Chapitre 4

Ace n'arrêtait pas de lui ébouriffer les cheveux alors qu'il marchait avec impatience d'un bout à l'autre. Son t-shirt tout neuf et coûteux avait commencé à s'imprégner de sueur comme il l'avait fait de peur.

Il ne savait que penser, était-elle vraiment morte ?

Mike a dit plus tôt qu'elle l'était et Nelson a confirmé. Lui, d'un autre côté, était trop effrayé pour même regarder le spectacle horrible.

Une chose qu'il évitait dans son existence était de lui enlever la vie humaine, eh bien, il ne pouvait pas entièrement dire qu'il avait enlevé la vie de la jeune fille telle qu'elle était, il n'était pas encore celui qui était au volant, il était impliqué.

« Mec , vas-tu simplement te détendre et arrêter de faire les cent pas, cela me rend plus nerveux que je ne le suis déjà », a exhorté Mike.

« Va te faire foutre Micheal, toi et ta conduite imprudente est la raison pour laquelle nous sommes dans ce foutu bordel."

Mike, Capello et deux autres gars – TJ et Nelson – avec lesquels il n'avait pas encore fait connaissance, étaient venus dans sa chambre d'hôtel plus tôt pour un petit échauffement, après quoi Mike avait choisi de les conduire au club.

Il savait que c'était une mauvaise idée de laisser Mike conduire étant donné qu'il était nul, pourtant, il a stupidement accepté, sachant très bien qu'il n'y avait pas d'âmes à décapiter et de voitures à réparer à cette heure impie de la nuit.

« Quoi ? Ce n'est pas comme si je savais qu'il y aurait un pilier de poussière au beau milieu de la route à minuit et hé, où étaient tes yeux ? Tu aurais au moins pu les utiliser pour moi", cracha Mike.

"Que diable."

"Les gars," interrompit Capello. "Tout d'abord, c'est un hôpital et vous êtes bruyants, vous ne voulez pas que tout le monde ici sache que nous avons frappé quelqu'un jusqu'à la mort et deuxièmement, cela ne nous mènera nulle part pour se pointer du doigt, d'accord ? Personne, en particulier, n'est à blâmer pour cela. Nous sommes tous dans le même bateau."

« Putain de merde !" Jura Ace, s'asseyant brusquement sur l'une des chaises en fer rouillé de la minuscule salle d'attente de l'hôpital.

Avec les deux coudes sur ses genoux, il soutenait son menton avec des doigts entrelacés alors que ses pieds tapaient avec impatience le sol carrelé en céramique pas si blanc à cause de routines de nettoyage interrompues.

Il y eut un silence, avec une teinte d'anticipation et de peur pendant un quart d'heure avant qu'une infirmière de garde, mince et ressemblant à une girafe, ne s'approche d'eux. En la voyant, ils ont tous été alertés et se sont précipités vers elle avant qu'elle ne perde encore une seconde.

Toute sa vie, il avait su que les infirmières étaient intelligentes et efficaces jusqu'à ce qu'il y mette un pied dans cette ville. Le premier qu'ils rencontrèrent était un hippopotame en blanc ; lent et sans effort. Il a même remarqué un froncement de sourcils sur son visage charnu quand elle les a aperçus sachant qu'elle allait être longtemps distraite de sa dernière série philippine et du craquement des graines de pistaches.

"Bonsoir messieurs." Son sourire était constamment irritant.

Personne n'a rétorqué. Si l'homme était un livre ouvert, ou plutôt, si elle pouvait lire cinq livres ouverts, elle aurait bien vu que la soirée était loin d'être bonne ; Il était une heure trente du matin avec cinq garçons qui transportaient une fille à moitié morte à l'hôpital au lieu de se détendre dans une piscine de filles chaudes et de boissons. Rien d'absolument bon.

« Qui est un parent du patient ? »

Les questions de l'infirmière les incitaient à lancer des regards d'une personne à l'autre, ce qui se résumait à Ace.

Super!

Qu'il s'agisse de conduire un parfait inconnu à l'hôpital, de régler les factures ou de déposer des réclamations, quoi de plus pourrait améliorer la matinée qu'elle ne l'était déjà ?

"Je le suis," s'avança Ace, balbutiant, "C'est la première fille de mon voisin."

Putain!

« Viens avec moi », l'infirmière maigre à la peau brune et aux yeux perlés de marbre l'éloigna de la portée des autres jusqu'à un petit bureau en forme de cube. « Asseyez-vous », ordonna-t-elle.

Le bureau de peinture écaillée contenait une minuscule table rectangulaire contenant les dossiers et les papiers du monde, deux chaises aux extrémités opposées et un lit extensible.

"Je dois dire que la victime a de la chance que vous, jeunes gens, la conduisiez à l'hôpital le plus proche dès que possible. Dans la mesure où je suis désolé et dois admettre, elle est dans un état vraiment critique, je dois disons, soyez assuré que nous avons fait de notre mieux pour soigner toutes les blessures visibles. Si elle se rétablit rapidement, elle sera partie d'ici dans moins de deux jours. "

Les lèvres d'Ace se brisèrent en un sourire et son visage reprenait vie. Il n'était pas seulement ravi que la première fille de sa soi-disant voisine ait enfin montré des signes de vie, mais en plus de cela, il allait assister à sa fête plus heureux et plus joyeux que jamais.

La nuit s'est avérée prometteuse après tout.

À vrai dire, lui et ses amis avaient transporté la jeune fille à l'hôpital en prétendant avoir trouvé son corps à moitié sans vie déjà étendu sur l'autoroute.

"Mais il y a plus que son état que nous ne pouvons pas révéler tant que sa famille ou un parent plus proche ne vient pas à l'hôpital et aussi jusqu'à ce que le médecin se présente le matin pour une confirmation appropriée des résultats de laboratoire."

Comme si j'en avait quelque chose à faire. Elle vas bien et c'est tout ce qui compte. Maintenant, puis-je foutre le camp d'ici ? Pensa t-il.

« Eh bien, d'accord. Je vais informer ses parents dès que possible, puis-je partir maintenant ? »

"Oui bien sûr."

"Passez une bonne nuit," Ace quitta le bureau en feignant l'angoisse. Il entendit Nelson marmonner deux mots "on est foutus". qui a presque fait craquer sa façade.

Ace s'approcha de ses amis en secouant la tête de désespoir total.

« Les gars, je… je ne sais pas comment vous annoncer cette nouvelle, honnêtement. »

"Utilisez un marteau, une pierre... n'importe quoi, mais brisez-le", anticipa Mike.

Ace se frotta les yeux avec son pouce et son index avec une main posée sur ses hanches.

"Elle est euh...comment dire...vivante ? Respirante ?"

"Tu es sérieux... n'est-ce pas ?" Capello incroyablement interrogé.

« Gar, est-ce qu'on plaisante avec quelque chose en tant que tel ?" ajouta TJ.

"Je suis sérieux," a confirmé Ace. "Ses blessures ont été soignées et elle quittera probablement l'hôpital dans deux jours ou moins en fonction de son taux de guérison." Il expliqua.

"Whooo," commença Capello en s'éventant. « Non, ce genre de nouvelles doit être commémoré, je veux dire… nous devrions vider ce club de toutes les bières possibles, vous n'êtes pas d'accord ?"

"D'accord, mais je conduis", a finalisé Ace en lançant à Mike le regard le plus meurtrier qu'il ait jamais possédé et en le défiant de le contredire.

"Yo! Lavida vient de bombarder mon téléphone avec quarante-cinq appels manqués et dix messages", a déclaré Tj, faisant défiler son téléphone.

"Je ne veux même pas vérifier le mien, rappelle-le simplement et dis-lui que nous sommes en route. Nous nous justifierons une fois là-bas." dit Capello.

"Mec, cette merde m'a fait peur," avoua Mike, posant sa tête sur le pare-brise de la voiture.

"Cela nous a tous fait peur, frèro", a déclaré Ace.

"Qu'est-ce que..." Nelson jura depuis l'arrière de la voiture. "Tu as des chaises en cuir sanglantes chères, et qu'est-ce qui m'empêche de… ooohhh regardez ce que j'ai trouvé," roucoula-t-il après avoir ramassé l'article qui empêchait ses jambes de rester à plat et confortablement sur le sol de la voiture.

"Ne t'inquiète pas. La merde sera vendue après le lavage", a répondu Ace en faisant référence à sa voiture.

"Les gars, Cendrillon a laissé tomber ses pantoufles en verre", s'est moqué Nelson, soulevant une paire de pantoufles perforées en lambeaux blanches et brunes du plancher de la voiture.

Ace lui jeta un coup d'œil puis reporta son attention sur la route. « Jete-le, » dit-il, irrité.

"Ne fais pas ça," contredit Mike, gagnant un regard vicieux de la part d'Ace. « Garde-le, elle en aura besoin. »

« Es-tu en train de dire indirectement que je retournerai dans cet hôpital pour le lui rendre ? »

"Pas vraiment, ce monde est petit, tu la verras peut-être quelque part, un jour, qui sait," Mike haussa les épaules.

"Elle aurait en acheter un autre à ce moment-là", a déclaré Ace.

"Ne vend pas la voiture avec", a ajouté Tj. "Mais si tu le veut, ajoute quelques pièces supplémentaires au prix de vente de la voiture; disons six millions et deux cent cinquante francs." il a éclaté de rire, ce qui a amené les autres à emboîter le pas, à l'exception d'Ace.

"Vous ne ferez pas le paradis", a déclaré Ace.

"Dit le roi de Sodome et Gomorrhe", a tiré Capello.

Ace soupira, vaincu. Il appuya son coude sur le pare-brise abaissé tout en conduisant avec l'autre.

Enfin, à Burj Khalifa, les gars ont sauté du plumeau Darcia directement à la ville de la vie ; Comme toujours, la musique était à fond à l'entrée, mêlée à des cris d'enthousiasme. Le mélange de lumière sombre de rouge et de bleu pâle rendait presque impossible de reconnaître son visage à moins d'être plus près de lui. Les dames qui avaient possédé la piste de danse agitaient leur taille d'une manière érotiquement envoûtante contre des surfaces sensibles.

Maintenant, ça c'est la vie.

"Les gars, les gars, les gars... Je suis tellement en colère contre vous", les a localisés Lavida. « Jetez un œil à mon stand VIP, est-ce qu'il vous plaît ? Même les filles s'ennuient »

"Ne te fâche pas", a déclaré Tj. "Sois heureux que nous l'ayons fait. Il vaut mieux tard que jamais."

"Nous avons encore deux grosses heures devant nous, ce qui est assez de temps pour tout t'expliquer pendant que nous gaspillons les bêtises." Capello a enroulé un bras autour du cou de Lavida, conduisant le reste de l'équipage au stand VIP.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status