TOAST À LA GELÉE [LA TRAGÉDIE D' UNE LESBIENNE CONFUSE]
TOAST À LA GELÉE [LA TRAGÉDIE D' UNE LESBIENNE CONFUSE]
Author: Eileen Sheehan, Ailene Frances, E.F. Sheehan
1

De minuscules gouttes de pluie qui ont commencé comme une brume brumeuse se sont progressivement transformées en pluie battante alors que Pam se frayait un chemin dans les rues bondées de la ville.  Elle était de nouveau en retard au travail.

S’arrêtant, brièvement pour reprendre son souffle, elle essuya les mèches égarées trempées de ses épais cheveux auburn qui échappaient du nœud serré à l’arrière de sa tête de son front tout aussi humide alors qu’elle étudiait le panneau clignotant au-dessus de la porte du restaurant délabré de l’autre côté de la rue.

Le « e » dans Pete était sombre, transformant « Pete’s Diner » en « Pet’s Diner ».  Pam grimaça en regardant Chuck se frayer un chemin à travers le torrent menaçant et se frayer un chemin au-delà de la porte de classe nuageuse. Un client régulier, Chuck était un exemple parfait de la raison pour laquelle « Pete’s Place » devrait en fait être appelé « Pet’s Place ». C’était un cochon si jamais elle en avait rencontré un.

Abaissant son parapluie, elle voûta ses épaules contre les éléments tout en fusionnant avec la foule qui planait comme un seul homme en traversant la rue. Peut-être que si elle se présentait trempée par la pluie, le grognement antagoniste de Pete au sujet de son retard serait moins grave.

Cela valait la peine d’essayer.

Il y a dix ans jour pour jour, Pam est entrée dans pete’s Diner; une introvertie timide à la recherche d’un emploi pour l’aider à payer ses études universitaires. Le fait que sa mère, Ida, était contre l’idée était ce qui l’incitait à s’aventurer dans un endroit aussi miteux pour commencer. Elle et Ida n’étaient pas d’accord sur la vie depuis un certain temps maintenant.

Ida, qui avait reçu un énorme règlement d’assurance après la mort du père de Pam et un règlement de divorce pas trop minable d’un deuxième mariage après cela, ne voyait aucune raison pour pam de payer son propre chemin à l’école. La douleur de la mort de son père, aggravée par la période de deuil apparemment brève d’Ida, a conduit à un mariage encore plus bref avec cette bête d’un beau-père qu’elle avait ramené à la maison sans avertissement qu’il avait existé; sans parler de vérifier qu’il était mari et beau-père matériel a déchiré tout amour que Pam aurait pu avoir au fond des recoins de son cœur pour sa mère. Elle ne voulait rien avoir à voir avec Ida ou son argent; surtout l’argent qui venait de la bête.  Il était la principale raison de sa haine et de sa méfiance envers les hommes.

Pam a quitté la maison dès qu’elle a pu, même si Ida était divorcée à ce moment-là et que la bête était partie. Elle était rancune qu’il ait fallu si longtemps à sa mère pour ouvrir les yeux et la croire quand elle s’est plainte des manières pédophiles dégoûtantes de son nouveau mari, Chester.  Elle se demanda si Ida n’était pas entrée sur eux l’une des nombreuses nuits où Chester avait décidé de la violer, si elle aurait jamais cru que son mari bien-aimé était capable d’être si diabolique.

Les remords déchirants d’Ida et ses actions violentes envers Chester sont arrivés trop tard pour Pam. L’aveuglement de sa mère à l’égard de son vil beau-père et son refus d’écouter les appels à l’aide de Pam ont creusé un fossé épais et inébranlable entre eux.  Ida s’est demandé s’il pourrait un jour être supprimé.

Le diplôme d’études collégiales de Pam reposait sur une étagère au fond de son placard et sa routine de travail restait la même. Pendant une décennie complète, toujours timide et introvertie, elle s’est présentée fidèlement pour servir le petit-déjeuner dans le restaurant gras délabré de Pete avec le signe défectueux et la clientèle indésirable.

Un vent humide la dépassait alors qu’elle glissait, relativement inaperçue, derrière l’épaisse porte vitrée et dans le petit foyer du restaurant. Pete aboyait des ordres à Sylvia, tandis qu’elle poussait son corps de buxom à travers une petite foule de personnes qui attendaient à la caisse pour payer leur facture. Sylvia a repéré Pam et n’a pris qu’un bref moment pour évaluer son apparence.  Elle secoua la tête et serra la langue alors qu’elle passait à la fois devant une cabine bondée dans le coin de la pièce où elle distribuait la vaisselle de son plateau trop chargé.

Pam a fouillé la pièce, qui débordait du bruit et de l’agitation des cols bleus qui se préparaient pour la journée, et s’est rendu compte que l’autre serveur, Caroline, avait disparu. Cela signifiait qu’ils manquaient non seulement de son aide, mais aussi de celle de Caroline.  La pauvre Sylvia travaillait toute seule et la salle à manger était bondée.

La culpabilité pour sa paresse et son sommeil excessive a balayé Pam alors qu’elle se précipitait dans l’arrière-salle pour accrocher son manteau et ranger son sac à main et son parapluie.

« Bonjour la Belle au bois dormant. J’espère que nous ne vous avons pas dérangé ce matin », grogna Pete.

Son sarcasme et son ton dur frottaient Pam crue jusqu’à l’os. Elle se demandait souvent pourquoi elle continuait à venir dans ce sac à puces d’un restaurant pour travailler et subir les attaques verbales que Pete lui larguait quotidiennement; sans parler de la merde qu’elle a prise aux clients.

Bien qu’elle ait dû admettre qu’elle méritait les châtiments de Pete aujourd’hui. Elle n’avait aucune excuse pour être en retard, sauf pour le fait qu’elle est restée dehors tard avec Fiana et a trop dormi.

Pam hocha la tête rapidement alors qu’elle passait silencieusement devant Pete pour attraper son tablier et un carnet de commande. Il se recroquevillait, secouait la tête et tournait son attention vers les frites maison qui étaient empilées haut alors qu’elles grésillaient dans une mare de saindoux sur le gril.

« C’est une maison de fous ici aujourd’hui. C’est déjà assez grave avec l’un d’entre vous dehors, mais deux... merde »,s’est plainte Sylvia en claquant plusieurs tasses sur le comptoir et a immédiatement commencé à les remplir de café. « Chuck vient de s’asseoir dans votre station et nous pouvons diviser Caroline.  À partir de la table sept...  Je monte, tu descends. »

« Merde. Pourquoi est-ce que je suis toujours coincé avec Chuck? » Pam gémit.

« Il t’aime, bébé », gloussa Sylvia en chargeant son plateau avec les tasses à café remplies et en accélérant devant Pam. « Chop! Couper! Le temps est une perde! »

Pam a pris son temps pour se rendre au stand où Chuck était assis en train de mâcher un cure-dent.  Elle pouvait sentir ses yeux verts perçants se pencher sur elle à chaque mouvement. Elle s’est arrêtée pour vérifier une femme obèse aux cheveux noirs qui était si profondément absorbée par son petit-déjeuner qu’elle n’a pas remarqué l’approche de Pam et a simplement grogné un « non » quand Pam lui a demandé si elle avait besoin de quelque chose.

Chuck s’est étendu dans la cabine et a siroté l’eau que le garçon de bus a livrée.

« Qu’est-ce que je peux t’obtenir aujourd’hui, Chuck ? » demanda-t-elle à contrecœur.

Chuck a remplacé le cure-dent par une cigarette électronique.  Il le fumait langoureusement pendant qu’il regardait Pam de haut en bas.

« Juste du café aujourd’hui, une chose sucrée », a-t-il dit d’une manière sensuelle, presque paresseuse avant d’ajouter, « et vous, si vous êtes prêts pour cela. »

Une vague de répulsion l’a balayée de la tête aux tés alors que ses mots agressaient ses oreilles. Il n’avait aucune idée qu’elle était lesbienne.  Personne au restaurant ne l’a fait. Même si elle était droite, il n’y avait aucun moyen qu’elle puisse jamais être attirée par cette letch d’âge moyen. Des mèches hideuses de chaînes d’or dangereusement minces pendaient de manière gaudi contre sa poitrine gonflée et chargée de cheveux dans le « V » créé par sa chemise qui n’était boutonnée qu’à mi-hauteur de son ventre surdimensionné.  Il manquait quelques boutons en haut près de son col, mais elle doutait que cela fasse une différence.  Boutons ou pas boutons, elle était sûre qu’il s’exposerait encore dans sa tentative ridicule d’avoir l’air sexy.

L’or sur les poignets de Chuck était tout aussi mince et fauve et ses doigts épais et costauds vantaient encore plus d’or bon marché. Il avait eu du mal à couvrir sa tête chauve avec de longs cheveux filandreux qu’il tirait en arrière dans une courte queue de poney. Pam soupira. Chuck était la quintessence du ridicule.

« Les stands sont pour les commandes de nourriture, ce que vous savez bien », grogna-t-elle sans lever les vent de son carnet de commandes.  « Si vous ne voulez que du café, vous devrez vous asseoir au comptoir. »

« Ensuite, donnez-moi un toast avec de la gelée, avec le café. D’accord poupée? » dit-il avec une douceur révoltante, sirupeuse et un sourire affichant des dents tordues qui ont été gravement maltraitées par des années de café et de mauvais soins dentaires.

 Peu importe combien de fois Chuck est entré dans le restaurant et a forcé Pam à l’attendre, elle ne pouvait pas s’habituer à son comportement effrayant. C’était une lutte sans fin pour maîtriser le frisson qui venait naturellement chaque fois qu’elle le regardait.

« Blé entier », a poursuivi Chuck. « Faites le pain grillé de blé entier avec du beurre. Beaucoup de beurre.

Ses mots traînaient après elle alors qu’elle se précipitait vers la cuisine et aussi loin de lui qu’elle pouvait l’être.

Chuck regarda la femme obèse alors qu’elle mangeait bruyamment son bacon sans s’en soucier. Rebutée par son regard intrusif, elle hésita et donna un bref lueur menaçant avant de retourner son attention sur son festin du matin.

Pam est revenue avec une casserole de café à moitié pleine, un petit pichet avec moitié et moitié et une tasse en porcelaine robuste.

« Attention, » marmonna-t-elle sans le regarder directement, « le café est vraiment chaud. »

L’idée de le verser sur ses genoux, plutôt que dans la tasse, apporta un sourire intérieur qui s’est rapidement estompé lorsqu’elle a posé la tasse de liquide fumante sur la table devant lui et qu’il a attrapé son poignet.

« Le café n’est pas la seule chose chaude dans cet endroit, n’est-ce pas? » demanda-t-il d’une voix qui était juste au-dessus d’un murmure.

Pam libéra son bras et, ignorant l’insinuation derrière la remarque de Chuck, attrapa un menu et l’ouvrit.

« Eh bien, il y a une section mexicaine sur le menu qui est assez épicée. Assommez-vous », a-t-elle craché.

Claquant le menu sur la table devant lui, elle ferma les yeux avec les s siens.  C’était son espoir le plus sincère que son expression relayait le dégoût et la répulsion qu’elle ressentait.

Leur bref silence a été brisé par son rire profond quand il a dit: « Merci, le toast fera très bien aujourd’hui. »

« Habille-toi », se jesa-t-elle par-dessus son épaule alors qu’elle ne perdait pas de temps à s’occuper d’une tâche qui l’emmènerait dans la cuisine et l’éloignerait de cette excuse répugnante pour un humain.

Elle a bronché quand elle a vu les yeux en colère de Pete briller sur elle pendant qu’il renonçait au récepteur du téléphone dans sa direction. Il détestait quand elle recevait des appels sur son temps. Aujourd’hui, cela a dû être doublement ennuyeux pour lui.

« Combien de fois ai-je dit qu’il n’y avait pas d’appels téléphoniques pendant le travail, hein ? », a-t-il demandé.  « Chaque jour, c’est la même chose. Tous les maudits jours ! Je devrais vous virer le cul. Un jour, je le ferai. Je vais te virer le cul maudit. Continuez... Tu vas voir! Fils de pute! Personne ne m’écoute. Personne ne se soucie de ce que je dis ici. »

Elle avait à peine saisi le téléphone de sa main tendue avant qu’il ne le relâche et retourne sur le gril.  Plaçant le récepteur à contrecœur à son oreille, elle a enfoncé un doigt dans son oreille libre pour aider à noyer la forte vocalisation de Pete de son insatisfaction envers elle ce matin qui, combinée au bruit normal de la vaisselle, des casseroles et des casseroles avant de dire doucement: « Bonjour? »

« Quand rentrez-vous à la maison? » vint le ton bas de la voix russe sensuelle de Fiana alors qu’elle ronronnait à travers le récepteur; envoyant des frissons sensuels dans la colonne vertébrale de Pam.

« Je viens d’arriver ici », roucoula Pam alors que son corps était visiblement détendu.

« Tu me manques. Revenir. Rentre à la maison et fais-moi l’amour », demanda Fiana avec séduction.

Pam frissonna de joie alors que les paroles de son amant la caressaient. Elle n’avait jamais connu quelqu’un qui pouvait la toucher de la même manière que Fiana.

Elle se souvient du frisson qui coulait le long de sa colonne vertébrale lorsqu’elle a rencontré Fiana il y a trois ans.  C’était dans une galerie qui montrait la photographie de Fiana.  Consternée par le concept de lesbianisme, Pam a résisté aux réactions naturelles de son corps à la présence séduisante de Fiana, mais, avec du temps et de la patience, Fiana a pu aider Pam à dépasser ses limites et à entrer dans un nouveau monde de conscience sexuelle et d’autosatisfaction. En quelques mois, ils nichaient ensemble dans un appartement de Greenwich Village et étaient béatement inconscients du monde qui les entourait.

« Buvez-vous déjà? » Demanda Pam avec inquiétude.

Elle s’inquiétait du comportement addictif de Fiana et de son incapacité à être seule pendant de longues périodes. Dernièrement, la situation s’aggravait progressivement et devenait de plus en plus extrême.

« Tu me manques », se plaignait Fiana. « Dois-je boire pour te manquer? Je suis seul.  Quand rentrez-vous à la maison? »

« Qu’est-ce que je vais faire de toi? Tu sais que je dois travailler », demanda Pam d’un ton loin d’être réprimandant, mais assez ferme pour faire partir Fiana.

Les mots de Fiana passaient avec force à travers le récepteur téléphonique alors qu’elle grognait: « L’enfer que tu fais. Vous n’avez pas besoin de travailler. Vous n’avez jamais besoin de travailler. Vous voulez juste être loin de moi, je pense. C’est ça, n’est-ce pas? »

L’attention de Pam a été attirée vers son environnement par la voix retentissante de Pete.

« Toast, Bon sang, toast », rugit-il avant d’ajouter avec emphase: « Je vais vous tirer le cul! »

« Le pain grillé semble délicieux. Apportez-moi du pain grillé, roucoula Fiana, avec de la gelée, beaucoup et beaucoup de gelée...  Raisin... ou fraise.  L’un ou l’autre fera l’affaire.

« Elle me pousse! » Pete a sonné quand Pam n’a pas immédiatement répondu. « Toast! ... Bon sang, maintenant! » Ses paroles résonnaient dans la cuisine.

Pam avait travaillé avec Pete assez longtemps pour reconnaître quand il avait atteint sa limite.

« Je dois y aller », dit-elle d’un ton bas et urgent.

Sylvia passa devant elle avec ses bras soutenant précairement un plateau chargé d’assiettes de nourriture. Pam s’émerveillait souvent de la capacité de son collègue à porter une charge aussi lourde sur une base constante.

« Donnez-lui un cookie de repos. Tu ne licencies personne », aboya Sylvia à Pete avant de se pencher de près vers Pam et de parler doucement à son oreille. « Vous feriez mieux de faire bouger vos petits pains ou Cookie pourrait nous surprendre tous et aller jusqu’au bout avec un peu de cet air chaud qu’il crache toujours de son gros intestin. »

« Je déteste cet endroit. Pourquoi restez-vous? » Fiana se plaignit, amèrement.

« Je serai bientôt à la maison. Ordonner quelque chose. Je dois y aller », dit Fermement Pam avant de remettre le récepteur dans son berceau sans attendre que Fiana réponde. Elle détestait quand Fiana se trouvait dans ces humeurs, qui devenaient de plus en plus fréquentes.

Elle s’est rendue à la ligne de service pour ramasser la commande de pain grillé de Chuck. Sa main touchait juste l’assiette quand Pete l’attrapa et prit le toast; l’énoncer férocement dans les airs tout en grognant. Satisfait que son message ait été transmis, Pete a laissé tomber le pain grillé froid et détrempé sur l’assiette usée et rayée et a vaqué à ses occupations, la laissant comprendre comment elle allait expliquer à Chuck que le cuisinier était fou et ne remplacerait pas sa commande de pain grillé froid par un chaud.

Related chapters

Latest chapter

DMCA.com Protection Status