Le Princesse et le Roi Vampire
Le Princesse et le Roi Vampire
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan

1

Le strident dur du sifflet du quart d’heure m’a ramené à la réalité comme une gifle croustillante sur mon visage.  J’étais toujours dans cette pièce horrible avec ces créatures horribles qui attendaient un destin trop horrible pour être imaginé.

Horrible... était-ce le mieux que je pouvais faire? Cet endroit était au-delà de l’horreur.  C’était si mauvais qu’il n’y avait aucune description de la gravité de la chose. 

Mon esprit était flou. 

J’avais besoin de me concentrer.

Ces créatures, qu’étaient-elles ?  Ils sont allés au-delà de l’horrible à regarder, de l’horrible d’être autour, de l’horrible pour interagir avec.  Mon cerveau ne fonctionnerait pas correctement. Je ne pouvais trouver aucun mot pour égaler ce qu’ils étaient. J’ai abandonné. Horrible devrait suffire.

Je me suis souri.  Qu’importe le mot que j’utilisais pour décrire ce qui se passait ?  Était-ce vraiment si important?  Dans un avenir pas trop lointain, je deviendrais un rien, une chose du passé.  Ce que je pensais et les mots avec lesquels je m’énonciais signifieraient moins qu’ils ne le faisaient déjà.

« Vous souriez humain.  Prenez-vous plaisir à cela? dit une voix grave et sournoise.

Ma tête s’est levé et j’ai regardé directement dans les yeux jaunes et perçants de mon ravisseur écailleux.

« Est-ce important? » J’ai glissé hardiment.

« Pas du tout », marmonna la bête lézard en s’éloignant pour inspecter une femme à ma gauche.

« Je ne pensais pas », marmonnai-je en retentant sur ma poitrine.

« Silence », rugit une voix masculine profonde du fond de la pièce.  « J’aurai le silence! »

J’aurais pu être provocateur et dire autre chose juste pour les irriter.  Après tout, j’étais une femme morte assez tôt. Que pouvaient-ils me faire pour briser leur précieuse loi du silence qu’ils n’allaient pas déjà faire de toute façon ?  Maisje  ne l’ai pas fait.  Mon cerveau le pensait, mais ma langue restait immobile.  De plus, quelque chose au fond de mon cerveau faible a crié pour que je me taise et que je me comporte et que je puisse sortir vivant de cette chose.  Imaginez cela?  Je savais que c’était un souhait de conte defées,  mais j’ai obéi à l’ordre et je me suis tue quand même.  Peut-être que quelque part dans les recoins de mon esprit, je tenais à un miracle.

Mes longs bras osseux avaient été passés au-dessus de ma tête pendant si longtemps que je pouvais à peine les sentir.  L’engourdissement se déplaçait le long de mon dos et dans mes jambes tout aussi osseuses.  J’ai regardé autour de moi mes compagnons de captivité.  Ils avaient du sens.  Chacun avait assez de viande sur son corps pour nourrir ces bêtes lézards de manière fine.  S’ils dînaient sur de la soupe, je pourrais peut-être comprendre la raison pour laquelle ils m’incluaient dans le mélange, mais d’après ce que j’avais pu déchiffrer, ils ne mangeaient que de la viande; et ils l’ont mangé frais et non cuit.  Mon physique maigre de cinq pieds trois pouces a à peine atteint la barre des cent livres sur une balance tout en trempant mouillé. 

Je n’avais pas ma place ici.

Maisalors,  est-ce que l’un d’entre nous ?

Un autre coup de sifflet d’un quart d’heure a percé l’air.  J’ai senti le tapis roulant trembler alors qu’il me déplaçait lentement vers la gauche vers la pièce redoutée.  Combien étaient devant moi?  La grande salle était longue et remplie de corps. D’où viennent-ils tous ? Mes yeux étaient flous de tout ce qu’ils avaient injecté dans mon cou il y a quelques sifflets. C’était une sorte d’agent calmant.  Apparemment, les bêtes lézards préféraient que leur nourriture ne se défende pas.  Cela fonctionnait.  J’ai estimé qu’au moment où j’atteindrai la fin de la ligne, je serais un imbécile bave sans souci dans le monde. Faites avec moi ce que vous allez ramper! Je m’en fous !

Des mains rugueuses, écailleuses et incroyablement puissantes ont commencé à piquer et à piétiner mon corps nu.  J’étais dégoûté par l’assaut ignoble, mais je ne pouvais même pas réussir un clin d’œil.  Oui, l’injection fonctionnait certainement.

« Qu’est-ce que cela fait ici?  Est-ce une farce ? » demanda avec dégoût le propriétaire des mains agressantes.  « Wumonan, je viens de te poser une question et j’attends une réponse.  Pourquoi cette femelle maigre est-elle ici? »

« Je ... Je...  Elle était là quand je suis arrivé enservice,  patron », a répondu un garde très inquiet ressemblant à un lézard que je supposais être Wumonan.

« Il ne vous est jamais venu à l’heure de remettre en question sa présence ? » grogna celui qu’il appelait patron.

« Ahh ... pas de patron, je n’ai pas pensé... » Wumonan a commencé.

« C’est vrai, vous n’avez pas pensé! » Boss est intervenu.  « Si vous aviez utilisé votre petit cerveau sans valeur, vous auriez réalisé que cette femme est beaucoup trop inférieure pour être présentée à notre table.  En fait, elle est une insulte même à la table Dragos la plus basse. »   

Mon corps se balançait en réponse à sa poussée de dégoût. 

« Sortez-la d’ici », ordonna-t-il.

« Oui patron », répondit Wumonan avec un mélange de peur et de respect dans sa voix.

Wumonan tira mon corps drogué  du crochet tenant la corde qui tendait mes poignets ensemble et me jeta sur sa large épaule reptilienne comme si je n’étais rien de plus qu’un sac de farine.  Mes bras battaient contre son dos épais et écailleux à chaque pas qu’il faisait, mais il semblait ne pas le remarquer.  J’ai repoussé le vomi alors que mon visage claquait dans sa chair coriace abrasive.  Non seulement la sensation était atroce, mais la puanteur était accablante.  J’avais entendu parler des Dragos de temps en temps en grandissant, mais toujours dans un conte de fées.  Je me suis souvenu des histoires qui disaient qu’ils n’avaient pas de système d’élimination comme les humains.  Ils ont éliminé les déchets à travers leur peau. Je savais maintenant que c’était vrai.  Mon convoyeur s’est essoufpé de la pire des façons. Il puait la saleté, quelque chose qui ressemblait à de l’urine moite, et du sang.  Ayant été élevé près d’une ferme dans le nord de l’État de New York,  je peux vous dire que j’ai été dans des enclos à cochons qui sentaient mieux.

Il m’a emmené à leur décharge à l’extérieur durestaurant. Je suis à peu près sûr que j’ai senti une côte ou deux claquer quand il m’a jeté sans cérémonie sur un tas de déchets humains. Alors que je m’allongeais parmi des os ramassés propres de chair et sentant le sang mélangé àla salive de créature vulgar,  mon corps purged tout contenu que mon estomac contenait.  Quand il était vide, j’ai continué à soulever.  C’était comme si mon interrupteur marche/arrêt était cassé.

Au moment où l’arrachement s’estcalmé,  j’ai été submergé par la douleur accentuée dans mes côtes.  La puissante contractation de mon diaphragme alors que je purgeais, purgeais et purgeais intensifiait les dommages causés par le fait d’être jeté sur la pile d’os.  Je n’avais aucun doute qu’au moins une côte était cassée, peut-être deux.

Même si je voulais être libre de la pile de restes humains, l’injection prenait toute sa force.  J’étais désorienté et je n’avais pratiquement aucune motivation pour bouger.  Je pouvais sentir l’obscurité creuse dans un appel à distance; attendant de me consommer. Ce n’était plus qu’une question de temps. Bien que la substance qu’ils ont  injectée n’était pas mortelle, j’ai eu l’impression que je serais dehors assez longtemps pour être enterré vivant lorsque le prochain chargement de restes serait déversé sur moi.  Avec mon léger cadre, mon état affaibli et une cage thoracique cassée, il y avait fort à parier que je serais coincé sous les décombres.  Au lieu de rencontrer ma mort comme nourriture pour les Dragos, j’allais rencontrer ma mort de ceux qui avaient été leur nourriture. 

Comme c’est drôle.

J’ai décidé que je préférais ne pas être au courant de ma disparition ultime. J’ai fermé les yeux et j’ai voulu que les ténèbres me dépassent.

****

J’avais chaud; confortable, en fait. J’ai gardé les yeux fermés pendant que je testais mes membres.  Ils fonctionnaient. J’ai senti ma cage thoracique.  Il a été bandé.  Perplexe, j’ai lentement levé mes couvercles pour voir ce qui m’entourait.  Je me suis retrouvé dans ce qui ressemblait à une grotte meublée avec une tapisserie assez somptueuse de rouge, de vert et d’or tissée ensemble pour créer ce qui ressemblait à un blason. La colombe volante avec un rameau d’olivier m’a fait croire que le propriétaire était d’un clan épris de paix. Une moquette épaisse et luxuriante de l’Orient s’étendait surle sol en terre battue et dure. Stratégiquement positionnés au-dessusde celui-ci se trouvaient une table ornée et deux chaises, une chaise confortable et rembourrée et le lit que j’occupais.

Est-ce que je rêvais ? 

Étais-je mort?

J’avais entendu dire que lorsque vous mourrez, vous choisissez l’époque et le moment dans lesquels vous aimeriez jouer l’éternité.  D’après ce que je pouvais voir, j’étais remonté dans le temps, mais je n’avais aucune idée de jusqu’où je reculais.

J’ai inhalé profondément. Le riche arôme d’un ragoût épais a fait son chemin dans mes narines et mon estomac a réagi avec vengeance.  J’avais purgé son contenu dans ce tas de restes humains et il exigeait du réconfort. Même le souvenir visuel de ce lieu horrible ne l’a pas dissuadé d’exiger son dû légitime.

J’ai regardé autour de la pièce.  Étais-je seul?  Les anges allaient-ils venir me servir ?

Des esprits peut-être ? J’ai haleté d’appréhension.  J’étais au paradis, n’est-ce pas ?  Mon esprit a couru à travers mes actions avant ma capture.  Je ne pouvais penser à rien de ce que j’avais fait qui aurait justifié mon enfer.  C’était sûrement le paradis.  Il fallait juste que ce soit le cas.

Le léger bruissement à l’extérieur de la grotte a attiré mon attention.  Comme j’étais incertain de tout à ce moment-là, j’ai décidé qu’il était préférable de jouer à l’opossum. J’ai eu juste assez de temps pour fermer mes paupières assez loin pour paraître endormi -tout en les laissant fissurées juste assez pour voir l’activité dans la pièce de dessous myanormalement long, cils épais - avant qu’il n’entre. J’avais tout ce que je pouvais faire pour ne pas haleter d’admiration.  Cela l’a réglé ! J’étais au paradis et une sorte de dieu venait d’entrer dans la grotte. Son physique musclé de six pieds de haut se déplaçait avec la puissance, la grâce et la présence de quelqu’un possédant une abondance indéniable de confiance en soi.  Ses pieds glissaient pratiquement quand il marchait. Ses muscles maigres et bien formés ondulaient à chaque mouvement alors qu’il nourrissait du bois nouvellement coupé jusqu’aux braises de ce qui avait autrefois été un feu rugissant.  Des cheveux épais et foncés encadraient ses traits pâles et aristocratiques alors qu’il attise le feu jusqu’à ce que les flammes dansent à nouveau à sa satisfaction. Sa bouche parfaitement formée m’a fait prendre conscience de mes propres lèvres minces et trop larges. Je parierais que sa bouche n’a pas consumé son visage quand il a souri comme la mienne.  Son seul vêtement était un pantalon en cuir noir qui allait comme une seconde peau.  Le reste de lui,  y compris ses pieds, était nu.  J’aurais pu l’admirer toute la journée.  Je n’avais jamais rencontré un homme aussi parfait.   

Maisalors, ce n’était pas un homme.

He était un dieu et j’étais au paradis.

J’ai trouvé le paradis très différent de ce à quoi je m’attendais.  Il n’y avait pas d’anges jouant de harpes et chantant alors qu’ils flottaient sur les nuages.  J’ai eu du mal à me souvenir de mes premières études religieuses. Si ma mémoire m’a servi correctement, le ciel se composait de différents niveaux. Peut-être que j’en avais entré un qui n’avait pas d’anges dedans. Après tout, ils ont travaillé en étroite collaboration avec le Dieu créateur. Mes faits n’étaient peut-être pas assez mauvais pour me forcer à aller en enfer, mais ils n’étaient sûrement pas assez parfaits pour me faire asseoir à côté du créateur de tous.  C’était tout.  J’étais dans l’un des niveaux inférieurs du ciel.  C’était logique. N’ai-je pas appris que dans les royaumes spirituels inférieurs, ils mangeaient, buvaient et se sentaient comme des humains ? Eh bien, si c’était le cas, cela me convenait parfaitement. Ce ragoût que mon beau dieu remuait sentait délicieux et ma bouche me donnait l’eau à la bouche pour en goûter. 

« Tu es réveillé », dit-il, le dos tourné vers moi.

Je me suis éclairci la gorge et j’ai chuchoté : « Oui. »

« Ne vous inquiétez pas, vos facultés reviendront toutes en un rien de temps », m’a-t-il assuré en se penchant pour remplir un bol avec le délicieux plat odorant. 

Ses yeux vert émeraude  touchaient les miens et il me faisait le sourire le plus éblouissant. 

J’hallucinais probablement, mais j’aurais juré que ses dents étincelaient comme les acteurs d’une publicité pour les gencives que j’avais vue à la télévision. J’ai fermé brièvement les yeux et lui ai donné une nouvelle évaluation. Non, je n’hallucinais pas.  Ses dents fortes et bien définies étaient d’un blanc brillant et scintillantes au point qu’elles me faisaient presque mal aux yeux. Si sa chair avait été plus sombre, elle aurait fait un spectacle hideux.  Il se trouve que son teint pâle se fondait naturellement avec ses dents brillantes, créant un effet séduisant, presque irrésistible.

« Es-tu un dieu? » Demandai-je doucement.

Son rire résonna à travers la grotte alors qu’il disait: « Difficilement.  C’est une belle pensée cependant.

« Je suis au paradis, non? »  J’ai insisté.

« Le paradis? » dit-il avec un regard perplexe. « Vous croyez que c’est le paradis? »

Il s’est levé et m’a porté le bol fumant tant attendu.  J’ai tendu les deux mains pour le recevoir et je l’ai presque laissé tomber. Un peu de bouillon chaud s’est renversé sur ma jambe.  C’est alors que j’ai réalisé que j’étais encore nue.

Il me regardait avec intérêt alors que je luttais pour garder le contrôle du précieux bol de ragoût tout en tirant une couette qui me couvrait à peine de ma nudité du mieux que je pouvais.

« J’ai déjà vu tout ce que vous avez à offrir.  Je ne vois aucune raison de risquer une brûlure grave pour une modestie non essentielle.  S’il vous plaît, fit-il signe vers le ragoût, profitez et détendez-vous.  Si cela vous fait vous sentir mieux, je vous promets que je ne regarderai pas. »

Sur ce, il quitta la grotte.

« Sont ... revenez-vous? » Je l’ai appelé avec une voix grinçante qui pouvait à peine être définie comme audible. 

Je me suis éclairci la gorge plusieurs fois dans l’espoir de lubrifier mes cordes vocales en état de fonctionnement.

« Bien sûr, » vint sa faible réponse de loin.

J’ai remarqué à quel point il s’était éloigné en très peu de temps.  Il s’était déplacé anormalement vite.

Avec le ragoût qui commandait mon attention, j’ai donné à mon étrange sauveteur une pensée minimale alors que je plongeais dans le plat le plus délicieux que je me souvienne avoir jamais mangé.  Mon estomac tremblait et me faisait mal pendant que je le bourrais, mais j’ai continué.  Quand mon bol était vide, j’ai regardé autour de moi pour m’assurer que j’étais seul avant de me rendre lentement à la marmite bouillante pour une recharge.  Je le regretterais probablement à long terme, mais je m’en fichais.  La nourriture était délicieuse et je n’avais aucune idée de quand je pourrais manger à nouveau.  Il était préférable de remplir mon instinct aussi plein que possible et d’espérer que j’étais capable de tout garder. 

J’avais terminé mon deuxième bol quand il est revenu avec un sourire narquois qui m’a donné envie de le gifler et de l’embrasser en même temps.  Ses yeux vert émeraude scintillaient de ce que je prenais pour de l’amusement alors qu’il regardait mon bol vide, mais il ne disait rien en tendant la main pour me l’enlever.  Alors qu’il se déplaçait pour mettre le bol sur la tablevoisine,  j’ai remarqué qu’il portait un petit paquet enveloppé dans du tissu.  Il est retourné à mes côtés et me l’a remis.

J’ai tiré les cravates lentement pendant que je m’interrogeais sur ce qu’il pouvait me donner.  C’était un paquet souple.  Pourrais-je être assez audacieux pour espérer que ce soit des vêtements?  La pensée a accéléré ma vitesse d’ouverture de l’enveloppe. Un énorme sourire a consumé mon visage alors que je regardais vers le bas

soigneusement plié, l’un sur l’autre - des leggings en cuir noir, une tunique en laine beige et une ceinture perlé.   J’ai souri de mes remerciements et j’ai enfilé la tunique sans hésitation.  Il a atteint la mi-cuisse, ce qui m’a donné assez de modestie pour me tenir debout et entrer dans les leggings.  Tout allait comme si c’était spécialement fait pour moi. 

« Merci, » marmonnai-je, « Ils s’adaptent parfaitement. »

« Je devrais l’espérer », a-t-il déclaré, sans autre explication.

« Où suis-je? » J’ai demandé, décidant que je ne voulais pas savoir comment il avait réussi à me présenter des pantalons en cuir qui allaient comme s’ils avaient été faits pour moi.

« Tu es en sécurité », marmonna-t-il en retentant de la grotte.

« Sûr ... où? » J’ai insisté.

« Ici », a-t-il passé par-dessus son épaule avant de disparaître.

J’ai attendu ce qui semblait être des heures pour son retour, mais en vain.  Je n’avais aucune idée de qui il était, mais il était mon seul contact pour le moment et d’après ce que je pouvais dire, il était aussi mon sauveur.  Je ne voulais pas qu’il me quitte.  Je ne voulais pas être laissé seul. Je me sentais fatiguée et abandonnée. J’avais envie de quitter la grotte et de chercher la civilisation; à ce stade, je me contenterais de quelqu’un pour me tenir compagnie. J’aurais au moins exploré en dehors de mon sanctuaire confortable, si j’avais fait confiance à mes côtes pour ne pas se déplacer et percer un poumon.

Quelque part au fildu temps,  j’ai réussi à me détendre suffisamment pour m’endormir.  La chaleur du feu et un ventre satisfait ont favorisé l’un des repos les plus profonds que j’avais eu depuis des lustres.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status