Share

Épouse moi

De son côté, tout en s'assurant de ne pas faire de bêtises pouvant lui coûter sa liberté, Lucia Monica essayait tant bien que mal de s'y plaire dans sa toute nouvelle vie. Au début, elle stagnait un peu. Mais petit à petit elle se reintègre dans sa communauté.

Ce matin, c'est toute chantonnante qu'elle se prépare pour le boulot. Vêtue d'une petite robe à fleur evasée blanc et rouge, des ballerines à ses pieds, elle est d'attaque pour débuter la journée de travail. N'ayant pas de voiture, elle est obligée de prendre le bus tous les matins. Mais cela ne la dérangeait pas tant que ça. C'est vrai qu'elle devait sortir assez tôt. Toutefois ça passe. Ce n'est pas comme si elle n'avait jamais eu à faire cela avant ça. Elle n'a jamais été une fille coincée, hautaine ou snob.

Une fois à l'hôtel, elle allait troquer sa petite robe pour son uniforme de travail. Quand elle eut finit, elle remarqua qu'elle était à peine dans le temps. Elle devrait donc se dépêcher. C'est en courant qu'elle a fait le trajet du vestiaire jusqu'à l'ascenseur.

Elle ne fit pas attention au passage au point où elle bouscula légèrement un homme. Ce n'était pas grand chose s'est elle dit. Ce n'était pas assez violent pour déranger une personne normale. Sauf que cet homme était assez loin d'être normal.

Elle etait tellement pressée qu'elle ne s'arrêta pas pour s'excuser auprès du monsieur. Deuxième erreur de sa part. Elle s'engouffra dans l'ascenseur à toute vitesse. Manque de bol, l'homme en question allait lui aussi vers l'ascenseur.

Une fois à l'intérieur, il l'a regardé de haut en bas avant de froncer les sourcils. Savait elle au moins qui elle venait de bousculer? Surement pas? Autrement, elle allait trembler sur place au moment où son corps a touché celui de sa victime. Tellement qu'en ce moment même elle serait entrain de perdre ses mots en se confondant en excuses.

Au lieu de ça, Elle était plus concentrée à regarder à quel niveau était l'ascenseur. L'impatience pouvait se lire sur son si beau visage même de loin. Le regret quand à lui était absent.

Au moment de sortir de là l'homme la retient par la main. Il la tira violemment à lui.

-C'est à quel moment vous compter vous excuser mademoiselle?

-M'excuser pourquoi monsieur, repondit elle? Que vous ai je fait?

Non mais c'est une blague! Elle ose lui demander pourquoi? Il ne sait pas si cette femme est une effrontée ou si elle est juste stupide. Une chose est sûre c'est l'un ou l'autre.

Dans d'autres circonstances il se serait ennervé. Pourtant, à cet instant précis, il est plus amusé de la situation qu'autre chose. Surement il s'imaginait déjà ce qu'il allait lui faire.

-Vous allez me lâcher monsieur, dit elle froidement.

Elle en profita pour dégager sa main. Il était vraiment choqué. C'est clair que cette femme est une idiote. Oser la regarder droit dans les yeux après ce qu'elle a fait c'est la pire des bêtises. Et en plus de ça elle n'hésite pas à utiliser la force. Et bien dis donc! Elle ne sait pas à quel point il peut être maléfique quand il s'y met. Et ça, elle va le comprendre tout de suite.

-Je crois bien qu'il y a quelqu'un qui joue avec son poste ici, déclare t'il cyniquement.

-Vous êtes prêt à aller jusque là! s'exclama Lucia. Vous devez sûrement avoir un égo bien grand pour faire une telle chose. Je vous ai à peine frôler.

-Eh bien vous l'admettez enfin... Vous ne pouvez pas savoir à quel point ma petite dame. Et comme vous refusez de vous excuser, je ne vais pas me gêner en vous écrasant comme un cafard. Et je peux faire encore pire si tu continues à t'obstiner.

-Vous savez quoi? Allez vous faire foutre. Je ne vais pas le faire. Si avant j'étais désolée. Laisse moi te dire que maintenant je ne le suis plus. Et si pour cela je dois perdre mon boulot, alors soit. Je ne vais pas me rabaisser afin de ramener à la vie votre pauvre égo inexistant. Alors j'espère que vous prendrez votre pied en m'écrasant... monsieur.

Elle est repartie, laissant l'homme en question qui n'était autre que Mathis JOHNSON, pantois. Il lui avait assez fait perdre son temps. Et à cause de lui, elle a dû débuter plus tard que prévu. Ce qui signifiait moins de temps pour faire son boulot.

Mathis de son côté, n'en revenait pas du degré d'insolence chez cette femme à l'allure insignifiante. Oser lui répondre du tact au tact, lui Mathis JOHNSON. Il faut pour cela avoir du cran. Et pas qu'un peu. C'est admirable. Cependant, elle devra quand même payer cette affront.

Arrivé dans sa chambre, Mathis demanda à son assistante de lui trouver des informations sur la fille en question. Il savait juste qu'elle était femme de chambre. Il lui fallait son nom afin de mettre son plan à exécution. Il a l'intention de bien lui pourrir la vie.

Dès que ce dernier lui a fait parvenir l'information, il appella le service client afin de demander à ce que l'on assigne cette femme à sa suite. Pour un client vip et qui occupe la suite présidentielle c'est le moins que l'on puisse faire pour lui. De toute façon, le client est roi.

Pauvre Lucia, elle ne savait pas ce qui l'attendait. On lui a simplement dit qu'il y a eu un changement dans les chambres qu'on lui avait assigné en début de journée. Elle ne s'attendait surement pas à tomber sur ce mec arrogant qu'elle a croisé plus tôt dans l'ascenseur.

-Ah non! Ce n'est pas vrai, s'énnerve Lucia. Alors cela vient de vous? Mais, vous êtes... vous êtes vraiment dérangé ma parole.

-Ça doit être ça oui.

Lucia avait du mal à contenir sa colère. Elle aurait voulu lui frapper la tête dans un mur. Mais elle devait quand même faire son boulot. Ça, c'était sans compter sur cet inconnu qui ne faisait que la déconcentrer avec son discours sans importance.

-Mais vous allez vous taire oui, cria t'elle.

Et bien dis donc, cette femme ne cessait de l'épater. C'est peut être une comme celle là qu'il lui faut pour le contrat. Elle est belle. Elle a du caractère. Ce qui manque peut très bien être travaillé.

Cette pensée un peu fou lui travailla l'esprit pendant tout le temps que la jeune femme nettoyait la chambre. Plus il la regardait, plus la pensée prenait vie en lui. Alors, dans un calme olympien, il fixa la jeune fille et il lui fait la plus incompréhensible des propositions.

-Epouse moi.

-Vous épouser! Moi? Vous êtes devenu fou, monsieur?

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status