6

Cassidy attendait au téléphone et a répondu tout de suite quand Genice a appelé.  « Il est deux heures du matin. »

« Cette maison est si grande », a déclaré Genice. « J’ai à peine pu voir quoi que ce soit.  Nous avons simplement marché de pièce en pièce.

« Vous avez été avec lui pendant des heures », a déclaré Cassidy.

« Nous avons pris le temps de manger.  C’était un dîner, après tout », a déclaré Genice.

« N’êtes-vous pas content que je vous ai parlé de ces talons aiguilles? » Cassidy gloussa.  « Ils vous ont fait une visite privée de la maison. »

« Ils vous ont aussi fait une visite privée. Il nous a invités tous les deux à revenir demain soir », a déclaré Genice avec empressement.

Les cris d’excitation de Cassidy étaient si perçants que Genice a été forcée de tenir le téléphone loin de son oreille. Elle sourit; en partie par bonheur de pouvoir offrir une telle opportunité de trésor à sa bonne amie, mais surtout parce qu’elle se délectait encore du baiser qu’elle avait partagé avec Anton.

Elle et Cassidy s’étaient toujours tout dit.  Ils n’ont gardé aucun secret. C’est pourquoi elle ne comprenait pas pourquoi elle hésitait à partager son euphorie près du baiser d’Anton.  Pour une raison folle qu’elle ne pouvait pas expliquer, elle ne voulait pas dire à Cassidy qu’ils s’étaient embrassés.  Que ce soit parce que son amie a avoué qu’elle était attirée par Anton aussi, ou si c’était autre chose, elle n’en avait aucune idée.  Elle était juste contente que ses nouvelles de leur tournée la nuit suivante soient dévorantes et Cassidy n’a rien demandé d’autre.

Quand Cassidy fut satisfaite qu’on lui avait dit tout ce qu’il y avait à entendre sur la date du dîner de Genice au manoir et lui dit bonne nuit, Genice tomba sur le lit.  Elle était épuisée.  Ce qui a aggravé les choses, c’est qu’il était maintenant trois heures du matin et qu’elle devait se lever dans quatre heures.  Elle a débattu de la question de savoir s’il devait prendre une douche avant de se coucher ou attendre le matin. Sachant à quel point il était difficile pour elle de se lever et sentant l’intensité de l’épuisement qui l’a soudainement vaincue, elle s’est traînée dans la salle de bain qui jouxtait sa chambre, se déshabillant pendant qu’elle marchait.

Bien que toujours fatiguée, elle se sentait un peu mieux après s’être tenue sous l’eau chaude.  Les cheveux mouillés enveloppés dans une serviette et une brosse à dents suspendue à sa bouche, elle est retournée dans la chambre et a tiré un quart de nuit de sa commode.  Elle venait de le tirer au-dessus de sa tête quand son téléphone portable a sonné. 

C’était Anton.

« Je venais juste d’entrer dans le lit », dit doucement Genice en jetter sa brosse à dents dans le lavabo de la salle de bain et en se dirigeant vers son lit.

« Je n’aurais jamais dû t’embrasser », gémit la voix grave d’Anton à travers le téléphone.

« Oh, » dit Genice avec une déception nerveuse. 

Elle avait été ravie de son baiser. Était-ce une chose unilatérale?  Regrettait-il de l’avoir embrassée ? L’appelait-il pour lui dire qu’il avait changé d’avis sur son retour pour une autre tournée?  Était-il en train de casser les choses avant même qu’elles ne commencent ?

« Maintenant, je ne peux pas te sortir de mon esprit », a-t-il poursuivi d’un ton bas et sensuel. « Qu’est-ce que je dois faire? »

Un rire s’échappa de ses lèvres alors qu’elle s’allongeait sur le dos sur le lit et se blottissait dans les oreillers. « Vous avez un dilemme. »

« Bébé, tu sais que je le sais », grogna-t-il presque. « Revenez.  Je veux plus de toi. »

« Je dois me lever dans quatre heures », soupira-t-elle. 

« Qu’étudiez-vous qui vous fait vous associer à un groupe de recherche paranormal ? », a-t-il demandé.

« C’est une recherche pour ma thèse en études mythologiques », a-t-elle répondu.

« Qu’avez-vous l’intention de faire avec une telle éducation une fois que vous es diplômé ? », a-t-il gloussé.

« Pour votre information, j’ai l’intention de faire du travail social », a-t-elle dit avec un léger soupçon de défensive.  « Il y a beaucoup de gens qui sont gouvernés par la superstition. J’ai l’intention de prouver que ces choses ne sont pas réelles et de les aider à se libérer de leurs peurs. »

« Vous ne croyez en rien du folklore là-bas ? » demanda-t-il.

« Aucun », dit-elle fermement.

« On dit qu’au cœur de chaque conte de fées repose une étincelle de vérité », dit-il doucement.

« Nous verrons », bâilla-t-elle.

« Êtes-vous fatigué ou est-ce que j’ai juste cet effet sur vous? »  demanda-t-il gentiment.

« Je suis désolé », s’est excusé Genice.  « La journée a été longue. Je devrais vraiment dormir un peu.

« Je te verrai demain soir, alors ? » demanda-t-il avec espoir.

« Cassidy est tellement excité », gloussa Genice.

« Et toi ? » demanda-t-il.  « Êtes-vous excité de me revoir? »

Elle pouvait sentir son visage rougir alors qu’elle prononçait à bout de souffle: « Oui ».

« Femme, tu vas hanter mes rêves », grogna-t-il avec un lourd soupir.

« Dans le bon sens, j’espère », dit-elle en riant.

« De la meilleure des manières », lui assura-t-il.  « Jusqu’à demain soir, alors. »

« Bonne nuit, » soupira-t-elle.

Elle a gardé le téléphone à l’oreille jusqu’à ce qu’elle soit sûre qu’Anton avait déconnecté l’appel.  Avec un sourire satisfait, elle retira la serviette de sa tête et passa un large peigne à dents dans ses cheveux.  Elle se couchait rarement avec des cheveux humides, mais elle avait besoin de dormir autant que possible.  Elle n’avait qu’à porter ses cheveux tirés en arrière pendant la journée et corriger leur apparence avant d’aller chez Anton avec Cassidy.

****

Anton a posé le téléphone et a souri. Il n’avait pas besoin de l’Oracle pour lui dire que c’était Genice.  Il l’avait senti à la minute où elle était tombée sur lui. Certes, l’entendre de la part de l’Oracle a contribué à solidifier sa détermination à le faire fonctionner.  Il était seul.  Il la cherchait depuis que l’Oracle lui avait dit qu’elle venait, il y a plus de cent ans.  C’était une chose qui le frustrait à propos des Oracles.  Ils n’avaient aucune notion du temps.  En dehors du domaine humain, le temps n’existait pas ; du moins, pas de la manière dont les humains l’ont mesuré.

Il a convoqué Martin pour lui donner des instructions sur la préparation du week-end. Il voulait que Genice soit près de lui.  Pour la première fois depuis cent ans, il y aurait des invités dans les chambres d’hôtes dans la partie originale du manoir. 

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status