AVEUGLÉ PAR MA CONVOITISE
AVEUGLÉ PAR MA CONVOITISE
Author: Danielle Maguia
Chapitre 1: La misère.

Écrit par: le blog d'une jeune inconnue.

Allonger sur mon lit, je me sens dépérir. Mon corps se décompose de jours en jours et je suis seul face à cette maladie qui me ronge. Mais est-ce vraiment une maladie ? ou est-ce une réponse du destin ? ou pire était-ce le karma ? et si c’était vraiment le cas ne l’aurais-je pas mérité ? n’avais-je pas fait assez de mal autour de moi pour mériter une sanction pareille ? Je pense bien que oui ! Et maintient, je payais à juste titre le prix de mes péchés et de mes erreurs !

Je m’appelle Florent Tombel, j’ai 29 ans et je suis, non en fait j'étais très riche, et durant toute ma vie, je me suis battu pour être au-dessus des autres, pour dominer les autres afin que le monde entier me craigne et me respecte.

Je suis née dans une famille très pauvre, je suis le premier née d’une fratrie de 3 enfants :  mes deux sœurs Gaëlle et Linda et moi. Mon père était Virgile dans le Lycée ou je fréquentais, quant à ma mère, elle était une pauvre agricultrice qui commercialisait également une partie des produits de sa récolte. Ensembles, ils se battaient comme ils pouvaient pour nous donner le nécessaire pour vivre, mais cela n’était jamais suffisant pour moi. Cela me m’étais en rage de toujours trouver les mêmes repas dans nos plats tous les jours.le blog d'une jeune inconnue.

Au collège, je n’avais pas beaucoup d’amis, non en fait je n’en avais qu’un seul : Henry en dehors de lui, personne ne voulait côtoyer le fils du Virgile, surtout dans un collège remplis d’enfant de riches, tout le monde me considérait comme un être inferieur lorsque je passais, les gens chuchotait toujours, puisque je n’étais pas vêtu aussi élégamment qu’eux ! ma tenue n’était pas aussi neuve et bien repasser que les leurs et je mes chaussures n’étaient pas à la pointe de la mode. En bref je n’étais pas de leur classe sociale du coup personne ne m’approchais tout le monde me regardais de haut. le blog d'une jeune inconnue.

Cependant, j’étais très intelligent du coup beaucoup de mes camarades s’approchaient de moi pour que je fasse leurs devoirs à leurs places ou encore pour recevoir mon aide. Ils venaient souvent s’asseoir prêts de moi pendant la recréation et me parlais très gentiment :

- bonjour mon frère

--- bonjour !

-mon frère pardon je ne sais pas si tu peux un peut m‘aider sur les exercices de mathématiques si

J’étais très souriant car je me disais qu’enfin il m’adressait normalement la parole. J’ai répondus 

-ce n’est pas un problème gar ! assois-toi je vais t’expliquer comment faire 

-non Big moi je ne comprends pas trop les trucs si … pardon traite juste tu m’envoie je vais réviser à la maison. le blog d'une jeune inconnue.

C’était toujours le même scenario à chaque fois les filles comme les garçons. Ils étaient toujours souriant lorsqu’ils venaient me demander des services, mais le lendemain, ils me méprisaient et ne répondaient mêmes pas à mes salutations j’étais toujours anéanti. Henri essayait toujours tant bien que mal de me consoler

-je ne sais pas pourquoi tu continus de les aider avec la manières dont ils te traitent 

-moi-même j’ignore pourquoi ! peut-être que j’ai besoin d’être accepté ! d’avoir des d’amis !

-quels amis ? je ne suis pas ton ami ?

-si mais…

-mais quoi ? 

-...

-Florent ! apprend à t’accepter tels que tu es. Tu n’es pas obligé d’être de leur cercle d’ami.

-aka ! tu ne peux pas comprendre toi tes parents sont riche !

-il n’y a rien à comprendre, ce n’est pas de ta faute ou de celle de tes parents accepte toi tels que tu es.le blog d'une jeune inconnue.

Henri avait raison ! Au début, je les aidais toujours de gaîté de cœur car je me disais qu’ils finiraient par m’accepter et dans leurs cercles d’amis mais après cela, à chaque fois que je m’approchais d’eux, ils avaient toujours le même langage et lorsque j’ai enfin compris qu’ils m’utilisaient juste, je me suis rebeller et j’ai décidé que je ne les aiderais plus qu’en échangé d’argent ou d’autres bénéfique pour moi ou mes études.

Henry était vraiment un ami fidèle, il était différent de tous les autres qui se prenaient pour le nombril du monde. Il était très humble et sincère, malgré notre différence sociale nous nous entendions à merveille. Mais moi j’étais toujours obnubiler par le sentiment d’être inférieur à lui parce que mes parents étaient pauvres contrairement aux seins je souffrais d’un complexe d’infériorité énorme. 

Complexe qui allait me pousser à commettre les pires erreurs de ma vie.

Même si Henry était un vrai ami, je ne pouvais m'empêcher d'être jaloux de lui ! Je ressentais toujours une sorte de pincement au cœur lorsque je voyais sa tenus neuve et bien repasser, ses chaussures de marques et son téléphone dernier cris. Raison pour la qu'elle j'étais souvent très irritable à son endroit. Il avait tout pour lui. Les plus belles filles du collège lui couraient après tandis que moi je n’avais jamais eu droit à un seul regard ! je ne savais même pas ce que ça faisait ! et pourtant je n’étais pas désagréable à regarder ! non au contraire j’étais même plutôt mignon ! mon seul défaut était d’être pauvre !le blog d'une jeune inconnue.

A la maison, ce n'était pas toujours facile avec moi, je ne me rebellais certes pas mais je n'écoutais pas toujours mes parents car je leur tenais pour responsables de ma frustration et en même temps je n'avais pas tort ! S’ils avaient été riche ne serais pas traiter comme le dindon de la farce dans mon établissement. J'étais constamment renfermer sur moi-même et je ne parlais à personne même pas à mes sœurs !

Lorsque j'ai obtenus mon baccalauréat, mon père m'avait appelé à ouïs clos et m'a dit :

-mon fils, je suis très fière de toi car dans tes études tu ne m’as jamais déçu ! Cependant, je suis incapable d'assumer tes frais d’université, je dois encore m'occuper de l'éducation de tes deux sœurs tu es déjà grand tu peux te débrouiller seul maintenant ! le blog d'une jeune inconnue.

-papa je te comprend parfaitement tu en as assez fait pour moi… dès aujourd'hui je vais me battre seul ! Je te promets de te rendre fière ! 

-oh ça je n'en doute pas mon fils.

Ce que mon père m'avait dit ne m'avait pas surpris le moins du monde ! J'étais bien conscient du fait qu'il n'avait pas assez de moyens pour financer mes études supérieures en plus des études secondaires de mes deux sœurs.

J'étais déjà âgé de 21 ans et je connaissais déjà certaines réalités de la vie, je n'étais plus un pauvre petit collégien frustrer ! Avec le temps j'avais appris à transformer ma frustration en détermination, j'étais prêts à tout pour être un grand ! Un homme que les gens respecteront, une personne dont on craindra la moindre petite colère bref je voulais être riche, même hyper riche.le blog d'une jeune inconnue.

J’en avait parler avec henry et il a proposé qu’on vive ensemble dans sa chambre d’étudiant je trouvais cela très généreux de sa part et franchement je n’étais pas surpris, henry avait toujours été une personne très altruiste toujours pers à aider les autres ! pour moi ! cette proposition venait à point nommé puisque je n’avais pas assez de moyens pour aménager seul ! j’ai donc accepter avec joie ! j'ai ensuite quitter la maison familiale et je me suis inscrit à l’université. Mon père avait pu me donner l’argent des pré-inscriptions, mais je devais me dérouler moi-même pour les frais universitaires.

J’avais commencé des petits jobs et au bout de 3 mois, j’avais pue accumuler l’argent nécessaire pour mes frais et aussi comme argent de poche. Et j’étais allé m’inscrire en seco professionnel et en parallèle j’occupais également un poste de serveur dans un restaurant et de la place et de temps en temps henry m’aidait aussi. 

Henry et moi vivions ensembles Mais nous n’avons pas les mêmes horaires puisque lui après son bac avait directement rejoins une école de formation ou il recevait une formation professionnelle. J’avais plongé la tête baissée dans mes études et au bout de 3 ans j’avais obtenu ma licence en comptabilité et gestion. Mais je ne comptais pas m’arrêter la ! j’avais l’intention de m’inscrire en master professionnel avant de tomber dans le monde de l’emplois.le blog d'une jeune inconnue.

Henry et moi vivions ensembles Mais nous n’avons pas les mêmes horaires puisque lui après son bac avait directement rejoins une école de formation ou il recevait une formation professionnelle. J’avais plongé la tête baissée dans mes études et au bout de 3 ans j’avais obtenu ma licence en comptabilité et gestion. Mais je ne comptais pas m’arrêter la ! j’avais l’intention de m’inscrire en master professionnel avant de tomber dans le monde de l’emplois.le blog d'une jeune inconnue.

Cependant, malgré mon âge avancer (24 ans) je n’avais jamais eu de vrai relation. Qu’est-ce que je raconte ? je n’avais jamais eu de relation tout court ! sérieuse ou pas ! Chaque fois que je parlais a une fille elle me regardais avec mépris et le repoussai a cause de mon mon aspects négligé. J'étais persuadé que si mes parents avaient de l'argent,elle ne m'aurait pas traité ainsi. Non au contraire elles auraient été heureuse de me fréquenter mais puisque mon père était le gardien de l'école, j'étais considéré comme un moins que rien.

La dernière fois que j'avais rassembler mon courage pour parler à une fille qui me plaisait elle s'était chargée de me ridiculisé de la pire des façons.

A suivre

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status