PARTIE 11

AYANA NIANG :La fleur du milliardaire

PARTIE 11: LA FIN POUR MOI

***Kayden Abdoul Sy 

Une semaine que je vis avec cette culpabilité,une semaine que J'ignore comment m'y prendre avec les autres. Sept jours que je vis l'enfer sur terre. La culpabilité me ronge si vous voulez savoir. Depuis ce jour où elle m'en renvoyer de l'hôpital , j'ai jamais remis les pieds de nouveau. J'ignore dans quel état se trouve-t-elle actuellement mais une chose est sûre elle m'en veux toujours. J'essaie de me reconstruire, j'essaie de tout oublier ,je voudrais me convaincre que c'est aussi de sa faute mais j' arrive pas. Le mal est déjà fait ,mon père leur a dédommager alors pourquoi j'arrive pas à l'oublier ? Pourquoi je pense toujours à elle ? Pourquoi j'imagine tout le temps son sourire dans ma tête. Pourquoi diable je pense toujours à ce baisé que nous avons échangé cette nuit ? 

-Mon amour il faut qu'on parle c'est important me dit Leïla en me sortant de mes pensées.

-C'est pas le moment je suis en retard pour le bureau ,plus tard stp lui dis je avant de noué ma cravate.

-Oui c'est ça comme d'habitude depuis ces derniers jours,tu n'as plus de temps pour moi, à peine si tu te souviens même de ta fille me balance-t-elle.

-C'est pas le moment Leïla,je ne suis vraiment pas d'humeur à discuter lui répondé je lasse.

-Et cette fille j'ai de ses nouvelles tu sais ?

J'arrête tout et me place devant elle....

-Ah oui ,dit moi comment va-t-elle lui demandé je précipitamment. 

Elle pouffe de rire avant de se tenir droit et me dit ceci

-Tu vois maintenant, J'avais tout a fait raison,tu es complètement obsédé par cette fille me nargue-t-elle. Tu sais quoi je crois qu'elle mérite vraiment tout ceci.

-ASSEZ LEÏLA CRIE JE AU BOUT DU NERF.

-Snif Kayden tu me cris dessus depuis quand,moi ta femme,la mère de ta fille. À cause de cette stupide handicapé ,Snif mon dieu j'y crois pas Fanta a totalement raison. Elle t'a envoûté ,tu es à moi Kayden dit elle comme une folle.

-Je te reconnais Vraiment plus Leïla et je sais que tout ceci est l'œuvre de ta sœur bref je te laisse je suis un peu en retard retroquais je en lui faisant une bise au front. Prends soin de ma petite princesse.

-OUI FUIS COMME TOUJOURS ,TU NE SAIS QUE ÇA À FAIRE S'ECRIA-T-ELLE DEPUIS NOTRE CHAMBRE ALORS QUE J'ÉTAIS LOIN.

-Bonjour mon chou,ah mon amour ce corps chaud me manque tellement m'arrête Fanta.

-Qu'est ce que tu veux lui demandé je énervée. 

-TOI mon amour, c'est toi que je veux. Je veux que tu me baise comme tu sais si bien le faire me sourit elle.

-Plus jamais et ne compte pas sur moi lui dis je avant de faire un pas vers la porte. 

-Hum vas y ,croit moi que tu va le faire , bonne journée baby me nargue-t-elle avant de s'éclipsé.... 

C'EST PAS VRAI CRIE JE INTÉRIEUREMENT avant de rejoindre ma voiture. Quand vais je me débarrasser de cette pute . Elle ne va pas réussir à gâcher cette journée que j'essaie de bien passé. J'arrive au bureau la tête dans l'air. Je vérifie celui de mon cousin,il n'est pas encore arrivé. Bon ça fait rien je file directement dans la mienne et plonge la tête dans mes dossiers. Plusieurs minutes se sont écoulées mais j'avais l'impression de ne point avancer. C'est toujours l'image d'Ayana qui me vient à l'esprit. Et si Leïla avait raison je suis complètement obsédé par cette fille qui n'a que faire de moi. 

-Tu es matinal aujourd'hui me déclare une voix sauf que je ne le vois pas encore moins l'accordé de l'importance. 

-........................................ 

-Sur terre monsieur le PDG rajouta-t-il.

-...........................................

-AYANA S'ÉCRIA-T-IL COMME UN MALADE CHOSE QUI ME FAIT SURSAUTER DE OUFFFFFF.

-BORDEL AYMEN TU PEUX ME LAISSER TRAVAILLER J'EN AI VRAIMENT BESOIN LUI DIS JE. 

-Oui c'est ça ,tu travailles et c'est tellement évident que tu te rends compte que je suis là il y a une trentaine de minutes abdique ce dernier.

-Desolé je sais pas ce qui me prend. Je m'excuse auprès de lui. C'est vraiment difficile tout ça j'ai l'impression de vivre dans un couchemar qui n'est pas prête à se terminer. 

-Tu as déjà fait de ton mieux,mon oncle a payé une somme pour leur rembourser. Sincèrement je crois que tu n'as plus rien à te reprocher. Me conseille-t-il.

-Je te parle pas de ça et.......

-Tu ne peux jamais me mentir à moi ,il suffit de prononcer le nom de cette fille pour que tu te mets dans tout tes états. 

-AYMEN LAISSE NOUS SEULE S'ECRIA MON PÈRE QUAND LA PORTE S'OUVRE BRUSQUEMENT SUR LUI ET MAMAN...

Jusqu'à ce jour je refuse de décrocher leur appel Maman et lui. Tout d'abord parceque j'ai honte et je sais que je passerai un sale quart d'heure si jamais je me retrouvais seul avec les deux. Vu leur visage je vais y passer aujourd'hui c'est sûr.

-NOUS ALLONS PARLÉ DE PÈRE À FILS ET ON VERRA COMME TU VA T'ÉCHAPPER AUJOURD'HUI RAJOUTA MON PÈRE ÉNERVÉE.

-SURTOUT COMPTE BIEN SUR MOI POUR LUI FAIRE PASSÉ UN SALE QUART D'HEURE TERMINA MA MÈRE.

Je ravale difficilement ma salive en suppliant du regard mon cousin. C'est perdu d'avance,toute la famille Sy a peur de mon père sauf grand père. 

-Oui oui tout de suite mon oncle je vous laisse dit cet Imbécile d'Aymen avant de s'éclipsé comme une femme enceinte. 

- REDRESSE TOI TOUT DE SUITE KHALED ME DEMANDE MA MÈRE.

-Je sais que vous... vous.. êtes énervée contre moi mais sachez...

-QUI T'AS DONC DONNÉ LA PAROLE IMBÉCILE ?ME CRIT MON PÈRE. 

Putain je suis un chef de famille là,ils doivent bien le savoir. Je me redresse comme ma mère me l'a suggéré. 

-Bien tu va nous écouté attentivement maintenant commence mon père. 

-Est ce qu'il a même le choix rajouta ma mère.

-Tu es bien conscient que tu as détruit la vie de cette jeune femme ?Me demande-t-il. 

-Vous n'allez pas encore revenir sur ça mon dieu. J'en ai vraiment marre. J'essaie d'oublier tout cette histoire alors papa je.........

-LES ASSOCIÉS SONT LÀ MON ONCLE INTERVIENT PRÉCIPETAMMENT AYMEN EN PÉNÉTRANT MON BUREAU. 

-Bien nous arrivons tout de suite dit il à ce dernier. (à moi) Ce soir je veux te voir à la maison et surtout ne me fait pas attendre Kayden. Je me demande qu'est ce que j'ai bien pu faire au bon dieu pour mériter un fils pareil. 

-J'ai bien entendu papa et rassure toi je serai présent avec ma famille lui repondé je.

-Non , seulement toi me coupe ma mère.

-Comme vous voulez ,bonne journée leur dis je même si nous allons nous retrouver d'une minute à l'autre. 

***AYANA NIANG

Qui suis je aujourd'hui ? Absolument Personne . Je ne suis qu'une pauvre orpheline qui est destiné à souffrir seule le restant de sa misérable vie. Suis je la seule à enduré tout ceci dans ce monde ? Plus que jamais je veux mourir,je veux disparaitre complètement de cette terre comme mes parents. J'en ai assez de subir tout cette humiliation, vous m'entendez j'ai en vraiment assez. Déjà une semaine que je suis dans cette putain de chaise roulante,une semaine que je suis morte psychologiquement,une semaine que j'ai perdu tout espoir,une putain de semaine que ma vie est complètement détruite. Khaled m'à abandoner Snif , l'homme avec qui je me voyais marié cet même homme qui m'a promis le mariage. À force de trop pleuré, aucune goutte larmes ne coulent désormais.

-Devine ce que j'ai pour toi aujourd'hui cher cousine me parle Adja quand elle pénètre notre chambre... 

Chaque jour elle me fait subir des humiliations de tout genre . C'est bien ça mon destin et je l'a laisse faire. J'ai plus de vie désormais et je me suis résolu à mon sort..... 

-Fait ce que tu veux je m'en fiche royalement lui dis je.

Splashhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

Une gifle de sa part me fait redescendre sur terre comme d'habitude. Mes joues sont devenus sa tam-tam, à chaque fois que ça lui chante et bien elle me gifle. 

-Croit moi aujourd'hui tu vas adorer la surprise dit elle avant de récupérer tout mes affaires personnelles et vienne les déposer à quelques pas de moi. 

-Qu'est ce que tu comptes faire lui demandé je.

-Wait and See se moque-t-elle en souriant telle un monstre puis elle ressort et reviens quelques minutes plus tard avec une allumette dans la main accompagné d'un mini fourneaux. 

-Tu ne vas pas osé Adjaratou retroquais je. 

-Si si ma belle, alors on commence par quoi ? À cette photo , comme vous êtes moche ensemble. 

La seule photo qui me reste de mes parents étaient à sa merci. Une fois de plus mes larmes coulent. Je peux tout accepter mais pas de perdre cette photo. C'est la seule que j'ai en ma possession. Je le supplie du regard , elle semble se réjouir de cela..

-Ah je vois tu veux l'avoir ?Vient le récupérer mocheté ,vient , lève toi tout de suite dit elle. 

-Je t'en supplie pas ça ,ne fait pas une chose pareille. Je...je...promets de t'obeïr mais ne brûle pas cette photo. C'est le seul souvenir qui me reste d'eux dis je en essayant de me relever pour récupérer....... 

-Vas y relève toi , montre moi que tu es une femme,pleure pas tu sais bien que le jeu n'a même pas commencer.

-Pitié Adja Snif donne moi cette photo ,aïeeeeeeeeeeee fais je quand je tombe au sol....NONNNNNNNNNNNNNNN CRIE JE QUAND ELLE BRULE LE SEUL SOUVENIR QUI ME RESTAIT DE MES PARENTS..... 

-Tu vois tout ça c'est fini, plus d'études maintenant dit elle en jettant mes cahiers et livre dans le feu. Tu n'est rien sale pute.....

-Pourquoi dit moi ? Qu'est ce que je t'ai fait de mal lui demandé je en pleure complètement cloué au sol. Snif pourquoi vous me detestiez autant, PUTAIN DIT MOI POURQUOI ME DÉTESTEZ VOUS AUTANT ?

-Parceque tu es maudit Ayana ,tu devrais même disparaitre de la surface de la terre. Je me demande bien comment tu as survécu à cet accident ...

-ARRETE TU MENTS LUI CRIE JE.

-Dit moi pourquoi ton idiot de petit ami t'as quitté ? Laisse moi deviné,parcequ'il ne t'aime pas et il ne t'a jamais aimé. Tu es détesté partout, même mon cousin ne t'aime pas il veut juste te baisé comme beaucoup d'autres. Tu es sans valeur , Sincèrement tu devrais songé au suicide. Tu n'as pas ta place dans ce monde,tu es juste maudite Ayana. Personne ne t'aime tu m'entends personne. Termina ma cousine avant de pouffer de rire. 

-OH AYANA VOUS ÊTES TOMBER COMMENT S'ECRIA LA BONNE QU'ILS ONT ENGAGÉ POUR PRENDRE SOIN DE MOI.

Elle me relève et m'aide à prendre place dans mon fauteuil. Une fois de plus tout est parti en fumée tout. Ils ont réussi et j'ai perdu,je suis à leur merci. 

Le soir....... 

Assise avec ma bonne, elle me racontes sa vie au village, chose qui ne m'intéresse point. Je veux juste mourir et oublié tout ceci. Je pense et je repense ,je pleure silencieusement pour faire passer cette douleur que je ressens à l'intérieur. 

-Mariam laisse nous seul dit HAMZA qui venait d'entrer. 

Je tremble rien quand le voyant. Désormais j'ai peur de lui . À chaque fois que l'on discute il devient tout d'un coup brutal. 

-Tu m'as tellement manqué mon amour me dit il en s'approchant dangereusement de moi. 

Je baisse les yeux par peur de croisé son regard dure.. 

-Je veux toujours t'epouser Aya ,je t'aime et je te promets que je ne vais jamais t'abandonner. 

-Je t'aime pas HAMZA , Pourquoi refuse tu de comprendre cela. Tu...tu... sais bien que nous sommes....

-ASSEZ BORDEL ,TU COMMENCE VRAIMENT À ME TAPÉ SUR LES NERFS S'ecria-t-il. 

-Je....je.... bégayais je de peur. 

Hamza était bizarre, J'avais l'impression qu'il était soûl où drogué. 

-TU ES À MOI DIT IL EN CAPTURANT SAUVAGEMENT MES LÈVRES. 

J'essaie de le repousser sauf qu'il était plus fort que moi. Il a commencé à me touché par tout sur mon corps sans que je ne sache comment me défendre. Puis il a sauvagement retiré mon haut...

-Snif je t'en supplie pas ça Hamza , arrête tu me fais mal lui suppliais je quand il pressais fort mes seins. Pitié à l'aide je t'en supplie, À L'AIDE MON DIEU CRIE JE DE MA VOIX.

-Tout ceci est à moi alors laisse toi aller, c'est bon tu verras je vais t'apprendre mon amour. 

-Je... aïe...tu.. arrête je t'en supplie. Je suis ta sœur , À L'AIDE ,AIDEZ MOI JE VOUS EN SUPPLIE.

-MONSIEUR VOTRE PÈRE VOUS APPEL ME SAUVE DE NOUVEAU CETTE FILLE,MA BONNE. 

Hamza me lâche d'un coup et devient tout d'un coup docile.

-PUTAIN qu'est ce que j'ai fait,je suis désolée mon amour,pardonne moi. Reste là je reviens tout de suite..

Il ressort en courant, tandis que cette fille me pose des questions. Je lui supplie de me rapporter un couteau afin de me protéger Prochainement. Elle le fait à la hâte.

-Snif conduit moi dans la salle de bain stp.

-Tout de suite madame, arrêté de pleuré svp. Dieu n'abandonne jamais ces enfants, vous devriez les dénoncer dit elle tristement avant d'ouvrir la salle de bain. 

-Dieu n'a jamais été la pour moi ,reste là je te rappellerai quand j'aurai fini lui dis je avant de fermer la porte. 

-Papa et maman j'abandonne, plus que jamais je veux être auprès de vous. Je ne veux pas de cette vie où personne ne m'aime. Adja a raison sur toute la ligne je suis maudite, Snif sauf que je ne l'ai jamais demandé à l'être vous saviez bien. Je suis si désolée de ne pas pouvoir réaliser tes rêves papa ,je ne pourrai plus jamais riche ,au moins je serai auprès de vous. Je pleure en déposant le couteau sur mon poignet. D'un mouvement rapide je coupe mes veines. C'etait la fin ,une fin que je n'avais point imaginer. Je me vide de tout mon sang et c'était mieux je voulais mourir et J'avais réussi , c'etait la fin pour moi....

À suivre..................

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status