Clear Sunlight: Un été de faiblesses

Clear Sunlight: Un été de faiblesses

By:  Michelle Mbanzoulou  Completed
Language: French
goodnovel12goodnovel
0.0
Not enough ratings
17Chapters
755views
Read
Add to library
Report
Overview
Catalog
Leave your review on App

Je suis dégoûtée. Tout simplement : dégoûtée. Depuis des mois, j'organise mes vacances d'été avec ma meilleure amie. Mais juste au moment où je m'apprête à partir, qu'est-ce que j'apprends ?! Que mes parents nous ont inscrits, mes frères et moi, dans un camp de vacances ! Comble de l'horreur, il faudra y passer trois semaines ! C'est injuste, je leur en veux. Mais lorsque je fais la rencontre du bien trop sexy Jonson Forwise, ma rancoeur s'évanouit aussitôt. Se pourrait-il que la tyrannie de mes parents me satisfasse, pour une fois ?

View More

Latest chapter

Interesting books of the same period

Comments
No Comments
17 chapters
1
— Le dernier jour de cours est incontestablement le jour de l’année que je préfère ! J’ai esquissé un sourire à l’intention de Kristen pendant qu’elle regardait son reflet dans son miroir de poche et qu’elle remettait en place sa frange. Elle avait toujours aimé les derniers jours d’école, aussi loin que je me souvienne. Comme à peu près tous les écoliers, certainement. — Tu te rends compte, Dène, que l’on va passer les meilleures vacances de notre vie ? À nous le soleil, la plage, les beaux gosses ! J’ai ricané en dessinant une étoile sur mon bras gauche. Le cours d’arts plastiques m’inspirait, on dirait bien… (Ironie, au cas où vous n’auriez pas compris.) — Tu ne penses qu’à ça, les beaux gosses. Mais je te ferais remarquer que les garçons sont à 99 % nos sources d’ennuis. Moi, pendant ces vacances, je ne penserai qu’à m’éclater, rien d’autre. Kristen a explosé de rire en secouant la tête. — Je sais que le
Read more
2
— C’est totalement injuste, a soupiré pour la troisième fois Kristen en s’affaissant sur la chaise où elle était assise. — Je sais. Je ne comprends pas pourquoi ils ont décidé ça, tout à coup. Je n’ai pourtant rien fait de mal ! J’ai eu de bonnes notes tout au long de l’année, et voilà qu’ils m’empêchent d’aller en vacances. Alors ça ! J’ai léché ma glace en réfléchissant à ce que pouvaient bien me reprocher mes parents pour me punir de la sorte. — Tu sais, en y réfléchissant, c’est peut-être une bonne chose. En camp, il y a souvent de belles rencontres à faire. — Sauf que je ne veux pas faire de rencontres, moi ! Je veux simplement passer mes vacances chez ta cousine, avec toi. — J’imagine qu’il faut faire avec. Vois le bon côté des choses : je suis sûre que ce sera excellent, même si ce n’est pas l’idée que tu te faisais de tes vacances. Moi non plus, d’ailleurs. Qu’est-ce que ça pouvait m’énerver, quand Kristen p
Read more
3
J’ai sorti ma valise rose de la voiture en faisant la moue. Je n’avais aucune envie d’être là.— Bon, les enfants, prenez soin de vous. Ne faites pas la tête, je suis sûr que vous vous plairez, ici.Mon père se trompait complètement. Je n’allais pas me plaire, dans ce camp de vacances. Le seul endroit où j’allais me plaire, c’était Bachertown. Sauf que lui et ma mère avaient détruit mon rêve sans aucune vergogne.— Edène, ma chérie, je sais que tu nous en veux, a fait ma mère en m’enlaçant.Quelle perspicacité, dites-moi !— Je ne devrais pas être ici. Pourquoi est-ce que vous m’avez fait ça ? Mes vacances étaient déjà assurées.— Nous savons que tu aurais adoré passer toutes tes vacances avec Kristen. Mais
Read more
4
La plage n’était pas loin du camp. Peut-être à cinq minutes à pied. Elle était énorme et s’étendait sur des kilomètres entiers, puisque c’était la plage loudienne. — Ça te dérange, si on se met à côté de toi ? m’a demandé Kayla pendant que je posais ma serviette par terre. — Non, pas du tout, allez-y. Pendant que je m’installais, Dylan est passé devant moi avec le beau gosse. Ils se sont arrêtés et mon frère a fait les présentations : — Jonson, je te présente Edène, ma jumelle. J’ai arrêté de bouger et ai dévisagé mon frère. Pourquoi faisait-il les présentations ? Est-ce qu’il pensait que j’allais craquer pour le beau Jonson ? Il se trompait complètement. Je n’allais plus prendre le risque d’aimer un Sportif. Jonson a souri en s’approchant de moi. J’ai automatiquement eu un mouvement de recul. Qu’est-ce qu’il comptait faire, si près ? Il a baissé la tête vers moi et a embrassé ma joue droite. J’ai pu se
Read more
5
Sous le soleil luisant de Loudyland, la beauté de Jonson Forwise était plus qu’aveuglante. C’était horriblement perturbant. — J’arrête de jouer, a déclaré Dylan pendant un instant de silence. — Pourquoi ? lui a demandé Myndie. — Parce que ça fait des heures qu’on est là et qu’on joue, et mon estomac crie famine. — Moi aussi, j’arrête, a décrété Jonson. Mais jouez entre vous, les filles. Maintenant que les deux capitaines étaient partis, plus aucune fille n’avait envie de jouer, c’était clair. Josh et Amélie, sur la plage, essayaient de nous rassembler. Quand on les a rejoints, ils nous ont appris que c’était l’heure de manger. Chaque groupe est arrivé un à un devant le bâtiment principal. Ça faisait beaucoup de monde, franchement. — Pour la cafétéria, c’est très simple, a commencé Josh quand il a réussi à obtenir le calme de notre groupe. Il y a un premier service pour les quatorze-quinze ans, et ensuite un second
Read more
6
J’ai soupiré en allant chercher la flèche que j’avais encore une fois plantée dans le tronc d’un arbre. Je n’étais décidément pas douée, en tir à l’arc. Stan et Dylan, eux, se débrouillaient très bien. Je ne comprenais pas. J’ai cherché un animateur des yeux. Ils étaient tous très occupés. — Tu as l’air désespérée. J’ai rapidement tourné la tête. Waouh. Jonson était superbe. Il portait un tee-shirt bleu foncé décoré de l’expression « KISS ME » écrite en lettres blanches. Avec ça, il arborait un bermuda blanc et des tongs. — Oh, salut. Quel joli tee-shirt ! Le message est très porteur. Il a ri en se passant une main dans les cheveux. J’ai suivi sa main des yeux, subjuguée par ce geste d’une innocence si flagrante mais ô combien sexy. — Ah oui ? — Oui. Enfin, ça fait le mec qui a super confiance en lui et qui ne doute pas de son sex-appeal. — Je ne peux pas te laisser croire une chose pareille,
Read more
7
L’atelier surf était super, quoiqu’assez effrayant. Il n’était constitué que de beaux gosses. Je n’avais rien à faire de mon après-midi, du coup j’étais allée à la plage pour assister à l’activité surf. Il y avait Dylan, Stan, Gregory, Jonson et quatre autres gars. Tous beaux. Le rêve parfait pour n’importe quelle fille normalement constituée, même pour une fille non intéressée par les garçons beaux, comme moi. Gregory a tourné la tête vers moi, mais a refait face à son entraîneur de surf quand il a vu que je l’observais aussi. C’était bizarre, non ? Qu’il détourne le regard comme ça. Ou peut-être que je me faisais des idées pour rien. Peut-être que ce n’était même pas moi, qu’il avait regardée. Peut-être qu’il avait entendu un bruit, et qu’il s’était retourné pour voir de quoi il était question. Oui, ce devait être ça. J’ai ouvert le livre que j’avais emprunté. Je n’en avais lu que trois pages. Tout ça à cause de Maïlys, qui m’avait coupée dans
Read more
8
— Allez, je t’en supplie, ma sœurette que j’adore plus que tout au monde ! J’ai tourné la tête vers Stan, puis l’ai dévisagé en haussant les sourcils. — Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre… ! — Elle est dans ton cours de danse. Tu lui glisses juste un mot ou deux. Et n’oublie pas de lui demander si elle est célibataire. C’est un point essentiel. J’ai roulé des yeux. N’importe quoi. — Fais-le toi-même. Tu as quinze ans, mon grand. Tu vas entrer au lycée dans deux mois. Sois courageux. J’ai cru que j’allais mourir sous les balles de son regard fusillant. Heureusement, j’avais un gilet pare-balles de la marque Dylan Sawling. Très efficace, j’en étais sûre. — Ce n’est pas que j’aie peur. J’ai dragué des filles un million de fois. Mais j’ai juste besoin d’un petit coup de pouce de la part de ma sœur aînée que je vénère depuis que je suis tout petit, que j’admire pour son intelligence, son courage, sa… — C’est bon,
Read more
9
— Hum, c’est… intéressant, ai-je soufflé devant un tel spectacle. Contre le mur était exposée une demi-douzaine de poupées vaudous transpercées d’aiguilles et entourées de sceaux de magie. — Bienvenue au pays de Merlin l’Enchanteur, a grincé Gregory en s’approchant de l’une des petites poupées. Au-dessus d’elle se trouvait une pancarte où il y avait écrit : « Plantez une aiguille ici ». J’ai grimacé en mettant une main sur l’épaule de Gregory. — On ne va pas faire ça. C’est dégoûtant. — Edène, ce n’est qu’une poupée. — Et cette poupée représente une vie. Mon interlocuteur m’a dévisagée. Je me suis automatiquement mise sur la défensive, en lui demandant ce qu’il avait, à me regarder comme ça. — Tu as parlé de vie. Et l’énigme stipule qu’il faudra cueillir et planter la vie. Tu crois que ça a un rapport ? — Aucune idée. Moi, en lisant ça, j’ai pensé à des fleurs. Mais je ne suis plus sû
Read more
10
Je me suis tout de suite relevée pendant que Jonson m’imitait avec beaucoup moins d’entrain. Alyssa me fixait d’un regard sévère, les mains crispées sur ses hanches. — Qu’est-ce que tu fais là ? l’a interrogée Jonson. — Je te cherchais. Mais je vois que tu es en excellente compagnie. Super. Il ne te faut pas longtemps, à toi ! — Tu rigoles ! Ce n’est pas toi qui, tout à l’heure encore, draguais Cane Wenn ? — Je ne le draguais pas. On sympathisait, nuance. — Tu n’as jamais calculé ce mec, au lycée. Tu ne vas pas me faire croire que, tout à coup, il t’a pris l’envie d’en faire ton ami ! Je devais partir, non ? Histoire de les laisser régler leurs comptes puis, bien sûr, se réconcilier. Mais la conversation était si croustillante. Je n’avais pas envie de rater ça. — Écoute, Jon, tu me saoules. La blonde m’a lancé un regard méprisant, avant de continuer : — Depuis que tu as
Read more
DMCA.com Protection Status