soupire fortement et me lève brusquement faisant tomber ma chaise au sol.

Faut pas que je craque encore une fois. Mes larmes ne rameneront pas ma fille. Il ne suffit pas d'être triste, il faut agir. J'ai assez pleuré ces derniers jours, à m'en donner mal au crâne. Faut que je me bouges si je veux la revoir.

Alors que je préparais un plat de pâte à la bolognaise, la sonnerie provenant de la porte d'entrée se fit entendre dans toute la maison. J'ouvre la porte et tombe sur ma soeur.

-Coucou, me dit-elle

-Salut, dis-je d'une petite voix

Elle retire sa veste et ses chaussures et me suit de près jusqu'au salon. Je nous sers deux assiettes de pâtes et prend place à ses côtés.

-Alors ? dit-elle en enroulant ses pâtes autour de sa fourchette

-Alors quoi ?

-Tes recherches avancent ?

-Non toujours rien.

-T'inquiète pas, ça fait que huit jours, ils finiront par la retrouver.

-J'espère.

-Hassan en tout cas c'est un vrai...connard.

-C'est trop gentil connard, c'est bien plus que ça.

-Mais t'es vraiment persuadée qu'il est là-bas ?

-Comment ça ? Tu me prend aussi pour une folle ?

-Mais non...

-Écoute Elsa, tu l'a pas vu comme moi je l'ai vu, tu n'a pas entendu ses propos, tu ne sais rien de ce qui se passait dans cette maison. Je suis pas folle, je sais qu'il est là-bas.

-Ça va calme toi Jade, c'était juste une question.

-Garde les tes questions.

-...

- en soupirant, Pardon...je...je me suis emporté mais comprend que c'est pas facile comme situation.

-T'inquiète il n'y a pas de mal.

-Je pense à un truc depuis quelques temps..

-Dis moi.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status