Share

L'amour Fantôme
L'amour Fantôme
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan

Prologue

 Printemps 1889

"Miss Bellamy ! Mme Bellamy !" L' adolescent appelé, le souffle court, comme il a couru de la colline aussi vite que ses longues jambes longilignes et ne le laissa pas. Quand il atteint le sommet, il a placé sa main sur ses cuisses pour appuyer son torse comme il s' est concentré sur la régulation de la respiration. "Miss Bellamy."   Il déglutit difficilement tout en parlant. "Votre père est puissant en colère de trouver vous avez quitté la colonie, une fois de plus. Je crains que vous ne serez pas bien s'il découvre que vous avez erré ce loin."

"Appelle-moi Lucille ou Lucy. Quoi que ce soit, mais Mme Bellamy. Ce n'est pas la première fois que je pose la de vous, Charles."

Le jeune visage de l'homme devenue rouge. "Je vais essayer de se souvenir, Mi… Lucille."

Lucy regarda la vallée ci-dessous. Des parcelles d'herbe verte à perte de vue lutté contre la neige fondante alors que l'hiver fait place au printemps. Au loin, les montagnes escarpées qui les a contraints à faire lors d'un des hivers les plus rudes dans le territoire du Montana avait vu huit ans plus tôt s'accrochaient à la neige qu'ils convoitaient l'année à leur plus haut point. 

Ils avaient appris d'un établissement français pas loin de Vancouver alors que le canal de réservation à l'ouest avec un petit train et a grandi ; excité comme un compagnon de quelques familles françaises avec toutes les conversations qui ont eu lieu à ce sujet.  Après plusieurs longs mois de voyage à travers le pays et des difficultés inimaginables qui l'accompagne -y compris la mort de sa mère et son jeune frère- de nombreux colons ont décidé de s'établir dans la vallée qu'ils avaient été forcés de l'hiver à quand le dégel finalement autorisé à voyager sur ; son père étant l'un d'entre eux. 

En utilisant son sens des affaires, il a rapidement évalué que la meilleure façon de vivre une vie confortable dans une montagne éloignée emplacement était de posséder et d'utiliser un petit poste de traite. Peu à peu, la parole se répandre. Le petit poste de traite a été bien reçue par les mineurs et les bûcherons à des kilomètres à la ronde qui ont apprécié la commodité de ne pas avoir de trek vers Fort Benson des produits de base.

C'était déjà la fin d'avril. L'hiver n'a pas tardé à venir et du temps à laisser dans la vallée niché dans la montagne, mais qui n'a pas empêché les colons de se concentrer sur la construction d'une vie pour eux-mêmes. Ce qui s'est avéré être un plus grand obstacle est l'absence de droit, hommes sans scrupules à la recherche de l'or, et les escarmouches entre les Pieds-Noirs et les Crow de tribus indiennes. Malgré tout, Antoine Bellamy a insisté pour que la jeune colonie de Muddy Creek dans le territoire du Montana a été le plus mauvais endroit pour vivre dans un pays sauvage. 

Il avait souvent parlé de retourner dans leur petit pays immobilier en France, mais Lucy savait qu' il était tout simplement parler. Il pensait que c'était un secret, mais elle avait connu depuis l'après-midi lorsqu' ils ont emballé un peu de leurs biens les plus précieux et s'enfuit en secret pour le navire qui les avait amenés à travers le vaste océan qu'ils ne pourraient jamais revenir. Elle n'avait aucune idée de ce que son père lui a fait, mais il était en cours d'exécution de la loi pour certains. Retour en France signifierait sa mort.   Il savait qu'elle et ainsi a-t-elle. En fait, cette grande chose secrète qu'il n'était la raison qu'ils se sont rendus à un tel territoire barbare et non réglées. Ici, il a été au-delà de la portée de la loi. Plus d'une fois, elle avait laissé son imagination à pied grâce à ses scénarios qui répondent aux critères d'une telle gravité que pour les forcer à fuir. Le vol ? Dettes ? Le meurtre ?  

Voir la Statue de la liberté debout et fiers que leur navire a fait son chemin vers l'île Ellis avait été à couper le souffle. Elle était certaine qu' elle ne voudrait pas voir quoi que ce soit si majestueux et grand pour le reste de sa vie, mais elle avait tort. La scène devant elle alors qu'elle se tenait sur le  rocher à sommet plat, avec l'air de la montagne se réjouissant avec sa tête pleine de longs cheveux blonds a dû être tout aussi grand et majestueux, si ce n'est plus.

"Lucille, s'il vous plaît. Je l'ai dit à votre père que vous êtes allé à la crique pour voir à propos de la capture de certains poissons pour le dîner. Il m'attend pour revenir avec vous prochainement."

Lucy tira le  col de son manteau de fourrure resserrement autour de son cou, mais pas avant qu'une rafale de vent froid a réussi à envahir la chaleur fournie et entraîner son corps à vibrer. "Qu'allez-vous dire, lorsque nous serons de retour avec plus de poissons et pas de canne à pêche ?"

Charles sourit à sa propre intelligence. "Ah, mais j'ai quatre poissons en gardant le froid dans le ruisseau que j'ai attrapé tôt ce matin.  Ma mère et je n'ai besoin que de deux. Je peux vous donner deux d'entre eux pour votre souper."

Lucy sourit. "Vous êtes un bon garçon."

"Je ne suis pas un garçon, je suis un homme," grogna-t-il qu'il sauta sur le rocher, et a commencé à descendre la colline sans attendre pour elle.

À 17 ans, Lucy n'est qu'un an de plus que Charles. Il est vrai qu'elle ne doit plus se référer à lui comme un garçon, mais il était encore un peu d'avoir droit à quelques années en tant qu'homme. Parfois elle se sentait désolé pour lui. Il avait perdu son père et son frère aîné sur le voyage à l'ouest. Lui et sa mère étaient tout ce qu'il restait à faire une famille et il a été forcé à la position d'être l'homme de la famille. Les pressions de cette responsabilité l' a poussé à vouloir devenir un vrai homme et assumer les responsabilités qui va avec, y compris le mariage. Alors qu'elle aspirait à être une jeune fille encore une fois, il ne pouvait pas attendre pour devenir un homme.  

Si les circonstances avaient lancé Charles en position d'être l'homme de la famille, qu'ils avaient jeté Lucille dans devenir la femme de la sienne. Elle a trouvé que c'était fastidieux et le confinement. Son père surveillait ses moindres gestes de peur que certains jeunes buck aurait venir et voler son bien le plus précieux que l'on entend pour le mari, elle a remis en question ne serait jamais venu ; son maidenhead. 

Sans une femme dans la famille d'expliquer exactement ce qu'une femme était de Maidenhead et comment il a été volé, Lucy a été livrée à elle-même pour le comprendre. Elle avait un sentiment qu'il était connecté à ce moment du mois lorsqu'elle saigne. Molly Ambers avaient été présents pour elle de fonctionner lorsque l'blasted ont débuté. Elle avait assuré Lucy qu'elle était loin d'être malade et n'était certainement pas de mourir. Elle était tout simplement en train de devenir une femme. Elle a appelé cette fois, son "menstrues" et a déclaré que la plupart des filles ont commencé leurs règles à un âge beaucoup plus jeune que Lucy et elle devrait se réjouir qu'elle n'a pas été balayée par les ans. Malheureusement, Molly est décédé de consommation il y a deux hivers, et, depuis que son père a commencé que récemment à propos de son obsession maidenhead, elle n'avait pas la moindre idée à qui demander. Il y avait d'autres femmes dans le règlement, mais aucun n'avait suffisamment confiance en elle pour discuter d'un sujet sensible avec. 

Les responsabilités de la femme dans la maison tomba sur Lucy à l'âge de 14 ans, donc elle n'a pas vraiment conscience de l'étendue que sa vie aurait été différente, sa mère avait vécu. Bien qu'elle n'a pas trouver prendre soin de la maison et qui tend à son père a besoin d'être lourde, elle n'a aucun désir de prendre le rôle d'épouse d'un nouveau ménage. Les choses étaient très bien comme ils étaient. Elle devinait que son père n'était pas pressé de perdre ses pas plus qu'elle était pressé de le quitter . Sinon, il ne serait pas si inquiète de son préserver sa stupide maidenhead dans un règlement que rarement vu un homme digne mari, passer à travers elle.

Charles était parti depuis longtemps avant qu'elle se força à reprendre le chemin en bas de la colline vers la partie du ruisseau qu'elle savait qu'il était favorable pour la pêche. Son esprit a travaillé pour penser à quelque chose d'intelligent à dire pour dissiper l'arnaque qu'elle avait donné son sentiment de fierté en l'appelant un garçon. Elle était tellement préoccupé par ce qu'elle n'entend pas les chevaux et leurs cavaliers jusqu'à l'approche ils étaient sur elle.

En bref, elle devinait qu'il y ait au moins quelques dizaines d'hommes dans le  groupe à louches. La plupart d'entre eux montaient sur, mais une demi-douzaine sont restés derrière. Ils ont encerclé son avec leurs chevaux, se déplaçant rapidement et vient de l'empêcher de s'échapper alors qu'ils ont ri et claquaient sur sa volonté d'être amical.  

Elle n'était pas sûr de pourquoi elle était si effrayé à l'idée d' être amical . Elle a été agréable pour tous ceux qui sont venus par le règlement. Il s'agissait d'un type de politique nécessaires au détail. Non seulement il y avait quelque chose dans la façon dont ils ont dit la parole qui lui a donné l'impression que leur idée de friendly et le sien n'était pas la même, mais leur aspect dégoûtant, rag tag son revulsed avec chaque pas leurs chevaux pris de fermer dans un cercle plus étroit. 

La plupart de ceux qui sont venus au poste de traite étaient des trappeurs, des mineurs, et les bûcherons. Ils étaient des hommes qui travaillent dur qui ont souvent besoin de leçons d'hygiène, mais ils étaient bien élevée et respectueuse pour la plupart. Ces caractères n'étaient pas seulement sale et malodorante, mais ils étaient gras et grossier dans leur maniérisme vers elle.  

Quand l'un d'entre eux lept off son cheval et le jeta au sol, elle a rapidement appris ce qu'ils voulaient dire par être amical. Bien que, encore vierge, elle avait vu qu'il fait assez souvent avec le bétail de comprendre ce qui se passait.   

Souffle qui pue des dents pourries, non gratté et le tabac à chiquer tourné son ventre comme il a forcé ses baisers sur ses lèvres et par personne.  Le son de la déchirure  fait écho au large de la colline de tissu tandis que l' air froid glacial  frim agressèrent son seins. La neige sous son piqué sa  chair exposée. Elle a souffert la douleur à l'intérieur et dehors comme chaque homme a son tour avec elle ; certains plus d'une fois. 

Ils ont non seulement apprécié en obligeant leurs peckers dans chaque orifice qu'elle possédait aussi fort et vite que possible, mais l'ont accompagné les agressions sexuelles avec des coups de leurs poings et profond, cercle vicieux des morsures de leurs sales, pourris, des dents. Au moment où leur désir et besoin de violence était rassasiée, elle se coucha fun, sanglantes, meurtri, et à peine conscient sur la colline impitoyable.

La dernière chose qu'elle a rappelé que le monde est devenu noir était le son de leurs rires et de pétrole brut et de commentaires à propos de ce qu'ils avaient fait pour elle, et l' immense odeur de fumée venant de la colonie.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status